(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "[Doctrina pueril. Français :] Le trésor des humains."

RNKVrih 



®*£0in; 



tes 









Il 



* 



I. 



'à 



I 



I I 







.,....»' . 



i I : 



UY-'-.'i 



11.11» -■r 






M 









ttf 













cm 



7 



6 



9 






10 



11 12 



13 



14 



15 



16 17 



18 



19 



20 



21 22 



23 



n 
3 



N) 



U) 



<_n 



^J 



■:>:■ 




'■-C 




ro — 



<_o — 



ci 



*• •' 



i 



c*. 



v-, 



?,.. • 



ro 






on' 



^1 



ro 



ro 



o 



*. 




Q3 



M> 



O 





F 



cm 



6 



8 



10 



11 12 



13 



14 



15 



17 



18 19 20 21 



22 23 




A 



> 



• . • 



.. ;•; ;-.-;.r V- 



• .•?• 



. -■•• - 










' .< 














^ 






fΠ



A » î* 



* '. •• • 



•_« 



u 



H 



& 




••• •• 



'// 




••■ ... 



» 






- ** * 




* 



cm 1 



6 



7 



e 



9 



10 11 



12 



13 



14 



15 16 17 18 19 20 21 22 



n 
3 



N) 



W 



<_n 



ov 



^j 



■X" 



MP 



ro — 



<_0 



.E* 



Cn 



Oï 



-J 



'10 



M> 



O 



to 


















on' 



ro 




co 



ro 



o 



cm 1 



6 



7 



8 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 




cm 1 



6 



7 



o 



9 



10 



11 



13 



14 



15 



16 17 



18 



19 20 21 22 



n 
3 



N) 



W 



<_n 



ov 




o — 



ro — 



<_o 



^ 



en 



<?> — 



-j 



/ 



co 



v£>^^ 



O 



ro 












ro 






ro 
on' 



ro 



ro 
co 



ro 






O 



cm 



6 



7 



8 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 



22 









' 



A*" 



f^ 






/ 






&z 






f 










cm 1 



6 



7 



S 



9 10 11 



12 



13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 






I m llllll 


IIM|IIII|III! MM 




MM|MM 




Ml :: 


MM llll 








MM llll M M Mil IMI MM MM Mil MM llll 





■ _']:: 



7 



8 



9 



10 



11 



12 : :-; 



14 



15 



16 



17 



18 



19 20 



21 



22 







S0~ 



\ 



I \ 

4* 









y 



• 



( 






t 9 



\ 



' 














! 



M 






I 






cm 1 



7 



8 



9 



10 



11 12 



13 



14 15 16 17 



18 19 20 21 



22 



o 

3 



N) 



W 






<_n 



ov 



^j 



co 



\p 



ro — 



<_o 



•c* 



en 



<y\ 






-i 






co 



\£> 



o 



ro 







fO 



tO 



Die ftclte Dec humains. 

"€ Itutc cft appelle le trefoz Des humaine .Le quel teaief e De 
^__- la manière oe mftruire fee enfans en la top catholique t & 
leur Dcfclairer toutes les loie tât ctyiftïénesc] farraunes tous 
art; et toutes Oïcnees ta nt pzaticiénes q fpeculatiucs ce tous 
eftatçmeftiere et marcljâDifes De leftat oe religion Des etemes 
et quatre complcjcions/Oclaoucnement De antemft/Des quinze 
fignes du iugemetet oe la fin Du monoc / De la i ope Des fauues 
et Des peines Des oânes.Ct De pluCieurs autres belles matières 
Doctrines et e nfeignemés ttcfutilesetpzoffitablcsipout le fa* 
lut De toute creature.côme plufaplam appert par la aclaratiô" 
Des traictes et djapitees côtenus en cepzefent liure.ainfi quon 
peut \ieoir par la table qui cp apzes fenfuift le quel liure aeue 
toeuctcozrigeaparisparplufieurssraneclrrs Docteurs ranr 
en théologie que en autre feience,' -^ 






fïarâBB. 




£s Dou$e articles De la fainctefop mtjoli 

que.«f £t piemieremm.u^»^l^!l 

IDe croire en feng teul Dieu tout puittât: cre 

atêur du ciel et et la terre, pmier cljapine. 

j&etarrinite. ii. 

ÎDe la création Du monDe. tu. 

ÎDerecreation. uii.lj ÎDcgloue. \>. 

ÏDe la conception De noftrefeigncuriefurrift. \>i. 

ÏDefanafiuitc. lui. *; jDcfapattion. toiii. 

Comme il DefcenDit en enfer. iy. 

èe ta fepulture. et De fa refurrection. %. 

Côme il monta aur eieulr. jn. 
.Corne il toéDîa tuger le môDc en la générale refurrection. pi. 
f AfsDijccommâDcmensDelalopi/ €tpwniercment.coo 

JL^De croire et aomer X)\\$ Dieu tmt feulement. viii. 

/<[ommeonneDoibtent)ainiurer. juii. 

CÔmeonDoibtfefterlefameoi. ' rb. 

«lômeonooibtljonozerpereetmere. ' fm. 

Corne on ne ooibf point rçôme occire. ' fyf. 



K3 









en 



^1 



ro 
co 



ro 



o 




■:n. 



i 

i. 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 













■ BIBLIOTHEQUE 
1 SAINTE | 
|I fîFNnVIFVF. 
















L 








1 

I 



20 



21 






r 



4 là table, 

Éômeonneooibtpototfaicefomicacionnelttjcure jfetti. 

Comme on ne ooi w riena emblée w* 

dôtMon ne ooibt point faite fauljrteutungnase W- 

^meonneooibtpointcouuoiterla féme oe fonjKoauv jpi. 
*ome on ne ooibt poît couuoitec lee bit* oe fon|>cl)ain fjcii. 
i^^w €& Cept foctemeno oc fatnete egtift •. 4> tpjemiecemtt ou 



mm* 

Wto. 

jtroti. 

trbm. 



lJfomtiac cernent oe baptefme 
/Su forcement oe conf icmacion 
Bu (acrement oe lautel 
£>u forcement oe pemtance et ronfeû&on 
Bufarcementoeowe 

£>u forcement oe mariage 

&u forcement oeoefeemecennetion 

£9 fept oono ou (aine efpectt i) £t p«m fewment ou oou 

1 oe faptence W** 

'JDuoonoeentetioement jrw*. 

Buoonoeconleit jertii. f ÎDuoonocfcwce jjyui. 

Êmoonoefrcence rrciui. 

Bu Oon oe puie ïtïb. 

Buoonoeccamte jrçrbi. 

>y^£0 Dniroebo/inâiree caque les famttsont enpataoïe.^t 

^i^/ p/c m icrei neti f oe fa beneurere oe régner cjrcbii. 

^ Delabeneureteoepofleflion .^r*^ ffïMù* 

BelabcneuceteOeeonfolation /&^^>\ W** 

£>e la beneucete oe acompliffement fà q\ ^ ' A ri. 

fcelabencuieteoeimfencozoe (S J@k M ^1 fil* 

©elabeneuceteOebcoiroieu \ï 4y jclit» 

B* la beneucete oe patience \Qj^y ^ i # 

E>e la beneucete oeguecoon ^Uui, 

><'\€0 feptio^e0noftceoamefaîncfemacie.tf Ctpzemiece. 

X Jmenroetamiiinnarion rin. 

/ fcelaiope que elle eutoelanatùûtcoefontïl$ rloi. 

Belaiopeqelleeutqultlearrowtopaaoucecétfon fil* rlbif. 
IDC la iope q elle tut en la cefucrection oe fon fil* rlbui. 

Be la iopeq elle eut quant fon ftï$feappacuta«lleetaur oifrc# 
pleaapzealateCuccection rlic. 

a 11 














0a fable. 




















«Et quât elle bit Ton fil? motet aur c ieulr au iour De lafcéfiô t. 

ïDe la i ope que elle eut quant le faint efpen t oeff enoit Cur elle et 

lurlesapoftresauiourDelapentljecoulie II- 

£tquâuHetutefleueeaurielencorpsetenameauec(dfil$ lu. 

>f\\£9 fepttoertus principales qui marnent leljôineafalua= 

AJ tion#f<Etpremierementoelat>ertuDefop lui. 

J îDeefperance lim. 

£>e chante |&. 

E>eiuttice Un. 

^cpruDenee Itifî. 

&>e force Mu. 

ÎDeattrempance ur. 

j&efaluacion tr. 

0£s fept ped)es mortel? qui matnét le rjome a Damnation, 
^premièrement ou peerje De orgueil jri. 

Iru. 

Ixiii. 

/jriiii. 

Iru. 

Irbii. 
Irtrni. 

m* 

m. 

Irrtû 

Irriu. 

Irriiu. 

irrbi. 

Ixjttui. 
irrbiii. 

«rjcir. 

1XXX. 

Ixxxi. 

Itfjrfe 




£>u petite oauarice 

ÏDu peclje oc enuie 
E>upecl)eoeire 

ï?u pecl?e oe gloutonnie 
)£>upecl)ecepaieCce 
ÎDupeerjeoe luxure 
j^eodinnacion 

£ toutes lopoAfet premièrement oe la \op bielle . 

_ toe la lop De nature 

ZDclalopuouuellc 

ZDelalopmaljommef. 
2Dclalo/>paj>enne 

fc£ toutes feiences. €t premièrement Degramaire 
<*De logique • 

^£>eretl?orique 
£>e géométrie 

JÈeari Cinétique •* 
ÎDemuiïque 

ÏDcaftrouomic' 
ÎDe théologie 

2De la ftienceoe Droit 






* 



*• 






la table. 



V t # 






E>ept)ilo$opr|ît towçm. 

ÏDemeoecine ■■ , _ ■-> • TO»"- 

>4^\ ç tom feo eftae . €t pzemietemcnt Dce meftiero Des mac 



Irrru. 
fcrrtri. 

Irrrtrii. 

Irrrtmi. 

Wfflrtjr. 
Irrrri. 

irrrriiii. 
Iccrjctot. 



17 r rjanDifee et oeo boutsope 

JDeleftatœopnncee 

Ejeleftatocrticualetie 

ÎDeleftatoc décrie 

îDeleuatoe religion 

frcconuecticlemonoe 

5>e ozaiCbn et cornent on ooibt Dieu pnec 

ÎDelameetoe fee pmflartcee 

ÎDu f o.'pe et oeo cinq Cens oc nature 

£>e Die cozpozellc 

ÎDc mort rozpoa lie 

fceppoerificet Haine gloicc 
E>e tentation et quelle oiffecence a entre tentation angciiquc 
et tentation Dpabolique _ Irrjctuii . 

2>e toutee maniérée De nourciucmcne(j€t comment on ooibt 
nourrir leo enf ans en ieuuctfc IrrrjeWii. 

ÎDe mouuement De r aiton et De la Différence qui eft entre pecf?e 
\xmel etpecfc mottel lr rrrir. 

E>r r ouftuf ne j <£t comment on ooibt arou&umer leo enfan a 
bonneo oeuuceo et bônt* parolleo et froneOro £. 

IDcoelemetto et oeo quatre rôpleriono Ci. 

£>eoe(tineeetaouenture« €t comment on nefe ooibt fper en 
or Oui ce ne aouewure £11. 

ÎDe aut ercift éf&cômmt il montera au lieu ou noùic Ici gneuc 
teceutmort Êiii. 

ÎDcs Ccpt aagcd Du monoeetoee quinze fiance qui feront fais 
ornant la fin ou monoe €iiii. 

îDi àn$el$ et De (euro omeee ifet comment tmg chacun l)dme 
a ou*î bon ange et uns mauuaie auec lup <LX). 

E>e enfer et De feo partie© f£t comment on ooibt amonneftec 
Con enfant oc penfer aur peiueo De enfer £bi. 

iDe paraoïo *j «Et comment on ooibt amonneftec fon enfant De 
peu fer a la gloire et a ta beneucete De par acné €tou» 






■w. 



a.in. 











fit prologue. 

■HT * Jeu (oit ï)ônoit glozicur plein Oe grâce er oe benrot = 
J action • Su nom ou quel ic corné ce rap reûui Uure qui 

/^^yeftoelozoonnancecômenton ooibt cnûorrrinccfon 
enfant en la faincte top catholique pouc ce q oicu beult q noua 
no 9 trauaillono et c f jaftic>e en lup feruir . €ar cette oie eft brefuc 
et la mort fappzoefye Oc iour en tour. €t poutee que noue auoa 
petit oe tépe oeuôe noua plue oiligétemct entéore a bien faite. 
fi&u cômencemét oonc ooibt on monftreca fon fil$ Ice rfjofee 
gencralce Ou môoe aflin quilles faer>e oeftenore ou mal. Çtlup 
ooibt on faite apprenec etât qutl faclje bien attéblcc Icelctttce 
premièrement en f rancope pour ce que il Ice enréora mieuljr 
que ilneferoiten latin ij€tapzce pour apprenore latin couub 
ent que le mai ftee lup face conftr uction en ccftup Mute mefmc c) 
cpapzce foit trâflate t mie en latine/pour ce q tcfantppourroit 
mieulr et plue toft apprenore fa ronftrurrton quilneferoiten 
tmg autre Uure. Car ceftupliuce eft oc moult oe ajofee et oiuer* 
fee.€t fccftrouuenable rljofcque fjdme monftrca fon fit; i lup 
en feigne côme il ooibt peler a la gloire Oc paraoie * auv pemee 
Oe enfer :et autree chapitrée qui font elcnpt} en ce liuce $ Car 
par telle penfee Ce acouliume lent ant a apmet et ooubter hotte e 
l'eigneur iefuceitt* €t pour te mop qui Xup ons poure tyommc 
preneur et metpiifc te la gét *ne fupe pae Oigne ce ettre cp nôme 
np cfcnpt ap fait refrup Hure et pluficure autree a mon ctyicc et 
ame fiU le plue bref et le plue clercment que iap peu . 2Mftn quil 
puiuc plue toft et plue legiecement entrer en la feience . par la 
qllc il faclje edgnoift re apmer Cet uu * Ooubter fo Oteu glozieur . 


// (Tp f ùuft le pzologue De ce pœfen t Itturccf 
y côméce lacfeiir en fou premier chapitre . 
























U«a 



*-^' 



•fr 



iD commencement fil$ te rouuicnt 
appzettore lïqueru lattjee leeoou^e 
ar rulee ce la top catholique. €f pme 
les Dijc eommanDcmene Oe la lop que 
Dieu oônaamopfe aurcefereccgipte 
au mont oe fpnaij€ t apzee lee lept ta 
ramené ce fainctee çïne et lee autres 

rtyapifrfft enfuiuane fi comme il? lot 

q> apieo rfcrtpt? 41 #U$ tu ooib3 oonc fauoir que lee articlce oe 
la fop font Croire % apmec bzapee cljofce t mer uei lleufee a Dieu 
fie premier cft croire bngoieu:le ql cft cômécement tire * créa* 
teur oe tout /emdoe et oe routée cr)ofcei3tre eïïuuiét oom (toi 
re tmg oteu feulemét .au ql Dieu na nul oéfatitemét#Siine eft a. 
rôpliuemenr De toue bicne.et De toue aeôpliûunenef/Ct rcîup 
Dieu eft inuifible a toue pculr eojpozel$(/fl9aie U cft biïiblc aur 
peu/re fpirtrucl$ De ton ame.Ct eft Digne De toute louenge er oe 
route beneDictioniJCn oieueft bonte/îrâDefteercrnire/iageOe/ 
pouoir/amour/toertu gloire Dr oiruwlargeffe/paciéceet perte* 
etion .fct maintee auteee féblablee bectue et ct?afr une ce tee bec 
tue et toutes enfembkCecomoiDenttfont couuenableeaDieu 
tant feulement!/ Clner f 1I5 tu ee obli&e a ctoice % apmec cce tho 
te$:et pointe tu eo fait aumonoeaftin que tuctopeo vnçoieu 
ran t (mlemit et lapmee / aouree / et ooubtee . & Ce tu ne ietaus 

leepeineeDcnferteattenDentpourfouftenirrrauauljiinfime. 
IJÎDieueft pour cequil eft rourbon.€tfteft0cantpourcecltou 
tee ebofee fe terminent en lup. £r cft Durable; Car il na cômence 
menr ne finf/£r ft eft ooubrablcCar il eft rourpuiOanf/et fcait 
routée cbofee4jCr»erfU$apmeoieu arïitiquilre face «rar leur 
ala sent. Car la bertu que ru ae De beoir/ opti oooieu gouftec t 
pacleritoucber/* allecitoutce lee ae ce Dieu . 2lpme benreaffm 

que taoïuineberirenete tienne pointmenfongie^tDerp.i* 
le la gloire oe ce&tip monoe qui périr Duce : aftm c^ue ru topes 
poffeffeuroelagloireqm na point De fin, «erfaouletoname* 
la peifcetio noftre feigneur. Car nulleaurre cljofetie teueutnô 

lapmee tuftirc te mgera a fouftenir peme ft feu parourable £i 



* 


























\ 










* 






^e la faincte frimfo 



u.c. 



tic fopesingeat a Dieu. £ac il te peut trop m ieur ocTne? q nu! au 

ttejJRptd'miteticozùe te tu beuli : qui! te foit parodne. £t tien 
fyumilitequicfUcuelce (nimblco :etabai(fe les otsuilleux . <£t 
napes rjonte ne Dergougne De fyônozer/ferutr/obeir/a oieu- far 
it eft ton feigneu c ozoiruc ter :aftï n que tu ne r Ijapes en lice lie no 
ftre feigneur ijjWs fe tu r cops en \ms oieu: il te couuiét aecom 
p«c toutes les c rjofes oeffufcictes.#/îDera faincte teinitet*) 11. 
ttoiable f il* tu es oblige a croire a la faincte tmte pt nre 
feigneur oieu. la qUe cuite eftong Oieu qui eft en mite: 

m ceftaffauoit père ce fil$ et faintefpecit*£iq tu *oiba 

ccoîreeinjngûieu le pece qui eft le premier article. £tceoice en 
Dieulcfil$:quieftlefeeonoacticle. €tccoice éoieutcfaintrfpe 
rit.qui eft le tiers actif lt4j€t 00169 f coice que oieu lepece engé 
oze De fopmefmes oieu le fil* :ct que oieu le raint efpecif pzoreoe 
et pft ou pece et ou fil5 enfem We|£t le pece et le fil? et le faint ef* 
petit (ont Oieu tât feulemét infini et eteenel et auec toutmom 
pliftemétetpetfectiôl/j&ieulepeceengéozeOieulefi^efgalef 

paceil a Iup en to ute pecf ection. €t Oieu le faint efpecit pft * pzo 
Fcoe Oeoieu le pece et oieu le rïl$ enféble égal et paceil a eur oeujc 
en toute pfection.€t toutes ces tcoie prônes font ong pouoiti 
fcnctageifetmgamoucfjihlsainfieftiioela ttinite oieuetoc 
fonomte côme lapoittftmieurenawequeicnepoucropeoirc. 
et fe tu te opsrcs f rjofes en ce monoe pac lumiece oe fop tu les 
entéozas en lautre necle pac lumiece oentenoement/t par Dûu> 

, neitcUigécc é fce la création ou môo^— ^^nic* 

— iacremeiiceft ccainocelefaifeuc qui a fait et teee tout 

1 le môoe. £acau c ôincnr emét créa oieu le ciel et (a teece 

JL*** fift le prmet iouz oimêcrje au quel il créa les angelot 

/relupmefmeo tout excitent les opables en enfec : poucce quil^ 
ooulopét eftee Cemblables a Oieu et fe ac ôpatagec a Iup. £t 1020 
pfeema oieu les angel$ qui oemoucccct au ciel en tel cftat quil$ 
ne pouccopéf peccjec oes lozo en auant. ij 3u lunop ccea oieu It 
cie l au quel font les angel? oeuant lup.i/2lu macoi ctea oieu la 
mec et la ter re.€t les fjetbes t les femenres 4Wu meecceop ccea 
oieu le fo uleil et ta lune et les eftoilles pouc enluminée le ciel et 
la tercef au ieuop ccea oieu les opfeaur et les bcfte0jr/£t au \>t 



















^ la erratum 



iii c. 



f^^imwSS^^ 9 *"* "F ceuaOauoir aoa 

en paraots terrettre.et nu aoam fe teneur oe routes les matée . 
et oe toutes les bettes et De tout eeque terre louftient 4 Su fep 
riefme loue fe repo (a noftre feigneur oieu. a oemonftrer quil a* 
uoitoonne au monoe toute la perfection qui loeuoit auoitet 
tout ce quil f ouuenoit eftce crée, et pource fut ie feptiefme tour 
feftable:et tout De t)ônozet oieu : a oemonftrer que a celup lôur 
que le monoc commença couuenoirfinenactyeuer laconiplittc 
ment oe noftre ceDempcioni/ jfils fétu ueulrauoir fauucmenr 
iltecouuientcroire que Dieu Rut créateur De toutes cljofes: et 
que toutes rftofes perozopent leur efttc et tetourneropenta ne 
ant feoieu ne les fouftenoit t fans Dieu ne pourroit cttrecfyofe 
qui foit^/èoneques beau fil* tu Doibs regaroer et confiDerer 
comme Dieu a crée fi grans cl?ofes comme le ciel et la terre*! €t 
puieooibspenferetpmaginer quantes créatures «a créée et 
fomieee 41 et comme leecreatutee font belles et pzouffifablee 
£t quant tu verras que au* créatures a tant ce biens ;fi oeuurc 
les peur oe ton ame: et penfe rommelc créateur eft bon/grantit 
noble/qui toutes ces tïfoitQ a creeeffàous les rops et tous les 
hommes Decemonoenepourropenf créer une fleur ne une be* 
ûx.ne nulle autre creature.<£t ne pourropenr oenper ne oeffé* 
ore au foulcil ion cours ne a la plupe fa oefeenoue*, xDes cljofce 
Dont lôme a plus grât meftict a Dieu crée plus gtant abunoâce 

(ironie oe laïc/De leaueou feu/Du foulcil Du fel/Du pain du fer/% 
Des autres cbofesféblables.auropfeauraoïeucreeeflespour 

oollec . t leur a oône plume pour leur ueftute t pour leur cljaufc 
fure:etauraibzesaOonne foeullee : affm que leur fruit puuTe 
mieur mûrir 4/ etaur portions oieuaDonne les mersetlee 
eaues a celle fin quil; puittent noce et toiute<fêt a ( Ijatune rre* 
ature a Dieu Donne et crée telles cljofeo propices comme il leur 
eu befomg 4JZDieu le tout pui uat a crée pour lôme les rljeuaur. 
pour cfyeuatictpr Jes moutôs pour méfferlalapnepourucftic 
le feu pour chauffer le beuf pour arer/et toutee créatures a oieu 







m 



o 

3 



ts? 



£» 



en 



ov 



\Q 



O — 



lo — 




tb 



■:■■. 




oi — 



-j — 



co — 



\£> 



o 



ro 









■ 



f ^tecreafioiu > 



f*/t 



*> 



IjlUl. 



crée© pour ferulc alommejf fil* quan t ru î«* alatabU tt tu 
aura© Deuant top toute© le© biatiDe© que tu oeuctk* \„moi rr • 
rememtoe top quante© créature© tu p ber ra© le© quelle© w. i i 
eree©([ €t enten© c ômc Dieu a crée le© cl)o Gee que tu mcgmain 
les taf ait appoztec De orner© lieuiMi îDieû a crée te© pcujc affm 
que ru t>ope© le© créature© qui le rep?efentent aux peur oc ton 
ameet De ton cuenrefét fi a dieu crée te© main© affw que tu fa* 

ce©bonne©operario©.etuacreeteepie©/amnquetuaille©fe© 
tH)pe©:etacreetaboucr)eaffinqtuleloe©et beneiffe© 4<tf\Ù\t 
ne poutrope mie Dire route© le© créature© que oieu a f onnec© : 
ne la courropfiequii a faicte ne repourroige Dire ne racôrer; ne 
tu ne pourrope© rnrenote (a grât Dignité ou ru e© benu par le© 
gran© bénéfice© que tu a© receu© De ton createnc 4 f Roumaine 

ropoontcômeDieutepeuftauoicfain>nepierre/ouarb?e,oube 
fte fil bouûft.4Et entenecôme «te peult auoir fait ptrefait bof 
fu/ouiuif ou farrafm ou aucune autre ebofe tont il rebauûzott 
inieur non eftre/quecftreifamiable f 1I3 il te côuiét conuoerer 
et penfc r a toutes le© c rjofe© Deuufoite©: a celle fin quen ce p*c» 
fent roô oe tu fare© telle© oeuure© oôt tu fope© aggreable a Dieu 
rtaur faint* oegloire. </îr>e récréation. mmiui j^fB 
\n€atmô ett recouurer ce que nottee feigneur auoitper 
twen fon peuple; <Êf récréation ett rollir au Dpabie ion 
iwïjpouoir quilauoir fur lumam lignage.Saehe© fionebe 
me tout [utmin lignage crjept en peene parle pèche ou 
emquTpcre aoa, *nottrepzemiere mère eue/ qui furet oelbbaïf 
tan© a lire feigneur ûien.£t pource puint il q le pèche fuft bain 

2$!£«2? W eU V Qwiw^. cttpïue ptraire que nulle ebofe 
yw(bit//2Dieuûoncque© creaaoam er eue crie© miQ en para . 
ûiô terceftre et Donna congé et licence a aoâ ûc mengee De tous 
leafruic* to».oun rant feulement t) et lup oift noftre feigneur 
jurûl mengoit oe celupfruit quil mourroit De aSn^&^ 

•nUaqucUc mengaft De relup feuir De Ut. et quelle en feitt men 
gerafooraan aoamj,*! creuff aoamfa femmeet memVa ou 
truit.Dontilfutmou^^ 

erpourecebept fur non© cette monter cette peine que tu Su 










<J1 






N) 












1 



o 









{pbe création 







dit. 



due noue fouffrone rriafcum iourlfét fut faicre Difcozoc entre 
noftt efeigneur Dieu et lebumairi lignage #/£at re aoam neuft 
pecbe/etncu&paûielecÔmanDemétOenoltfefeigneut.iamaie 
borne ne fuft mozene neuft eu ne fain ne fo if ne chaule ne f toi t / 
ne mataoterne trauailne peine: mai e pat (original peefyc no uo 
.font toue tes maulr aouenue 4 <£t facile fi($ que toue reur qui 
mouropentDeuanj la tefurrertion De noftte lei'gneur leuimtt 
oercencopent en enfet par le pecl)ie oiiginal*, et poutre quant 
le tempe fut tenu quil pleut au fouuerain père que fon fil? pnt 
f haïr humaine et oeuint bôme.ïow oit it reftaOauoir le benoift 
f il$ De 01 eu en une Damoifelle trierge qui eûoi t nômee mar ie:Ia 
quelle fut De la lignée De DauiD : en la quelle le f il$ c* Dieu fen nû 
bià et pan t rfyait humaine / (ane quelle petoift fa trirgin tte / ne 
quelle fufttozrumpue en nulle manière. 2Une Demouratoufe 
iourôbierge. aufft bien apzee quelle leur roureu et enfanter om 
me oeuantlenfantement^fee relie Damoifellenafquit Dieu et 
borne enfemble reft noftte feigneur lefucrift. 2lu quel font crut 
natut ee: ceftalTauoi t nature rmmainc. et natute oiuinefflLee 
quelles Deu* naturee font Due petfonne tantf eulement :qùi eft 
U benoift f 1I5 De Dieu no ftre Ceigneut leiua ift ,qui oint au mon 
ttpourrerreer ïemonoe/er pour efleuer lebumain lignage qui 
effort r/;eu:(e quef (uteCleue pat fa toerf u De luniô qui fut fairte 
Denatuteoiuineauernature fjumaine en nofrre feigneur iefu 
rriftftëf parle trauailetla paw'on quil fouffnt pour lamour 
De noue jj£bicr fil? il te côuient croire en eelup feigneur De qui 
ie parle. Car fe tu np cropee tu ne feropee mie terrée : ne la roui- 
pequi fut DÔnee pat noftre premier pereaDam neteferoit mie 
tollue <£n laquelle coulpt fôt lee iwf5/tee farrafine/ et toue lee 
autres raef t ceâe : poutre qui I5 ne (topent mie en laDuenemen t 
ne en la paiïiô noftre feigneur iefuc riCU/ jFU; lé pet l?e oeftre Def 
obeiffanta oieue&fi mauuaie : que toue lee autrceperljee fôt 
oenue par relup.ét pourrequant bomme fait pectje.teft par la 
DelbbeiOanre Dee première parene.tf^fàmfi comme telle oef 
obeittaneefift lomine rl>eoirenenfet:ainuleeperbieefont lee 
pecbcuieoefreno*eaufeu éternel parDurablepourfouffrirron 
rinuelfnnenttourmene infinie/et petûze la gloiteparourable 










'• 



I 



£>e gloire. 



D. 







ûenoftrefeigneurDleugloneujc 

>j Lo ire eft fréquente et continuelle iope pleine de Délit 
. - j en louant fane cetTer celup qui Donne (a gloire la quel 
V. ' le gloire eft Donnée par noftrc feigneur iefucnft ; qui 
eft gloneur en (a gloire. ÎDôcquee fil; Ce ru oeulr auoic gloire: 
il te coulent croire que Dieu eft gkmfieur oee fainr; De paraoie 
etquil;font glorifiée en (a gloire: et que Dieu eft glorifie Dr fa 
gloire mefme;. £ar ainfi comme le feu efcrjauffe De fopmefmce 
ainfi le ropoe gloire Dclupmrfmce Dône gloire aur angel; et 
aux fain 1 5 De paraDiei / £e Dieu Dône en ce môoe a ton cueur De 
lit et plaifanceoe cee cljofce cozpozellee et rozcumpablee qui ne 
font pas gloire, ne en gloire.penfe Donc comme le top otglonc 
peult a fee ampe grant gloire oôner en paraoie«f £arf?ee conc 
fil; que la gloire De paraoie eft.cnfcco ir oie u et en apmer Dieu % 
en Donner louenge a Dieu.et c f?afc û Dee (aint; ce paraoie en eft 
glonf te en gloire./ze c rop pas f il; quen gloire on bopue ou mé 
gue ne gpfe auec féme:car toutes ces cljofee font Defaulte et 02» 
Dure et font f ho fee (ôuenablce a ce monDe qui eft ozt \ abrjomi 
nable et plain ce oef aultee 4 jFil; \>oi* tu le co*pe moi t De lôme 
qui pourrit en terre, ceftup wipe rettufeitera au iout Ou n\$t 
menr.£r fila apme Dieu e t fait donnée oeuuree. il fera plue ref 
plcoi flan t que le fouleil ne iamaie plue ne mo u:r a . € t fi aura 
plue De gloire t outfeul : que toue lee fyômee qui font au môoe 
nont toue emfembleen ce monDe cpiijfce tu mefpafce la gloi« 
reDu monDe affm que tu apee la gloire De paraoie: tu aurae 
gloire qui Durera autant comme la gloire Dieu*/ £1 te remetn 
toeeDoncct entene comme par mefprifct petite gloire 1 et qui 
pou Dure: tu peulo gapgnier gloire qui Dure autant que la gloi 
reDufouucrain Dieu 4) T)H cl>icr f il; comme ceuljr font maleu » 
reur qui pour bng petit De Délit temporel qui pou Dure peroet 
la gloire celeftielle qui eft fane fin : et lên Dont au feuparDura 
b!e ou il; fouftiennent grief; tourmene fane auoir fin*/ Ccult 
qui font en gloire apment autant comme U 5 en tenDen t : et en « 
1 enoen t autant comme il; apment .«/ ÎDoncquce frefehier fil? 
le tu ne pculr aucunement auoir en ce monDe lee Délit; que tu 













4|ê>e la côcepf ton noftre ïc igncur. tri. 

cnf ens:û garoe pour ce que tu ne pcr Des la gloire que I e tien en 
tenoement mpeultentenM ne congnoiftce.Çar ainu rôme tu 
ne oônrropes mie tootentiets ta main pour ong Denier, ne ton 
c bief pour oeur: encozemains fans pparaifonoeueropestu Dd 
lier la gloire celefticlle pour la gloire oe ce mon CejfiÇtltïu mef 
pares la gloire oe paraoïs pour la gloire oe ce monoe: fi met tô 
oopau feufi Captas comme tu pourras fouffrirle feu oenfer 
perpétuellement IjS pour ce Ce il tel* grief oe fouffrir ton oop 
aufeuDecemoiioepactmg petitoe temps :penfe Donc rôme il 
terôuenozaCouffrtc tourmentau feu oenfer parûurablemét / le 
quel Couftiénent les Damnes. Carretupfeu teeonuenD?afoufte 
nir fe tu mefpnfe? la gloire De noftre feigneur iefucrift. " 





ipëlâ conc eption no ftre feig neur immiïïïmmtym 
yjefucrift^ ■' '■ "' ■ajoi:' 




Mer rït$ il te remuent croire la wnception noftre fei 
gneur lefucnft.la quelle conception eft laffemblec et 
lunion que le Drap f 115 De Dieu fifta fopoela nature 
l)ummhealanature oiuine par loperation ou famtefperir au 
Centre noftre oame la glotieuCe \nergematie.£luât ooneques 
le temps fut acompli quil oint au plaine oe Oieu oe Cop l)u mili 
er a recréer (on peuple iilenuopaton famtangegabuel a no 
ttee dame Gnncte marie qui luf> apom le Mut oepar noftre fei 
gneiir.cn lupoifant.Suegtatiaplena commue tecum; bmebi 
cta tu in mulienbus. &pi r i tuffanrtus fupetuenfet in teietvi i 
tu0altt(Tumobumb;abittibi4/€tfètoft lafcterge marie fecô* 

fentitalaparollequelangelupoift oepar noftre feigneur: ten 
toftelie ronceur trapoieuetbrapr)ômeparleuureOufaint ef* 
périt qui fe enumbza en clic . £ t fut faicte celle côte ptiô par lope 
ratio oe toutes les trois perfonnee De la f rinite Diurne tf €9ais 
tapccConneou Fil? tan Seulement pmit chair a oemonftrer (a 
Ditferéce qui eft enrre le père et le fil; et le lai n t cfperit. le f i U ce 
oieu eft celup qui eft vne pet fonne auec le I? u mainte qui fut pâ* 
Ceoelapzecieufccrjaira la glo:ieuCe oierge marie 1/ «Et fut la 
meetlecomsocicfucriftrousfesmfmbîcset route fafourme 
ensemble et unie auec la nature oiuine : et le rozps oe noftre fei= 
gneur icfucrift tous Ces meinbzes et toute fa fourme De (turc 



I 4 






r 




i 








£>e la réception noftre feignent 



tu. 



que la vierge marte feconfentitaur parolleeDe lâge quâtelle 
coneeutpzemieremêt / et fut De celte fjeure Oieu et fjôrne parfait 
Oe ame et De corne en celle fagette t en celle vertu et en r elup mel 
mepouoitenquopfutiemcrittquânlfutpazcrcuteutpatfait 

aage.£t ne te efmcrueillee pae filj Dee parollee que ie tap fcfcti 
ptee De la côceptiô Du fil; De Dieu . £ar loeuute fut merueilleu te 
et faute par &iTue nature par le Dtuî pouoir qui peult faire ton 
teecljofee 4 £rnettll$tueetenuacroireceeil)ofeequeiefcOi 
Du fil 5 De Dieu: et ee oblige a le fetuir De tout ton entenDement : 
amn que tu fopes etfauce / et ton entéDement foit efleue par lu 
miere De fop.tarainu corne noue tômee roue obligée naturel 
lemét a amour : ainfi par la fouueramne oeuure ou ibuuerat rt 
fetgneur lotnee noue obligea croire ceque nouenepouom 
entéoze De laouenemét ou fil? De Dieu, (e quel aouenemét fut oe- 
nûce par lee pzopfyete e / et par (ee anciens fainfj peree auât rjl 
fuir pzonûce oe lâge. €t)itt fil; aoure Dieu et loue du grât piouf 
fitet ougrantfyôncur que le fil; De Dieu a faita toutlermmam 
lignage quant tïlup a pieu De pitnoit noftee nature et Deuenir 
Ijôme mortel corne noue*]fct teCouiuensueoelagïâoette etec 
mte/pouoù,fageffe:et oee aunes vertus qui font en Dieu-€t te 
gacoe côme elles font fi mcrueii Icufemcnr manifeltcs en la co* 
ceprion et en I in carnation ou benoi (t fil} De Oitu. €t côme il ta 
f)ôno;e en tant quti a pnne humain femblant Ai 3* tt confeille 
Doncquee beau ti(5 et tepne tant clnerement corne icpuie que 
tu mettes toute ton entête a pgnoiltre rjonozer aourcr/apmer 
loer et Ceruir tioftre ictgneur iciuti ift qui tant tapme / * fait tât 
que tee paroi lee et ta Vue et tes oeuuree font acceptables t agre 
ablee anoftre feigneur bteu.€t le vculrettre tiônozec tapme De 
Dieu: fi apme et tjonnoze teiucrift le fil) or Dieu qui tant ta apme 
et l)omwit ij £t fe tu ae trauail ou trittelïe fi te ton to.'tea relup 
qui pour top affcmbla et Dm it nature humaine auec fa Dette . 



op au 

à teeTa natiuite noftre teigneur œo ex© oasao 

5ieft 



iefucri 



ii.tt?a 




à T £> neufuieune moieapnrsq lefil$Deoicueutprieel)aic 

lIIJLlHimaine et fut côrcu au ventre ce la vierge marie/ Vou* 

__ylut il nantie oirelleglozieu le vierge marie fa mère : Delà quelle 

n 

c 










'. 






m 

0e la natnùte noftre fdgnnir. dû.c. 

il imfquit Dieu tl) orne au neuf u terne moie Cane Couleur et (oi> 
cupttô ij& ûiirfyes fil? q noftre oame làicte marie eftoitpoure 

îême ôesbieno oercmonDe:maiseftoit ricljeoesocrtusetttla 
grareoe Dieu. £t fut née oe la lignée oauio. étpourcetooulut 
/efil50eûieuuatftreenpourelieu ; ccttaiTauoir eu la crcCCe ou 



mc'gopét lesbeftes.anousûcmôftcereïépleDe twimlitetfO* 
\)op ftt$ que les fit? et les filles Des bar ôs et Des feigneurs tépo 
tclsnaiftent en (ailes etenDzapDozetDe tope : er lefauueut oe 
tout le môfe nafqutt cttïme cftuble fur la paille ou les bettes mé 
gopétlJîDottc tu peulr pfioerer que les parentés furet poures 
en quop le f 1I5 oe Dieu fut èuelope 1 et côme De petites et poures 
per loues il fut ferui lup qui naf quit fans peclje : la quelle ebofe 
ne peur et onrques ne ne pourrôt les autres bornes f atre|fj? 1I3 
quât tu verras aucune ieune f éme pourement oeftueet l'on ce* 
garo fera fouette et elle posera fon beau fil; entre les b?as po= 
umnér oeftu.lozs penfea la natiuite noftre feigneurij£t côme 
noftre Dame faincte marie poztoit être Ces b:as fon cljier entât 
poutemét toeftu (fétïout ainCi pme les autres enfâs fe taiftop 
eut Démener et gouueenee alafcoulente ce leurs mères, amft le 
benoift ftl$ De Dieu fe lauToitgouueenet alatjouléte De la mer c 
et croittoit petit âpetit fagranoeur cozpoKlle ainfi comme les 
autres eiifans.fauf ce q /a Xtettu oiuine qui en lup etkoitne pou 
oit croiftre. car elle eft îfiniefjér faites q noftre oame faincte 
marie garoa et nourrit moult Doulcementet fongneulement 
fon clnercnfair noftre feigneur iefucrjrift : car ellefauoit bien 
l'on e ftre et quil eftoit feigneur De tout lemonDe.£t lefucrift fa 
uoit bien que (a mereeftoitla meilleure et ta plus noble et ta 
plus belle que pneques fut : ne qui iamais ferait pour ce f il j 
es tu toenu en et monoe affût que tu lapmes et Ijônozes * férues 
(âme ton teap oitu ereateurfftat fe tu ne lapines et fers tu fais 
contre re pour quop tu es oenu au monDei/Σt pour ce feras che 
tif etfetf De parourao/e peine et trauail au quel tuferas iugie 
par laDJoictunrre fentenre oe Dieu, mmmïfmnmmmnnm 

l'ÎDe lapiCfion noftre feigneur iefueriu^ss^^tmt. 
f jft grâces! armes et en gratis plours cfoerf U$ f e oeuroit 
^Jcftre racôf { e la faincte paiïiô De noftre feigneur tefucr ift 


































Kpaffion nodtt feignait Dm. c . 

la quelle pauïô fut la plue grât peine et la plue griefue a fou* 
ttenir De mou et De Douleur qui onequee fut ne qui peut eftre . 
^nfeluptépeooncquceqnoftrefeigneuciefiicnfteut aagr ûe 
rrrii.ane:etque ilcutpœuïje au peuple Deitrael etfait moult 
oemiraclee.ilaouït quil* traicterft De famo:t <£t luoaefcari. 
ott) q cftoir uns oee Dou$e apoftree leoe'Dit aur uuf5 pourtmg 
pa0ttar0ent.Oftalïauoicpoucwc.DemfC9Dear^ét.€tlefil5 
De Dieu qui eftfueôe toutlemonDe fouffrit quil tuftbenDuet 
liureamoitetapatTion affm quil Deliuiaft fon peuple Du po- 
uoirauDpable. <Et quâtuint au iourq née (eigneur icfucri&De 
uoit fouffrit mort t paUiô ; ; toute la nuptù relup iour il p?efrtya 
a fee apoftree t aur autree 4 auec lup efroper * leur 01 ft fa paffi 6 
quil Deuoir fouffrir pour racljetcr letmmai n lingnagr : et puie 
leur oiU q quât 1I3 pnropé t Dieu il; Drueropét ainfi Dire#/parer 
nofter qui ee in eelie.iufquee a £iuK'.<£t puie fia il pmvecômt 
l)ômca la faine te otite a oeinôftrcr qui! cftoir vtap t)omme. & 
quânleut faitfopneretentoftapœe mntiuoaea sranr com= 
paignie De iuift armée lefquel? pmuuét et lièrent nfe feigneur 
tefucrift:ettémenerent pour eftre crucifie et Cbuffriemozt<n©* 
regacoe fil; corne noftre feigneur iefu cr ift eut granr tyimiliu . 
Car lu/>qui eftoit feigneur ce tout le mdoe te laiflf 1 lier aur iuif ; 
£e garoc oonret entene rôme il arma le fauuemcnt De fon peu 
pie quil voulut fauuer paria mozt* / Le e apoftree et roue rculi 
qui eftoiér auce lup (e laiuerent et fen fouprr't : foie (aint pierre 
qui lenfuiuoit De toing.fct touteff ope le renpa il troie foie relie 
nupr en Difant quil ne le côgnoiffoir.Loze lee tu fc ftfpoullrre't 
noft re feigneur lef urri ft et lup clingnerér lee peulr * puie le f ra= 
popenr De grane coupe er lup oemâDopét qui lauoit f eru/ auffi 
côme arapitol.&iquc en telle manière quil; pouopent lupfai 
foient Ijôte lee traître e iuift et le moquopent/erileftoit t>enu 
et fouffroit tout te pour lee oftec ou pouoir a (ennemp et pour 

lee rauucr.'ftamfile Démenèrent ceUenu^r.(£tc|uâtbinr au ma 
tin il5 le liurerérapplate qui eftoitp/cfiDentDc la luftice pour 
lépereur De rôme.£treluppplare le fift oarce ûffeourgee» fi rru 
oelemcr que fur fonfamt co?pencoemoura pièce oe cuir entiè- 
re rat que fo ti pzeueujc fang couloit Ce fon co;p* oe toutes pore. 












4) £>e lapaOîon noftre fcigncm . uni. c. 

Ctquât il$ leuréf ainfibarualcur uoulêteil5 tup firent porter 
la croiriufqueeaulieuou il le crucifièrent . et puwlprlouerét 
en la croit iee mains et le© pies; et eftêoirenr ion preneur ro?pe 
fur la c toiMfÇt pute Dccce cent la croir.a ffin que rou s le beiuét 
Ctapzeelup Donnèrent a boire fiel et bm aigre :er ltu> couron- 
ne i :ent (on clnef ûe couronne oef p mes bien poingnane.affin q 
Ice pointée lup eut caftent eu la tefteg f£t puis le tentent Debne 
lance par le colle d cruellement que le cueur iup pamt t mourut 
ai n f 1 pour fauuer (on peuple : atfm que tous peuiTen t efebeuer 
la num oêfet et venir a la & loue oe para 010. Car le le fil$ ce oteii 
euft voulu toue le& mil 5 ne roue iee rjôme© Ou mooe ne tes o/>a 
blee qui font ne (entrent peu tourmenter ne occire. Car il ettoir 
(rigueur puiffât fur toue 4/fJDaie pour ce que fa moite Hou m 
cettaireaiâuuec fon peuple ;poucceuoulutii feuffruque tyôme 
le tourmentait ctoccift4j€tiacl)c mon fil$ q tme goure ou lanç 
noU ce feigneuc euft cfte fuff ifante a recréer ion peuple 4/0M 
pour la géant amour quil auoit a noue ooulut il que fon lanc 
fuit tout efpanou. Car tout ainu cô me ung vaiilea u qui eu per 
ce au fone ne peut point retenir te tmvne ce autre liqueur .amu 
fut ici ucr Ht perce oe la lance mf quee au cueur : fi que goûte ce 
fane m> oemouca 4J 2f mia Wc tily fe ru beujc biure en gloire à 
pleuve ta moitié ton (êigneur iefumft. Car lar/jee ii ru ne prus 
pleurer ru ne uymcepae tant côme ru le 00100 a/>mer. amele 
mcfpau^ij Car autour quil penDit en (a croit uppenoit pour 
topifët pout(e oonequee (e tu ne lapmee tu le gabee/moquee/ 
erblafmee. Car toue ceulr qui pour lup ne pleurent ne renoent 
nullee gracee a Dieu De la peine quil fouffrir pourtamour oeur 
fct toue ceulrfont mefcrjâe qui le mefcroiêt t WafpljcmêM/ &r 
garoe oonc beau W3 en la ccoir et bo/> comme il repœfente en lp 
ma$e ou ctuat ir fa pamon : et entene bien que il mourut pour 
noue fauuer: crpoiureainlï ne ftuoe noue mie ooubter a mou 
nr pour lamour oe lupij jFii$ il tefaul t mourir ueullee ou non 
ooncqueepuieque il re faulr mourir beullee mourir pour la= 
mour oe lup.Éar il ta crée et oonne reque ru ae; et ft te peut ûd* 
ner feu parourable/et gloire fane f m erfi alioulu mourir pou 
ton amour jjClue beult ce Dire que le feigneur a bo ulu mo 










/ 



















ijCùm fefiimft oefaoir en enfer • if. 

pour fou oaiOah le toaiftal neoeult ettre mott pour Co feigneur 
€t fi meurent maints ifjeualiero en bataille pour leur fcigneiu 
terrien.fi ne ooibt on oonrqueo point ooubter la mozt pour la 
mour oc fon (eigneur pour auoir latoie ou fôt leo l"aint$oe gloi 
rcififuTncfcacopo tu rcfponore quelle mozt eft pluo ooulceou 
meilleure ou mourir pour amour ou pour malaoie. et Ce il ett 
aift q mourir pour amour eft pluo ooulc e inozt. oôc oeueropeo 
tu tant apmet oieu que tu moueuftee pour lamour oe lup. t atft 
ûeueropeo tu Délirer la mo;t. ëar Carrée que ceulr qui meurent 
oemoztfono lamour oc oieu napronria gueroon en gloire, ne 
relup qui napme fon oieu ne peut mourir en Ccience oe amour . 
et lame par auift mourir fera mauuaifeejpouree oôrquco fait 
bon mourir en la mozt oc faluarion 41 Ci pêfe f il$ quâo Ijômco 
Cont mo20 pour affcmbler Déniera et ridjeCTee monoatiieo et 
pour auoir la gloire oe re mortDe.€t puis regarocquâo f;ôiiiea 
meurent pour lamour oe leur fauueur.et tu trouuerao q pluù* 

euro meurét pluo toft pour rifl)eaedtl)dncur0mdoaîô:cj pour 
lamour oe oicu.£t touteffoio lup qui eft feigneur oe tout le mô 
De mourut pour lamour oe noue touo if €t pource RI5 c\u tap 
a Dire pluueuro crjofeo couuient il q le lai lie cette matière Dont 
nouo parlons . De la quell e matière mamt eo paroll ee peuc n t 

eftre raconreeo et DirteOc 

4) £omeno(rre feigneur iefucnft Oefcenoir en enferra; 

JS> tempo Deo patr iarc rjca et pzopfyeteo et Deo faiii f $ pe 
reoauâtquclebenoift ftl$ et oieu pan t rfyair fyuma'tnc 

iquil fouffnttmott touoleop/opbcteoetleo faint$ [)ô 
mcoqui r r open r en laoueiiement ou benoift fil; Ce Dieu alopent 
en enfer pour le peerje originel. SX>aio oe puis que le benoift fil; 
De Dieu eut pzino cr)air et nafquit De la vierge marie auant quil 
fouffrift mozt Caint ic r)an bapttfte fut en enfer mefTagier t leur 
Dénonça laouenement ou fil5 oe Dieu: DÔt leo pereo fain t$ furet 
moult môfoztcB.&apm cl le benoift fd$ & oieu fouffut mozt 
* q lamelaiffa lecozpo mozt a la rroir.lozo Defrenoit elle tentoft 
en éfcr.pour en getter rjozo feo ampo t pour leo mener a (a glo 1 > 
re pourablc.iEt qult aoâ oit oemr fon feigneur et fon créateur 
pour le getter (7020 oe la peine * De la Douleur ou il auoit efte lôc 








4j£>e la fepitlftirr et oc la rcfun cet iéx 

temps lo:e Di&ainfi#£efont oiftil les mains qui me formerêt 
et ceitle feigneur a qui il a touucnu De noue en la gloire < j6e au 
UlyK netepouteope racôtec neoirela $rantio/>e que aoamer 
tes peree eurent quât il Dcirent leur créateur, £outeffois peua 
tu penCet côme tu ai topes gtant tope Ce on te tiroir 4020 oeiniç 
puis tcncbïcuj: plein ûe feu De l'ouftre et De fer pêne : et on te elle 
uoit laftus en la gloire ce pacaDiôjffôils retiens en ra mémoire 
côme la luftice ce oieu eft gtanDe qui ainfi fozt punift perfye.£ar 
par le pect)c aoatn les amca qui onrques ne fe eftope t côfen tues 
a pecl)e furent fi longuement en en ter ; * il; futtenr a toufiours 
(e le f 115 Oc Dieu ne fuft benupouc les cacheter 4 £t Ceneooibs 
point croire que iamaie le f il$ De Dieu reuiengne pour racheter 
cculjc qui tomen enfermât 1I5 ne feront minai 9 racljetes éj£t 
faciles beau fil; q la oei te ce iclucrift le fil?ft Dieu fut toufiours 
iuicclc cozps en la croit et au rôbel et auec lame ccfccnoit en éfer 
iieonrqueslaDeiteneCeDepartitoelameneDu rozps Depuis la 
benoifte incarnation <|!Sine tut en enfer auec lame/et au rôbel/ 
et en la croix auec le coupa. fct Ccais tu pour quop ; pour ce ql fur 
ugnif le que U f 1I5 oe qteueft auec lam e t le cou p s oe ief uccilt par 

f^ujrureer oe (a refurreerion iefucriftg^^yarrfcn 
Jtyierfif; il retournent croire q (e benoreop quâtuo 
ftrefeigneur lefurrilt fut crucifie et mort pour noua 
(auuec tofept) oarimatt)pe ocmanûa a ppiate le coups 
1 urr lit poutle en feueli c en nn s moult bel tombel De pierre 
tout neuf q irelup iofepfyauoit fait faire pour lu/mielmes*, £t 
quâtle cozpsnottre leigneurtelurnftlu^ fut Ootme U tereceut 
moult l)ônozabtemét côme legteigneur Dont il peut receuoir 
erlenfeuel/) en fon total Deftufoit tfOi pêfe Dôcque filj côme il 
fut f;ûWequii fouftrit q ton pzccieujr «wpo fuft enferme en une 
pierre et mis oefous la terre j£t la ôoibs tu penfer fe tu oeuljc 
auoir tjumiUrc jfër toctye fil? q au tiers iouc reQfufcita lefucrift 
(Etpoucmôftterfagrâoe uiifcricruDeil boulut premièrement 
feoemôftcet ala magoaleine qui auoitefte fétne moult petite* 
reffei'DPais ap«s apmoit elle iclucrift en f référât cl)acite^T<te 
apîes fi côme lesapoltres eltopér ro 9 enCêble fore faint rtyfma* 

b.ii. 




oeie 






— G\ 



— r- 



— ^> 




I 



o 



cm 



CNJ 



CNJ 






00 



<3" 



CNJ 



cm 

CNJ 



CN 



O 
CNJ 



co 



u*> 



*t 






— CN 



— O 



o^ 



CD 



r- 



<o 



m 



-T 



ro 



CNJ 



u 



MM llll Mil llll MM Mil MM NI! MM Mil MM 


llll|MM|MII MM 


llll [M M II III 1 M M 




Ml II 






MM|IMI 




lllllllll 







cm 



6 



y 



10 



l: 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



</£>! 



M- 



I 



entonemaiConfermeepourlapaour Deeiuif* noftre Ceigncur 

iefucci^ntccVcô cul* a poztes clofee fane lee ouunr a oemo ; 

Km eftoitglonfie et tettufcite/et pouoit pafferpartoue 

hmr tant fermes q ouucteffêcToze eurent lee apoftree fi grat 

^^M^SSSu Dire ne raconter quant «5 tment leur 

$«MWvrtatott.& quant iefucr ift Ce fut oepartp De eulr lo;e 

S^SSSiiiae.ft iup Oitt tmg Dee apottree q ieCumft efto tt 

SSuStc . €t fetot tl?omae refpôDit q ta ne le cr oirott le Une le 

beoi et fe rt ne mettent fee maie en fe e plapee* £t pout ce q fait 

ttomwet toue lee autree q fecôt ap;ee entrent fer me fop et fer 

me creance/et q raint trjomaeet toue lee autree euffent occafio 

etcaufeDelerioicemutieruerifttJnsiour aur apo&ree encloo 

cÔmeDeuâtetpeftoitfamttbomaeauecleeautree.^ioiftie 

cr/ftafainttbomae .metrpDift Uton Dopa mee placée: fi CcaU 
ras cl fe toge/ et ne fopee pae mcureatit : mate apee fttmef op. 

rftreft agréable a Dieu . <£t pout ce f oufttit il q fait tbomae l o/> 
miu fa main en fon cofte en lup Difat . £u ce Dift U mo Uisucur 
ctmonSViamtablefil5enla refurrecttonnre feignent fut 
fSiee et Snôftree nf e refurtectiô q fêta au iou r Du iugemet 
qStiwue&rfe retlufetteepar le fa^eDieunrefcig neurjefu 
Sïft ™ £e lafeenfion nre fetgneuriefuf tittS^5i^=J 
s\. Sentcne ct)iec fil* a cee parollce:* trop en pcellee . £t fa 
I Icbeeâ ameequarâte toute qnoftieietgneutfutreau= 
V/fciteilmontaaurcteulrouilfpetalaDertreDeoteufon 

nere ii&t rôme eeftup môDe foi t lieu De corruptio et tt Défaille» 
mené Deebice ergf ace:pouree a. le fil* De Dieunp cftplue craint 
ctapme:pourcencltcepaecboferaifônableqtantp:ecieuxco= 

me le mec eur cozpe c* lefucrift Demoucaft en ce mdoe entre no? 
d Cornée moztel} et coîtuptiblee.*fèl lafeenfion nre feigneut le- 
Cucrift ea lignifiée et eemdfttee lait enfion t le môtemen t au ciel 
q r ô toim apta au iour ou iugemc'r.fe tu fero/apmeeet louée le 
benoift ( lU oe Dieu </£ar amfi côme le benoift fil* De Dieu tint 
cnccaupmaDepoureennoarenatureetapzeefémoiïtaauriel 

ai nfi môteront au ciel toue lee cozpe ce ceulr q aucôf Dieu Cerup 
et apmeen ce mont* et q croiront en la fouueraine incarnacion 









uîgctnctit 



m. 



oc ieCuccift/et aur artifice oc U Caitce f op catholique </£t taches 
certaine/neuf fil$ fe tune cropseeserjofes oettufoictes que ton 
corn orfee noca en enfee au iouc ou mgement et la fecas a touf 
jourftnais (ans fin tourmente aucc les opables au feu par ouca 
blcuOi règaroe oonc fil$ côme tu apeas grât gloire te tô corps 
ocfcentcnabifme infernal entartre en ténèbres parourabies 
fana nulle côColaciou / et fana iamaps en pttitf& fact)es f U$ q 
cominelesangel$ocpacaoisplurentagrant clarté remplieoe 

moult grant ooulceur 1 et a grant prorellion a lencontce oenre 
feigneur ieCucr ift pour lup faire donneur quant U monta en la 
gloire au iour oc lafr cnfion . ai mï aur Dômes oe ce monoe pttit 
«es opables oenfecamoult fyorrible repart, pour ce que il les 
mettent aufeu parourableen tourmens fans fin #/ecpouree 
f 1I5 fe ru ueulr monter en fi t>aulr lieu côme le eielal te couuienc 
faire donnes ocuures tanois que tu as temps et Uyfic . et gar* 
oe que pectje ne face ton corps Upefantql ne pmû*e monter aujc 
baultciles ou montent ccutc qui par peni tance et par Donne tte 
tue- et par. bonnes meurs montent, teftaftauo i c a la gloire ou ci 
cU/$U5 le tu toeutjc montée laou eft lelucr ift : fi monte ta péïee 
t tô oefir en baulf .£t puis oefeés tô entêoemét / et te fouuiêgne 
oc là milice la ou tu eeijét oerpme ceùup monoe ; aff in que tu 
(ope& prife en (autre ou (ont les fains & paraois cr oont les opa 
blcs rtyeurenr qui font au milieu oe la terre en feu / en fouffee / 1 
en eaue boullantuen cljatbons aroans : au quel lieu Oefccnorôt 
leepccbeursquimc^ilétlasloireoenoftrefeigneurieiucrift 

4m>umtmmt.^^mf^m^^^ 

it)ant le nombre fera acôplp oe* (aine qui font en gloi- 
re aupueges oont les opables cfyeurent . lors fera reiur* 
ttion générale oes bons et oes mauuaps . lois toéorôt 
totôoùptlà oefeeniere fentence. De 1a qlle nul ne pourra appel 
lec/t fi ne la pourra nul e&beuer ne fou^r .£t en celu^ iouc nnr» 
ucilleur relïutn feront (es corps oes gommes qui (ont eu po u t < 
ûre enfeucus en (a terre/ef atfenoent la (entence qui fera Oônee 
au iour ouiugcment par le fil* be oieu iefucrill qui les toenoca 
iugeci €f lors raflfemblera les os oes corps les tongs auec le» 
aut ces . et recouurera cljafcun bras fa main/ \ cDafcun mébre fa 

biu. 




TT 





1 — ° 

1— ro 




1= G\ 




1— CM 








F" v* 




W— (M 




F r*" 




1— CM 




t= \£> 




1 — CM 




F m 




t cm 




1 — "T 

1— CM 




F" ^ 




! — CM 


111 


F 1 CJ 

1— CM 




F ^ 




I— CM 




F ° 




1— CM 




1 




I— <— ( 




1= co 




I — i-H 




r^ 




F r ~ i 




M— ' 




■ — -— ( 




m 




F - ^ 






= *^r 






~ïH 




= ro 




— tH 




— CM 


11 


iH 






= iH 






= *"* 


I 1 


= O 


Il II 


— t"H 






=— Ol 






E — CD 


1 ■- 


=_[-. 








r~ ^> 




F — ^ 




F — "^ 




[~ m 




| CM 




F — *-* 




F e 




F u 











{fèu ûnjemntf 



ni 



ftwmc etcbafaincamereeouurcrafon co:po me taies que elle a- 
uoirauantlamo2tenfellu^monoc^.iMl$rironnncD!cua(Tee 
toutes cl)ofes a oemouftret fongrantpouoir.ainupcusïupc 
fei que Dieu pourra reUufritcr les mois Ijouunco tfémes pour 
Demonftrer fagrant iufttre|f£ar rbafeun fera reiTufcitepour 
auoirguerôon ou peines ce ccqtuf aura fait en ce monoe/ et a= 
ura c Ijafcun a reuore copte ornant le fil$ De Dieu quitocnDra aur 
nucesaucclcaanctc^Du cieli monftrcra Ce3plaJ>c3 Dontfaillp 

lelancîauiourocfapalTionquantilrecrealumainlignage^t 
feracclupiour moult agréable a reuJr qui apront Dieuferuiet 
bonnorc en ce ciccle . mais U fera moiUt ï?o:n We a tous cculr c| 
en ce monoe feront tnozs eu pecl)c |/<£t (du? qui Douera la fcn* 
tence fera lefil? De Dieu et De nottre Dame famete marie .le quel 

DinteucetnouCtp.'cnDrec^aiiimmaine/etfoutïnrmoztpouc 
rclraurciiumaiu lignage quieftoit perOu^£elupDroituricr 
gloueur iu<je îtqui w parle Donnera a fee beneuree le ropaulme 
parDurable : etauj mauuaislcfcuDcnferpourauoirpatûura= 
blcij <£t en irelup iour mcfmes entreront les fainaengloue/et 
les peerjeuto en pcinefffct lozs feront moult beneutesceul* qui 
pourront moiutrer an fil$ ce Dtcu les peines quil? auront pour 
iup fouftenuca en ce monoe#/<£f reulr feront maleureur quia 
ce pzefent iourbenotont les mains buiDes / et napront riens cjl 
puiffen t montrer au fil? De Dieu qui les recréa par les plapeo/t 
parles tourmens quil iouftur en fon comspour (amour De 
nous4|€ac à celup iour auront les pécheurs ce fu érection/ et ne 
pourront foupr la f entencUj £ar Dieu eft en fous lieur / et feai t 

fouteofbofes4f^t0nepourrontcontrefter:carp2iereneercu* 
far ion ne leur fcaulora riens(/ £t)ier f 1I5 fouuienne top que tu 

as efte cngenDre en efperance que tu fuîtes tau uc et euanre / et 

que fuiiTc s peefte / et apmaffes le fermée oe nf e feigneur. ODais 

plufieursDe ce monDe q> font pécheurs #/£t ften paplufieurs 

qui percent lamour De oieu/et pour caufe De leurs enfans qui 

eft bue ebofe que len Doibt moult ooubf er . 



d 






















MM MM 






MM Mil MM Mil Mil! Mil MM Mil MM MM 




MM MM 



cm 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 



ttoïreceijonojerïmgOmlDteu. p'ti. 




il Les oir cômanoemés oc la lop ffét pmierement De croire et 
aourer \>n$oieu tât feulemét créateur ou ciel * ôe la terreenriii. 

Ommanocment eft oe fupure eljofe qui eft couue* 
pable a aourer apmeretferuir Bng oieu.£t corne 
ilfoitB?apecl)ofeacroireque il neft que Bng Oieu 
tant feulement . $i te couuient f il$ croire que nf e 

__ Rigueur Dieu DÔna la lop aur fil? oifrael par mop 

fc|T€t fift cômanoement qnul fyôtmne aouraftneneferuitt 
q Bng Oieu tant CeulemenMe quel a fait et crée tout ce q eft fait. 
6t en ccluptêpsq Dieu Donna la lop a mopfe et aujc iuif5eftoiét 
les iuif; amps or nfe feigneur Oieu: et cceoient en lup / et eftoiét 
contre le peuple q tttoit aur poollcs et aur bettes / et aur aut rcs 
rhoftef 'Car to faifoit cljafcun Deulr pmageen féblanceft t)ô 
meiou fr qlque chpfeoe boie /ou ce pierre/ou ooz ou oargentou 
oeanfre crjofejffiaouroientcellepmagè corne oieu ou ciel ef * 
(a f me 4} €t comanoa lozs nf e feigneur Oieu au peuple Difrael 
qui ozes eft nome le peuple cee iuift cfe ne fiflenf nulles poolles 
maisaoutaffeutBngoieugloûeurtantfeulement. $acl)e fil$ 
quelalopoesiui^fttt premièrement Donnée: et pource eft elle 
appeltee lop niellent la top q les ctyiftiens tiennent a pzefent 
(a quelle fut ùonneepat nofrre feigneur iefucrift : fi eft appellee 
lop nouuellejfëtlbntle? ruangif les (J font eff ripf es a ujr liures 

oe fâintte egli feDpource Dcïna oieu lop aur juif* ql$ ne cljeuflet 
en lerreut en quopeftoient les autres gens 4 creoient aur pool- 
lesret queen leur peuple cuftpzopfyetes q Denuncattent au peu* 
pie leaouenenienr oc nofrre feigneur iefucrift. et que enicelup 
peuple Oee uitf 5 naquift n offre oatne fainrre marie; en laquelle 
pzrnfift tfyair tmmatucle benoift fil$ De Dieu f'#icouuint que 
la lop Bielle f uft premièrement que la nouuellê Ij2t inf i côme il 
couuient q ue le fonoement foit auant que la maifo \uj £t pour 
ce font les iuif* en erreur (/Car il? cuioent tenir la lop mopfe: la 
quelle iU ne tiennent pas. pourcequil? uenfuiuêt pas ce que la 
lop Bielle Cignif it oe (a nouuellê </ £rnec HU apme eu ton cour a 
geBngolcutât feulemét #/£arreulr ontpluficurs fautyOieu* 
en leur courage cj apmet aucune cfyofe plus q leur Bzap Oieu qui 
lesacrees/etcire(rufdferaengloireceul)LCjlaurôtferui -Et les 

b.fiii. 



I 







un mu 1111 un mi mi mi un mi inii mi 


im|ini|mimi 






111 11 






iiii|im 




iiiliii 




llll Mil Mil lllljllll lllljllll 



cm 1 



6 



S 



10 



l: 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 












tir i 



<£2>e ne titrer point oteit m nain, put 

autres il i effufcitera en grief; f ourmens fans fin pour ettre pu 
nie oe leurs mettais . £t fe le oieu que ie te romande a apmer et 
a auozer auoit oefaîllemét en fop et neftoit ce fop fuffiianr auât 
que nulle eijofe du môoe feuft.fi le ooibs tu apmer pourc c cjl te 
poutroitoonnerafôpuaementoe perfection 4/fiDaisnfe oieu 

oe gloire na nul oefaillement : aine a tout ropli ITement et tout 

côméccmét en fopmefmes/pource Donc le ooibs tu apmer et fec 

uic.&raie fil$ pour quopmaint} Cornes fôten erreur mee reps 

pzcfêt ou nous fômes màintmât q tôt leurs Dicur Des poolles. 

«Êeft pour ce quil* nont point côsnoifXamc Du Deritable Dieu q 

eften gloiretf£t (caie tu pour quop no 9 qui ctopôs tmg Dieu De 

gloire nalons pjefctjee et monftree quil ett Dieu ce tout le mon* 

oe.£cft pource qnous auôspaour oelamojftDoubrôs a mou 

rinpour Démo nttrerleDieuqui Donne Die parourablc* gloire. 

tf iiommeonneDoibtpoint mrer oieuenbainS#?W»ite— = 
Vicier fil$lefecôDcômâocmenteft q loi neutre vointle 

J nom oe Dieu enfeain . ix ql iurét en Dam reulr q iutent 
>i iineu t Ces oeuures.eôe les faint? * tes faictes t autres fec 
mes et métét en Difant le côtraire oeDerite.fct Cact)e i ils qceuljt 
apmen t plus ce pourquop il$ iurét * métent : quil$ ne font Dieu 
par qui il; Diucnttf€ t pource que eett géant Default et grant ec 
reur pource a Dieu fait eômanoemét que nul ne iure faucemét. 
€tilooibtfuffireDeiurerainfietDire:fe Dieu te ooint bien. ife 

oieu taift.ou fe Dieu te ooint mal^fjfil; mct m ton c w c « c * e P« 
mier cômâoeméf.quât tu Doulozas faire fermét. £ar tjôme De* 
ritable ou l)ôme méfongier font autâtaeroiretâtlun comme 
laufcc par fimple parole :côepar tous fermés qlpourroit fai 
re.£at auffi bié Dira Derite \)ôe Deritable pat fimple parole:côe 
fiUuroitgrât fermét.et lôme méfôgicr pat le ptraire autti tofc 
métiraeniurât côe a fîple parole.€tpoutceDault mieur auoic 
Dente en bôte:q ne fait 01 ne acgét pat faulr fermés auebler en 
l>ucl)c.BÔte eft oônee a lôme pou r 01 re Dcnte:t Doléte pour Ija 
ir faulrete.£t frais tu pourquop faulr méfôgier fait tât Oe fer* 
més.CeftpourceqlncftpascreuparDngfeulfermétff^û^nT 
iure pas en tô cljef . Car tu ne le Dônecopes pas pour to? les tre 
fozs ou môce.€ t ne turc pas par tô ame.Car tu ne peur pêfer la 



» 





























un 



cm 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 






gloire ne latif u q f utumlozope s auoû%€t ne iure «lie tâpere ne 

ta mere.carfu neieuepeur oôner mit odiiem ne De bite côcm 

as receu De urrf£f né ince mie ta fop . £ar mm airo/w mains n 

ru tien as fc point en as.ODais fe tu toeuïr iurer De tocrftef gi Dp 

ileftaifi.optjoir. £ar pour eeftup fermer tu peur auoir ppliïï^ 

met a tout ce q tu achèteras/ tworast affermeras fétu es neri* 

tabte . Ctfctuesméfongier tu ne peur auoir rô>liOemef pour 

nul auoir .ne pour (er met q tu puidee taire*/ £ar une feule sou 

fe ou fâg nf e feigneur toauit plus q foutes les rreat urée q font. 

£ieftgrâtpecl)effl5 etgrantfolieDeiurerpar le rfof / et parla 

cfair Dieu la fozre/ou ta puiflae e ou le néf re De Dieu . <£r me o;es 

eft greigneurpectyea la perfonne iurer De Dieu ce que en luj> neft 

mte:quefequipeft.iafoitfequetoutfoitmal.iœ^^^ 

d&mmton ooibtgaroer les feftes^p^b^^c^^Sfc 

i T/£ fiers commanDementeft que ïenfetre le fameoi. £a< 

I rtje80oncfil5quefairefefteaufameot:eltfatrercinfOv'â 

JL^mttpt oieu/eteftre eno:aifon et auoir fouuenanre oeo 

oeuurce que len a faictes en la fepmaine 4/&&lu,p téps oonc q 

Dieu eut crée toutes croies enfvriours . ojiâtmntaufeptiefmc 

iour il fe repofa.a cemôftrer a tyôrne q au fe pticfme iour il embt 

rrpoferle rojpsparieune efpirituelle: en fopgarDâf Dépecée. 

£ique(f ro.'pe face m telle manière fyonneur a oieut reuerence 

£t pour f a'f celup qui e ft Dieu De gloire quât il Dôna la toellc loj> 

amopfe . f ift commanoement que fout le peuple Difcael feftait 

h fameDi.poucce que en celup iour il$ feittent ozaifon * pziee e a 

Dieu (JfDais quât le benoift filj De Dieu euft pans ct)air Ijumai - 

neet eut Donne la nouuellelop au peuple Descl?riftiéslo:s fur 

f aie te trâfmigcaciô et trâfport Ce la fefte du fameDi au D iméclje 

Sfifin quilfuft fignifie que ainfi comme Dieu auoir cômencea 

rreer le tttonoe au Dtmcncbr. ainfi couuient q la fefte foit icelui 

iouc mefmes ou Dimencrje .et pource ainfi que pat recceacion a 

re iour il recréa lumaî lignage^&acrjes f 1I5 q quât lôme corné 

ce afaire aucune oeuure il a îtêciô ce Dôner eôpliflemét * pfectid 

a celle oeuure 2Unfi couuiét il felô la Diuine ozDônâce q aîfi toi 

lemôft fut wceeuutfôcôpliffemétauDimcctjeau qlilauoit 

efte cômence. Suffi a celup iour couuenoit q feuft f aietcla fefte 

















MM llll Mil II M MM Mil MM Mil 1 1 M M Mil MM 


llll|llll|llllllll 


IIM|IIII llll|llll 




III II 






Mlllllll 




lllllllll 







6 



S 



1 



l: 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 




1 






|f €dmt on Dotbt Ijânotcr peu et ntere, jfti. 

mlftoucUcldmetcnttltgtaccaaDlcaDtt commencement oela 
iïrfltttf oe loeuute .£at : lo» premièrement a locuure fon eftre 
M^itoîftctta .£t poucce q au DimécDe fut le mooe recrée 
fïïut to neSSôMUca en ce iour ooibt eftre faute la fefte.tfe 
fter ^ftXneVfait poutee q ailliee a leglife pour Homme * obe 
k auSXe en lieu Soieu.t q efeoutee lee par ollee quai te o ra 
iSKda«l»Plw*«» tt confetteeoc tee peerjee et lup 
Sffïc toncotpe et ton ame/et lupoône oc* biens te ce monoe lee 
SueU SnamU en ta gacoe. et ceftui iour 1 * touo autres iour e 
oê^fcft?è fonnoure ooSnfon % De plourer lee pecbee q on a f aie 
¥t en ecluï iour par efpecial Doibt on auoir mémoire Deebam 
m De 7 monoe.ît Delà i «toice oe paeaoie.et oee pemee oenfer . 
Mai* enec tnôoe îôt cruee * multiptieee erreure et pccljee aur. 
feftee. £ac on P fait lestas megiees.et lee copagmes monoai 
née ou font fait? Stâs attébkmca oepectjes plus quen autres 
iourséf tout eff Ois cft le oime'clje par efpecial le fait iour De [a 
fepmaine q Dieu prtt pour fop/Sffin q lôme lup face plue grat 
bdneur en ce Ittimur q aur autres ioure.en iouer . en boire- en 
parler en aliéner en toutesautres telles ct>o (es â (amiable f U$ 
cômâoe eften la lop q ton ferulceur et ton beuf farte fefteen ce- 
kip tour en loueur et reueréce ce la lop.pourre quil foit fujnifjc 
quainfi fdme eon fer uiteur et ton beuf font fefte en loneur cela 
lopuunfiDotbetufcfteete oimécl)eenldneuretreuecéce ceieju 
crift. 4} sômeonootôtt)ônoierpereetmer<Œ£t£|;toif«— - 

t)nno*crtecouuientfil?tonperect tamere/pource 
jcuie cômanDement eft De ce faire.S Demdftrer que ain 
_ Tîrôme tuée oblige a croire tonpereet tamerepour 
/ce que ttfei^ttu De eulref poucce quil? tonf nourri : ainu ee tu 
tenu a feruir ton Dieu qui ta crée et qui te f ouftientvpu quel fou 
tee rtjofee ont prine leur commencement.|j2lmôur/l?onneur/ 
et créance ontgranf femblanceet granteonuenience.cac oeffoô 
neur eft pour mefprifer r/ €t pource cljier fil? que tu ne Defpn* 
fee ton pete et ta mère/ et que tu ne lapée en ftapne et en Defpit : 
et que tu ne touuopfee leure ricfyettee. pource fil? toeult Dieu ee 
commanoe que tu Ijonnozee ton père et fa mere. €t en ce peur 

tu enteoœ que Dieu beulf que tu fopee t)ôno:e. car en loueur De 





























Mil INI 



cm 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



23 



Çdm on ne noàt point occire, jrtni. 

ton peteetoeramere tu i?ôno2erasoieu.£tfe par la peincet la 
beui Oe tôpeteetot tametetuas rirljeiree* fjoneure. Sumofe 
oc ton fjonetir topa ta père et a ta mère iopee t pïaific. et te fou 
uiennecôme tu es tcnualeuc faite fyftteiir . Car rfjaffûeft tenu 
oc l|5»02ec lee année et les premières enofes et lep*emiet corné 
tcmct:(i corne tu peut entéoœ pat ration. <£ar fe tfônoia leean 
ciéo et le piemtcr tômécemét tome oetfuCoit et* eCtoit mal et oe 
fa tif t al lenwiutoitq a Dieu ne feuft ta fait te amour.&e tu fais 
ooncqo mauueftie et oefljône ur a ton pet e t a ta mece. farces q 
tu fats oetycmeuc a oieu ou eiel.qut ta cômâOe q tu Ijônoœs tô 
peteetta mece.£ ramfi corne labertuoetdrome Ce crotfttmul 
t tplieett ce tnôoe.amfi la Un et la fozte wtpoiiltt oe tô père * Oe 
ta mece wn oefaiUât/t fappzoclje Oe la mort. <£t pourceceuljc 
qfôffo«ooibuêtl?ônozecfeulitqfôtfeble0. CacqijôMWéleofc 

b/ea:(eraJ#no2e ceoieu-f/ £ôe on ne cotbtpoinroccice eQjtoii. 
*~yr 7Ïquitcômanoeméteft:quonneface point ftomioûe.; 

I J^omieiDceftDe&cuice omettre a mort les ïjommesles! 
J * ^Q^oieubcuUbiute.^tpoutccfi^ gatoeq tont)OUloic 
( neCoitcôtrelaooutéteoe oteu.fcat ilafait cômâocmct q tune 
fareo f)omici oe.£t fe oieu ne neult mie q tu ortiee autr m.eruo* 
re uuttil marne q tu ornes topmefmesf /£ar fi (ômt les bettes 
*lee opfeaur ne fe omet pomteulrme foies: aifteftil itoit pluftt 
ratfônable ce top q tu noccies pas t opfmefmee.&ns fjde peult 
occireung autre:mats il ne le peult pas faite ce mure, èe Dôcqe 
tu ortie auto l)ômu oieu te eemâee q tu lup as tollu .q Diras tu , 
£az il aouiét aucune fois qquât on orcitbng f?ôme q pat auétuj 
t telen occift lame oe celup qui ainft mentten tre et en maie trou j 
léte en quop maint? Cornes font ot t is . &actje que oieu occift la 
me oe eclup qui ain lï meurt en ite et en mauluatfetoo ulé tejfèc 
oieu fômanoe q tu noccies mie le corne: moult plue te comâoe 
que tu norries mie lame en peer?e . rat lame eft meilleure q neft 
le cozps Hittiable f 115 ne (opte pas meurteier/t napee paefcou 
lente remettre bôtneamoJt. £ar tel cuioe aucune fops occire 4 
eftoccis . £t Oieu amftmatteffoisrljaftie les l)ômes aftin quil$ 
ne oc tient lee autree.gi entens oôc el)ier ftl$ ce que oieu a fait ; 
car il le t iét en oie. € t ne nulles mie oeffaice ce pour quop oieu 










-* 






il 




















0stïiï fmrefdmitaad ne htpite. jam. 

ixint chaic humaines ipolutf oufftir moît.Car Ce ru mefpn f ce 
oieuttu née en oefpit fee oeuuree :tu Défère peine parburabie . 
ëtpourrcqjômetétoftquileftnecômrce amoucic ifapwcne 
la mo:t ebaftû tour oe luppource ne ooibe tu nuili occice.aine 
le ooibe leftec oeeice a la mou q t oufiourejatrét pour lomceet 
Iup pacoonnec pour la moue oeieCufciUfg^^ ^i S 1,7 
tômeon ne ooiot point faite tomicacion ne lurut<i^5^:iMi • 
fetee cômanoemer eft .€t poutee fil* fat Ijeque fozmea 
tiôeft luvure quieft otture oe cozpecr oe pei*c:cotre la 
. i a quelle oeouce eft cttaulcce cljaftere erDirgimre.ée fcaie 

ruuour quop Dieu cômâot que tu ne facee poit f omicat io £eft 
amnquctunccl)epe0eninobeoiéfeDe(O2p9toepêffe.€tpouc 

ce tourner roulïouce q tô co:pe fe côbace cotte le oelit fc la i l)aic 
oui eft engéozee oe tât ozoe natuce . la quelle eft Comble t\)o fc a 
nàmtt.'Bpmt oôc fil? la netteté qui eft la f leue oe lame ner f ueu 
fe.ipéfcaiafffât020utcquieftenleuuceoelu)cure:laqlleiciio 

fenomer neelïcicepouc lee laioee pacolleo q p (ont4| jUrç oicu 
rômâocq eu ne faces fomicauôcac fomicatiô oefteuit le co:pe 
q oicu a crée / et oefteuit lee r icl)tOee q Dieu a baillcee a lôme tu 
çaroc.etoeftcuit lé tenoemét ttlamequi eft mciUeut au ql Dieu 
môftcc Cee \>tm t fee oeuuree. £ t lui ure gerre ou toutàçc oe lô 
melopauteec Dente oeoieu * tipbt triage c] ùieu aoônealôme 
pour le gacocc. £t met en courage faulfcte t méïonge pac le dp 
aWe. €t pac luruteoicnét lee fémee en lire ce Dieu/t oe leuce ma 
rie/et oe leure pacene. €t pac lurure fôt eftee leuce enfâe maie 
pufeo entre lee géo. € t lurure tait ieo t)ô mco et fémee gueccop 
er eïemblc; tMltceetcr)afteaur oefteuice *aco*e:er fait lee auoul 
rree * ko baftace a gcâc ro?r auoic parr en lecttage a ceuU q fôt 
égetee pac leal mai i âge 4j Beau f 1I5 ie ne pouccope oice ne ca* 
côtec leemautrqoiénêtpatlurureicaccettrâtoemal etaer/op 
fô (e tât ce péril; q tu ne pourropee péfer. & pource pmâoe nfe 
feigneuc oieuatyôecjl fupe lurure erapme crjaftctc aftm ql fou 
appelle en la gloire oe Dieu. #T <£ôe on ne ùoibt rîce cblrr cajnjr. 
>f \ 3eu a fatr cômâoemcc q len ncblc cteno . Car fc lôme éble 
A^laufunecIjoftetiliKlecenrulnepeureftrelauue.^inole 
3 couuiét eftre oâne er pugnt cttourmetc &e opablee tant q oieu 































MM MM Mil Mil fllll Mil MM Mil MM MM 




Mil MM 



cm 



6 



7 



8 



1Û 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



23 









<ï€ôme on ne dofbt rtens etnbbr. pif . 

fera au ciel €t pource ft($ garoe que tu ne fopee Imô.tàt oieu 

neleî)eulrttîie.alaftntcccouqltunepculvtou^r.«Etquantru 
auras meùiet oaucunc crjofe pour ce ne lêble nue.flpaie U cemâ 

oe a Oieu cUa te peut oônecaumbiâôrne if a oône a celup a qui 
tu tjeulïftlet.fctneCopeepointampoebame gloire, tire» ce 
fôt lee géelarreci a oieu oee biée * oee gearee c] U$ ont reeeuefc 
uu>:lefquel$ biêe et gr arce il$ atteibuét et app* opnéf a eulr mef 
mee quant il; feu oônét la gloire *T jW$ Te emblée lee bie'e oe ce 
môoeïeeql5 onpcutbien céotfeltmaletpecrjeroôcqeébleree 
quonepeutrëoze eftfropplus mal/et plus grâtpecfje.ceftatt* 
uoirbônerenômeeetautceecljofee femblablee, lee quelles on 
ne peut renoze ne reftif uer.par éblec fot fait* lee gibee pour pé 
oze lee larrôe/t pour laccerin coupe len lee oreilleeaur larrone 
Çtpout ébler tourméte len lee hômee. et lee met on en gel?i ne 
pour réo:e ce quil? ont emble*7jf il$ larreci cft tollir a lôme ce q 
Dieu lup a oonne/et larreci faitnômeeure rjôteurermefpnfeDe 
uant leegée.fctafaitatjômemefpzifec lagrât libéralité et la 
grât miCeticoîoe oe ieCttmft.fct poutee cômâoe bteu q tu ne fa» 
ceemielarrecimaffin q ruapee efperâceen lup.fctuDeult oieu 
queruoôneeafonpourepttcfyain: amnqtul multiplie tee bî 
ene. £ar mieur toult eftre pouce/topalt rjûble.queftre larrd/ ri 
rfjeef ojguilïeujc. €t (on te oemâoe riene a oonnec et tu nae q 
côner :micur toault que tu te ereufee en oifât q tu ne peur oônez 
q ne feroit éblec et oôncr.gi feauKuoit mieujc q tu allaitée par 
lee fjupe qranf tabie pour lôneur or oieu:q tu fuOee tefobeiffât 
ne larrô/pour quop tu feropea oefagreablea oieueta la cent. 

i __v<I ^meonneooibtfaltefauljctefmoignage.i^^Ijr]r. 
/ T «tre cômàoemét eft . que le' ne face faulr tefmofgnage . 

fX€t facrjce fil; q tclmoignage eft repfétcr au iuge ce pour 
-^quop il oônefoperou peinent pource cômâûeoieuquô ne face 
faulr tefmoignage. carpar fauljc tefmoignage fôtpunid ceuljc 
qui oeuflfét auoic toper : iont lopec eeuljr ci ûeuffét eftre punie. 
SDal faire *faulr tefmoignage fe oefcozoét en Mérite et lopaute 
De loucge. <£t pource f il$ garoe q tu ne fopee blaCmeo; nulle riée 
q po:te faulr tefmoignage . <£t beult oieu q tu ne facee tel triée 
pourcequela oerite OeOieufebcultmôftrer:etlafaulfetefait 



















-^^^■^H II 




ÏÏttTÏÏtt ÏÏÏÏÏÏtÏÏ ÏÏÏÏjÏÏÏÏ ÏÏÏÏÏÏÏÏT ÏÏÏÏÏÏÏÏT Jff^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 


llllllllll 













lllllllll 




llll|MII 







6 



S 



1 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 







11 1 














^éénô ômuoflw la f&nr omiltari 3 






flrt 



w „ *Jân. ... . . 

rer a mourir pour Dônerorap tefmoignage oe Dieu qui ta crée * 
recréent fc tu Doubtee a piioit moiti fi péfe aur apofteee * aur 
mac tire lee ql5 Dieu a rjônozee au ciel et en la te:re po ucce q 111I5 
oônerct f râe et lopal tcimoignage a fa lo uêge et De fee oeuuree 
£t la ooibe pJéDze eréple / nô pae mefpnfer Dieu ne pozter fauljt 
tefmoignage ce tô Dieu.£ar qui ainCi fait il ne lupt mie la raifô 
pourquoi Dieu la eree:aine lignifie q en Dieu ait ftfaulte ce no 
oleffe.^ii5moiUtle5ieeeméttftDitcir}ômenefacepointfamx 
tefmoignage. £>aie trop grât ebofe leroit & racôter ceux* q eon 
tre Dieu pozcét faulr ccfmoignageiriêlul De Dieu oint cp aual 
pour Dô nectrap tefmo ignage entre noue du celeftîel pece glozi 
eur.Ét pource lïlpa nul qui lupoeullc reféblec fi ne toubte puit 
la mozt qui fait lome craintif oe côfeft ec oen t e Deuât ceulr qui 

Donnêt raulr tefmoignage oe lefucriQ ^ r .i i ' ■ -Ui 

éltôme on ne Doibt oeftrer féme oaulf rui.eED cifcrri.œ 

S>2uic eft Defireree auoir grât triftefte cee bie'e Daultrut 
et pour ce a fait née (eigneur pmâocmét q nul napt eu 
uie oee biëe De fô p:oct>ain ne De fa féme .po ur ce q grât 
oiér a lame oe celup qui a enuie : la qlle lup auruglc ko 
peur et lérenoemêtij£bier fil 5 roua bornée fôtpzorbaine quât 
le comaoeméteft faftquô apme ron,pfrjain rôe fopmefmee. 1 1 
pource Dieu a fait corn âDerhétq nui ne couuoite la féme De fon 
pzocbam .2lu ql cômâDemét eft lignifie (autre cômâoemét ce ft 
affauon q tu apee amour a ton pzorbai wi a f opmefmee. jf 1 1? 
couuoitet la féme De fon pwrbain eft mefpnfer la tienne féme t 
lee parée et lee amie Délit • £t pouccebeutr no lice feigneur quô" 
ne mefpnfc celle créature q eft féblable en nature a (a f éme:attiu 
q borne faebe quen ta féme eft telle ebo fe cô me en la féme De fon 
pzocbam pour ooner Délit charnel, pouree pmâoe oieu que tu 
napee point éuie De la féme oe ton jKfpin. £t pource ôôc f il$ q 
tu fopee obeillanf au pmâDernenr nf e feigneur * ne fopee poit 
éuieux€rmetentamemoirelo20ureqtupeulrentéD2e.€rpé 
fecommeceteferoit grief qui te oefireroirtafemmeetiaDefo* 

Dôneroiroeïoweoemariage.<£rpenfealagranfo;Durrquip 
eft. Sac il rouuienr pérore lamour et la gloire De Dieu : et auoir 












H 



/ 



t 





























llll INI 



cm 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 







/ ' 



I 



nô rouuoifer (eo bimo mnlùm. #h 



tourné* au feu perûura We. Corne ooc f i 15 ru fopee créature oe 

dieu crée oe néant (opte obrtuanr a les cômanoemens.et ne fop 

ce pas e nuicujr/affin qui 1 ne f e rode (a grâce qui ! ta faicte.maie 

penCeet apee mémoire que tu es créature oe ùieu.t^^U^l 

""tneon ne ooibtpoin t couuoitct les biée De fon.prpam vrù. 

1l5 faps tu pour quop Oieu q eft accdpli Ormen tôt tout 

bit afaif cômâoemc't que nulnaiteuieDes bie'ooefon 

izocfyatn c eft aftin quon ait erperanre a oteu qui Donne 

femblableslriens a ceux qui Ddnenta leurpwcbain.«/£>oncqe 

W5 uapce enuie Dee bice a ton pœcrjain • Car Dieu lee lup a bail 

lce:etbeutt quilles ape.Carauflp bien lee cuft il oônee atmgau 

rre (il ne \)0uld(t que celup lee euft .et Ce tu fceulr auoir ce q Dieu 

ne ta bonlu faire auoir : tu faie ton Vouloir contraire a ta tant 

lente De oieu.&i napco Donrques éuie Dee biés et ton pzotfyain: 

ne Dee autres bicne auuï<JÊar (e on lee tauoit Donnes et tu en 

efto/>ee en poûeiïion/t oe tous lee bitm tt ce môoe.Ti ne te pour 

copét il} Donner petfectiô a lame. Ctpourcc ne toi be tuDefirer 

les biens De ce môoe.f ozs pour fecuic Dieu .£t (e tu ee éuieur ces 

bits De tonp:oct)ain : ton Défit eft Den (ccuie topmefmee cotre 

laboulcre De Dieu ( Papes oôr q s éuie Des biés De ton mocfyain . 

Car 1I5 (up font meltier 4/€t lia oefaulte en ces blés q tu tops . 

Car 1I5 (ont coarûpables/ etceulr quien font en poireûïô les né 

net et garoét en grât tcauail * en gcât ooubt e. par éuie f 1I5 rfyei 

cent lee Dpables ou ciel paz ce quil; f utét enuieur De la gloire De 

Dieu/J€tpoucceftl$fe tu teulcmôtee en celle gloire Dot lesDp 

ables font cfyeur u fap ce qui eft pt taire a éuie.péfe a la pourete 

que née feigneuc iefucr ift eut / t nfe onme fa mère foincte marie 

%le*apotttes encemôDe.cat parce tamonoiftenfe feigueur q 

tu ne (opes éuicro: Des biés De ce môoe .pour ce q ieCucc ift netoou 

lutâuou en grât plate Des biés tépo;el$ te ce moce. ou il en pou 

uoit auoir montrer en nouoir Dônecanre Dame faute marie ql 

apma tàt* aur autres (airi s qui tant fouftinozér De peine pour 

lamour oe lup. Car Utttoit feigneur et créateur oe tout le mon* 

De 4;<£t facbes fil; que De tant que tu as plus gcant abunDance 

Des cicrjefles temporelles De ce monoe: De tât feras tu plus cljat 

gc fe tu né fais le bien q tu enpourropee faire. £t et tat en feras 





# 









** 



<f£>u (aine focremmt m baptcfme. 



ncnix 




en gr etgncuc coulpe a oupr la fentéce oc noftte feigneur. pour 
quop Donc oeulr tueftre couuopteur oce bicne que tu nae nue. 
ne pourquop as tuéuie ou ttei oi oc to n pzorfyain : qui nett p«e 
u bien feant a top côme a lupf/£tTipèn(c lee gtane oefaultee q 
fait enuic.Cac enuie fait lee homee auere et f auljci et int longi* 
ces et ttaitrce et baratcutefj £nuie fait les r)ômee Dite mal oe 
auttup faul cent c t . t (i fait enuie rjôme ctle fpecee De la nufer xw: 

De noure feigneur ^m^m^mSSmSXm^mU^^^ 
Ip^ee^pf facremeneoe fainetc egufe . £tp:emiere= 

J) mentttu facccmcnt ocbaptefme? .^. ; - ,,■* y rni.cr?a. 

accement au fierté ett oblation oc routage fait a 
Dieucn fanctif ication De mpftere pat le quel eft ot 
trope a lôme la toie oc la releftielle gloire 4j Le p:e 
miec facremét ce faincre eglifc eft baptefmc qui eft 
maintenu contre le pecrjeortginel.au quel peelje 
cheptlumain lignage par la Defobei (Tance ces premiers parée. 
4)&i ooibe Cauoir fil$que baptefmc ett en troie maniérée.* xa 
pmiere manière cft oe leaue:la quelle fut fignif tec pacje Déluge 
Dont le monoe fut purifie et nettope par eauc i la fecotiDcma» 
niereoe baptefmc eft De feu qui fut fignif ic aur facrificee q lee 
patriarcf)C6etp2oprjefeefaifopent r)oloraufte. ^tfutainù II 
gnif le m% troie en tan qui furent mie en (a fournaifc ft feu ac 
oanr . <£t omquee ne lee gteua le feu- fi côme Dit le pzopfyete oa 
niel « La tierce manière eft De fang : qui fut figure en la oieille 
lop par la cir cûcif 10 n . €t par la mozt oce enf ane innocèe que le 
rop fift occire et mettre a mo;r quât il cwoamerrrea mon no- 
, ftre feigneur iefuruft. €f ree troie maniecce oc baptefmc ncu- 
* r^tf^perfeaid iufquee a tant que le fil$ oe Dieu oint en ce mon* 
Dc.ët fur baptife en eauc « en fang .et par le feu du faint cfpetit 
par le quelil futeonceuau oentre De la gloncufe oierge ma* 
ti€4j jFU5 apïee ta natiuite tuf ue aporte a ieglife et baptife en 
eauc famenfic par toertu oce par ollee et De la ooulcn te pen (ce 
au p*eftre qui te bapttfa et aur parraine qui te tinoût fur fone 
€t loi* promirent tes parraine pour top que tu renopee le opa 
ble/t que tuooulopee eft re crmftim obligopee topmefmce a obe 
ir a Dieu * enfuir labope oc noftre feigneur i efurrifrr/éfyir r fils 



















MM MM 










Mil MM 



cm 1 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 



4&n Gicremeitf De confirmation, jctiut. 

patlebaptefmeoe feueO(i$Mfiz\)0\\\mtcenptn(ee qui fe fait 
pat baptefmeDetejufÉar quant aucune foioon ne peutauoit 
eaue.il roument queoapteDne (oit oe Doulente en lumaine pé* 
fe e toute* (ois que meftier eft a la ronuerfacion oe mente: aine 
quil?feconuecfilTentala fainctefop catholiques Baptefmett 
fang eft noble rljofe et fi merueilleufe c\\ purge * nettoie oe fout 
pecîje. €t pource le beneures martice qui moururent pour la 
faine te fop catholique fe mitent aapmec et r/onozer oicu : 1 fouf 
frirent mort ttoutmc© pout lamour oe née feigneuc iefuerift. 
- u fac tement oe mfitmmon. mi^m UWSm 
£ facrement oeronficmaeion eft future cenfentemét 
oebapfefme que tu as teceu . laquelle roftrmacion eft 
fàicfe quant leuefquc qui eft ton père efpirif uel f e cô* 
fecme/efTebonnebnebuffe :affinquiltefouuienneoe laconfic 
tnarion.ef fi f e lie oung benoel entout le ebief :aftm quil foit pu 
bliea la sent que tu eo confermeou faint farremenu/Çeftup fa 
crementcfttrouuepourceque leeenfano quantil?fonf creul* 
etontentenoement quil? ottroienttpzomettenteuljEmefmea 
ce que leute pattains pzomitët pout cul? quant il? futét bapti 
fes poutre que leo enfane nauoient point oentenoement .iac 
quop il? (epeuttentconCentitau facrement Oe bapt efme (j&fiT 
ctjcfil; quant tu receuolefacremenf oeconfirmacion :wtea$* 
fae tu tez parraine oela promette quil? firenfpour top quant 
il? te tinotét fur fon© . laquelle tu ooibo pzometf re en f ajwopœ 
perfonne/ et accozoer le facrement oc baptefme Mar 1020 fais 
tu (mificc a oieu oe topmefmeo/ et toffceo a feruir oteu \ oeff en 
ote la fop cJmftiennerf ÉDaio Teo mauuaio ctyiQieno qui pouc 
paout oe mort.xt oe peine comozclle /ou pout fiiulfe oppiniom 
ou pouc aucune autre ebofe regnientet oeferoient le facrement 
deoaprefme.ireul? regnient et Oeferoient la faincte fop'eatbolî 
que et tous ko autres fac rcmene quife roncozoent a là faincte 
cbnftient e : pource quil? nont point Oe part en la bertu oe bap* 
tefmc.iceul? regnien r et Oeferoient la faincte fop catholique / et 
toudle* autre© facremeno qui fe ronrozoent a la faincte cïmfti* 
éte.pource ql?nont poftoe part en la btu ce baptefme £tquà*t 
il? meurent Ice opable© tee emportent au feu oenfer pourable. 

ci. 





















! 



' 



* 


















i) £>u (âtummt ut laufrl 



tfU 







/ 



€wer f i^ par labertu oc ceftup facceméf Des autres facccmés e* 
faincte egtife as tu part en tous les biens faisoe faincfeegtife. 

et pource re ooibs tu cffozcer tant côme tu pourras De temc et 
gacoec ccftup farrement/et tous les autres^JCar fe tu toi fes rc q 
tu pzomes quant tu recois le facrement tu refais côpaignô ces 
opables Denfer/ctoes pécheurs . et te Dépars De la côpagme Des 
angel^/et Des fatns De paraDis ^JiFiïj penfe côme les rarremens 
De faincte eglifefuêrt agréables a nf e feigneur ûieu.£ar pource 
enuoia il ton fil? en terre pzenDre crjair humaine et fouftrir paf 
fion/et motfiaftinq faincte eglife en fuftozDônec/et enluminée. 
&i penfe Donc côme ru fais geant faul te fe tu es contre les farre 
mens De faincte eglife et côme ceft cljo fe Defagreable a Dieu, oe» 

«JS>u facrement De lautel. Cfâ^rrlxCiBX© eeo 
i?ier fil$ le ferrement De lautel eft ûriuble grâce faicte 
en ftume tufiblc <£t ceft celle faincte Côtoie q aucûs ap 
_ *v* pellét boftic facree. laquelle eft trâffo/mce en la b:ape 
ebair nfe feigneur iefucrift par labertu as parollcs quil oift en 
la cène a fes Difciples. £elup facrement eft mer ueilleut par leql 
nousDeuons eftre fauues €f& i ût ozoône ceftup facrement au 
ieuDp De la cene.ceft le ieuopabtolut quâtnfe feigneur letumtt 

mrgoi t îefrenicremrt auec fes apoftres4f/£ar Vote piint le pain 
et le bin et oift.que le pain ettoit fa rfjair et (e bin ettoi t ton iâg. 
& par la bertu oiceïles parodes quil Dift fur le pain. % fur le bin 
la faincte botitie DeOufoicte laqlle tutoois leuer au peeftee a lau« 
tel quant il Dit mette % Dit les parollcs que iefucrift Dift le îcuDp 
abtolutpat la oertu Oiceïles parollcs ccuicnncnr et font le pain 
ce le bin le co:ps et le (ancoe noftrc feigneur. a ecmonftrer ql eft: 
fif 5 De Dieu/% feigneur De nature tout puiftaC/ * fat font oeuure q 
eft par Defus le pouoir De nature . laqlle oeuure eft paroefus le 
Dit pouoir oe nature ij Car il fait eftre fô cozpe foui; la f ozme De 
pain/% fô p;ccicujç fang foui? la fcmnc De \>in {[et iâ (oit ce q tes 
peur fc fignifiét q celle boftie faeree/% eelupbiri facee foiéttaape* 
met pain %bin.£oufeffois le pouoirla fageffe/% amour/% les au 
très titus De nfe feigneur iefucrift Difét a tô ame q celle hoftie fa 
crce/%celup Un facre font bzapemét celupmefmes cozps De icfu 
crift q pour top fauuer péDit en la eroir / % eclup fang qen faillit 






















MM MM 






MM Mil Mil IIIMMI! MM MM MM MM MM 




MM MM 



cm 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



00 



21 



22 



23 



\ 



0iï (àinf fitotmft De laufeK jrt>- 

au Hêôceop aourcefér pour « q tes peux (?t t rees > t les tf tus De 
Dieu ton créateur font gt âsf/ pourreoe tat corne le créateur eft 
nïus noWe q la creature:De tât Doibs tu mieulr croire aur foin* 
te (mo ignagee q Dieu Dône pac fa ïtfu : q tu ne fais en celup tef « 
inoignageq nature Dône a tes peur /et a tes autres fensempe* 
tch .le fi f cais m* q les peur mentét en aucunes cl?o fesfféar fcf 
Ion la tmie co?po?elle il (ëble qla mer eft méDre qla terre : q neft 
mie taa^t en pluueuts autres criofesmentet les cinq feero* 

po?cl?:poucce q aucunes cljofes q font plus graDcs/et plus fo* 
tes àu ne Céblenf. les font me* tir «Wais la toru Diurne ne peuie 
métirWar «neft cljofe cj la puide faire mentir : pource qlleeft 
Dlus erraoe et plus forte q toutes autres rtjofestfEt pource Dôc 
quât les tous De Dieu Difent a ton ame pat lumière De fop q tu 
cropes celle tho fe facree ceftallauoir le pam/t IctJin facre eftre le 
meneur rozps/t le fang De nf e feigneur lefucrift tu le Doibs croî 
ted Car pource q les fens eomozel* fon t mefongiers/ * les titua 
De Dieu ne peue't mftirpource es tu oblige a croire ce q les fit us 
De Dieu te ugnif ient figeais tupour quop M$ oieutjeult q croi 
es u côme il te cômanbe q le cozps iefacrift eft Coul5 la f ornie De 
pai en loft ie facreee/£eft pource q tu puiffes plus croire pac les 
ituo oeoiewe] tu ne pourrons entenDre par tes fens naturel*. 
Carparleflaiifemétq tontntéotmêtpitt par lumière Defoptt 

fus les fens cozpozel$ mot c il* eft eOaure a en te'orc greigneure* 
choCespar les finisse Dieuqpar les oeuures naturelles/ne pae 
les fens eomozel} i) €t pource q le Cacremct De lautel eft môftte 
fhafeun iouten pfufieurslieurDumôftDugrantpouoiretfca^ 
uoiciet vouloir De Dieu. Pource veult il ql foit Rentable. £t cre 
ature par autre manière ne peut fi bié en téDre le pouoici t le Ccâ 
uoititî les autrestoertus De Dieu eftre ce moult perfection côme 
par (e factemêt De lauteKTfct pource couuiét il q celle cfjofe foi t 
ozoonneeauer (es farremes Des facremés De faincte eglife:affm 
que tyômepuiûe enfenore leegrans toertus De Dieu.cee <33& 
iîèu fàcrement oepeniranreetDe confefïion X-B^V%\>UGQ 
i^^V ènif âceeft côf rieiô De ro?ps / et amertume Darne pour 
I llespecbeôfômienîlcnafiîif.ocffiljonferepctenitc* 

M^^F eion De iamaisne Ira faire<jpbur laqlle ct)ofe fjômc 



i 










.ii.e 




n 
3 



N» 



W 



^. 



en 



ov 



-j 







■:o- 



\D 



o — 



K) — 



CO — 



.£* — 



Oi 



<y» — 



^J 



CO 



\Û 



O 



fO 



N) 


















03 






O 



f/S>u racrrmtnt De peu tf âff et De côfefflô « friïî. 

Doibf oôner a Ton tueur afflirtiôs De larmes en omifon/t peter i 
nages/et en autres crjofes fe'blables gj <Et fcàcljes fil$qle lacre- 
tnct fc penitâre cft fi toitiet De fi grât otu q il DcJiureroit to? les 
Dpab les/et to? les Dattes De peines 1 Des tour mes pat curables 
ou il tô t : fe il pouoiét une feulle rjeure faire penitâte . €t ta pent 
tare q Ijômefaiten te môoecfcfyeue le feu Defer par les peines ce 
purgatoire . €t quât borne tccfpaiTe De ce ftecle en lautre: « tl cft 
pztns en pcmrance:lo?s reçoit il la gloire cdefticlle.cn laqlle cft 
tope fâs fini Puis oôc elner fil; q par penitâce fôt tous perdes 
pDônes/t la gloire De paraois Dônee . fais Dôc penitâce tâDtsq 
tu es en ce môoe. car en lautre fiecle tu ne la pourras faire, ains 
fera la Dcoitutiereféte*ce De iefucrift au iour du tugcmét.èt io:f 
fera la gloire De paraois Dônee Dune part.* les peines Dêfer Dau 
trepart #/£(u teps fth q nre feigneur iefucrift e&oit en ce môoe 

talloitauerlesapoftresilDônalescleftcepenirâteafafrpierre 
en la pfône De nre mère fatete eglife . et voulut q tout ce q faint 
pierre lierott par t>t u De Dieu en terre feroit lie au cie 1. 1 ce cjl eef * 

iieroitferoitoeCIiet'€tparceluppouoirqDieuDônaafaitpier 

re.a pouotr lapoftre q ttét le lieu tait pierre /et ceulr q tiénêt les 

lieu* Des apoftres ont pouotr De Dôner penitâce.Çt poutcetoôt 

lesgésa preffe pour qrirpemrâre.aff in cj borne pimTe receuotr 

plus grâtmifertrozoe De iefucrift. etq Dieu ait occafiô Depatoo 

ner aur prêteurs q De leur boulet e fe iugent a fouffeie les aff lu 

ctiôs q penitâce Dône#€t le lès penitâres te fôt ameces: fi q tu 

Ueulles alléger tô cozps par Diminuer penitâce.$i peïe aurpei 

nés oéfer/t a la gloire De paraDis . et lot» te ferôï agréables tou* 

te» les afflirriôs q borne peur fouftemr par oeuure De penitâce. 

Car par elle peu auoir la gloire De paraois / et (a côpagnie Des 

angel$ et Des fains De glotre/et De noftre feigneur iefucrift. G£*> 

^->^ 2Du facrement De ozDreg^^tatrifc^KÊ^HÊ 

M V»ore eu faccemét Dône aujc mimftres / et aux ffUft De 

■ ■farcte eglife. Car nre mère faicte eglife eft fi faute eho« 

\ ~b q les plat j/et les mimftres ooibuéf auoir fainctete t 

otoonemet par leql elle foitbônoœe et ozoônee . j&t feroit grât 

tatlli te/et grât oefozDônâre fe les plat? De fat cte egltte eftoie"t nô* 

mes pecbeurs et Defo«>onnes/et bommes qui mefp:ifaOent (es 
















IIII|MII 












MM Mil MM IIIMMII MM MM Mil MM MM 







cm 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



23 



4j5>ufactem& 



prtrii 



ci captures fainct es De Caictc eglife 4lp6t pourc e f 1 1$ quaf Irtierq 
fait mm il Donne foub$ Diacre pour chanter lefpitre.ëtDiacre 
nourfbâtecfcuâgiac.etlcepftcespourrljâtecmctte.etquâteft 
oesautres owes fait leuefq acollites q ferucr * aioêt a feruir le 
pftce quant il r l?âte meflfeffét tous ceulr font mtniftres t fcrui. 
tcuts en faute eglifetf€t c^afcu De ceuljc quât il reçoit les far re- 
niés & fô ortueamet éftce lapai t fubmis a leftaueemêt t fjdneur 
oe faîef ccgltfe^€t Tcàcl)ef i($ q le plus tyônoiàble office * ou il a 
plue 0et>fu*0e fakteteeft office Depftrel/ £ae lepftretâtlrule* 
met a otu q pat fes parollcs le paf t le ni faerc fe Deuiét/ % fe t our 

ne en fubftâce De la wape rtyriri t ou teap fâg ft nf e feigneur iefu 
fii».lepttretâtfeulemétapuiaàceDepacDdnectouspecl?e8.t 

ntiétlcpftrelenôtlelieuCeiefuctiftenfemôoe*lefaîtapoftre 

q eft pftre Doibt eftte feigneur fc tout le môoe/t lup ooibuét o be 
ictouslesropsttouslespzieestttoutlemôoe.&itefouiuéne 
fiU tome pftre eft grât tljofe. Car fous les autres fjômes qrôqs 
qUfoiét ooibuét baifec la main /ou le pie du pure qmtilcl)âtc 
Umeue^jCtnttftyoe tâtcôme ûieuaoône aongUôrnepluft; 
curs ozoîes/tplus grât eftat 1 1 plus grât Dignité q a ong autre: 
De tât eft il plus oblige a apmee Dieu ferme t tjônozeerïfct Doibt 
réOtfgraresaDteuoelôneur/tDubiéqllupafaitencemôo:. €t 
ooutee Oôc q loftit ûepftreeft plus foônozablc q ne font routes 
les autres otozes De re mo"oe. pour ce peur tu pëCet côint pftre eft 
fi scâtchofe/tfômegrât c^ar ite* Dignité fôt en pftees quât U$ 

fôt pmoês Cornes .^ileut Doibs Dôc poztet l)ôneuctgcâtteue* 
lèïe.affin q tu fopes agréable a no ftre Ceigncur>Œs-r»!p 
u facremtnt oe mm m~ ( *S Jcyom. VWmmm 
Sciage eft affébtee coipoielk 1 t efpin ruelle otoonnee 
i pouc auo ic lignées q foiét au feruice De Dieu t q recc* 
_yét ftDieugiacevbeneDictiô.€nceluptép0fil5qoieu 

créa kmôoei eut mis aDâ t eue en paraois terreftre : lo;s ftft il 
la mefmes le mariage De aDâ * De eue . «£t par ce es tu oblige * tcP 
ceulïquiueullenteftreenortwe De maiiageque tu apestellem* 

tencion en ton courage côme celup que ôieu f ift en paraois ter* 
reftiei]£fTie30bligeacroirequiltecouuieuteftreeno2D«De 

mariage ou oc religion (f Car Tous les autres eftas fe DifcozDét 

■ 

- 

f.iii. 












#Ë>u fatttmmt De mariaçe. 



rfttUL 



oc la fin et De lintrncton a quop tu ee crec-f /Clner f i 1$ cô me Dieu 
ta Donne les peur pour Ueoic/et la bouche pour parler. 2luu"i te 
Donne il la féme q tu pzene a mariage pour te ôonntt rôpagnie 
et pour te fec utr en mariage et eftee mette De topij Car tout aïft 
rdme lee mébzee font ozoônee pour feruir le cozpe :auûï la féme 
cft ozoônee a feruir ton cozpe . <Et quât tu entrée en mariage tu 
Dônee ton pzopze cozpe a feruir a ta f éme : fi q boue Deur enféble 
(opte fainte gent enuere lefucuft en telle manière qutl tait loue 
et ferui par boue 4j €t facture f 1 15 q mariage eft bertu De paroi. 
lee/et f ôcepuement De penfee: et cft bertu et pzomeOe q Ijdme ne 
peut taiïei fane boulen te De fa féme JDonc maintes mauuaifcs 
fémee pource q ellee bnfent loioie De leur mariage font maint 
fyôme mettre a moîUjSfopte Donc ftl$ ozDône en ton mariage 
et ozoone ta féme tant corne tu pourras, a q elle te foit apoe a te 
nir ton 0101e i) Car mauuaife féme et Defozoonee fait home Def« 
uoper De Xoiote De mariage*/ Ctjafte te r rai n te et rwmilite / t tu- 
tti re et lee autree f éblablee bertu s apoent a tenir lotoze De mari 
âge en robee fimplee De bonnette façon o\ ne fopent pae De cbfer 
pas Car trop grane bobane DefozDônee f ontfyôme et féme bu 
1er leur ozozeot mariage |/€tfôcf?ee fil$ q tyôneurs De patène 
ne rirfycOee/ne Deniece neballentpae tant agaroer lotoze ce ma 
liage rôme font bonnee meure * Donnée couftumee « et pour 
ce filj quant tu p;eno*ae femme ne te cljault » grane Douawte 
ne De grane r fcqeûee/ ne De grant beauté De femme / ne De hault 
parage^JCarputee cee cljofce ne font pae tant a loiote De ma- 
riage comme bonnee meure etboneentenDemene.fi tommele 
co*pe De tomme a membzeù q lup (ont couuenMes félon fa «râ 
DeuroufapetiteOc.Car lee petie corne ontpetie méteee et lee 
granecozpeont grane méb2ee«jpar ceeft ilfignifiequetout 
a^nfi comme Dieu Donne a cljafcun corne membre feluomme 
ïïK u ^ ca/et 3 mlu P ront P lu « a ^nane félon faveur 

amfilomme^ibtpzenDzefémequilupfoitcouuenableDaaSe 

et De parene. 2nnft comme le nombre oe cinq ion t Deur e trofs 

q font chargée ou nôfre DeOufouyée fi corne le nôbze De f we 
cft greigneur *plue noble à neft lenôbie * oeujc iunâ 2 52! 
enmariagegreigneuripPnoble^^ 












IIII|MII 












MM M (MM M Mil MM! MM MM MM MM MM 




Mil MM 



cm 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



23 



t facrcmcf De Defrcmere imrf ton. yjip. 




auoit lôme leigneurie fur la femmeren telle manière q pat la co 

ctune Ce lômmpour fa crainte: foit Caféine obeiuantanrefei* 

gneur. .jfpu facrement oe oefrentere unrrion>s#î£9< 

fiction fil5 eftlc oefrenier fâc rement oe faine te cglife 

leql oefrenier facrement te fomieef teeonferme tous 

, „ sjesautres facremens. £t pouree ode quât on eft plus 

fort malaoeiTi q on appeteopt aucuns fignes oe mozt.lozs coibt 
xmoemanDerceftupoef remet facrement q eftfop faire ennulier 
en Oemonftcant q len atenu et garoe les premiers facremens . 
€t Ioib biennêt le pzeftre et les clers po2tans les fignes lefucrift 
par lelql$ fontotfônes les facremês ce faincteeglife ccft la croiv 
et leaue benoifte q repzefentent la fatnete pafiuon oe te lu mû c|i 
fouffnt pour nous rauuer.£t fi apportent la rainrte Imille font 
le pzeOreoint les cinq fens cozpozel5j»e lôme malact aur ql$ il a 
mauuaifement bfe et peerje l/ttoes celup iour en auant oo ibt 
lemalaoe pêfcr alamozt:et ne ooibt plus auoir efperâre neoou 
lente De outre aumonoe p?efenti|J£t fi ooibt parauant lôme 
eft re contes et auoit fait fon tettament/ct ooibt élire tout ozoô= 
ne pour receuoir la mozt t) £t)iet fil* ceftup oefrenier facrement 
pat lequel lôme eft oint 6e Quille fanctif iee ccft la fainctcbnctiô 
ou ftlj oe Dieu, laquelle il pnnttn fafamete croit par le pjecieiu 
fangoe (on rreOaint coipo gj'& fi comme rculr qui tecopuét la 
ocfceniere onction De luillefanfifme a leureoe lamottfignifi= 
cnttmction oe fon pzecieur fang quantil mourut enlacbzeoe 
latroir Suffl et encoie mieulr et plus oi gnement la ftgnif lent 
reulrquipourla fiennramour fouffrétmarfiretfont oinsou 
fong odeurs com$ pour tfônoietct feruir le fil; Oe oieu-UJ^rnl^fi 
/fies Cept ôons ou fainte(perif|r€t pr emièrement ou 
rJ) oonoeCapience^fefœ^^Wf^^rSS 

Ohable fil} nottre leigneur oieu eft fageue 1 1 
oieu eft faint efpetit.oonc fe tues fage * tu as cô 
cnoiuance oe la fapiéce Ce Dieu il eouuiët q ce oô 
De rapière Odf tu es fage fe foit donne De Oieu et 
non oautre^ar fe tu auopes grant congnoif* 
^^^^^—Jfance oe oieu par autre que ce oieu il fenfuiuroit 
quecttupaurre par qui tu âitope& relie congnoiftanee f uft plus 

c.iiiî. 











n 
3 



ro 



<_o 



■D. 



ui 



■:-. 



-j 



œ 



vu 



o 



ro — 



<_o — 



a- 



ai 



QD 



\£J 



o 



NJ 












N) 






K) 



■:>:■ 






00 
O 



i 




H 


^— ^M 


1 


j H 


^^M 


H 


-1 


1 


4 ! 






— B 


=I^^H ■ ■ 









o\ — 



^J — 



JUS» 



w 






puiffanf que Dieu. (Date ceft ebofe impoffible . £ac la fapience 
que le foin t ef petit Donne toault mieuljt a borne efpi fit ucllcmêt 
que route la fapience De ce monoe tp ne bault roipozeUrmcnt . 
(j Cat telle fapiencemonDainea ocffaulteetpecbc. OM\q parla 
fapience que le famt efpent Donne nul ne peut faite fautte ne pe 
tbe<f<Stparcellefageifeque Dieu Donne a borne a il côgnoiffiU 
ce De la boute ffcanDeueeternitc/ puiffance / et autt ce twrtue oc 
Dicu<f£ar tant cft noble ebofe et excellente eongnoiftreDieuct 
fee berr ue q nulle créature ne peut fouffitea Dôner (ôçnoittâee 
Deûifuctûefeebettuefane graceet faneoeuureDufainfefpe= 
r if ^flêïàu efpent glorieur Doibe tu fil $ a/wiet et Doubtet. £ac 
tl te peut Dônet fapience pat laquelle tu toouloeae apmer / louée 
et Ijonnoîct Dieu tout le tempe De ta ttte en tous heurt/ €t fi fe* 
roit grau t maire que Dieu fuit congneu et no n apme . £ar il eft 
tant bon et tât noble que^our la bonté etnoblelfetiooibte&te 

paffairfemenrapmeCétfefubeurqucamouref fageffefopct 
en toppout co ngnoiftre et apmer Dieu fioemanoeau faintefpe 

fitquilte beulle Donner fapience et congnoiuance fi que tu rô« 

gnoiffee et apmee noûte f cigneur Dieu icfucnft 4, pat la fapié= 

ce le famt efpent a Donne a fout boni me conguot (Tance Dont il 

ett benuetDequop il eft fait, et wngnoidt ce que ilafait etcedl 

feiat/ëtpoucce fetubeurauoir fagette en routée ebo fee fite 

efforce tant comme tu pourrae Deajmur / tyoïmoittitt ûoubter 

le famt ctperit qui Donne telj Doue t] et celle fageCfe que le fait 

efpent Donne faitque lee bommee qui font en terre ont ton* 

gnoipmceDubzapDieuquieftauciel, étfaitalommemeton 

ter la wpne gloire De ce monoe : et ooubter lee peinee Drnreret 

eftre agréable a Dieu .t/2t/>meDoncquee ftU le feint citant et 

eeuli qui la DemanDent amfi comme il la Doibueni P DemanDer 

ti qui eft oon mmàmmï\mû 
Çfâmtcfperit enlumine bomme De entenDemenf a? 

^•rtalclwminetotttfemdoe^iooi&j^ft 1 ^ 



















IfïDii Don octtf rnDcttirnt 



■+r «r« 



m* 



Ictcoemft oc lame etteelupqmôftcc la Différence et rôcozoancc 
quicftenfrebiéefmal.tarpareutenocmentaljômecongnoiC 
lance dcg cfjofes q font en faulfete ij€t tout ainfi c dîne tes peujc 
fno/JûTétlaoopepatoutuuasiainfironamefcainemembaec 
etpmaginer et ocoir par les peux oe ton enfenoemènt.€t ainfi 
côme nature Donne a rjomme beoit plue clcc .cuiea Dng autre : 
amurïlsodne le faint efperit plusgcanC oonatyôine quant il 
enlumine De fou entéoement .quil ne f ait quant il lup odne clja 
fléaux cites/toilles et topaumes £ar ropqui na fubril entenoe 
ment ne peut congnoiftre Dieu De fopmeunes : et oc ce que oiw 
lup a Donne lup renoue grâces 4\ <2Ct>iei: f il$ en obfcur lieu bault 
pou belles farda ne belles robes / et aujcljommceqiu ne Meoptt 
coûte les Vopes qui Cont Droites et pleines tout mont; ; et fans 
tmlleealeut lout péril leufes et grief ues : ainfi lomme qui na lé 
téùtntt enlumfe oe la grâce ou faint efperiteft touuouts en pe 
ni et en la uope oenfee*/ €t po urce f 1I5 pue le famet efper ir quil 
Deulle enluminer ton ame oe foubtil eut eucement ;affin que tu 
ne ctoee en erreur et en péril. Car plufieuts bommes font qui' 
\>ouU«opent bien auoic fcience:mais 1I5 ne la peuc t auoir pour 
cequil^nontpascler ente"oement.€t maint} rjômesont icîen» 
cepai encensement que le faint efperit Donne et enlumine odt 
M*, enfenoent toutes ctjo fes qui leur fait enteno/e a leur fauue* 
menti OOet ooneques foub$ oieu ton cntciioçrncnt ; rar fe tu p 
entensbienUteoourcabonentenoeinétlj^filS côme moult 
De gent font enguigncsittarnsi et mou$. par oef aute oe entéoe 
ment.£ar moult oegens ionten ce monoe beneuces oauoir et 
De rierjettes qui font péril De peroze lagraceow faint efpetit en 
lautre uec le poucce que grain abunoance De ricfjelleo temporel 
les oettourbent communément et empefcfyent a mettre fon en 
tenocmentenoteu</£>fteoonccl)ier fiston entenoement oes 
tufyeffes monoaines/ et Des nanties oe ce monoe /et le met en 
ouu il £at oe tant comme tu auras en ce monoe ep plus oe gloi 
rect oebemutete:tu en auras mains en lautre fiecle.0£t pour 
ce ooneques ct>tec fil$ te ooibs efforcer oe mettre par oeCf us t tou 
tes croies tonentenoement a rjonnozer/toeriet congnoiftre/ ce 
lupoieu oc gloire : gloneur faint efperit . \m^m^^M 






n 
3 



N» 




U> 



^ 



Ui 




ov 



-j 



co 



SD 



o 



ro — 



co — 



.c* — 



ai 



<y» — 



~-J — 



■ -.]-. 



\Û 



O 



ro 









M 
£* 



^Ibu Don ôe côfeil. 






(tffn • 



[<Dnfeil bu faint efperit eft celuppar qui lomme fait 
bonnes oeuures et a boulente oe faire le bien ef lelfet 



i beronfeiltqui eft oon bu faint efperit .X3XX*ftu 

Or - — • - - 

e màï.Comme bonequee le faint elperit foit ronteil 
&bims:bemâ^elupbonequilfoittonconfeilticrDe 
tout ce que tu feras etbitas.et quil te rôfeilleles peur be ta peu 
fee fi que tu faces telle© oeuures quil$ fopent a bieu agréables . 
Car le faint efperit apmc tout bir. et ne beult nul mal. €t pour 

re f 1I5 couuiét tique tu o beifles au ronfeil ou Caint efperit fe tu 
beulr aouentr aur ebof es Ijaulfes et boibs fouir le côfeil be reujc 
tyii font ignozans et be maie boulente.ef confeillent aur l)om 
mes erreurs et faulfetes/f^lner f 1I5 raifon te tôïeille que tu ap 
es rcftup monbe en befpit aff m que tu fupes ceftup monde \ tes 
belit5 monbains.Ct pour cela que tu mefpnfes toute labanite 
be te monoe qui ne te peuitburer que bng bien pou :t que tu fa 

ces tant que tu apes la gloire ce (autre fier le qui ia ne f înera. £t 
la mauuaife femme teconfeille que fulapmea puis que bieu : 
et le faint efperit te confeille que tuapmesbieu plus que nulle 
crjofe. %t tu crops le conf eil be (a mauuaife femme tu met; ton 
com9 en phfon en la rfyambze benfcr.Car fe tu ne crops le côfeil 
bu fainf efperit :tu erres. Car le faint efperit bonite confeiloebô 
f e et berife et bonnes oeuures (ùntre ceulr qui Donnent bain ro 
retirer oemanbentfoperoeleurbainconfeil.^tpourcef iU crop 
le ronfeil beberite ef fap bonnes oeuures contre ceulr qui nîau 
uais confcil te bonnent. le faint efperit confeille les po ur es 01 
plje uns et nô puiCTans : et cdfeille les piincte et les fyônozables 
barôs qui($ ne fourmôtenf en orgueil et quil; ne cropent pas le 
côfeil be leurs ma uuai? bennes ne be ceulr qui mefpnfent le cô< 

fetl bu faint efperit:(e quel ne faultpoit a ceulr qui le requierêt 
Car en celup point be la moit Deniers ne donneurs ne amis ne 
frience ne riens qui foit ne peultapbera lomme.fozs fculcmét 
ïe confeil m faint efperit. llgfïp^ feu bon be fotn qui eft 

rriirnfiinrtr^ri*- r "r • - r~ m \—_ Tm'iifL î 
^m /£ faintefperit bonne aur rjommes fotteourage par 

f /le 41 il? ont tyôneuref bictoire fur leurs énemis t fur 
^- " ^les belitt De ce mdoe q (ot énemis De la gloire ccpaDie 


















o 















IIIIIMM 






MM MM 










MM MM 



■_T.: 



J 



7 



8 



: : 1 



12 13 



14 



15 16 



17 



18 



19 20 



21 



22 23 



£>u Dan De fcience. 



tttfttt. 



étpatlefatnteCpfcifeftïommefo2ffontrcldcl)aic% contre le 
moof tttôt ce te Dpable.€t fâe le fait efpecit nul ne peutbaincce 
Icô oettu(oit$ quat te cncmie ne fucmonrec . flDate pac enfozce* 

mmfOefopoefpecâce/Decljacîte/ecoeiuftice.efatouteflleeatt 
fcc9 bectue qui tiennent ou faint efpert t font les oeûufoin ao= 

uerfairea fucmôteo t batnruef/£l)ier f«$ le faint cfpciit oonne 
Dluerfee fozcee. £ar a aucune Cornes il oonne fo:re cozpozelle/ % 
aur autcee fozce oe courage/et aur autcee fozce & lignage* aur 
mitccefozceoe cid)ett"ee;et ainfi oee autcee femblablee chofes . 
£t poucce q Du faint efpit Wnit routée fozcee:poutce eft (a foi 
ce aimable t Doubtable fut tou tee cfjofee 4Jpat la fo zce ou fait 
efpecit font t ouf ee ctjofee fouftenuee{/Êat lee Dpablee ont tât 
Oe fozce que fe neftoit le fait efpecit il$ meftropêt toue lee toure 
lee fjomtnee ou monûe en enfec/et oeftrutropent tou t le mono» 
QOm la fozce ou faint etpctit eft fi granoe q nul Dpable ne peut 
faite foze tant feulement ce Dont le faint efpecit tup oonne tiré* 
ce. «Et pource ooncque le faint efpecit eft tout put Qan t fuc tou 
tee puiu"ancee:fap tant qutl foit auec top. Car ta p eft qui eft ce* 
lupquipouccoitcontce top: et qui te pouccoit Depactic Delà 
grâce noftre feigneuc Dicu./rfmrmiiMmM^mm^^u Don De fcience 
quiefr oon du faint efpecit. i^m^ifm rnrWi 1 ÏL S - ' 
/-— ^jtfience eft fauoir ce que len fait . la quelle fciêce le fait 
MlP* efpecit appnnt aur apoftcee. et lappzcnt auOCi aur 
hZLJ gommée qui ont fcience pac la grâce ou faint cfoecit 
— ^pJWj mainte gommée ont ttience poucce quil* ont apzine en 
Icf r ole.flDaie la (cience que le faint cfper i t oône eft moult plua 
gcattt et plue noble que neft (a fcience que lomme appzent a Icf 
cole «/ €t poucce f tt$ fe tu Difputee a aucum Ijôme pour lup Do- 
uer eôngnoittance oe Dieu et pouc Déclarer la (aincre iop catbo* 
lique: tuooib8auoic plue gcant fiance en celle fcience que le 
fiUnteCpetitodnequetunefaieencette fciêcequelee maiftree 
monftrent a leure efcoliere en leur efcoleef/Carïa fcience quifc 
monftrét ne peut enluminer lee eo uragce Dee pect)eure ne Des 
mâeflDaielafciécequele faintefpecitocweDcfagcaceellc 0d 
ne auc pecheute côgnoiorâce Dee pecljee t enlumine lee peut Du 
cueut tenebzeur aur gommée qui font en pcdie et en erceut . 











tfgll 



ffp>. 



^tnourcccaoieuîiancfaéceftlccô^noiftrc.afiEtncitu lap me 
mieulr q topmt q nulle autre créature. Car oe tant q tu as plue 
grât côgnoiuaw e De Oieu et m met pzeusbecs oieu;Oe ta : ac » tu 
«ceisneuc eoulpe/et fera* plue fozt pugnl eu enfer. £t oe tant 
auffi corne tu auras en ce môoe plue grât cognoittance et plus 
oe f ciêce oe oieu: oe tàt auras tu plus oe gloire en pataoïs auec 
Oieu fe tu pnas.ét pouccefil$fe oieu ta oonne lumière oiutne 

Oe fon efperit faint par la qlle oieu temonftce les cl)Oles que tu 
OotDstaiceetcellesqtuOoibsfoupr.^etunelefaistuoeirers 

Demc par ourable par la luftice oe oteu,— ; J- t>u oon oe pitié 

Suffioee oons ou faint eC^f t.jpM n&wmm 

, V^v Itie eft courage patiét pour ce ql a en Iup puie t copaffi 

I Ion oe ion pzocrjam.tellc patiéce oonne le laint efpcnt 

jk >^aur courages ocs t)ômcs;aff in quil$ fopent aj>oans les 

/tohasaur autres, pitié fait reméfrec la fainctepallïooenoftte 

feilncur irfucrift :et les grans oouleurs ql fouffrit pour nous 

Deihcurs.^tlïfaitpitiepëferauroouleursetaurpeinestaur 

Dtcucsqucnoftreoametutquâtelleueitfon cpier filspenoze/ 
Uer/etniettteamozt.lî>itieeaaurricl)esbcneurete quant iliôt 
oitte oe$ poures qui oemâoent pour lamour oe 0ieu4f/£t ceulr 
oui ont pitié oes mefereans qui par leur ignofancebont au feu 
oenfer parourablement.et le mettent par eulrmefmes au tra» 
uatl c t a moit4f#ilïtant comme tu auras plus grant pi tu en 
itou courage:oetant feras tu plus agréable a Oieu ton créateur 
et oe tant allégeras tu plus tes oefautes et pèches enuers lire Ce 
ûieu^>ês~ooncfil5pitieietonp^ocl?ain:afifinque tu puiCfes 

amnertplo;er.£arinneamame amour:* faitnenir les plours 
cnooulcenré £t dul?c flaque fetunaspitie oetonp:ocl?ain 
en ce monoe:oieu naprapoint pitié oe top au iout ou iugemét 
#f£t puis que no ttre feigneur oieu eut ftgtantpitie Oenousq 
iarDitieiUefouftritpenozeencroirtniounrpournous'.qui 
eft MM ooiic qu i ne ooibt auotr pitié oe fon pzocljain/ pour la 
mour oc oieu et oe fopmefmes. tf 1 1$ quant tu fais pectje tu nas 
pas pitié ocropmcfmes tnas pitié oes mefereâs c] blafpf^emét 
le nom oe oieu.pitie fait auoir pacicce et paciéce a tienne eft Oô* 
quelefamtefperitoonnel^ifiepmnctetfurmonfecruaulte. 

















MM Mil 













cm 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



23 



tf&n Don De minte. 



Jtftlrf. 



car (e tu apmee ôteu t u apmee topmefmee:* fe tu napmee oieu 

tu ae cri top rruaulte. po urce Oô"c ooibe tu apmer oŒï ouii 

aifDew/>pmeaJeucepetamo2t*qm 

waurae fait$.€t ft te fouutene q le poure mal Mucc moit i2 

feto a meftiee Oe trou wr piteux courase en toi> q M ât & t e Tml 

oetmeaumofne pour}atiioucoet)uu.(iXBaa>#néuoon S 
erainfe:qui eft oon ou faint - r — VM>t;Ajuoon oe 

^^■SrlSemeu; ou crainte eft côçnotftrefapetiteQre fcla<?can 
« I J oeffe * fon touuera.t>rrolee]l on a mefpto.É* du! -rri 
V>^ramtecftauecqeamouc;Io2e eft ceoSou feit Xrir 
Clner f «5 tu ooibe oieu ccainoze t toubter affm q tu tara *2£ 
tu ne le peroee.t q tu napee les peinee oéfer parourablee fit fa 
cfje q fe m «0 crainte fâe amour: ta craîte neft pae amreable a ai 
eu. Car of eu apme fopmefmee/t beult eftre apme pource ciutiri î 
toute Wte.Pe telle crainte neft mie oônee par leuure Ou lait e £ 
perit.£>oubfermo*t naturelle eft crainte q nature oône * crai 

OzeaCoufrirmoztetpeinefemefticreftpourloeretnônoWùi 
eu celle crainte neft mie oô Ou faint efperit: maïs craîte oe mou 
rirquâtontoculttriurepoue ferutr Oieu plue lôgucmêt eft ccaî 
te q le fait efperit oone.(]& me refpde fit$ la qlle craîte eft plus 
a oouoter et plue grâoe : ou boubtec oieu/ ou eftre blaûne Se la 
gér.Ia craîte q tu ae Oeftre blafme Ou môoe eft ptraîre a la crat 
te q ou t ou fait efperit . Car le fait efperit oeme craîte aftin q lô- 
me p&noiffe ql a pouoir fur toute© ct)ofee* en toue Heur. £t fe 
tu ooubtre plue ro feigneur terrié cj oieu : tu regmee le oieu oe 
gloire.tee iubmi^ aujrfaulfeepoolee.peïe oôcftl; pme oieu eft 
ooubtablet q fa merci il te couuie"f feticiet la fenréce éourec. et 
rôme celup a moult oe feruiteure q ont pouoir ft top lier t tout 
méter fone ce q tu ne peulr Oeffêoze ^t pource f Hz fe tune ooub 
tee poît le feu oenfer.côme ne pour quop ooubtee tu le feu Oe ce 
môûe.Cac le feu oéfer eft plue chaule fane nulle côpacaiu5: que 
neft le feu oe ce monoofëOape oonc et met tonoop au feu oe ce 
monoc par tons petit oe tempe . et fe tu ae u grant paour pout 
tmgpetit oe tempe fouftrir le feu oe ce monoe; eôme ooncquea 

poucraetucnoucerlefeuoenferparourablement aueclee op* 
aolee j Cfoer TU5 fcaie tu pour quop la mort eftreooubtable: 





^^^ 




" ■ 


■ — "* ^^H^H^I 




^K^^_ 






H*— 


- 










1= 




1 






^^^^_ 




^^^^^~ 
^^^3 




[ 




1 




II 




^^^^— 

















o 

ro 



CM 



CM 






CM 



m 
cm 



cm 



ro 

CM 



CM 
CM 



CM 



O 
CM 



CT\ 



LL 



r- 



i£i 



u-.- 



-r 



ro 



cnj 



Oï 



ce- 



[■- 



'•-■ 



\n 



-T 



(O 



CM 



u 








0>c la betteurercDe régner, ftjrtm. 

kmét Dde ooibs tu moult plue ooubtet celup qui !*«'«**« 

rr nacSle il lesViù.oebônavretce que les Cawt? ont 
enmïSetpfàmmtt oe la teneur et*» régner- mM 
en p acaoïeij « * p cn gloirc cft poOTettïô au règne celeftiel 

car oô De Dieu«&ar labeneurete q nre feigneuc 
momiftaurpoueesoeeCperit.relo cequilcft ra 
côte au? cuâgiles.fct facile fils q poucete oefpe* 
rit ett meCpzifer les tmnites De ce moDe : et Oeu= 
i ■Li L- ^-jg^ 'j ter le ropaulme ce Dieu. £t que ceulr qui mefpn 
ftHMeerkbeffeeetqui font rfcljes: et les tcligicur autu q pour 
^SKS^\Aimt\tméîxetUnm&M poucete ceulr fot 
Se SSeric et a ceulr fôt ptomifte e jettes au ropaume ce 
BwcU : r? et fil 5 ceulr qui font plus lyônoxe au ropaume du ci 
ci fontmfc feijneur iefucritt noftrc Dame fainrre maritfaitic* 
hanSaif iftt teeapoftres les martirs * tous ceulr qui furet cn 
a mô woouree oefperif : eettaOTaiioirqui en boulere furent po 
urée Des bie's oe ce mdoe.€t pource couuiét il q tu apmes auat 
M pourcte De boulet e q la r ietjefte môoaine Ce tu Deulr auoic la 
ricliette du ciel .£ar auec grât r icbeffcs môDaines peulr tu bien 
r ftre Doure ocfpcrir:*auoir abûDâre De riebettes rf pozellee. (En 
ceulr Qôt uiffifâïe ces bicsq Dieu leur aoônes.en renie ettugm 
fie leropaume Des cieulr au ql ont accôpUCfemét ceulr q p font. 
car ebaf eu a fuff ifâee De la gloire ql a en Dieu. € t p lee peclpuro 
De ce môoe q ne fe tienne"* pas apapfes ce ce q Dieu leur oone/ai0 
Defiréf rc q ta mptôt : en ceulr ett lignifiée a mi fere oefer en la 
cille te ontpomete parDurabïe<fë>efc doc fil? aux f auleee rugef 
Ces oece inôVoôtnul ne fcpeuf faoulerflEf peft corne la poOcf 
fiô en eft bzicue par la mozt qui eft pjoebame qu i toult roue les 
biens et la gloire ou mdocéf péfe corne par le règne De ce mon 
De m peur acquérir leropaume ou cieliyCar (Ttu as fuffifance 




(/'&c la bcncurcf e De poffefftô . jqqfflift. 

en ce que Dieu f a oône en ce monoe affm q Dieu arcôpltCTe le oou 
loir oe tô ame en gloireét fe tu te faouleo & Dieu en ce môoe en 
metoifârieetic^efleemôoaineetu acqrrao ainftle ropaume 
ouf^^r^êlàbeneuccteoepoaemon.^^^c^ictJiu^^ 

J 21 beneurete oepotTeffioeftla beneurete qui eft pzomi* 
fe a ceul?c qut fôt fimpleo i oebônairea. ^acljeo Dôc f il$ 
jDebônairete engéoze paijc.etpair eft oe raifô et De pof 
( feffio:etpourceeftpouettionenpair. 0f>ai8 Ijôme qui Déficela 
I ppdeflKô De ce môoe et qrnet peine De acqrir :celup eft toufiouco 
en guette t en grât ttauail pat la toanife De ce m ôdc, Çtyet fil$ 
apme Debônaitete aff in q ire en meuue tô courage en fcfobeiua 
ce pat la qlle wét feruituoe * pecbe. et bumilie ta péfee fi que ta 
toouléte foitrôf rainte a Deficec la beneutete oe poffeCCiô Oe pac 
outablegloice.amour q apme Dieu fait borne eftre fimple 1 oe 
bônatreet fait aur bornée fimples poffeoec les o&ueilleur et fi 
fait pc* fec * accoler les ireur.€t pource f U5 fôt oebônatrete t a* 
tnout cômécemét Depoueftïô tt oe pair.grtple et oebônaice fut 

née feisneur iefucnft quât il oint au môoe/t quât il fe laifta pé= 
DzciUetibatce/etccucifiec:affinqlumainltgnasceuftlapo(fef* 

fiô oeffloice qui lup eftoit pzomife au règne De Dieu . <£t pource 

obeiïïancetperfeuerâceaioétapaifibletequi fe côbateôtre cru 

aultc et rebelliô pour eftaulrer lame fiple * ttbônatre en la btm 

OictiôDeDieu. tf E>e la beneurete oe eôfolation Agffînxit& 

Ji^\ fcneutete De côfo latiô eft ettre côfozte et confole De Dieu 

^ -< enla gloire oeparaDie. €t cette beneurete eft pzomtfe a 

A } ce nlr q en ce môoe airont leur plaifir a rjônozci / fecuir/ 

S ttamer nfe feigneur oieu.et (J en ce môoe apront ploure leur* 

ptcheoetlamifere du môoe.Éar en la gloire De paraoio lee cou 

foitm * côfoler a le f tt$ De Dieu De fopmefmeo en tât quil fe eouc 

ra a euïjr pour eftre leur glotre.€t pource fil? pleure en ce môfe 

tes peeheo affin q tu ne fopea Defcôf ont au feu Déf et . le ql Defcô 

fouôttoue ceulr qen ce môoe ne fe côfoztét en la otu iefuccift t 

en foçaffiô .€t tu pleueee pource q les cbnftieno ne réoent gea 

ceeaîjicu/etnelup fcapue"tgre De ce quil laida fon fil* crucifiée 

et mourir pour eult aftin quil} punfent côfott en lup . €t autti 

fetupleuteepoutledmefcreâe qui par ignorance toontaufeu 




















^beconfolacton 



BW 



parDurable que les Dpables leur appareillent #/ &iapes côfola 
tiô et eôf ozt en Dieu qui fait tes oeuures woif ur leremét. tf il; Ce 
tu fais aucunes bones oeuures pour lamour oe nfe feigneur ie 
facnft u te garbe q tu ne receuee ton loper en ce mÔDe q> et pieu 
re oe paour q tu ne puiftes acomplir ton ûefit . Car ûcf aulte oa 
moue eft en eculr qui fe côfoztent en leurs mérites fleure fil$ 
pour bonnoœretapmer Dieu.ÇtapzesDoibsplourer pouepa 
our Des tourmésDenferet pour Defiree lesbiés De la gloire ce» 
lefttelle qui toufiours Dure, pleurer fans amour eft oefconfotf 
et DefplaiCance;mais ploucer par amour fait côcozoec et Douer 
côfolatiô. £tpourceoôcaffin que f u fopes confozte et confole 
pleure par amour .ï)afil$ côme cuioes tu que ceulr ont grât cô 
folaciôq par amour font en foufpirs et en larmes et en pleurs 
€t fc tu Défîtes eftre côfozte et tu oeuïr recouurer gras erjoCes ft 
faciles bien pleurer*)^ tugaignes plus en confolatiô q tu as 
De pleurer : q tu ne pers en peroât toutesbanites mo Daines .£t 
fe tu ne peur ne nebeur plourentu ne frais apmer ne Defirer les 
biês celeftiels ne mefpnCer les biés De ce môDe. t fi nefeaps auoir 
cofolatio u Des biês que Dieu ta Donnes, pleure fil; les tour mes 
qui font appareilles a tous mefereans qui nôt eôgnoitïance De 
oien tôar tel; pleure f appareillent confolatiô en (a beneurere 
qui na point De fui.de monoe cp eft lieu oe pleurer :amn que en 
lautre fiecle nous fopons eôfoztes . € t fe tu ne peur pleurer tes 
peeîjes ie te confeille que tu lai tics ta terre et tes amis et que tu 
boutes 1)026 De ton cucur toutes crjofes et que tu apmes Dieu: i 
que tu ten ailles en bng i)a mitage. et Donne foice pouoin tra 
uail a ton coms aftm que lame (oit en confolatiô t en Doulceur 
qui biét par larmes t par pleurs en remébmnt la paOïô Du fil; 
De oieu H £>e la beneurete De côpliffemen t'i^ gfl Kgs £& 

ODmpliiremét f il$ eft la celeftielle beneurete qui accom* 
îlift (e Defir oe iuftice De Cirât oeuures oe efperan ce et a 
parité et Des autresberrus. tceft ce que Oieu a pzomis 
a raouier De beneurete tous ceulr qui oefirét iuuHee . les grans 
toianoes donnent plus grant faoulement au rozps que ne font 
les mc*ojes:mai8 les menozes Douent bie a lame . £t pource la 
■iuftice que tu fais De t opmefmes en faoulant le Defir & ton ame 



4 


















lllllllll 






MM MM 






MM MM MM Mil MM MM MM Mil MM MM 







■_'l'.: 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



23 



o 
en 



cm 



* 

(j&cï^neiirrfcDerampliacmené. jtl. 

parp?aiD2c pou ce triantes fait a oicu fatiftartion De tes pèche? 
Éar ficôtne tu bois que pain et \>im et cljaic / et les autres faou» 
lent le ro:ps. €t belle façon De r>ôme et ôe f ême oône plaifir auï 
^urrojpozels rebelles parolles fontplaifantesaoutr tfltotiu 
ooibd tu moult oeficet la beneurete qui met oc (a iuftir c e* oieu 
etfon côpliûïment((/£ar toutes etjofes^font fouuerainement 
parfairtesoefouueraine beauté i[ #e tu Deniers poireGTioue & 
lices i autres r icljeffee tépozcUee fane oc Oferte tu fa te toit a top 
mefmes. &e tu celirce aucune cl?ofc celcttielle il couuient d mtti 
ceacôputtetôOeur#/ £ar la raifon pour quop tu es crée t recrée 
clt mftiee * ij <8t pource q la greigneur mftiee qui ctt en (Tome ett 
affermée a Oieu apmeren tomte et trinite / et en lincarnacion oc 
DieiUj pource ooibs tuapmer et Defirce a mourir pour lagrei* 
gneur iuftice De oieu. Car mt fer iawoe et iuftice fe coticotoent en 

^ôuiepecr)eur/etenceulr4p(uoe(laulcentmiferico^encemô 
oe cp en ceulr Donne elle cdpUflfemét ce leur oefir en (autre fierté. 

lîDe labeneurcte DemiCfticozDe.l^^]rtii!^^^fI 

Jfet icozoe e ft ucetu par laqUe fot pacDônes les mettais 

tleo pect?ed.€t en cette mUecicozoteftp: omtlë beneurc 

te a ceulï : qui en ce monoe feront miCceicoîs a cemôttrec 

ut inifer i cozoe a leur p?ocf>aini[£t fe tu f m peur f aï 

_ v fccicoîDc Des biens q oieu ta bailles en gacbe moult 

plus grant beneuretc te peut Dieu oonnet fe t( te fait mifcn co:* 
ît oe Copmef mes.Éae fe ru tout fcul faifopcs tous les biens que 
tous les bornes te ce môfc fdt4|€tpacDônopeo tous les mettais 
quelen fe pourtoif fai te:enco*e ne feropent mie tes oeuures fuf 
f ifâs a recepuoir la beneuretc «S** «t la celcttielle gloire #/£>ieu 
ta fait mifer ieozoe ce fon f il$ quil enuopa en terre poiwdtre M 
meaftùi quil paroonnaft ton pecljecn ce monoe </ £t pource fe 
tu/iesmilericozs : tu ocfpzifes la mifecico?oe queoieu ta faicte 
en fabeneurete.€t>ier ftl$ ce môoecft lieu oe paroôner «pauoic 
mifccieozoe.Car en lautee fierté ne peut on paroôner// €t facljc 
que mifericoioe eft oe fi grant oaleur que le tous les opables et 
les pecheuesqui font en éfer pouoptt auoir mifericozoe a leur 
ooulenfetouspftropent oeotourmensoenfee .et feropent en 
parourable beneuretc «J^tpôuree oôc fe mi(ci ieozoe ne te ap" 





CD 
CM 



cm 



CM 



m 
cm 



CM 



CM 



CM 
CM 



— œ 




I 



CM 



O 

cm 



a\ 



r- 



^ 



u~ 



-rr 



ro 



CM 



<7s 



K 



[-- 



UP 



LO 



*T 



en 



CM 



U 



n 
3 



N» 



i 



^ 



Ui 



ov 



-j 



■:o- 



SD 



o — 



t-J 



co — 



.c* — 



Ul 



<y» — 



~J — 







CO 



\Û 



ro 








o 



i 



<j&è la bencuref e De Deoir Dieu 



jUi- 



oui teapoeta.étfetubeujque mifericojoe reapoeemiersiufri 
ce fi car eonnctfCaToieu a plue grant pouoir oe te paroonnet 
auc tu nae a ton pzoe l?am .et fi ne peu* auoir paroon ne miferi* 
cozoe Ce m ne paroonnee . JLaiCTc Donc les grans crjofceoe ce mô 
oe et paroonne aff ni que tu apes la gloire celettielle r - Cwm 




la beneurete oe beoie Dieu noftre (eigneur.^^ 

£oir oieueftacompuffementoe beneurete laqlle Dieu 

apionufe a tous ttuix qui aicôt Us tueurs uectopes 

£t purges oe peci>e*f£ar ainfi rdmc \me bûchette neft 

tnïc bien Rat aur peu je cozpozetyne ozoure, ne malaoie ij£ai par 

te Uecliofe eftempeftljce labeue . ainft tournent ilquejameioit 

nectopee ûe peclje auanr quelle puitte beoir Oieu {) m ooibt oôc 

oes peur 02 ton tueur pair eaue lermopant en pleurant pat tept 

tance ix tes petijesamn que tu puittes auoir la beneurete aur a 

licffDelaglotrcparourablel/tfHer fil* licorne ta mère a gtât 

Défie oe top ueoir qui te mortel et bemi oeneant/ctes en ooubtt 

le tufecae appelle a la gloire eelettielle . ou Ce tu ferae Damne en 

enfej; .ainft ooibe tu auoir trop plue gtant Deftr De beoir oieu 

fur touteo cljofeo ip&egaroe doc beaux fil} lee eftoilles tômt et> 

lee font bellee et platfantee a beoir/ et le fouleil/ct la lune/et le ci 

cl là mer et la terre/les arbzee/ef lee opfcaur/et lee bettes / lee l)ô; 

mee.tee billee etlee rrjafteaur /et lee autres créatures Dot tuas 

peu par tes peur eozpozcl$ fauoir labeneurete q eft oe beoir tât 

oe ci?ofeeij«Ét (ebeoic tant De cljoGes eft beneurete tgrâtplatfâ 

(tenu incmoeitropplue grâtplaifâceetpluegrant beneurete 

eftceoefceoir oieuoe gloire ej a crée toutes ebofes*/ Car beoir 

oieu certifie intelligence ibontti granoeue / éternité /pouoir fa- 

geOe/amoun bertu gloire/acoplift* ment/et les autree bettus 4 

a Dieu font couuenablee .et cette bitioneft paroeaue toutee be« 

neuretes q fontaurcteatureetf€nîàquelle bifionnonr pouoir 

oemonter nul$ bornée fans netteté De lame pure tfanctifiee en 

laquelle aine ne foit nul* biees.^u mireur cler et net peur tu be 

oit a façon. 2luw fe tu toeujc oeoir oieu fi mttope ton amc affm 

q elle te foit mireur cler et net par quoptu bopes tô créateur et 

toufauueuren fa gloire <immmtwuïm>*êêmmmmim*<u\ 


























MM 1 1 1 ! 1 M M | M M 


MM Mil MM IIIMMII MM MM MM MM MM 







cm 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 









(/£>e la bênnirrfr De pactenrr. 



]rfm. 




( 



jelabeneureteoeparience^^fc^^^wùi 

âeiéceefrrefrener nouloir aeftoifonepar iretcôuertir 
^arire.€taceulr 4 aprôt ainu paciéceiimet nfe fei* 
-ne ur iefucnft en ieuâgille quil$ feront appelles m Oe 
liée fil$ noua tomes tous f 1I5 & ôieu. maie par îpaeiéc e 
ett borne participât Oe pecl)e t oe maleoietiôtfETpôuree fait pa 
tiéc e toue ceulr èftre f il$ oe oieu q lup fôt obéîtes et fubm is #le 
frt5 oe Oieu eft paciét en fa terre au* edr âges : et le f i 1$ au opafcle 
e fr ozgueilleur en efttâge terre , £t pourre oeult oieu e ftee tô pe 
re maie q tu Copes paciét /et q tu faces pacient Co?guetUeujr . car 
par pactéce fôt les omeilkuj: oaicus et côuertie^aïè reulr q 
fonten irenôtpointoeoifcrectô ftpéfee t font fâs rôtttriôftcô 
fciéce.ceulrom^'tleurscozpsaeftcefil} fcmortparourable. £i 
te ooibt fif$ fouuenir oe iefurrift q fut paciét en la croix plue q 
tu nepourropes pêfer ne oire: et fut obeiffât aur tourmés pour 
top. et pourre fôt ceulr q fôt îpaciés oefagreables a oift ^-s^ 
/^ !\ IDcla beneurete oe guerooniyMnmUyM rliiiijyj^ 

I l€Hteeftguetoôpmie.poucleqlgueroôeft < pttuslere« 
\ _LF gneou ciel a ceulr c) pour lamouroe Oieufouftéorôten 
« môoe pïecuciD4fJd?ïcFru3 fi eôme tu toois les créatures cj nôt 
poft oe wifô ceftauauoir ke betiee mute fôt fubmifes a foufte* 
nir peine* t trauaulr pour feruîr (jôine. auffi toibt bôme eftre 
fubmis t oblige a feruîr t fyônozer oieu le feigne ur oe gloire. ca c 
aceulrpinet le rop Oes rops mifertcozfc t pitié. <£t réora gueroô 
Itou6ceulrqpourmôftrertpfct)erautmefcreâ0lalopoeoieu 
(ouùéûiôt trauaulr et peines no obftât cjl$ P fopent obligée, tac 
pour fouftenir trauaulr et peines pour fjonoœr oieu oiét on a 
gtâtguerDôtf€t files riches homes metrëtgrât peine tgrant 
rrauaita multiplier leurs ucl)eu~es q ne fôt fozs multipUemês 
œpeinct oettauail.car 4 plus en a plus aoe peine toe tri bula* 
riôfataleegar&r côtne a les acqrir.lDÔeqs ootbs tu trop plue 
mettre ce peine a faire t multiplier bônes oeuures en fouftenât 
peines t trauaulr en tô eozps t en tô ame pour (amour t fyôneiu 
De Oieu.car les trauaulr. ont fin en ce môoe :mais les gueroos 0? 
gloire fôtpatourables. Suffi rômeaur apoftres t aux ma r tirs 
les p fccuciôs t les peines ont peins fin en ce môoe mais il en ô t 

041* 















f 














cjéelâmtnciaaonoareDame, jclu. 

oueroon oc la gloire parourable pour leurs méritée. €t pouce c 
tih fe tu ttluee eftre beneure tï naiea coudre a foutremr lamozc 
ne âlconâ autre peine eozpo:elle pour rjonnozererferuir oicu . 
Car nulle paour neooibreUreotreta beneureteqettenreuircj 
feruét a grat oefir eta gras pueres le top ce gloire entre les éne 
mis oeoieu.Car r)ôme q a amour a Dieu et cft enf lâbe ce la grâce 
ou raintefperif ne fait oifiEetêteemre (a terre etautee terre/* l)ô 
neur et oefoôneut :ne être tmg t)ôme ou \mg autre r)ôme :ne en* 
trebmeueeteer patlion.car routlup plaift enfeeuâr DieuiJBe* 
gatoe oac fil} quâs cornes ilpaau moee q pour rùrjettes mon* 
Daines t pour uapne gloire font eflôges oe oteu.£ t pour beneu 
retemôDaineqpouourefouftiénér tâtoe trauaulr «Dépeinte 
Cr aufifi Ce tu ueur peur ru Co uftenir metyfee /peines / et oefpis 
pour lamour tt Oieu gioneur ej guerodne eeulr q fouffrët pfecu 
tiôQ «peines en ce môce tp pour lamour ce lup é gloire pourabfe 





24 pzemiere lope que no are oame eut oe fon en- 
fant fut oe lannunciacion quant lâge faint ga» 
trnel lup apporta la nouuelle que elle eoncepue* 
roitleiauueuroe tout le monoe reftaûauoir le 
benoîte fit? oeoieu^mepourroir nulpenfcr 

„ la grât lope que la ropne ou ciel et Oe (a terre eut 

quantlcfaintangegabzicllupoiftqueelle enfanteroit le fil$c* 
oieu.Car fi comme tu peur penferfeone femme oeuoittaenfâ* 
rer tmg fil$ qui Ceroir ùigneur Oe tout le môoe et rouelle airoit 
moult granr lopc.car elle fairoir que toutes gée el'tiropenr fon 
t il$ a fugueur en ce monoel&ont tu peur pefer que (ans nulle 
romparaitott eut la bierge marie greigneur tope quant elle en» 
renûit que ion fil^ feroit comotnt au f ils oe Dieu : et que il feroit 
ftre ou net et ce la terre/ * a tout ce qui p eft.Car il nett nulle grei 

gneurnobleaequeeUrcbnemcûneperfonneauerOieu/eteUre 
feigncur Oetout U mon beifét félon ahip grau tp;ouftïtt celle 

granocnobleueq tire oame receutenlacôcepciôou benoift filj 

ocDicueouuiét quelle grât iopeqxm oame famete marie eut 

a grant ctjofe ooibt ettre eltimre .£ât fut grâoe et merueilleufe 















I 



O&e la ftconoc fope noflrc Dame. jtoi. 

fa iope que noftre Dame eue que tout Ijdme en peut eftre r ôtoit t 
oeqlcori q oefc ontoit ql foit gceue. foit De perte on ce ttibulaciô 
ou de qfconq autre paffion 41 feuffre il en peut, eftre eonfozte et 
allège. <£n (a iopt noftre oame le tbuleil ne peut tant enlumiuer 
ne feu efrfyauffer corne les fains ce pacaots Ce peurent efiouir en 
la tonrepe ion ou benoift fil$ oe M^ f— * ^ - 

ipe la iope que no ftte oame eut De l a natiui te fon fiU 
y noftre Ceisneucie(ucrift>^S^5=^l\ii.(^^^| 
/ V&ât le f il$ oe Dieu nafquit oe noftre oame fa maere ma 
f irieilnafquitbzapoieuettoutpuicrant créateur Du ciel 
\_ htpt la terre . <6t quât a lumanite nafquit il taap borne 
pourofe e t mortel.et fut milleur q tom lee autres bornes t tou 
tes cteatures.étquât celup fil$ q tant fut bônoœble nafquift ce 
la benoiftetrierge marie lo?s fefioupt elle tant q cueur oe borne 
nelepourroit péfer/ne ange ne le pourroitentéoze. Carauuïcô' 
me noftre Dame eft plue pics & fon f 1 1$ en féblâce De nature q ne 
fôt lee autres créatures . ainfi couaiit il q elle foit plue efioupe 
en la natiui te ft fô f il$ q toutes les autres créatures ne po ur rop 
ent êttoze . #1 geât ctjo fe et fi mer ueilleufe eft la gtât tope q nrc 
Dame eut de (6 f 1I3 quât elle le toit Deuant ne a tous fes lene et a 
touffe pouoirt par (es peur DefÔamelefnt Dieu t créateur On 
nef t oe fa f er re t 0* toutes ct)o fes. m grâce eftoir celle iope d'elle 
oeufteftrenômee par bngautre nom qui ftgnifiaft greigneuc 
iope.fct quât la ooulceoierge ropne et paraote eut éfâte fa beau 
fil) * elle le tlt être fes bzas elle le regaroa De fes peujc replis c* mi 
feriroJDe. £t léfant glotieux regaroa fa mete De fes peur piteux 
€t lois manif cfta la Dtuinif e a létéoemét nfe Dame: oôt elle eut 
Ci gîât iope q nulle autre créature ne la pour roi t êtéoze en re md 
oe ne a laut re : foie née Dame feulemêt * fô f 1I5 c] eft Dieu t fjôme. 
4l£6m c feo trois topstoîDiétaorer née feigneur ielucriftA>rloii. 

(m !^ rtt ftlt srànt la fcfte * la nouvelle oe la natiutte Du be* 

I 1 noitt f il$ 0: Dieu q ong petit apzes ql fut ne par la btu ce 

V^Mwu trois rops le bîorét aourer De lointaines terres lef 

qù tt ois tops furet egipeiés t furet cÔDuis Dune eftoille moult 

tel'plécnffât et moult ctere. laqlle alloit toufiours oeuât eulv et 

les coouit iufqsa tât ql$ furet oeuât le f 1I5 De Dieu </ et quât les 






D.iii. 



n 
3 



u> 



^ 



en 



ov 



-j 







■■:o- 



\£> 



O 



hj 



co — 



4^ — 



<J1 



OÏ — 



^J — 




i 



co 



\Û 




[•o 



^ê la titta ioft noflieDame. jrfîm, 

trois rops toirét nfe oame q tenoit fon entât entre fes bzaa.loza 
Defcéoir? t oe leurs rQeuaujr t offrirct au f 1 1$ & oieu nie feigneur 
lefucnft orenfens et mirre en oemôïrrât ql eftoit oieu et fjôrne 
etqlmourroit pour fauuer lumain lignage MJVipeÇe ode fii$ 
cjlle iope eut nfe oamequâtelle tritbenir les trois top* t leftoiU 
Uqlletoif cjlescôouifoitetlespfena ql$ otï«rêtafonfil$. <£ac 
par rclupfutoemôftreq fon fil$ étroit fej&neurDeseftoities/ et 
ce tout le môoe et oe trie/et De mozt 4îlupeTe oôc corne ooibt a= 
uoic grât io^e la mère oçfd éfant q liip eft môftre eftre leigneuc 
ou ciel et oe la terrent par la mirre fut ûemonftre ql eftoit fei* 
gneur oe la mojt * Oeo Diables par lefq!$ étroit perou lumain lu 
gnage^t quât les trois rops euréeoffertleurpfent anfefei* 
gneur iefueritt et eurét faicte celle reueréee q créature Ooibt fai* 

re a fou créateur 1I5 fenoozmirétquât il fut r)eure oe Oomuc.^t 
lozsuintaculr lange oe nfe feigneurej leur oift en leur oozmic 
ql ne retournaient mie par le top fjeroce : pontet quil toouloit 
mettre a mozt lefur rift . <£t quât il apperceut q les trois rops té. 
efto/>ent ailes par autre crjetmn : loze f ift iloccire tous fes pet is 
enfans ou paisraff in q iefucrift fuft or ns entre eulr. GDais lâge 
rdmanoa a iofcpr) le mari nf e oame cil le menait en cgipte: t aî= 
ftfut il oeliure ou pouoie rjerooetftt quât nfe Dame entéoirq 

fôfil$fufDcliureoupouoiroef;eroOeparlaDminiftraciôOclâ< 
gelons eut elleinoulrgrâtiopepourlaoeliurâce De fonfil^evx» 

0>êlâ iopt q nf e Dame eut oe fon fil* a la refurrertioncojcitriu. 

Ourre f ii$ que tu puiues mtculjc enreno:e que noftre 
DameeutDe fon flagrant iope quant tlfutretTufrire 

. et fapparut a elle et aux anoures. JDourcetoeuil ieteoe 

îftrer la graf Douleur et peine qlle fouffrit quât elle trit fô cbi 
er fiÏ5 pco?e/lier bâti e et mourir en croir <fén celle lournee Dôc 
que les ûu'ft pzinDîét nfe feigneur iefucrift et le tiere'f et mené 
rét bonteufement crucifier i|Î02s eftoit nfe oamepfcnte q fup* 

uoicfonfbierfil5qUea^mottmouïttéo:emenf.<Êt(aeftoitfiîe 
moult déboutée * mcfpj/fee Des iuift. Dôr tu peujr péfer eôme eU 

lecut grâteouleurau cueur quât cire bit fôrîner fth fiDuremfc 
bafuuectt>illene:*filet)itagrât Douleur rjôteufemét mourir 
mlacroijc fâs lauoirDeaerui^rupeu^ péfer eômt tamereou 




j 












o 













1 1 1 1 1 1 1 1 1 






MM MM 






MM MM MM Mil MM MM MM Mil MM MM 




MM MM 



cm 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



Çs* teqiwrtr tort nommmt. jrfînïi . 

bne auf ce fe me airoit géant Douleur au eueuc fe elle toeo îe fott 
enfât côDâne a mourira tort.ainfi peut tu péfec q la Douleur q 
tire oamefoufttnten lapattiô un la tnozt oe fon riper fifc quât 
ellele uir rruellemét mourir, celle Douleur fut fane côparaifon 
plus grâce q ne pour toit auoir fô enfant pour lee c aul'ee oettuf 
Dictée. €t puifl apzee péfe qlle eut gtât iope fâe côpacaifô quât 
le \>it ceffufcite oeuât fop fain et fauf et toif en cape non moztel 
glorifie, loœ eut elle plue grât lopefâe côpacaifô q ne pourront 
auoir ta mère ou \me autre f éme oe fon enfât cj airoit eue cooà- 
ne a mourir a tort le elle le oeoit reOuCcife félon la noblelïe/grâ* 
oelïe c t erccllenec De nre Dame cnuere ta mère ou \>ne f éme;et ce 
nrefeigneur iefucriftéuere top ou tmg autre l)dme.£ar tour aï 
Ci rômeelle fouftintenla paffionoe fon fit? eôtne noue auone 
oettuf Dit fi grâf Douleur q nul cueur ne pour r oit péfec/ ne bou* 
clje Dire netaro ter fuffifâmft . Tout ainfi eut elle Cigrant iope 
parDettuelumain entéDemêt quâtelle le oit rettufeite et uif en 
corne glorifie îpaCftbleet imotfel&Œ5=3De la iope q nre Dame 

ciotl noftre feigneur iefue rift mïmmimgiïm 
M ceftup nom af céftoutoault au tât a Dire corne mô te 
met. fci eut nce Dame fait te macic geât ivpe quât el* 

_ ^ v u Mit nce feigneuc tefucrift fd ctycr f il? q eftoit cettufei 

teoe moitetq môta au* cieulc au tour oe lafréûo q fi grât iope 
fut fouffifâte pour route frittette conforter : t tât consomme 
fut beneucc*/ et poutee fil* te Doibe tueflouir tnteiopc et en la 
« loite q nre Dame eut oe la toectu et oe la glotte De fon f il; q elle 
wt motet aur rieulr «7£at pac celle tope tu te faie participât ou 
olaifir agréable q nf e lèigneuc iefucrift a De nre Dame faîrte ma 
•T ., ^. ra j « c q n fe oame eu t au iouc De pétljecouftei ^) lie» 

fc> tout ce la pétljecoufte q le ùànt etpecit Ocfeéot t fur 

nce oamt faïcte marie * (ut lee apofreee * lee flumina 

e f nécee * De oiuece lâguagee t lee côf ozta oe la geace 

Koci»iK«eoirfidoeDicu. £teelup iouc autti geât iope eutnee 

oame *lee apofteee q par abôoâce oe iope <* méceret tento IN» 

apoftreeaptcher realeméttoe gratcouraige kpattion*cefur 

rection De nre fcigneur iefucrift . €t par la grâce et beneDictum 
oeDieuqileurftencelup iourilieefpâoicftpacmplemonoeet 

cuti. 



eut 



et De la 















^écïâûf iemc tope no&reaame. jclî „ 

conuettirét les mefcreâe a \yope De fauuementl^ac ainficôm t 
f ce qui cft f on eu Ijauffe cft Deoene et oerjoze rouge comme feu % 
cft plain oefeu.2uuTi nouée Dame et les apoftree furent fi rem 
plie de iope et De rfyaritc q il; f ucét to ue embzafee oeoene et De* 
hoiB eeferueur Oe oeuorion cetup iour que le faint efpcctt Defr î- 
oit fureujcenfemblâteoefeu.tt quant les apoftree furent en- 
flambée De la grâce du famtefperit : Une allerêt il$ pzefrtpe lee 
cuangillce lefquellee il$ ne fauoient par auant ne ne pouoimt 
p:c(rtyrr iufquee a tantque le faint efperit oefcenDift fur cuir et 
lée enlumina et embmfa fi que il peuffenrt fceullér pzefeince la 
famrte fopratl)olique.€tpac la grant arDeur De Dcuocion etle 
grant Délie qui eftoi t aux apoftree De conuertir le môDe foufte* 
noient U$ moult De peineeet De tourmene pour lamour De nf e 
feigneur iefucrift et fatfoient miracles grane et parainu e ôucr 
tirent il les mefereane a la bow De falut 4) fil$ moult cft celup 
iour eflonge De noue au quel le faint efperit oefren Dit fur kea= 
poftrce Dont il; ptinozenr deuoàontt riante pour pzefcr?er et 
ronuertir Ice errane et lee mefereane et eele uer en t toute paour 
De mourir en laquelle il eftoicnt auant que le faint elpeut oefeé 
oift fut cuir, ooaie 02e cft lumain entenoemêf euaulce par cou* 
ftume et par cfrr iprutee et font requîtes raifone cotre (ce mef- 
ereane er p:o bac ions neceûaircs a Demonftrec nerite De Ja faut 
rtc f op ca ttjol ique^ft poûrce eft il raifon que par grât férue uc 
et par grant ctjanre noue traualKone a appzcnoze Diuetelan* 
guagee et auou Doctrines neceuaires puis que nous ne Cornes 
DigneeDefairemiraclcelaquelleDigniteeft DeffaulteDe Deuo» 
cion et « rljarire et pour paour que noue aude De fouftenir tra 
uail er mon pour lamouc oe nfe feigneue JMZDe la iope q eut 

•ajon^ffumpcion quât elle môta aur cieulr«liiM 
Ongncutement fut noftre Dame faincte marie Défi * 

rce au ciel par ion fil* t par lee faine DegIoire€taulB 
.___ auoitnfe oa me grant Défit Oeftreauecfon filj. CDais 
pouTce quêtes apoftree et les Difciplee alloicntpar le môûepf= 
c 7ï!ffî? «tyouque pource ejl* feuffent plus f 02s » plus Dure 
iE™?F™*l*™Mpow:notae feigneur lefurnft par la 
vtuùe la faferete nre Dame . J&uirrepleuft il a nce feigneur iefu* 

■ 

.un.o 









t 



^ la fcptteme iope nottte Dame. |tëi. 

ctift ôeUe f uft longueméten ce môoe cp.£t quât le terme f uttoe 
nu cuul pleur a noftec feigneur oicu q no ftee Dame trefpalfaft 
De ce monoe cp en lautee ; loze fut ef leuee au ciel auec fo n f 1I5 en 
granrp:oceatonetgloneufecôpagnie oe angel$%oeacct)âgel$ 
c t oe toue lee Caint} et fatnetee oe paraoie . lee quel} en cl)âtant 
ooult chanta et fatfant géant meloDie leuecent noftre oame iuf 
quee au fouuejai ciel en la glotte Dente feigneur Dieu icfucnft 
ton f il;<f£t quât elle Ymt quelle euoit puue oe la géant miCeee 
oe ce monoe.et elle \>eit (on oieu et fon fil* oeuât (opi et que elle 
Demoucioitaueclepececeleftieletfonfil5feigneutûe toue les 
faine oe gloice.fct beltque tow recrurent Con f 1I5 fyonno;abu> 
inent:et que toueettopcntattemblee pour laourer/ r)ônozer/et 
louée :toze fut elle fi Couuerainemêt euoupe que nul l)ôme ne le 
pou r r it péCcc ne Dire. £ae elle (ut efleuee oetfus la lune * le fou 
leil et oeOiie Ira cftoilee/ et ûetTus to urée lee ozozee oce angel$ . 
étpourceainu côe fon effaulcemét futgeâttejccellét: aînfi fut 
fa tope et fa lutte gcâoe tercellé te. £t côe lamour nr e oame fott 
fi gcâoe une peuteftee eftimee . ©uieft oôc celup cl pourroit e* 
ftimcr ne penfer ne eftcitelagcât iope q ure oame eut quât elle 
fut en la glo ire en la quelle iope eft \ teta poutablemé ttflhi ciel 
a Deux cowônce q fôt meilleurce et plue noblee q tourte lee au 
tree courônee q lee teints et faîctee ont en gloire: lune eft a nfe 
teigneur tcfuruft laurreelt a nfe oame fa mere.<£r côme (a tope 
oce faint} oe paraoie foit fi gcâoe q oeul ne pour roit regac oer 
ne o»ille oprne cueur oe l)ôe pffer :tât eft gcâoe t merueilleufe. 
lot oonc pourra cueur oe |>ôe pérer ne pmagmer la grât iope q 
nfe oa:nc eut quât elle beit fon fil* ù noblemétcourône.etueit 
lauoblettc oe la courône DÔtfô fil$ leut couvônee. £ar celle iope 
fut moult plue gcâoe q la iope oe toue lee famt$etfainctee oe 
paraoïe. £ar le oiui et l)umain regazt oôtnf e feigneur lefucr ift 
regaroenfeoâeauciellupoônefigrâtiope*figrâtDoulceucq 

mit ne le pour roi r pé fer ne eftimer tât eft grâce t glozieuf cpuie 
oôc qla iope nfe cameeft fi grâftet fi merueilleufe ie te pue ftl$ 
%te conseille q noftre oàme te toit iopcicontozt 1 Defic/ amour / et 
confolation oe tô ame.<£t q fur routée cfjofee apee rcméb:anee 
ce noftre oame . car elle eft le taopen pancipat De rapaifec lire 




■ 









I 



1 















De Dieu enuece lup. €t pource f U$ beullee la rjônozet 1 lup faite 
iope.€cfe tu lup neulr faire plaifir et r/ôneur:fi r)ôno*e8 et fête 
fou f iU De tout ton pouott . €at le pluegcâe ^neuc q lé puide 

faite a nt e Dame eû\ q on férue fon fil* et fcigneur gloncur/ nfe 
feigneur ieluenfc«&=&ee fepruei tue pmmpaleo qui mai 
m -n Mita»* feiuattô. €tp*emieremétDeiafcfuDefop^ïiii. 

£>pcatl>oliq eft croire torapeecbo fee iutfiblee: 
rouuenablee aux t tyittiëe . €f par top aparroit 
on Hérite fane nulle Drmôftrâce et rai (ô Ruinai 
ne.car oemôftcâce a rai lô pec t la f op en la cljo fe 
De quop lôme a rerraine fficce<]£ar tout aiiï côe 
_„„„_ . (a lumière cozpozclie élumîe l eepeulr toipotel} 
ainff par lumière De grâce fait foj> q tu ccopee Du père rclefticl *• 
De lee ocuuree;ce q tu ne peur enre'ote par lumière oenréDemét. 
£ar lumière DentêDemét natutel neft pas fuffifâr oentêote tou 
tee rf?o fee qui tôt a lôme necettairee pour croire Dieu et leeoeu 
urée . € t pource élu mine Dieu lôme par lumière De faire acroite 
lee thofee lui Ciblée .lee qllee tl ne peut entéoze par lumière ben 
tecemét«j£at pat lumière De f op eu effautce létéDemét De lôme 
a entéDte Dieu t fee euutee <j£t to ut ainfi côe la lumière ett po: 
ree Deuâf la g et pat nupt pour mô Ir rer la oope; tout aîft t>a top 
ônxm enréoemét pour eluminet t faite croire ce quil ne peur en 

réojc par mtmt.fle (opte pae oôc f 1I5 mefcreât affi q t ô enr éoe_ 

met puiffe fi r)aultmôter qtpuiue ttéôie te q la top élumîe Car 
aifi côe t)ôe gaigne loper t mérite pour apmer Dieu t tiôjpctyun t 
pour tenir luftice t fopmcfmee en faifât bôee oeuuree.atfi Dieu 
oône a Ijôe fop/affi q l ttferue loper t ql air mcri te.£t pource côe 
ru ûoibe fauoir bô gre a relup q re pue aucune ctjole lâe gaige % 
fâe lett re Dobligatiô/t la te baille a ta fimple patolle; fe auffi tu 
et 010 Dieu % fee ocuutee par ftftue tÔ entéoemé 1 11 atu tel. 1 crois 
ce q tu nétée pae . pout ttap tu ae mente % loper * par le mérite 
ae gloite ce Dieu 4 te Dône top t aut fyôeerfjf M; lee luifj t lee fat 
rafine 4 aourét lee pûolee t auflu lee papee q nôt poit ce lop Dôt 
il} puidét auo f t lumière & fopa croire bieu t fee oeuuree côe tu 
ae fe tu croie lee Doufe articlee ce la fopifèt lee ql; for pDue par 
faulte ût fop t toue ceulr 4 ne brulét Dieu côgnoiftrrl^t pource 
















IIII|MII 












MM Mil MM MIMMII MM MM Mil Mil MM 




MM MM 



cm 1 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



2 



21 



22 



23 



0>t la Mtttw De cfperance. 



ftii 



Itûî . 



qfopeft cl>icre cl)ofeetamiable:poutccpeur eu penfec q ntc (ti- 
gncuc oône grât oô a ceult a qui il oône fop. £ar fop cft tât chic 
tcttantiwMe qnulnelapeutpjiCer. £tpourcefii$ne la $me 

paabo;atttoncouragep()urcl)ofequirauie"gne.ïr>iruaDône 
a lôtne ocur peu* * ûeur beuea aff m q lung apoe a lautre. & Ci a 
Dieu oône aur Cornes oeur lumierea ceftauauoir lumière oété» 

ûemétnatuccHlumicceDefopaccoireccciinepeurentéO!e.€t 
cette lumière o e fo/> eft neceCCaice au]c Cornée qui nôt pae elec en 
téoeme't : aff t q par cette lumière il$ lo/>e"t bo*a oee erreurs % Dea 
fétariôa oea o^ablee q touuouraomlét médire a f rearure hu 
maine.^Uu^tjeulétfairemefiraireleacliofeaquelâe'oemcnt 
nepeucentéo^e.iFa^furmôceencemôoeétéoemét.^acparfo^ 

pcutonpluaa^MietqpacentéûemMaefoptooitoieuia^nul 
mopé Détenoemét.(£t létenDeimt ne peult motet a bku fâa De* 

môttrac(ôoefo^.€tfopgaroe Ietenoemetentoa9tep3.cdr ce 
q tu aa en ce môoe cceupac lumière oe fop:tu lètêoma en lantre 

riecleparlumieceDétéoemétquâttupferaaetaîfiqberitene 
peutefteetoaincue pat nulle cnofe.ainUlafop q tua3fetulap> 
mea ne pourra eftcetjaicue pat nulle cl>oCe . Q}aia lea nuuuaia 

jcpienscinecro^étetregniêtoieureiéblétautUcrafinaouaut 
iuift q pour eftre rirljea genêt fo^fyo» oe leuraamr a oôt 1I5 oe 

meurent en tenebitQ #/<Êar fana fo/>.nepeut nul eûre agréable a 
Dieu ^ fflDe la ber tu oe efperance^SBs^^5~jiiii— s< 

îperâceeftauoitcrpoicoefauucméf. Là quYtocrru ce 

cfperâceaDieuoôneealÔmepourfairebôeaoeuurea 
^^^-taffin quôaitcfperâce a la iuttice c* oieu. £tfe forfait 
pecl)e ql ait repétâre t côf riaôef auffi ait efperâYe en la mitai* 
coiDeceoitu.€tl'afl)eafil5poucb.'^q(eaf)5m^aîulreaontef 
perâee a iuttice *les tmf er icoia a mifecieozct t lea perfyeuce a co 
ttitw.ÇDàiQ pour folle etpecâce aueû? pect>euta ne ooubrètne 
apmétiuftire.maiaruioét auoir eCpccâcealamifetUwoeoeoi 
eu Dôt il$ ne (ôt mie ùiçnee 4j£àt aill côe pour ce q tu ea mô fil$ 
ttoetameretua3efperâre0auoirno9biêatépo^.2linfifetu 
aa eCperâce oauoir la gloire cefcftielfe il rouuiét q facea tât pat 
f op * par ceeâce t car bônea oeuurea q f u fopea fil$ ou père oie_u_ 
ftgloire.ttecôuiét ooubt* 05 iret obéira fea pmâoeméa #7£at ce 






I 










fëtïïtetia De efperanct 



iêit 



Itm . 



fer o it gran t rozc a la uiftice Dieu fe (es bônee oeuuree que nous 

fapfon9neftopérgueroône0.€tauoriferoitre^rantro;tfelepe 

ct>e Oc De fefperâc e ncftoit puni .^i Doibe Donc aimer la miferi= 

tozoe De oieu:pourre que par elle ru ae efperanre oauoir parôô. 

^fpcrâcceftfi bôneet oelïgrâtbcrtu q ainficôe DiciiaoîDÔne 

q len mcgufle et bopue pour fouftenir le cozpe.ainû a il cône ef 

perâre par (a qlle l)ôme retourne a Dieu plue q a fopmefme ne a 

autre cbofe.€arainficômele9t)iâDe0Cbuftiênéttero?p0;ainft 
lefperâr e que len a au pouoir De Dieu et a la Dope par quop Dieu 

apœ a î)ôme a fes befoin^ô et neceiTitee Dont nul autre ne peut 
apoec fozs Dieu feuleméf COaint? t?ômee par Defaute De biâfte 

quil* mengeropent tjoulétiera fe ilj en pouopét auoir meurét . 
& plufieure meurét De leurs malaoiee quiuiuropét fe il$ auop 
eut la meoerine q mettier leur (croit: maie tout \}ôe peut auoit 
ef perâc e et pource fil meurt en feu parDura We re neft mie le De* 
fault eclabectu oefperâre:aineeft la eoulpe ûelôme qui na pas 
efperâre rat que meftier lup f euft*/£ac amf i rôe tu te fiée a tong 
Ijômc.il eft tenu De top aiDet pour la fiâceq tu ae en lup et pour 
ccqtuaeeCperâcequiltapDe. Bintteft Dieu pzcftt appareille ce 
tapoer/t moult plue fe tu te fpee en lup42#itêToliuiéne Dot fil* 
De li nrarnat iô t De la grief uepaflûd De nre fergneur iefurrift.ér 
entée rôe il ta mie en grât Debte affin q tu te fiée en lup. fi rôme 
Dieu a pzie rr>atr humaine en latoierge marier a fouftenu moit 
pour top fane q tu len pziaucetfSinli Doibe tu auoir grâteCpe 
rare en la iultice mirer icotoc pmttacc crjarite % fagcfle: t en tou 
tee lee autree toertue De noftre feignenr Dieu glo/ieujr, 

IjTbe la toerru DcffrarifejS^» f jfr 
tarife eft Dieu apmer De fon pouoir. ta quelle allège 
lee grief e trauaulr et lee péril* quioiénêt en refte moi 
t ellcine et Donc fo.'ce et multiplie nobletfe ce courage 
encontrelee ennemie fi parité Dône plaifanre oee biem \ oee 
maulr que lomme fouftient pour lamour De nfe feigneur Dieu 
€barirceu~aulcelat)oulenfeaoouloirgcâe eljofcee? baultee. 
£f)ar ire affem ble ï)ôme a Dieu. éljarire fait a Dieu SÔner grane 

Dôe *parDônergrâeto;t5*grâemeftate|^l?aritefaitar)ôe De 
grâe Dômagee. €t fait les pouree f?ôce cftrc rtcfyce Ce courage 





/ 



r 



^elaïiertu&edmrife. to. 






» 

m* te ne te poutrope Dire ne raronter la grât noble Oe que fait 
cfiatitc.Cac clic fait oieueftreen ton cucuc :le qlne être pas en 
courage De r)dmefan8rt)a«te.€toetâtcôetttauca0pluegcât 
chante m tô rourage/tât plue p auras Dieu.puis ode q tu peur 
auoir au môoe charité fe tu oeulr fe tu oeulr oôcqs auoir oieu: 
ft apee en ton courage chante. Car ce môoe cp eft lieu ou lé peut 
affetnblec t multiplier chante et amour. €t oe m tôt tu auras 
plus Damour et De chante en ce môoe : De tant autas tu plue oe 
Moire en lautre.pout ce que par greigneure r Ijar ite a Dieu aco u 
(rume a Dôner plus granr gloire a reulr qui plue ce lup font ap 
mes car iU font plus âmes en ce monûe^rtfil} auoir i ijarite cft 
apmer Dieu et pource quil eft bon/ et poutre quil Donne a Ijôme 
paraois 4f€t farces que apmer aucune ctjofe fane Dieu ceft a Di 
te oue fe tu apmes aucune rfyofe fans auoir regart a Dieu pour 
lamour ou fil tu do ibs apmer toutes tljofcs; reftfaulfe amour. 
2Utant oonrques que tu apmes aucune autre ctjofe; ft apme oi* 
cupout lamour Duquel tu Doibs toutes autres crjofes apmer . 
et (ourmôte ton vouloir : fi que tu napmes nulle ctjofe par De* 
liant Dieu . COais en toutes les crjofes que tu apmeras apes tout 
ioucs ton entenoementa apmer Dieupzenueeemeutetappzeo 
pour lamour oc lup apme ire que tu apmcrasfKar feautrement 
lefait;:tunapras pas cfeuite enc(?ofeq tu apmes^tfe tu nas 
chante tune feras pas apme De Dieu mareferas en fô ire.la qïte_ 
ire toutméte ceutyqui (ont t)aps De Dieu enfeu parourablef/jOe 
fap pa9 Dôc f i\x peche en lire ce nf e feigneur oieu:mais apes elja 
rirepuis n f u la peujrauoir . tapinc tât Dieu q tu apmes touttQ 
thoCcs pour lamour oe luptfiix fe ruueuljr auoir r»?arite fi apes 
paciéceaffiq tu apmes la pouléte oe oieu. & a^me tous reulr q 
apmi t Dieu, t l)ap tous ceulr q l?apét oieu. t auât toutes cljof es 
aWoiru.#>aispluueutsgés uofèt apmet Dieu pource ql$ap 
met trop leurs ro/psodf 1I5 ne oeultét touffrir ne éourer aucu* 
ne peine que leur wps ne affiebliflene fe Degafte. €t pource ne 
DeullentU3apmerDieui(€tpourceauiTiqfeil5apmopentDieu 

plus que euul leur couueno:oit renoue et reftiruer re quil* ont 
oe lautrui a toit et fans caufe.€t pourre nofent ne neoeullet ap 
mer Dieu4JSinfi Dde apme Dieu ; aCfin q tu fopes apme oe Dieu* 































0*iâiHtfuDrcftfflfte. 



lu. 



oe Dieu.Cat nul ne peut auoir oômase a apmet Dieu.ne nulle ri 
cljctfe ne nulle nobiette/ne nul pzouft'i t ce cïjofe q lé puiflfe auoic 
ne peu t eftre côpacee a la grât peneurete qui oient oe apmer 0i« 
euifCljacùe teno;a toulïoure ton routage lie et iopeui. fe tu la 
ociilx auoir et atquenri/Êat toutes lee foie q tu teûouprae en 
rfyar ite/rfyaute te garDera oe ire de courour t oe ocfefpeeâce qui 

Douent aux f?ôïnes peines et oouleurei/^raie tu fil> qui font 
ces rljoiee q oonnét aux Cornée peines t Douleurs :re Tôt Ijapne/ 

et DitttwDeoôt ru ne peur bénit au Deuus . Ce tu nae tfyarite. £t 

oe tât eôe tu auras et armeras chante : De tât pourras tu auoir 

meilleur entéûemctcfct fe t u la deulr plus apmer et étéDtt ti a» 

me Dieu et oef ire fur toutes c l)o les . £ar (e tu le apmee ru auras 

moult bô entéoemét et Drape c licite 1/ ©* péfe r'il$ fil eu rr)pfe 

pour qui tu Donnâmes tô bouloir et ton en te'oement: fi q tu né 

lenotues nés .<£ t fe ru trouuopee aurune r(?ofe pour q tu Dônaf 

les ton entéoemét et ta bouléte tu oô neropee ropmefmee pour 

relie ctfoiext boulozopee plus auoir relie cl)ofe/que eftre. tac fit 

ne fauopes ne entéDopes 1 len : eôe pourropes tu auoir relie cljo 

le .ne quel pzouftit te ter oit elle fe tu lauopes. fi côme maint îjo 

me a t nappe ou manteau qui ne fen Ccait oeftit ne afflubet </£t 

mait i)ômc a ctjeual q ne le irait rfyeuaut fjen € t matt fyôea tt e< 

tcw cj ne fratt oiet.ét a (eut p;outft têt telles tljofes quant 1/5 ne 

len uapuér apotr ne oïentf/âppzee Dôr fil$ q tu apes bouléte oc 

apmei rat meilleure rtjofeeftooulétc qui irait apmet que ne fôt 

les cfyolee oettuf Dites .tfâppzee fil? pêfe qlle peine feutf re pou* 

1ère q roufiours beultet ûeûte aurune rl?ofe * nul réps ne peut 

auoir ce qlle fcfire/aïs a touuouts relie rfyotê q elle t)apt.£t fe el 

lepeutt auoir req elle Délire toulïoure lapmatt. €t péfe eôe lété 

oeméroônegratpalïiôa laooulcte quât U entent q la oouléte 

oouD:atous tours ce qiamaie napra t aura ce q roufiours fyap 

ra:t aura pou Dieu le qttoufioute ooulfiftauoir. et farces f iij 

q tel et éoemet toutmëte la oouléte Dereuljr q fôt aux peines Dé< 

Jer:<jl$ nôtapme Dieu en re mdDe. {fËTela otu De lultireCWbt 
^■p-^SMtire eft rfiwe a cfyafrû re qui eft ften feton ôioxtim 

poutee fti5 que Dieu ta rreepout eftt e fien/et ta Donne 

^-^ L ^is q tuaepaz fa grât miferiroioe reft Dôt o*oit * îuftice 






1 1 1 1 [ M M M 1 1 1 1 1 M 




lll|llll 






MM MM 




MM Mil II M Mil IMI INI MM Mil MM MM 




Mil MM 






M III 





cm 



6 



B 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



1: 



19 



20 



21 



22 



23 






(J&e (a Dcrttt ônuftfa 



toi. 




nue tu nelut> toiles mie f opmef mes/ ne les biés quil; ta bailles 
en satoe. to fe tu ne garDes topmefmes a Dieu t ce que tu ao te 
Dîen fi corne pouoirfagetfei 1 les autres biés: la iuftice eft pour 
toppunit. to toute Dzoictureeft en ûjeu:et le fié toouloirtjeult 
iuùiie et hapt barat et tricbecie<fï)omme ne fe peult oeffenDie 
ou pouoic ce nre feigneur Dieu/ ne ne peut par nul barat celer a 
la fasette De Dieu les mettait; ql? a f aicc; cotre la iuftice De Dieu: 
ne pac nulle tricherie ne çeut borne pacifiée lire De oieu< j la tu 
ftice oe oieu eft bône«j€tïeïu apmes Dieu il le couuiét apmer fa 
iMte to fe tu bais fa iuftice:tu bais Dieu qui eft fa iuftice mef 
mes et fi bais la iuftice Des fams De gloireitoe tous les maleu 
reujc oenfer .€t fe tu apmes la iuftice De oieu/fi napes ire ne cou* 
rour De ebofe que Dieu face De top car tu es lien: ne Des blés q tu 
as/car illes ta baillée en gacoe:etfait tout par iuftice et équité. 
£tpour ce ooncfil te feuttreauoirmalaDie Découpe ou perte c* 
biens ou quel;côques autres tnbulariôs ou poucetc en ce rnô= 
De:fi apes pacience et lapine De tant plus, to il ebaftie en ce mô 
oe ceutr quil apme: pour leur Dôner gloire en lautre fiecle félon 
iufticetfét fe tu apmes Dieu en Caiuttice;li apme lamifeeicozDe 
qui en Dieu eft. to De tant q tu apmes plus mifencozoe : oe tât 
plus toft te feront parDonnes tes meffait$ 4f€t facbes fil? que 
apmer (a iuftice De oieu eft fi tyran t bien et fi granf pwurTit que 
fe (es Dan née et leeopableequi font en enter boulopent apmec 
la iuftice De Dieu pac bue feule beure ou par tmg petit ce temps 
il auropent gloire pacDurablcment GOais pouece quil$f ont en 
lieu ou ih ne peuentàuoit repentâce ne apmer la iuftice De Weu 
pouciagrantmauuaiftieenquopiis fonr enourcis tcôfermes 
pouccepnt il; peine q ia ne f inera. & poucce OÔc fil$ q ce môoe 
rpeftenlieuoutupeuïapmeclaiufticeceDieupourcetâDiscde 
tupeo Ci lapme De rour tô pouoic et ce toute tame afti q tu efebe 
uee les peineo oéfev/t apes gloire pDurable-ÎDoubtable eft la iu 
&ice pour q miferifOJOe ne paroône mie a to 9 les pecbeurs. Car 
feelleparDônoita rouelle feroitgreigneureq la iuùice.£téoit 
iuftice rcopooulcepar la ooulreur &miieriro?oc.€t feroitabo 
lieiuftice.(£t poucce couuiét q nuïeriawoenepoône mie a to 9 : 
aftm q iuftice loit garoee.^ilj fe tu loes * beneps la iuftice.quâ t 







n 









t 4 







ç&elauertnDepniDfnct 



IHÙ 



elle f e courra aucune padion. Ceft a ofre Te ru pzens t rccoie pa 
ticnremét les peines ri ibular 10110 .malades prîtes .Dômagcs/ 
guerres, tt pouretes : et toutes autres Douleurs qui aouiêncnt 
cncemonoeep.encefatfanttu béniras la mftire oe oieuoe ta 
bouche t oe ta penfee- £r pouree la iufticc oe Dieute bénira De la 
gloire celeftietlc qui toufiours Dure. 0)ais fe tu ne pzens engre 
ceque (a iuftire Oiuine fait et ozoonne De top ou oautre : farces 
que tu blafmes et mauDis Dieu et fa iuttice (J£t te tu bénis ûicu 
quant il te oône aucû bien iuftemét pourquop le blafmerae tu 
et mauioirasfe tu lup as mettait a ton et il te pumft a D2oit.3u 
ÛUî et Ccience Te concozbét.eac qui iuçe fans fauoir il iu$c roin 
me laueugle qui toaparmp les reneb:es*/€t pourre fétu oeuli 
ouurec ozoitemét et mftement fi attrempe to n vo uloir 1 ta me 
moire et ton entendement par fciêre a tuftice 41 & pouree eft o* 
Donnciugea ecurquipIaiDentaffinquil* puiflent auoic plua 
attrempeemét leur uoulente par le mopen De iufticc qui facco;= 
De a Qienre, €ar rjomme qui plaioe ueult au oie ce q ml oemâùe. 
(S t ci lup qui oeftent beult auoic ûeffence IJ €t pouree fil$ fe tu 
es 1115c. fi garoe q tune rozeumpes ton entenoemét par piiw 
courtopftes et feruices.€t fe tu nés luge et tu beulr que le iust 
te iuge félon ozoitet félon iuftice:fi ne lup cozcûps fon entenoe 
menr par Dons/ne pa r pneresr/0>ais met ton fait en la bailke 
ce mft tee affm que la Doulce tuftice te mette en la garde et en (a 
metrp.oe la miferic ozoe De Dieu 




„ .Ta ùectu De p2UDence*i^an]S^ai\)ii.L 

.uoence eft oeuuce ber tueufe De Uoulente pour eflire 
jien et efrfteuer mal en oeuure oentéoemen t qui feait 

„ 01 (cerner entre bien ♦ mal Dont Ijôme Doibt auoir ma 

mère De faire les bonnes oeuuces et ce f oupe les mauuaites.£t 
puiocce eft édite greigneur bien et mêDze mal. €t fi eft pmoêce 
concozDec temps et lieu quantité et qualité tj «Et fi eft pmoentt 
auembler quâr les autres ocfpcnoét.£t oôner largemét a ceulr 
q nont q oefpêore et fouftenir (es poures et apmer les croies oe 
uât DictesrôlnaTil* apme pmoêce affin q tu ne fopes engigne 
et que tu negignes aurrup 4 £ar engigner ou eftre engigne ne 
racozDét mie a pmoêce .pmofre Demeure entre fagefte et fetence 









tfge la wrfu Définit. 



Mit 



auccque© facette pmDence f ault eftre Cage f fiwaroîe tu Dire qt 
bien eft plue geanteftre apme De Dieu ou eftre feigneur De grâ© 
richeû>©etDegtanepou*euïô© et feigneuriee tépoalle© . £e tu 
fraie bien refponDie tu apme© Dieu ceft pmDence : et fe tu apme© 
ptuerictieCTeepoOeiTtone tCeigneucie© tcpotttle© tua© facette 
fan© pmoence: poucce q concozoe© ta f onteariete De pmDence a 
fogeffemonDainelJ *)dme iceuïeftfoler contraire a pmDence 
ladite fe eoncozoe a pair€t pource fe le fol et le iceur te gettent 
hozeftpairttcefmeuuétaeftrefoletireuxrômelupfi apee pm 
oéce la quelle fi Deffent fagelle par patience et par f oztt De ferme 
coût aige. contre follie ice t trauail fe concozDent en troubler toe 
rite.€tboulenteireeaueuglelentenDemét.a5aiequâtftauail 

feaccozoeauoulenteet fagetteet feience en marct)anoife et au; 
autre© meftiere oe labour .loi© p peut eftre pmûente ; mai© que 
faulfetenebaratnpropét. £aril$ fontcôtcaireoapmoéee. aifi 
f 1 1$ apmer tu pe iu pmDence et cautelle a mcftïec fan© faulfete t 
tnchecie. (fèelafcectu De forte. (|Um V=ï^ 

'Otce eft tïtu et ligueur ce cour aige c\ efiEozce le© pullTâ 

ce© De lame efpir ituctte .£t t oice eu ènf wement Dame 

_ jipurlaqlleeftWuifieefoîcecomozeUe.ttfozceeftno* 

bleflfe t (cureté De coût Aise. €t poucce fil$ fe tu beur eftre fort en 

bataille efpirif uelle cotre la r/jair / rôrrc le mtfoe / et tôrre le opa* 

ble 4 f ô t le© f nemi© oe lame. #i aiea forte De c ouraige. £ar forte 

eft u noble q en toute© bataillesbainctt formate fô" énempet fô 

côtraire ne nulle cljofe t\ (oit baineue ne furmontee efpintuelle 

met na poîf oe îoice . iame pat fa btu enf oice la forte «uportlle 

pat le© obiect* que ptét refrattauoir par lee c t)o(c © q lup font re 

pfentee© elle enfonce fe© puiuare© . <£ar quâe lame remette t êtét 

et apme Dieu : loi© eftelle forte côtec peclje etmauuai© péfer.reft 

aftauoir par reméfoer et eteoze t apmer la bote gr âoette amour 

fagette et le© autre© bf u© De Dieu . Éar par le© oblect? qlle p«nt 

en Dieu fô cceaceur eft mémoire enfortee fi q fon entéoemét et fa 

vioulétenôt poit De pouoir cotre la noblefle oe fd couraige. <£ t 

factje© fil^ q obiect De lame eft repfenracion ce aucune eljofe q eft 

faicteen la manière et Ittéoemët et la bouléte De lame Car tout 

aîficômclacouleut eft obiect De© peur co2portl3quâtil3 soient 

ci. 






j 


E — 



o 



CTs 
CM 



CM 






CM 



cm 



CM 



CM 



CM 
CM 



CM 



O 
CM 



o\ 



CC 



r- 



y? 



ii- 



t 



ro 



ci 



0\ 



03 



r* 



^o 



lT> 



*T 



m 



C 1 



£ 
u 















c 



^ 5>e la wt u De fow. vaflWk 

la î ouleur. £f auflficômc la faucurtoocur oc oboia et le fonùe 
oupcet le mol ou le ouc oe touchée . et routée cee f fjofee fôt coj* 
pozellce. 2Iuiïi lame q ett cfpirituelle aurobiect} efpiri tucl$ icf 
ql5 elle pzct c» remétoatlentéttinétt apmâtôieu.£t auflfi rômt 
couleur tort ou bleue côïottéc et éfotfct la beue:* tooic couleur 
i&meilleéfomltcouraige 0ômc{f2lu(ri remêbœr/é*téô2e/*apmer 
oicu t f o n pouoir et les autree toue c) Cont eouuenablee a Dieu * 
remuer en téozc* apmer fozce/ïHUûêee/cIjacite/iuftice / efpcrâee 
et attrépâfe/et lea autres toue q fôt eouuenablee a fyôme Ci ifoi 
cet lame * Ces puiHâcee par leql enfozcemét nobleffc oe courage 
eft éfojcee €t toutamfi eômetmcbiâ^e cône pluejjrât nourrit 
fe «ne t et plue geant fozee au eozpe q une auf refj&ulïi peut eftrc 
faicte lame plus f ozte cotre peclje par étéôœ pi uo une cftoft q lau 
t re.Êar par rcmêtoer/entéoze tapmer aucunes crjofee plue q au 
tree;cft oônee plue grât f otec a lame ce bouloir en ten o:e nobles 
t\)o{tQ(f£t fartje fiU q nobteOfe oe r emébzer ;entéo« t apmer no= 
blee ebofee t ce grât nobletfe eft fozee & coutaige CJ fait remêbtet 
entêoze et apmer noblee rl)ofee.£ac maît f ieble couraige cttUai 
eu et fe échue a mauuaitie et tnrljer ie par moult remétoer entf* 
oie et apmer tollee ct)Otee et par petit remébzer enteoze t ajmiet 
noblee cfjofee|Tët pouree fiij fepaour ce mort te fait frimer ou 
c ô icw ir a faire aucû mal fi péfe q mourir te eouuicf . &i te baul 
o;oit micujr plue to& mourir et q tu cutTee gloire parourable q 
ilueferoitcl tu tofqlfeeet fculeemal ôôttueuCCcstoacméeen 
éfer parourable.£cieaucûoelirtefait efmouuoirafop:péfcq 
a celiu» oeli t ferae pou oe tepe cnuie.car biiet te couuiét mourir 
ëtpourbngpffitoeoelitcjpou oureteeouuiéf fouffrir peine 
paro utdblex par t rauail oeleûee a feruir oieu<» r &ipéfe aur tra 
uaurûi ; frrlefq(;il$ recouucom parourablémêt couuemrfetu 
oclaiffee a feruir oieu€tfepar pourete tutetourîelinera aucu 
ne cfyo&ft mauuaitie.fi eeficeauoirpourctettefpcritmtfjefle 
De couiuicjc^e aucune féme te tocut par fa beauté ïclinec a lu* 
rure. fi pèïe et pmagine lotàure cj elr oe tfôme et Oe f éme.et le cô« 
mâorment oe oieu q* cômâoe le cdtraire. 4£t quât tu airas telle* 
péfree et tel Ice pmagmacide tu ferae plue f oit cotre le e \>im à 
fôt oefplaifâe a Dieu et Oefagreablee *mmff&mrm , (1 ,n 






lllllllllllllllllll 




III. ...Il 






MM MM 


MM Mil MM Mil 


MM MM Mil Mil IMII Mil MM 1 1 II III 1 MM 










M III 





cm 



6 



B 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



lv 



17 



L8 



19 



2 



21 



22 



23 



<fee la uertu De attrcmpanœ 



fc 



J— 1 tn 

F Ln 



'trépâce eft refréner la tooulé te q maint être oeurev* 

tt emitee côtraicee en quâtite . €t Ce tu tour auoir at* 

trépâre De cee oeur ertremitee il te rouuiét ccoiftre la 

^—^nfoxltïa greigneuee appetirer : tant q m en facee égale oectu 

4iU auât q tu (opes faoul oe boite ou 02 megier :fi apme atttépâ 

ce.cat quât tu ne peue boire ne mégiec :loze neft il pas tépe . £1 

couuiêt Dde qo auotr attrépâce quât t uae grât talét oe boite ou 

Denirge r. £ar quât l)ôme peut tofer oattrépante il ne ooibt mie 

mate pmVr ne maio apmer q quant elle oemonftre fa ï>tu : aine 

la ttib t apmec la renie et la nier. Car plue grât mpe e t plue gt ât 

plaiuroôneattrépâcealameqboirene méger aucoipe.etlce 

hômee q ôt attrépâce en boire et méger fôt plue ricl)ee et plue 

fais et toiuct plue lôguemét q ne font ceuljc q oulttageufement 

bopuét et mêguét .€at le tu ae attrépâce oe botre et oe méger tu 

airae plaitâce en tout ce q tu boirae t mëgcras. 1 par trop boire 

etmeuget au ae tcauail pamô et malaoie laqllcf e pourra eure 

achaïf ô ôe moit .maie Ce tu ae attrépâce en mengât t en buuanc 

tu airae tante * Ci eu letae plue ticty. $l)icr fil$ lee po urée gens 

uôt mie tât oe malaoïee ne oe paffioue a louftenit leur po urcte 

c ôme lee ucïjce ôt par trop méger et boire . €t autti nô t pouoir 

Icepouree ijômeooauoir tât Démérite, maie poutre ne 001 oe 

ru mu*couuoifcceareriefje:pourreq attrépâce foitacrjaifon & 

plue grât me rit c.£ar tourailï côme tô coipd reqertatt répance 

aftm q tu ne laftebliCfeettop pat petit méger t q tu nelawcu 

pee trop pat trop méger .Sfuttï ta ricrjeffei ta eôpleccion et ton 

aagereqerétat 1 1 épâce en tôallec en tô bemr/en tô beillier / * en 

tô oorniic / * en toattQ rrjofce q (ôt couuembleù a loer * a foute 

nretcisneutoieuglomur. a îpe faluacion. u T 

r^f aiuaciô ett labeneucete q lee faie ôt en paraoïe ou il* 

j^^tôr gloire parourablea laqlle faluaciô lee fept uertue 

i^^ yocOufoictcefôtlumierepat laqlle lee fateUee faitee 

yWaU beneurcte oe Câimciô t ce gloire parourable. £t facljee 

<-" CiUamoultfôtnobfee rJjofeetgcâoee lee t>et tue DcOufotctee: 

maio trop plue gt âoe rfjofe fâe c ôparaifô ett faluaciô 4 Car lee 

feptt)tu9fdt(rcatuiee:jfaluaciôeab^0ieu qeft Caluaciô cee 

fauuee et tât cômeen lup font fauuee lee beneuree gloneuj: . & 



» # 



en. 











££>eGtfimnm» 



A 



pour ce a faluanô Dôme ne fo uff it mie titu crée tât feulemét: aïs 
p clt neceffaire bru ici ee q elr Dieu £t fi nclr rjôme q puillc Defee» 
uic faluacio n pour bien ql peuft faire : maie Dieu la oône par fa 
gtât largcfle * milcucozoc a ceufc q ôt Ma t fairef e cotre turcs et 
mauuame.£t cil q par fa Mu cupoe eftre oigne ce faluacio celup 
eft mais Digne que lot (es perceurs q bûblemétfe iugétaeftrc 
oignes de oânaciô 4) iHl$ pe'fe coine ceft gtât cr)ofc t rjaulre t bô 
ne q le f 1I5 De Dieu nâïcjft pour eftre t)ôe et pour fouftenir grief? 
fournies * âgo 1 ffeufe moit en tant côe il ettoit l)Ôe pour no ? oo= 
ner faluacio 4/ dui eft oôc cclup cj peut eftcc Digne De fatuaciô a-- 
uoir pour btu ql ait ne pour bié 41 puiilc faire fe nfe feigneur le 
futritt De fa mileurotoc ne lup fait grâce, £r poutre fil$ fôtplu= 
fteur? rjôee oânes q cupDét circe oignee De faluanô : pour ce ql* 
acôparagét leurs ocuùres au oeuuree De Dieu cj for t réparables 
tplusgrane fâspparaifon q tout le mono;/ ne q tout le mom 
pourroit fai repour lamour oc oieu.€t plus oône Dieu pat bne 
feule parolle a une amequât il oône faluanô q ne pourrotétoô 
ner a oieu toute* lee ci ca tûtes o\ fôt/furét et fetôt<j3pocnfie et 
faluacio fôt pi? côttatteo en teuli cj par leurs oeuiit es tât feuk= 
met cupcé t ûcfc r uir (aluaciôiq ne foc les perceurs q par leurs pt 
crjes fe reputét nô Dignes ce faluanô . et (oppintô q iômeâqmt 
il tu i ce q par fes oeuures t par lès mérites rat Ceulcmc't mou 01 
gne ft&te faune te lup eftaif)aifô ftttre oâne. € t lîDignite q le pe 
t rjrur côgno ift en lop quât il fe repute ioigne te feluanô et fe cô= 
t o:oe a la miftticoîDe ce nfe feigneur lefucr iû\f fibïer fil$ latoou 
léte oe Dieu eft pt 9 gt âoe t pP noble q nctt pas ta f iêne.£tpource 
rouuiét il q Dieu apme pp ta faluanon q tu ne fais ropmefmes . 
€t la fiéne vouléte fe rôcojoca fô pouoir .car il peut oônet falua 
nô a q il tocult .mais t ô Doutait na mie pouoir ce Dôner a top ne 
a autte (aluaciô C lE>ieu ta Donc ftâcrje tjoulêîe aff i q tu apmes 
faluaciô ( % q t u t)apea pânarion . £ar ai fi rôme Dieu a oône a ton 
cozps tv> les mébîes q appart iénét a «wps fui rnaî:t a ton ame a 
oône les puiuaces q a aine font coummolee. auuï Donc Dieu a 
tô arbitre ceftatôtrârtumioir toutreqappartiêtaDefirerfal* 
uaciô par le Dô/t par la grare De Dieu gloneujc. i^^^v^^mm 
es fept peerjes moitel$ qui marnent lôme a Damnation. 



a cio p< 




» 






1111(1111 MU 1 1 M 




lll|llll 






MM MM 




MM MM Mil Mil (Ml MM MM MM MM MM 




MM MM 






M III 


MM|MM 



cm 



6 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 




4&uped)eoeo:gwriL 



W- 



fcgueil eft oppiniô % Defir De coucaige q ce q eft 
! til (oit noble/» ce 4 «& noble toit ttil. €t fi eft oz* 
Gueil rôtcairea bumttitcqmamta nobleffeoc 
eouraige o\ fe étline en cftofee maïs noblee aftin 
q on leur Doit mats De nobleue i et factye f U$ q 

_ kzgueilefcbcue tout et ne toeult trouuer fon pa* 

t en ne fôegal . Car il fceult cftrc (ut toutce cljoCeo le plue noble 

nôme . €tcÔbié q oieu (oit finguUet tnapoît oc pat cil a lup en 

nobleftei oc en fctu ne ë autre ebofe . neâfmoia lôme ozgueilleujc 

fe fift oteufe il peuft 4] TSieua ùepatti tout ce q eft crée en ttoie 

eftae.ceftaffauoicmaicure^altméoze.maioozsucUettcdtiai* 

re a ébattu Oc cce troieÉac tl eft cô traire aur maieuce : entât ql 

noulototf eftre parocfïue maieut et le pFgrât beult appeticec 

et 4ert la gcâoeur paroeffue to 9 . €t fi eft ozgueil eôttaice a égal 

entât ql ne beult poit auoic oc pareil a lup€tfi cft o/gueilcon- 

f rairc a mebit par ignozâce ql ne beult mie eftre le méoze : aine 

beult q le gteigneur (oit mette:» De tout fô pouoir le fait incoze 

ql neft (elô \)eritc.€t par aîCi eft ozgueil côtrai te a tout ce q oieu 

a crée .pat o zgueil uouluté t lee opablee eftre féblablee a Dieu . et 

(e il$ euflét peu auoir môte fi bault ql$ f uftêt pareil a oieu:éco:c 

cuttet il* boulu môter plue bault et eftre greigneure q Dieu . et 

poMttltBtrtuuclfâiUn abi une oêferfjeft le pl^bae (ieuqfoit: 

ttou U pa plus oc malt De pcine.pour laqllccbofe créa Dieu ftôc 

et \kuU ql mô te par (jum ilite en fa glotte Dont lee opablee font 

crjeue pat ozgueil ■ €t pouece fecbe fil* q lee ozguetlleur ne mô* 

terôt pae en parade. fce len p ttuoit entrer par orgueil t môtec 

oieu ne' eufr mit cette boze lee opablef par leur ozgueil .€t pour 

ttfil$(etueeozgueilleurtuapmee mieulraauoirfa rôpagnie 

ûee opablee qla ppagnie oc Dieu » oee âgel$ en la gloire poura- 

bkil fil} lee ozgueilleur bômee oe ce môbe fôt aur bopee q lee 

ùpablee tibtit ù\ moiit efte angel* créée oc Oieu . et par le peclje 

oozgucilfuré r rreburbeeen éfertar le pouce ozgueilleur Délire 

a eftre égal au rirbe en riebeffee ♦ en bôneure. € t quât il eft mô* 

ft :c pareil hôncin.(oze me(pn(c il telup a cj il eft égal ibeult eftre 

patûeuuelupen noblcOe . la toif ce ql fuft plue noble t pi? cube 

qlup.^tmnfiozgucilleurmeffoutefonentéteamelpziferfon 

e.iif. 










I 











tf&upècQeoeaûfflft& 



"n 



M 



pareil. €t pouce e eftil Céblablc aur Dpablee 4 mefpafét ka bôa 
âgel$:entât corne il ooulucér eftre plue tymlt q eur * fêblablee a 
Dicujff€i)ier fils fe tu ee ozgueMeur fauetier : tu t>oulo:ae eftre 
ozgueiUeur ozappier. * quât ru feras o*appier ru ooulome eftre 
bomgop0.toebou20op0cbeuaUer.etoe rfyeualier côte.t Décote 
Duc et oe ou f rop.i De rop ooulozae eftre epereur £t touteo ces 
\jouléteefouffirôtaDieufiq;ianéaitopee pecljcfe tu nefuffee 
o:g ueilleuï t ne euffee poit en DeCpit ceul$ q tôt par De ttiie top et 
paroettoub* top: * aulx q te lot parel? en nobleffe et en ricljeue. 
ffoome otgueillcur na mie f ât feulemét ozgueil en ce ql euaul* 
te façfône et abeffe lee autree :ai0 a oiçueil en eftaulCat Cô ligna 
se plue <$l ne oeuroù\&irôme quâttmg cljaretiet ou qlqaut re 
oe baffe poiciô Deulr marier (a fille a bng fit? oe pr noble p fone 
dlneft lupmcfmee enfaifât îequalitetoifcôueméeei/parquop 
lee marie mefpnfêt leure fémee.t lee fémee leure marte . Dont 
matopcfbeeenfôtfaiepout Icegrâe Douaicee odtellee font 
iouec*. €t par ftfegauls martagee tôt mait5 peree t meree &u)c 
ritee être le m ari Ha f éme *J€n l)ôc ozgucilleur na poît De cfoi> 
rite ne De pitié ne nulle otu : et u neft agréable a nul î>ôc côbiê ql 
(bit ticlje. fct pource f il$ quât tu moterae en ricl?euee fe têt aciô 
oo?gueil te t ici fi te fouuténe De quop tu ee egéoœ * De ql lieu tu 
fue ne.€t f e fouuiéne oe ce q tu ae en tô oétee / et oc lo mute q ift 
oe ta boucty t De tô nee/t De tout (ee côouie De tô ro;pe: €t tu fe 
mo juihir * agréable a Dieu * aur gée<fibu pecïje Dauartojtyii. 

_>at ice eft affébler ou Détenir cfyofeo fâe en auoit me» 
uier Dôt lee pouree Ôt grât fouffrefe . lefqllee r bolée 

±tët ref ufeee aur pouree par la glou te boulet e 0: ceulr. 

cjleeadeblettgarDét.DÔtlee pouree ôtfain/tfoiti froit/ tma* 
laoietmort.ét pouree qlômeauer met tout fô etéoemet ttou= 
te fa cure a attéblcr Deniers et a acheter terrée t poUettiôe: pour 
cegette il ocljoîe oe fôp charité abftméec largeffe t tutrice / et lee 
autree otue féblablee.pouc lefqllee U 9 il feroit agréable a Dieu 
et pouree fil? q lômcpeult imeulrtpluetoftaOcbler cnfopcO 
pc ràce/cr/ar ire iuftire largeffc t lee aut reeotue q! ne fait amiere 

poffetuôe / t lee autree nobleffce ou rirfyeuee cj ne tôt mie fébla* 
Née a nature humaine «j pource fe tu ee fage ooibe tu cee bices 













4p5u pëct)e De aiiariffe is -■ (KSK 

eflôser ociop:affin c] ta ne fope a en lice t* Dieu. €ar fjôe 4 cf loge 

les \k 9 oc top kÇqlles fôt agréables a oieu pour cftreauaiïncuï 

et couuoifeur t atqr et en fop lea oices q fot ùcfagrrables a Oieu 

«neffpaitoeôoubteqlcljieten lireoe 0ieu4/€tfacl)eul5 qaua 

imuouuoitife ncftpasfeulemctcn Deniers ipotiTcCTiôs et eu 

fcigneurics:tenricl)ctrcs môoames ven abûoâce oes biés tépo 

tel} et cozpoM$:côe belles cobes beauc ttjaiauï belles fëmes i et 

beau;- lopauc t en autres telles idoles oôt lôme cft couuo iteur t 

auaricie jï autu blé le pouce c ôe le rie be : ains peut eftee auacf c* 

en couuoitileen feiece ten l)Ôneur.£ar auffibic côe lômecftaua 

ririeujr et touuoiteur pour aOcblee t pouc gacoec îbeuemét t oe 

Cvcer auoir ceniece tlce autees ccjofcs ceftuCOictes . autti ett aua 

rineut et couuoifeur pactooulente eftee bônoze etpnfc plusql 

neft oignent par bouloïc pi? oôneur q a lup napartiét ne ql ne 

lup c ft ne reuaire pouc fô Gauuemêt t par boule te oauo i c bôneur 

oecemôoc t cenômée ce oaleur. £rnec fil; ne Copra poit eonuoi 

teuc cac lôme couuoitcuv cft touCtoucf fourïceteur:pourre q fa 

v>o ulétc ne Ce peut Caoulec . fit u ne met 5 pas tât tô cueuc en ac= 

gct c\ tu topes couuo itcujc pouc cclaatolUca aultrup ce q oieu 

lup aoône. €t q tu re atoes oe ce q oieu ta oone.cac tu ne Ccais cô 

bié tubiuras ne quâ fia mort teuéo;a qtrc.£t pour ce au lu q en 

cethip môoe le te eouuéoza làittetiet il tieft fyôc q râr oefire auo ic 

ru rjcOcs côe lôme rouuoireujr : et fi nefr Ijôe m môoe (i poute q 

lôme couuoi teuv* JÉac lôme q na point oe rouuoirifene fiait fi 

pouaumôoe auoic ql naît touuoutaCouffilâce. £t fe ilna ciés 

au moins a il pfert 10 oe fô amc: entât côe il fe tiét apaife oc ce ql 

ua ries* lup piaift mouff grâocméf . QJai s lôme wuuoiteux na 

nés aTieft fecf et ct)ctif oe ce 41 a *œ ce ql orfirea auoic<£f auttt 

côe grât plate oe créait attéblc grât plate a? wrs :auOï lôme auer 

aOëblegrât plate oe énemis : poucce q lauec Oetiét les r icrjcOes 

oôr 1I3 outmcQiec . € t poucce lôme auer ne feai tpom t faire oe 

pîouffit a fop ne a aurrup. poucce meurt mait rjoe auer par fes 

riclieuesp^tott ql ne feioit fe il ne les amaft tât:cac fes énemis 

locciét ou oieu lup tuoie la mort rpource ql ne oeul t pas q (auer 

veticncpfrôgucmct telles rierjettesq nefontpfourTitanullup. 

^2luaticefiUtôuuoubUerctlopautectraifoiKtfaitremcb2er 

e iiii. 









■ 

i 

i 

1 





o 



Os 

CM 



co 

CM 



CM 



CM 



m 

CM 



CM 



CM 



CM 
CM 



CM 



CM 



Oï 



CO 



r- 



^> 



m 



■^r 



m 



CM 



O 



'■_'■■ 



>:o 



r- 



^ 



m 



™ 



ro 



CM 



E 
u 










.' 










tfs> 



m 



barat et faulfete. 2luarice fait trauaiUec rame en (a. mémoire et 
en (o erttéoemét/et en (on bouloir . car elle nc& mit oe la nature 
Dclame:amelafaitbeniralamaleOierù5 oe nteteigncucoieu. 

fpSHipfcfjcoeenuie. <Mm";^^^^ 

"puieclr oefiter oaulf tup ko biêeatoit * faa lee auoic 
Oettcrui0.£t oe ce trice te gacoe fil? tât f ôe tu pourras 
^ ^i affmqtunefopeeenlapoûeffiô oeeo^ablee aufcup 
DuràTïle.TCiioir éute oaultrup bic/eft pe« r>e mozrel par Icql lame 
crue t en lire ce crieu laqlle ire fait lame eftîe en la mou fte peines 
Èéferâsoiiteufe9pDurabïe0;enlaqUemo2tlacl)etiueameoefi» 

i e ce q ia naira Car auto côe l)ôe éuieujr oef ire ce ql na mie; autti 
le oânee et lee opablce touf toute ôt et airôt êuie oe la çlcite re 
lefheUct UoulfilTét q oieu toltift aux raie oe paoi© leur gloire:* 
ql la leur odnaû\€f pourceef* éuie côtraire a c barife/ a efpcrace 
a iuftice/* auxautree fctue. et a oieu oiôône q reulx q ufet oe pe 
cbefopétpunieeeleurpecrje pour lapcmeqleurett appareillée 
Vjôe cuieux ne rent nulles gracee a oieu fi q le autre oieu eftoit 
ci lup oonnaft ce ob tir il a enuie celup oieu ctoitoit rjôme euteur 
lôme enuieux eft impacienf.et ne apme point Oieu quant il lup 
toulf aucune btée qt} lupa oônea par fa grant bonté . énwe ux 
rouit et ne bonne neii0 et ocfrruir et entent et ne paroonne née 
et fi ne fera la r;ôme éuieux fanv triftelTe : aine eir f ouûoute en 
faulfe penfec ôe frai fou et oe t rierjene a oecepuoit toutes mani 
ereooe^.^nuieeftmailrreaeeramieoetralîifô.etpoucceq 

éuieeft chiefioetâtoemaulx :pourceul$ laooibetufouptfctu 
toeul^ettreen la bcneureteoeiopeparourabte au cielauec Oieut 
feofaina. tfJÈwpecbeoeire. i\ l%iiii. ^o ^nn 

■' ■■- £e efl trouble met oc penfee c\ oefteuit lozoônace ût Mou 

loir car oieu aoône a rjôme entéoemét pource q létêoe 
JBL métlupoônetjoulfteoroôneearaiton. et pource oonc 
qiceoeftruitlozoônâceqoieuamifeen lame .pource ettpeirje 
mort cl.€ac elle fait lôme ct>coir ê lire oe Oieu.ér pource fils sac 
Ce q tu ne fopee fubmi e a ire. et ne lup obep poït cwât tu en fecae 
efmeu.€arireaueu5lele0peux*faitf?ôebairceqioeulrapmer. 
3refaitle6t)ôme0palle0ctcôfU0;*le0faitmettreen péril oep. 
ozc ce monoe et lautre .: J^omme ire ne resaroe commencement 















llllllll 














un mm 






m m 


MM|MM 



cm 



6 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



lv 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 



o 



^£>u perte De ire, 



Utiit; 



m fin/ne moptt t mit tout a ql fait a Jtaftucf ure. £t quat il a au 
«i hôe feru/ou arciô ou fait on oit toillenie a aucu autre borne a 
mc0Quanr/!rcfapair«apemclupfbuiuétilOe eeqlafait tfé 
rcwV €r pouerc fiM saroe q ru ne oieo ne faces née tâoie côme 
ru es en ire€t fi eft raifô De oemôftrer a fjdeire/q! ne face ne oie 
néa f âtoie eôe il eft ire.Car fil neftoir mie courouee: il ne ftioit 
ne ne oirotr pas tant oe mal €r fe il fait ou oit aucu bien en ire: 
ili€feioitouoiroitéco2emieur:feilneftoitpointice.€tainfi 
côme len fai t liée lôme f ucieur enrage: affin ql ne getf e pierres 
et frape les géô.Emu lôme courouce ôebucropt eftre lie atïiri q 

il ne RifttJillénie a nulliîDe lômeioUe peuton mieurgaroer ; 
que oe lôme irêtfar Jôine irefiertfoiioainemét cont lautee qui 
eft fecu fe rouiour e«f fe&fterf .«£t pourec f 1I5 fe tu te twulr car* 
oet oe lôme iretfi gatôeque ire neutre en topitxe en roncOûiage 
ame len cbaCe »' w^ P^Vàmnœmtite/ iuftice/ et f ozcei. Car 
par relleô actted rep*ttff on biéoeftxnoze oe ire et oe toi» bteea. 
fruâtlôméootton leboutetfait onnoyjfeauçîef* tœluptiftm 
quiI fe efuertle aumm^wanttufcraô {teoimtfaaueefettetg 
boute et efmeut ton courage ccft agi» mJètujfotoiHsègt tuxa 
abftmence patience et cljâwtfcôiwtoaui»^^ 
«neur bettu en ton courage JOttmtaaB ofttae agréable a no 

Que feitmeur ineu ! % « '*"*# « «* <W woq « jjj&û î3,e«o<f <i 

^upcfWW*0i»toifrKe.««»3M«^jEb i a^«ii ^ 

lontàtomofà*W*lM*ti*peù<Su mmm* 

en boire quâtfjdeboltou mtgwpfl $ft»ftfiooe i*% 

eft etpouf ce qgtoûtôtmfattl^oeû^a^ïwj^ 

^vuxantcmïortijourre^g^ 

home félon le cour» oc nature*»** 1>*tt jwger ct>alf it wu»^ 

Source S : S traire ce $lovm**m*tmWtwn mur a bqmc 

rreo ut uo 4 (ôt rôtrairéè asioutfifii* t tnecf U$ taoïo *lesni 

paXlâs * aur ree leuDeriw.et poucçequat <&f*^*g 
Kétgloutôevbopumm^^ 

étparWboireimégerfôti^oigneeoauoi^ 
mfaueboillâtasfi.étparmwtenie^tmait^oesappeUea 












— f) 






F °^ 






^= CD 






F ^ 

■— CNJ 






1 — <^> 
1— OJ 










^~ ""> 








■— CNJ 


















Y 










1— <>j 








F 


« 






■ T~{ 






1 


■— «H 

■ — -— ( 








m— r-i 

H 

■ 








■ — r-H 








i-H 
















m — 




II 








M 

■ — — co 




• 








■ 




B — 






■~ '£■ 




il 




















I 




■ 






i^l B~ ■-< 






F u 










j/7£>u pecfyc De glatit oui t. 



u 



Ij* 



oieuroe leurs \>ctees et Des cbofcô que il$ Dcftcenta mégereta 
boite, car aiucôe U Défit De lame CvoibttouCiouro ettre en peter 
tôt hô ne puiuefct uic bônofer/et apmer Dieu. 2(infi par glou* 
tônie tyôeocutc toufiours coe il putlte auoîr les oiâocs a met». 
ger.t les oins a boire aur ql$ il Ce belect e, £«5 oneqs ne beis u 
mauuais mai ftre corne eft le bict oc gloutônie. -Sac il tcauaille 
toufiours lômc % lup fait moult be peines fouftrir t Deficer biâ 
Des oiuer Ces .aprcs q lôme eft laoul t ne peut p lue méger \oiq fe 
ftre oc plue en plus les nouuclles tuâtes fi q par fô oulttage il 
oetuét malabe.* aucune foie en Deuict a pout ete.&inf 1 Dôr fi 1$ 
sacbe q tu ne f opes fecf a tô bétce.éf fe il te p*ét boulcte bauoir 
gloutônie fi tegacoe atttépâce/f ôrinéce i\ pmDéce. £ac at r répâ 
ce te Douera f ante et affes pjxt me fur e . abft inéce te Dônera bf âge 
oe cailo et oe purte oe ta rôfciéce.Sat quât r>ôe fcaitauoit abfti 
néce:loz0entctiUa^mecaifô.Côftnécetebônera(aouUinétoe 
boul/tc^t pmcéce te fera saigner mérite en la tétation.pat le 
quel mérite ru feras agréable a Dieu. O; pcfe Dde f 1I5 q les bons 
ocs ut us font plus nobles et meilleurs •. q neft le rcop boire et le 
trop méger oe gloutônie 4j|fïi5 fcaîs tu cdgnoiftre quàt turs 
en pccl)t oc gloutônie.Éeft quât tu as attes beuet afTes mege et 
rncoicooefirestucrjolcsaméger ta boire pour auai Délit q tu 
p \>ope,£t frais tu pour quop tu es bainru par gloutônie. £eft 
poutre q tu as fouuenârc des Délit; q tu as tr ouues aur btôocs 
* aur bie:t nasmie fouucnâce ûs pet il; quibicnét par trop me" 
««r * boite,€t fiais ru pour quog abttinécc attt épâcccôtinécc/t 
piaùti e ne te apoct. €eft pouece q topmefmcs ne te beulr apoet 
cdtte la tentation par re q tu nas point fouuenârc Des brus aï 
fufoictestprifdlr^reaWfsabieu. Cpuftume De bon cljcuaUer 
eft quilaouifefon metm» auât quil attemWe a iup en batailleur 
fin q U ne fccobate pas De ipoucùeuinctDSinfi auât q tu fom 
feowt u aouifc ton éncmp.feftattauoir gloutonnic affm q tint 
topes oc lup foupris .et que tu ne f* es fucfait oesbianDcs pour 
quop tune fppes fubgect a gtoutôme cj met tous fcî fubiect 
lire oc nrefeigneur Dieu. 0&u petite oe paceOe. <T Ici 
~"^jCnfce ou paccacegeiMe tteOe ou inup De tout bîé.fi e» ce 
mu toice plus penUcujr q nul autre tua pourre qui! fait 











lll!|llll|llll|llll 




lll|llll 






MM MM 




MM MM MM Mil 11111 MM MM Mil MM MM 




MM MM 











cm 



6 



B 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



!■:■ 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 




t/ëui perte oe pattftt. 



ïï&L 



plus figne oe oânatid q nul autre bie e. £ar par fou côtraîre eft 
mieuv fignifiee faluanô: q par le tôt raire De nul autrebic c . £ar 
fc Dieu fait aHf û biéa tome pareue fait lômt cftre ingrat * mau 
uawpourœ (WnefetiétappaifeOecfjofe q Dieu lupoône. et nen 
fcaitaoieugre.ëtquât Dieu pumft aucune en ce mdtt pareue 
eft caufe pour quop Dieu le punift fo*mét pareue tiét f oufioura 
feo fubiecrç en ire * les fait tenir a matpapes ce ce q Dieu leur od 

ne.€ t pourec fîl3 Doibatuljair pareue.aftin q tu apmea bien et 
nul mal ne te plaife.Car fc tu apmea le bit ie bit te toéo:a * le ap* 

meras et le toouUwae tt auras pitieetaoouleiras la iuftice&oi 

eu .par pareue fôt touuours tes Ijdmes en mauuaife toouléte t 

en la patuô ft lame qenflcblft t ëpute le co*ps.£t par léptremét 

q le cozps reçoit oe la paffïô De lame fdt les Ijôes malaoes t meu 

rét plus toft q ils ne oeuffet. €tpoutu fil* toibe tu foùpc paref 

fe Dot tât De maulrbiénêf .Car lômepareflfeur eft féblable au dp 

able q eft pareOeur i a Delplailace oe tout bien . €t eft co ucouce 
et Dolét De ce q le mal neft to ufiour s plue grât ql neft . <£t pour 
ce feffozce il % Ce tcauaUle tôt quU peut De appetiffet le blé \ oe ac 
etoiftee le mal. #i q en cette befôgne a le opable paftïô t mauuai 
fc oeuure \ pec \)i : par te ql pect?c il multiplie peine * tourment 
en fopmefmes Dôt il a ire t courour en fop€tpource a U en tou 
teô manières courour/trauail peirte et teifteftc.pareue fait oi* 
te mal/et li faiteftee méfôger et auoic bara t/ tricherie \ faulfete 
et ftfait lôme eftre en péril De fes ennemis : car il neft oefféou oe 
nul jftjaa fiU tât oe l)ôee font en pecljc De pateû* qui m cuiDéc 
x>m frrecac lee autres maulr qbienêt par paœûrceô ceftui mal 
mie il note fop oemôftt er aur ffés publiqmet <£tpourte eft pa* 
rette pluspctuïeur pect|e q nulautre.Car Des maulr Dot Ifomc 
fesaroe moins ailplus toft oômage q ftceuljc ci fôt mamfeftw 

*qlenbôîf cleremét Deuât fop le Dpable eutpatefle etenuicou 
bien que il bei t q Dieu Dôna a nos premiers perce aoam t eue en 

DataDisrerreftre.étpourceUutcôfeUUilqiMn^a^^ll 15 
it oebie par quop il; furet DeC&beiflâs et ctniret en lire oe nrc fei 

</ jDùpertKOelurure. ifàxÂ\.mm8%\ 

Pirurc eft pec^e nô faoulable ébmfe oe o:oure. et en 020» tt 
nariage eft ceftiip défit agréable a Dieu4 âfait mariage 



■ 





















<JS>uped)eDeItt|nttT 



• 



ijruu. 



©i ettle pectye oe luxure ft mauuaio q il ne pcult mourir pat oi 
elteffe<I£at ia foit ce q t)ôme totel luxur ieux naf f pas puiff âce oe 
romortouteftope a tl laooutéte. luxure qui eft entacmee tn l)ô« 
me ne peut efttegettee tjozo oe lup ne oe Cbn pmaginatiô ne oc 
f on oeut :fe ncft par ozaifô/Oeuotiô.et afflictiô oe eoîpo . ttnec 
ftUluïurecftlatourequiocàftlamcenfa mémoire* en ion en- 
tendement et en fa t>oulête Car tât eft ojoc cbofc q luxure fait 
ttméfoer cntéoze \ toouloit que ie ne loferope ne ne fcaptope .ot. 
«ne raconter*} €t ftotoope luxure le c oîpe oe celle chofe q ie no 
fe nômer .^oebonc luxure foit û o*oe crjofe et l)ôteufe a nômet : 
oôe neur tu bié péfer côe ccft çtât ozOure en fait Et le meilleur 
rcmeoe q len puuTe auoir cotre luxure eft q on la f upe et q on fe 
craroe oe p Défer ;t qu ô ait fouuenâce oeeotue qui lup fot cotrai 
K0€ttétoftcdflpma5inatiôetlapéfeefetourneauxoeUr5Oe 

uirure ô lé mette en fa péfee *en fô pmaginatiô lee oâgtete, le© 
oioureo/leo orbat? *lee nopfeo t otfplaifâcee:*auec ce leo penl$ 
oui fôt être l>ôc * terne par wloufie * pat tuxuretfét ttaie tu fil; 
Eutqtiopietccômâûeapmftginetûoulcemét Ceftattinqru 
nuiOed écunct tô pmasmatiô % ta péfee a autre crjofe pat quoj> 
tuputflee oublier luxure et q ton en téoemét ne ft enracine. £at 
qu4tfatfutce& entacmee en la mémoire fiq elle eft fouuét rcmc 
btcapat irclwpjfcmébicmét fe enracine elle en taboulé te oôtelle 
t&mmt . jxjlir/painoze et farocr la face.et faite (eotocftemcn* 
MMpfïH ftrftfoot Ogme oe luxure: les ql$ ooibuenteftre moult 
ootfctraj^amfctfotes ugneo oe la mozt font moult efpoué* 
fa tta qui ne tife ftffitce q oe mozt comozelle rat fculemrr amft 
teqbnécttc|p plue eftte cfpouérablco et Ooubteux les fiance Oe 
birune.iro #$<îotducteftre moult ooubtce.cat il? fot ugnce a 
toaunt oe lame .£ar lame Oe lôe luxurieux meurt poutablcmét 
aux peines oéfer. luxure* ialoufie côco?oêt en oonnet tcauail/ 
peine * lâgueut. Car luxure na pas toufiouto Délit : ne ialoufie 
ne oône pae p&uff ir :t poutre luxure * oômaige fe coeozoét. . €t 
noucceùôf fil5 fétu bculrefcrjeuer * fouir lee oômagee *peril$ 
Oe mort * ko tbulaf iôe c) bien et par ialoufie. ft gar oc q tu ne fo 
po fubmto a utxuteCar oe f aur a lôme a plus oe fen^t oe taifô 
copiât ûoibtttpJu»fouPt t ooubt le« pet 1I3 feluxute car elle eft 




/ 














t oanna cïon . 



trop m île guerroierc. &i regarde oôc fiij tôt les gêe oe religiô 
fe fubmettet a rm milite t en grât obetirâce pour fuir lepecr?e oe 
lurure par ce ql$ apmét cljaftete t joigne q for ïitue par les ql 
lee jfe fdf agréables a oieu. < ! E>e oannarton. rfT Irbit 




-^^"Y Bnnariô eft peroze gloire parourable * eftre foubm te 
I I afouftemr lee peinee oefer fane fin. £n la qlle oânati 

(^^S on Dôt lee l)ôee par lee fept pectjee mortel? oeOitftnr; • 

J et (àc f?e f il; q nre feigncuc Dieu a crée lô me afftn ql air faluatiô 

maie quàt lôme fe fubmeca perrje:ilett oefobeilTauta oieu . et 

fair rôrre ce pour quop oieu la crée. £ r pourre oteu q eu ozoictu 

rierlepumrenéferenpourableepemee.îDieuoôneceqtueuU 
et (on vouloir ne bruit oâner nulli fane c aufe t fâe caifô £ar tu 

^itt et raifon Ce (ôcozoêt.e t pource q laboulëte e* Oieu t (a lufti 
ttfôtbnemefmecl)ofe;pourcenebeult Dieu nulli oâner fâe tau 
(e.£t fc aie tu fil; pour quop nul tjômc ne oefert auoir la gloire 
Of pabis oc par luptâtloitb tueur . ^eftpourccqoieu mefmee 
eft la gloire/ le ql ett meilleur tout par top q toutes leebtue * lee 
biée q l)ôe peut auoir fait ne faire tât apt oe btue.JJOaie crjafi û 
peerjeur oefert lee pemee Oêfer .pource q poze ûieu eft peine îfer 
nale.ët nul bôcpecbeur ne oeffert auoir oieu aïs le pert. Car fe 
lee bôeentueur par maifeebtue q(; ont ne oeferuêrpoir auoir 
Oieu .moult maie le Oettett auoir le perceur ^ il; en rô ame peur 
fc'tic frâf rjeboulctc la qlle ta oemee tô créateur pour en faire blé 
ou mal felô tô bou loir . «Et pource Ce tu en f aie blé, tu f aie q oieu 
apt raifô t acrjaifô et caufe oe te Dôncr le bié oe laluatiô . £t te tu 
en faie mal tu faie ql air acbaifô t caufe oe te oôner oânatiô -€t 
pource q la faluatiô ett plue noble eljofe * plue granoe q neft ta 
toouléteettout le blé q tu peur faire par top feulement, pource 
fâe laioeoeoieune peur auoir faluaciô. 0Daie pource q ta bou 
lête apouoic oe bouloir mal pource peur tu par top feulemét a 
uoir oânacio </ ÏDe toutee loie.€t pnueremét oe la lop bielle. 

" Cp bielle eft eftabliffemétoe fciéce cômâoee et 

itj'-^^^BPVÉ fonce par Oteu a mopfc. et pourecq côuenablc 
IfcB ■cho fe eft obéir aur cômâoemée De oieu et q l°P 

.E3^fc=l naturelle feulcmctneaottpae fuffifaut aoce_. 
TDourrenfcCeigncurparlaa mopfet lupodalop efcripteamq 










!l 






M 











I w • 



(ffeelaloplrieHe. 

les cômât>cméefcuu"entplus foze* quelôme lescuft mieuïen 
memoiccfiOopfe f ut jpfyef e quibault autât a Oice corne enlumi 
nemêt .il eut cognoirtaee oes c t?o fee pauees/p:efctes et aouemr 
paroettus la pfec tiô oe lumain entcoemét.et a eefrup pome oo 
tiaoieu lopelcripreen tables oe pierre au mont oe finance font 
lee oir eômanoemé* oettuf oît$. CDopfc fut oe fi faincte nie que 
noftrcfeigncuroieufemonftraalup.etparlaalup/etlupreue'' 

la eu uuelle manière il auoit crée le monoe et côme il auott mie 
aoâ eteue en pacaoie terreftre . fct côme aoam fut o? fobeiffant 
a oieu.et côme noe f ut en larclje pour le oclugc.ct toutes lee au 
très ebofee felô eequil eft eCcript aupmiec liure oe la bielle lop/ 
qui eft appelle le liure oe genefe i €n telup tempe par la grâce 
.Sôieu mift mopfe l>o:s ou pouoir oe pharaon le top oe egipte. 
lepeuple cifrael que noue appelions maintenât iuif} : ou quel 
peuplemopfeeftoitnetmenamopfeccluppeupleauoefertou 
il* befquirent par lefpatfeoe quarante aneoe la manne qui toc 
noit oe la grâce te oieu ouciel.au quel oefert bailla Oieu a mop 
fclawelle la? oeftufoite.fct outa celle lop iufqe a laouenemetu 
oeiefuceiftquioonnanouuelleloppour refréner et accomplir 
laiop bicllc.la quelle lop nouuelle ettaufeuâgilles que tu opes 
chanter aur cuangillcs oe (Aincte eglife quant tu es en la mette 
étrlalop biellcauoit moult ûe fenmonies roulrumcect oiïô, 
nanecs qui figmfîopcnt la top nouuelle:les qllce ordonnancée 
ifuloent enfuiuir les iuif$ qui maintenât fôt tics remr par ma 
mirr e oc ettabl iurmen t : mais tl$ neutenoent pas ce que elles IV 
gnif ieu t. €t pourre font 1I5 en erreur et côtraires a la lop nou< 
iielle. &i fut la bielle lop oôner pourrcquclle-fur rômcrcmêr et 
fouoemen t oc (a lop nouuelle . <Et la lop nouuelle fut o:Oounrc 
icn teffaitt oc routes lee crjofce oeffufoiree. Car felô la lop oe na» 
turc il rouuientq lefôoement foitpzemier: être cj eft apzce foie 
accôplifflemét tpcrfcftiô.ieo x ti i f 3 qui font Ou répe lefurrifteti 
rafôt contraires en opiniô a la figmfiance q la bielle lop fait ft 
la nouuelle .& a la rôrozoâcc qui eft être les lois. € t pource q(? 
fôtcnerreur*cil5ozoônerétertraicfcrctla pauïôtlamort nfe 
feigneur iefurtiftrpource fôt m pmie * fôt f ait? ferf$ * crjetif; et 
auiles te toutes ges:t fôt les plus roiiarefjôes q fope*t au môït 







<fS>elalopôertafure. 



/ 



if h 



Opoenaturcefteomanoeme7entêoible*raifônable 

3 3iCcceaoacntéoeepoui:eftceobeia:âtaôteu.(EtKcfte 
r- ^Jop furet lee patarebee t.^pr^etee oee le tép8 oe aoâ ■ mf 

que» a mopfe. <£t fut celle lof ugmt lee a lumain enr freiner par 

lee operatiôs q fôt les elernee/ 1 lee bettes mues/* lee opreaur / 1 

lee rjôes.t toutes créatures felô le coûte De nature {fifac ce 6 les 

d)Ofee Deffufottee fot felô le coure oe nature odne ahôe figmfi 

ancecôeilooibtoCeeoeraiCô.tcôeiiooibt obéir a oieu etcôeil 

face ce pottequop Ueft cteel, Gtjier fil$ lop naf urelle ett hônozer 

fô feigneur fô maieur t fô benefacteur/tapmer lebiéoe fô prhat 

rôe oe fopmefniee .* Ijaiclc mal oe fô pzocbaî côe le ften méfmee 

jLopnafurelleelr apmer bié:tfuir mal naturellemëttn lagene 

ratio t cozrupriô q les elemée fôt/ font il? obeiuae lee tmge aur 

auttes.tles planètes* les artoee felô letépsenquopiU fôt no* 

té tfeulles * fruit auttï. lee once befree fôt Ijôneur * reuercee aur 

«i«m f ouf ceeft ugnif iâre q lôe felô le coure oe nature ooibt 

cQu obf iuat a Dieu t a fô feigneu r terrié:* q tout hôe ooibt fut= 

-■w-j- - --. -- r ~-~ r . r ~-— r *v..v V «„„« Wi L ataoi 

re côe naturelle otfônace <£ t pource oôc q Dieu a crec toutes cho 

fesqfôfaoemôftrerfagràtbtutfôpouoirgrât.étpoureftre 
rogneu apme ferut t fjôno*e:pourrc ooibt on faire ozoônâce fe 

lô nature, to toutee créatures figmftér t oe môftiët oieua lu* 

main entêoemét OJaie pource q lee pécheurs abufêt oe lozoon 

nâce ce nature *apmét leeuarutes ce ce môôe:pource ne oguoif 

Cent il$ pas les figmfiâces q toutes créatures oônét De nfefei* 

gneur oicu.oô t il$ lot oefobeilTâs a oieu et a nature. Naturelle 

rbofeett que lôtne oe* peur co?pozcl$oope le ciel t la terre lamec 

et icoeftoilles et les autres ctjofce.t quil ope oee ozeilles lee fôe 

etlee uops.t q ou neo il fête ouûeurs;* ainfi oee auttesifens co* 

po«l5.^inft cft ce naturelle cljofe q lame pzégnepar pmasina 

ciô tout ce q lee fene cozpo!el$ p:cfentét par lumain entëoemec 

étqlamcleemetteenlafâtaueqeft être le front et lebafterel 

affinqlateftefoitenbaultleucet letyafteret enlafâtafie pour 

entenoze ce qui tup eft offert oe lagrâoeueet oe lanobleue Oieu 

et que la uoulente ope oieu.et lup foit obtitimt.mziïmi&visft 



Fleepl 
taïïfa 






1 — o 


■— (NJ 


B 


isi m i ^^>i 


^ 


^^^^^^^ 


. 


ir- 


■ 


1 1 H 


i II-- 


p-3 


w 


m 


1 w 


! H 


! In " 


I 


1 H_ 


1 B"" 


I H 


i 


t 


■ — — CO 


1 H= 


II i ll = 




I 


- 


-„ 


B 




S 












■ 



«PB» 



■ ■ 



tffL 



ffoela lop nouuelle. , $\mfmgm 

©uuelle lop eft grâce De Dieu f o nDee Dt rïue top De na< 
,tute:et Demie toï> toicHe.Lo^ elcciprccft k plue gcant 

fu^DieuVt De humaine nature que le fil* De Dieu pat en fa me 
KSfe bW macie€t poucçe tint iefucnft au monoe 
^oXa\opnomU.U qlleil oôha en fouftenat mozt * paf 
SS Dour no^iar aifi eôe Dieu oôna a mopCe lop tnelle pac efm ; 
ntuce ainfile f iU De Di eu oôna lop nouuelle pat mon t par paf* 
Sdcd St a fou peup le ql le oof bt apmei toub ec, eruir,* to 
^«^fttm&tff odncflfâlalopiifeUf parle comaoentet 
S Dfeu Don" CDaiQ pout ce q la lop nouuelle eft iclucnft le ql eu 
Ditu S d a ta tfeulemét crjargeïô peuple ce «p ccuit * apmer 

ra?mecfôp:otbaîpouc^ 

wKKulut mourirtfpouree tft plue eoulpablee ceuljt 

fffilKt lee cômâoemée 8e lalop nouueUe:q ceulx q tretotf 
M* en la lop ^ietlepmiet qfeuft la nouucllejiop nouuelle eft 
en (eDtfoctemée lee ql* nc^auôe cp Deuât tacôtee q fot ozoônes 

matbieu fait ier>aifctt marc/* fait lucae:qui u5t teo Çre euageli 
Te 4 ont efc ript la nouuelle lop:ceftaOauoit lee euagiUee q tu 
opeecr)^erenWeeglife.Sutqlleefôtefcnpte^ 

â leûieoft Dift pour«if c enfeignemet quatil c(h>it en ce moDea 
Lee fait; et lee mitaclee q il f eift/et lee cpmaoemee 41 do na a feo 
Dtf ciolee * lee ooeinct * enfcignemée ql leur Do na lot clcciptce 
cncelupliure Dee euâgillee. &eape tu fil; pour quop la lop nou 
ueWeeftpfectiôtaccôpliûeme'tftlabielle.Ceftpoucceqtupeut 

auoirpiueoefop a croire la nouuelle lop pour eaufeoelatrmt 
te i De Unratnatiô q a croire la bielle: % fi auras gteigneut en te 
cemf t a étéDK la nouuelle q labielle.fct pout ce q paz greigneut 
fop on a greigncur mente.» par greigneur étéamét greigneut 
chante pourceq lalop nouuelle furmôte la uielletffci te garce 
fil; quât tu iuterae iur la faincte cuâgille q tu ne te par iuree a 
ton eftie't 4fêar fe tu le fart? tu renôcee a toue lee biée q ont eOe 
p:omie enta lop nouuelle:* fi ee DefobeiOat a tce(le(f par la qlle 
DeiobeiffâcetuftcaeDflagreableanrefeigneur Dieu glorieux. 



; 






#Ia top Dr maoommtf. 






/«?« 



— rarJ 1 * rftrr ïo/> Dôntr or Dieu au p ropic *£ ûïL^S 22S 

mafammct oc Dur w/fr quon appelle r np d eft 4 oii ,£™ f >L f 
f *mrquc9cn/a^ 

€n c nui ifempe Dontque maWmerdlo^ 
cnwan^nwfrw-^cto&lc» 

tercHepzouincc pleine oc gens fanslop qui WntaS) 
lescraouroient le foulai ctla lune tics étoiles irtfefât fo 
opfeaur et nauoient nulle côsnoitrance Or Dira <& ftnauoîcir 
nulropetûc&ouwseneDepct.reo^^^ 
Dcewp:e0l)iecuraleinauoitiDngrcrIu0 cfrifticntc m Uuvu 
perdition qui auoit nonnirola* màuoit moult Or la tnellr 
fo^ef Delà nomictlcB relut reclus paa marjommet qwl imap 

oonnaenfrmsnrment * cocttine Or faulrr Drception a mabom 
mrtoontilpnnt loier. €tfonoalrfaulrretlus fa toemnrTua 
maintrs aucroarcs De la Welle lo/>rtor la iiouucttrifét lo» 
rrn alla mar)ômer en une mont msne pire or rrip ou il fut qua 
[™£*™** m l*p8nmmt9e ,a iwarantainrq iefuerift fift 

ÏÏ5X5 f . mo ? fe au mont 0r { ? mi & * mm nwrjommrt oe* 
ffenoitoelamotaignrilfcnallaala iuttifeoctcipetfc faifoit 
çoprjetc toifoit qur Diru lauoit tnuopr auprupfr or cellrntc 
trieur pwmift quilj aproirnt compaçmc aurfémes rn para 
Die et mengeroicnt beurre et miel* buroirnr Un rf fait rt raur 
etairoient beau palapa 00m Oargentetoe pierres p?erieu(es 
jocuemens tel$ côme il$\>oulD?otent. €t moult Daultres Délices 
leur pzomtft.'ét pour ce cj aucuneffops Uel)coitourjault mal 
en cent t rruroo 1 1 frs mains t rtignoit Ces peuj; par f ozee De ma 
laoïeromefeilfuaenrasr Cactl cfroitoece couftumicretiui 
aournoi t louuent.pour ce Diff i l qur lange Uint gabnrl lui \k 
noit oirr paroles De oteu qui font tfeript ee au liurr qui a non 
alro?am£t que pour lagrant lumière or foint gabrirl * ors pa 
rôles qur il lui Difoit nr fr pouott fouftrnir.€t pour ce ft getoit 

f 1 

















Xa top De mafomuttct 






fejtt 



i. 




il a f erre.dont quât il auoit feu a terre ^Jf^rS^SÎ 
foitau peuple delacitede triplée parollee qui font ebciptee 
en alcozam et lee cçcne qui eu oient nicee et non faisane jet qui 
ne cnftoienf ri en cftre cmpzee la mott creuret ce que marjomet 
fcarpzomeToitetleur Difoit.^iiefduertirent almtoue eeur 

èe relie cite Oe rrip.maie ceur oe mequee ne fe Voulurent touer 

ifrt iufqueo a te que marjômet allait a grant copaigmc oe sens 

et prtnr la bffirbt mequee * fift mourir nuimnem et toue ceux 

i«,;. »» r* tutoient coiuiêrtfr a lui ne eftre tarrasineifëtfut 

et en cette manière fire oe celle mceftabommet fut 

rituy moult f i que il auoit neuf finies i û ne lui Cufft 

rece, aine fe pzenoit a moult oaultree. €tpour ce do 

*M(*h te n ce moult large oont leo gène eureut plue grant fia. 

tës parolee pour la large fentence quil leur Donna dont il 

Didier oeuotion au peuple dee rtyiftiene qui eftoict 

tiltrc mer lï que il$ fe côuer tirent a la lop tarrasine 

inquiauoit non abubeter rompaignonet 

jitt f itt oitier alcoœ en bellee parollee t beau 

r maiûteequil auoit atourme te bramait} 

e moo.oorieaiminô ors maiftree citoient oegipte 

♦lee-auirree ce bierufelem * lee aultee ou paie meifmee. €r eô 
qui G ;elui rop toute la terre tplulïeure adirée farra$ine eteo 
quicent barbarie Kfpaignc qui iùoiit ae ctyifticneLee fais q 
marjommet fift font fi oze * u tul5 1 fee parollee * teefaie font 
noifcoîoanea lenrence Diurne que lee plue farra$me erreur 
qui ont plnegranr engin * grant eut enoemêt naturel ne rrop 
ent pae que marjommef fuit onrqueo pzopljete. £t pour ce 
ont eftablileefarra$me que nul$ ne monftre ne cftudiefcience 
delogiq nenatureene lee aultree fciécee affin q par friture il; 
naienerongnoiuanretoppimon que marjom met ne fuftp?o 
prjete.^tpourre oontquee filjceujtfarra^nequionrftfubtil 
entendement que il; ne croient tnie'que marjommer fuft ont* 
queepjopljete feroienr legiere a côuerrir ala fopcrmfticne fe 
aurunia leur mon ftraft*p«:ft(?a&.£ar parraifon naturelefe 
ro»e"t U5 legieremét rôucrtiepour requiUpnr ia en opptmôq 
waljômeme fut mie mclfagier de ouu0.i lee aultree farra* 






I 



</£>elatop;papennc 



rt •< "s 



Imïi 



$lns fc c ô*ue rtlroient fe 11$ toeiuTét q leurs fage s maiftte* feuflTe"c 
eonucrtie t oouuffe'te &cecr)2i(ticne.$acr)e0 fiij 4 lesapoftres 
eôucr tirent le monde par pzeDiracion » par effufion De fang et 
De lertnes et par maintes peines t par truelle mon. et r duer« 
tirent (a terre la ou font maitenât les lambins oont il fuit oit 
grât meftier fe il plaifolt a Dieu i a eeult q ont le gouu ecnemét 
De faine te cgufc t du monDe par la chante t Deuocion q fouloie 
être retournai pour côuertit % aDîecer les fowopes affin cjlj 
ne fmîentDannes es peines oenfer parourables t qtl$ euffent 
laglotœocparaois 

_^ tfîDelaroppapenne. tflrjrfibs^ 

i-^ \2lpens fontgés fans lop q nont point De congnoiitice 

1 ■ De Dieu ia foie rec] félon nature tout Ijdme oopeauoir 

s^^r rongnoiOanrrOf Dieu. £oufeffops font il fjdneur *re 

/ uete" te a aucun matent rde a plus noble q eur . & par ligno* 

ranceqtl; ont De oieu tl$ ont Diuerfes erreurs t Diuerfes oppt 

fifOfisi/tt poutre fontDtuero peuples*! Car lestong^aozent 

Ue poolee les aultres le foleil t la lune * Us eftotlles les autre» 

aozentiesbeftes * lesopfcaur.€t les autres aozent les démens 

et rfprun peuplea manière Diuerfe * Différente De lautreen fe". 

blant * c reanre firome fontmagos migars oungne taartas to* 

arsroj>sgumés*p!uuears aultres papt*. €t amfr rôrleaue 

q ton fio urs contre bal toutttn (a mer ainip toutes fee manie* 
res De ses ne ceffent De courir cdtreoal en enfer au feu paroura 
blc * laiffét Dieu De gloûe.€t néanmoins pou De tfyumens font 
ou nul? qutfeurattp;efrr)ela fametefop catholique par la qllc 
rjômc Deiêrt oie parDurable. ne remdftrrleur erreur par la qlle 
il$ vont a Damnation. 

ififee toutes forces €t pzemirremet 

^^^ y De la fciére De gtamaire. # Irriiir, , 

( Zj CiettfeefteftabliultmcfoeD^nePOutroncnoIftrflaft 

h^^oont borne beultauoir cdgnoiffâee. €tgramatree„ 

K~*~J friêce De ozoitemet parler i eferire tpour ceeft elle o* 

' ttfuee eftre cômun lenga ige aur gés De maires contrées cj ont 

Diuecs lengages oulgaur.éf fecljes fil* q fe tuteur appzenoze 

gramaire il te rouuiêt fauoir t rois rljofes 4 appa mènent a ce 

f li 







I 























lit 



















fàt la ftîmce oe logùjMt .tt m Wrique. JjUi !#dî 

lîure q> le ql foit f râflateen latin pour ce que mfeur t plus ligie 
remet rcatrae faire rdftcucriô en reftui liute:* oulfre cariltrat 
te oe moul t oe cboCcs t oiuerfee par quop tu p apzco:as a oecli 



ner plufieurs i moult ornera mot} t oe Oiuerfes côDieiona4jtt 
quant ru aprae g ramairc appâte en reaui liure tu pourras ap« 
pzesappzenO/e bng (iure De oimïuciô t De qfrio.poucce q par ce 
lut t iure tu pourras plue toft t plue ligieremét appzéoze Ict aul 
très fricnces.u q Ce tu toeur entéoze en \mg art ou en aucune fric 
ce pzemieremét te rouuiêt appzéozc a parler par reft art oegra 
maire q eft le pott t lentree par ou il f ault paOer qDeult auoir 
leeaultresiciences. 




</" ÎDe la friente Oe logique. 



Ogiqueefr oemdft ratio n oeeerjofee beri tablée t Des 
fauUeeparlaqllefaêccbôme irait parler ozoitement 
* fuffifauméf félon toerite. Don t lutnam en téoemét eft 
iibtil i plue nobfe.éar par logiq tu feairae cômenrier 
taraifon tparler raifonableméttCbuftcnirta raifon uôclurc 
tt$tu boulozae oire.£t par loglq te gar ocras q rjoinme ne te 
puitte oerepuoir par fopfnmee ne par falatee ne par faulr ac- 
gumée.€t par logiq ferae plue fubtil en touutee f Ijofee t enf i 
o*as plue legiercméf toutes rbofee et toutes aultres frtencee. 

a<Hbelafcieiiceoererbo2ique tf-ftrirësc 

Etbonqueeft Ccie nre 4 enfoigne a parler otoôneemér 
beau oont on eft agréable en parolle a toue ceupqut 
rfeouf en t|J Bet bon que monftre tome bomme Doibt 
. iclles parolles bôm e Doi bt cire pmieremét t quelles 
au meillieu * qllcsen la ftn.éf par retrjonq frai ton les lôgues 
narratide abzrgcr * les fceuee alôger .£ t par ret bonq f tait on 
les fortes i Diuerfce fétéree cvpoferc/ €t pourec fil? fe tu oeuljc 
par retboziq aucune fentéce erpofer fi cône belles crépies au 
cômenremet De tes parolles.» ce la mtlleure matière oe tes pa« 
rôles fap fin. afftn q tu puittes reftouir les courages oe c eut q 
terfeouterôt tcnréownten f ce Dits* arrête tes oit? graneufe 
Wcnf t regaroe temps t lieu. t Dpberite.car fe tu toeulr parler fe 
Ion rerboriq il te conuiêt acorter tes parolles a toutes ces ebo- 
fes ocuât Dites affin q tu en foies agréable a Dieu t aur gens. 



cm 






4 






6 



F 



7 



8 






10 



11 



12 






13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 






22 23 






^ .^ÎDe la fnéreoe géométrie, fllrrim 

/^^(€o.mcf ne cft oocr ri ne t fnêcc oe mefurer par laqtle on 
I Vcait toutes cr>ofee mefurer ainu côe fe tube uxmefure* 
V*^ la Ijautefte Dune touru prenons quaojangle t fap q la 
plarcqcfttxuâ^lafourfoit plametpuie teflougneoela tout 

tant que tu loiee alTce loi ng Oe la tour t puis altte ion quaorâ* 

gle oe bault ocuât la tour en terre fi q le Ijault angle oe ton qua 

ozâgle q eft ceuetelatour ait ongpertute a loppoftt e lâg!c tt 

Oeuouxqeftoeuetstopaîeepiéeaitbngaultte petit pertuie 

ft qfee oeur pertuie regaroér lung rôtit lautre tout 0*oir par 

le opamett e cett one ligne qui oa oe lun angle a lautre oppoft= 

te angle parmi lequaozangle.Çrquàtton quaD2âgte leraatn» 

fiaflieétre top * la tour ft met ton cuilauptuiooubae angle 

oeuerô top trrgaroe par lautre pertuie Ou rjault angle oppoft 

te qui rftoeucre la to ur.£t lé ton regartien oa au octfuooe.la 

four fi appwtjc ton quaozanglc oe la tour tant q tu oopee par 

mi cce ceur pertuie le fômet oe la tour I lier top figne. turques 

au pie oe la tour £)aieft oe la première atftcte ou quaozâgie tô 

^regartvapluequeneftlefoumet Ci cflougne ton quaoïanglc 

t ât q tu en bopee le fômet.* la fa>> figne. Car atnft rjaulte eft la 

tour i ôe il lui a oefpare être ton figne tuiquee au pie Oe la four. 

(Et là fnenre oatilmerique, i( Irrbiii. 

Jiûnetiq cft multiplier t afléblcr fômee oe ndfce mît 

ble pat tmgnô pet ou ong aultte nopet affin qt$ foiét 

m :rar le nôbze q eft per fe peutt mieux multiplier q le 

. w .. r ..^tfftrefta?rtrouueatïinqlêiâcr;emieuxretenirlenô 

b:c en (a memoue * en la beue toipoitllt. Car la mtntt oe la me 
moue cft celle qplue ligietemér oublie plufteure cfjofre q bne 
pour re font faitee lee tôtwe oe nôbze licorne, r . ff.m- * w»t * 
mille f miïliô. £t quât cee tômee ne tôt Cuffifeteea ppter grat 
wôùicoti ùotbt recourir auxfigurce oalgomme qtont fc.oont 
lee ir. fign if irnr nom % la rrHftre q fait la OUif fme ne figmfie 
nuie.imiie elle fait lee autr ree <^«# U *&™™***J& 
le lieu ou elle eft atTife et pour erferftof il* 9 1» ft«MJ« ocf «* 
iitee U7ii f tellee rôe tu peW (? oefoiijr t*wr . i z 5 <i S* a a ? o . 

€ occVe ftS?» to J«w^w ««* w * u (ccon0e c f cu * ' la 



ion 








MM INI MMjIMI MM Ml! MM KM MM IN! MM 














MM MM 













7 



e 



9 



10 



• 1 



il 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 



n 
3 



ro 



w 



en 



ov 




^>— — 

M = 




O = 

h- 1 = 




H» = 




ro = 

M — 




Ul — 




M = 




(J1 — 





<y\ 



-j 






Q3 



V£> 



ro 
o 



ro 



ro 
ro 



ro 



ro 



^^lafctcncf DcnumtiiicJïnt. ^âttronomif Irrr. 

I 

tierce trois .1 ainf 1 Des au Itrce fo?e la Dirtc Cme 4 ne figmfie rie 
edme oefue eft Oirpouc quop tu ooibe fauoir q tl^aCrunctco au 
rree iv.f tgurre cefufcit ce quât elle cft au IccouO l.eu elle toaulc 
fcir f ope fa oaleur, <f cft a Dire quât il pà Une aulr re figure ou (à 
pareille meifme ou la chiffre Deuâf . celle figure qui cft appjee 
tiaulroirfoieautat corne eltetiauozoït route feuic€c quai elle 
cft au tiere.ceftaflauoir quât il pa oeuâf elle a. figurée ou Dcur 
chiffrée ou tine figure v\?nccr>iefre celle qctt auuetelieutoault 
i r f ope aurât c de elle toautooir au fegono lieu te ft cér fope au= 
rât c ôe e lie fignif le.t au quart luu mille lois autat corne elle U« 
gn if ie ce» otr foie autâf 1 de elle fcauôzoit au tiere licu.£t auiïi 
touficure en multipliant lenôbre par Dir foie, par leefigu 
ree oefuf ci tee pourrae tu quelrcq i\ôbit adcbler en notwc vit* 
ucmenn par pou ce figurée, érocibe fauoir fil$ qcn ciûatt 
Dalgoafme fcnrcmcieacôprcroelamaiii oeftre enalât fcero 
la main fencOreaiufiiôe tu pculr fauoir q>. 4c ftaffauoir. 210. 
cenô"b?rfp lignifie. ce. *r .carlailiiffrrq eft au pzemie; lieu tait 
talon renecjeftapp?ee elle air eUeligmiicqtoiig.quât elle cft 
feullc t la tierce figure imult .rc.pourcc q elle cft au ticre lieu 

g ÎDelafticnceOemunque. IJÎwKst 

^fiqueeftartparlec]ltic^auoiîecocfrinece6uoic 

fréter * fôner îUrumêe bic n toft * nbôe acoie fonane 

^ — J?aujf*bae*enmefurâtleepoimtenle8afozoâtéfclle 
f manière poiucrfcefcopetfciuerefôe* cft tcft art uouue afttn q 
tjômeloe cicutr)crtozenul)âtant.«nfcunât iftiumêebunt 
neuofemét.*ceceftartbfcntleeclcre*p:cftree.€trdtreIce((f 
mâocméeeeceftarrfonr/ceicug/eureqcr^âtct trôner inftru* 
mie touât Icotope fjwrirce * attitrée. 

J — ' {TEeïaftiécccaftroncime CpOT^ 

fcucncmiecftiucnce parla quelle ona rcngiioïiïâ 
c. -J%, tu ncl *^»î»ou3e lignée * Dce cftoilice oee fep r pla » 
mtee*telcuremcuuemée.€tcôelceto;peceleQicl3ontDnati 
S , %V , ? ,l S M 5î r ec fuel£0 wperern/ececa beea Dcttionttrciâ 

ticui5*cr/arerrc*ictcurfitcaïure^tfafhrafihf»rfnp uïï« 



f I 

I 'Fi""' 




ro 



ro 






ro 
^1 



ro 

CD 



ro 



OJ 

o 

















■ ' 
































































cm 


* 


i 3 


< 


1 ï 


ï < 


- 


M M 1 




î ! 


) 1 





1 


1 


12 


1 


3 


14 


1 


5 


TttÏÏÏÏTT 

16 


17 


18 


19 


2 





21 


2 


Illl 
2 


23 



. ,-. 



ij £>e la fttenœ De fftcotogir. 






Jffti. 



ce ^13 fc rôcozDét tfecôrrarienten cfateuroueufroiocuc enfc 
clmir ou en mopfteur.rar fclô rcfôt il* leurs opaeios aurcoma 
tcrnes.C&es Dijeu rjpac Denue roulte uertu * toultepuiftace eft 
Deffaulraucueffois aur co*ps celeftiel? #; ne ocumtt lelôleurf 
tjertu ûôe cette fnéfefaulf.car !o:ô nraDuiét mie loeuuredfeïé 
lart oeuoit aouenir.ctuer ft |$ ie ne te eôfeille mte q tu app zen* 
gnee cette feiéce car elle eft oc trop grant peine t trop perilleufc 
pour ce q reur q la f caiuct en Met mal *p la pmOace Dca cqidq 
elefticl$ 1I5 Dcfcôgnoiffc t mCptitït (a puittâre * la Dont e De Dieu 
tain ft fil$ ie ne te rôfeille pas q tu apzésnee geomeée ne ar ifme 
metiq :rar re fôt ara q tecjerét q tout tumaî en têoemét fe abâ oô 
ne a celle mère outout entont pourre q penfer luicouuict a fon 
créateur 2lins fe boibtabâoôner a eôsnoiftreiremélwer : mti 
toe-ooubf er.fermr:* tjônotet fermemét fô rr careur . 

{/l>elaicienccoe théologie/ ITlrrrk. 

idéologie ett friére q pie ôe Dieu la qllc frierc eft la plue 
noble De toutes les aultres Ccicncea . €t pourre eft elle 

i^^^^ imee 9 e r ? l »SKw;-€ttacl)eefU5 que refte friére eft 
en trois mameres.La pmicre eft rôe on a rôgnoiuance oe oieu . 
ta rerooe eft rôe on a côgnotOace Des oeuures oc Dieu, la tierce 
eft çôe on ait côgnoifliîce oe celle cljofe p la qile on pwflfe auoir 
Oieu t fouir les peines oéfer. €fj>our ce fôt les clers au mono 
affin eft aptfgnët théologie 1 q il* la môftrér aujr gée Dent il 
m\}i t aimer 1 Doubter Dieu % eut garoer De pect)c. fX)ais ceux 4 
aimet fauoir aultre fciéce q théologie nôt pas les îtenciôs Des 
lopaux (tymie en râr q elle eft fôoec en fop t en bônee parolles 
Des fait} bômee q ont efeript* oit parolles De Dieu* De fes or u 
urcs les qlles parolles Ijôme Doibt croire affin ql ait méoize De 
aimer ûieu.€t pour re q Dieu a oône a l)ôc nature t jpziete au? 
creafurescinafurellemétlcfigmfiéttDemôftrétalumaîentf 
Demetrpourrefccôcojoe théologie* pt>ilofopl>ic qcft feience 
naturele la qllep raifô oemôftre Dieu* f es oeuwes affîqfcl)ô 
me beult erautter fon enréoemét a Die u parpr?Uofopr?ie q il le 
puiOefaireiop t raifô facozoet a théologie. car fe la lop fcfault 
qlîômefe puiflfe ait er De raifô nereftairc. €tfe raifô Dcfaulta 
lumam enreoemét q lôme fe puiOe aiDer or fop en créât en Dien 

f iiu 



% 



































; S>e la frience De Droit 






ÊrflL 



€t f e lumaî entéoemét ne peult éf t Dze at ifto te * plat ô * 1rs aul* 
ttre pt)ilofopl)ee q toouiurét auoir rôgnoittâce oc oteu fae fop 
03eeil$neucétpouoirDemôtcr nececffaucer leurenréDcmêt 
tût ql$ pcuffét auo ir Dcclaraciô ne cdsnoiOanee De Dieu, fit ne 
fceur c f pour quop f)ôme toa a ûieu.£t ce fut pour ce qU ne bou 
loict croire *auoic f op en icellee parollee q eflieuét \ euaucent 
Ifte'Oeméta entéoze Dicupar lumière De fop. _ 

<f £>e la Crience De ttoit. Irrri 





Ô?l 



£oi t eft en oeur manieresCe&auauoir Dzou canomq i 

D2oif ciuil "Bioix canonid eft lop Diuine. €t bzoit ciuil 

terr icue *lop De couftume q appt lêt au cômun bfa$eO* 

route Inimaïe créature aff in q iufticeioitffaroee tmaitemieCt 

Ïinft tôeaur clere eft Doue D:oit canomq affin ql$ facrçct lari» 
litoiaVjtre 1I5 fôt en office De rlergic:2linlïaur pzinece eft Dô 
mtoP it riait àffî cfo foc l)ct la rigle p la qlle il} lôr eftablie p Dt 
1 >aultree f?Ômce$act)ee fil* qone autre manière a D*oit 
ùuce pour eufy uec greigneur ïeôuemct. Le ql o?oit ne 
"irao?oit^iuipoucceqlcôtiétenCopitfault:a!necft 

«oit canomq £t lapzatiq De ce ozoit eft pour la ma 
10 furmôter tpour rôletir amè"DremalDcljômc£t 
i t eft fjôme ercule a fon feigneur terriê: maie il neft 
we pqurre rrculea fô frigneur relefticl Dieu De çloiît. la quar 
icreDebjoit eftozoit canomq IcqlDefcoJocala tfyeoatj 
e a la pœtiqpour ce Dôcq* fil$ fe tu beur apûoze oiou 
i te remuée apzéDze les lin maniérée ottooit Defuioit.fct fétu 
cur dit DUr en leftat ou ficelé il te (ôuiit anotùet k oaùt terne 
au D?oiri>iuî.€f fclôce q woita oiucrlïteen fopmefmee ainu 
teceuuiit il iugtetfilt D:oit canomq eft en Décret ien Décrétai 
Jee q fôt rigle * otoônâce ce faincte eglife \ Dee fept fai remene. 
u)aie Dwit etuil eft fene naturel t en lope * en couftumce.£tne 
te cljaille ia «15 Dapzéwe twoit.car toultee ehofee nefont paeo* 
misée aozoit neienete Donne mie eôfeil q tu apzcnnee ozoit 
nuil car pou oegene font qui bien en bfent :aine en bfent mal 
p?ce que roue rculr qui le nfuiuen tfàt pour ceeft grant péril 
capzenott telle (rienceér ncantmoïne fe tu en beuir bien bfer 
tu lapcurbiéappjéDze.rarruauraetfrâr mente fetucbfeelm 
































































































WfM 


ffl|u^^" 




WfM 








^^^ 
















tttTÏÏÏÏT 






ïïïïïïïïT 










llll 


cm 


* 


! 3 i 


1 


> < 


- 


J ! 


î ! 


) 1 





1 


1 


12 


1 


3 


14 


1 


5 


16 


17 


18 


19 


2 





21 


2 


2 



23 







0>t lafamccDtpliitofopWe. 

(Dais fe tu agNte moi t pour c faire tort * ne le toeur mie fauoU 
pour biê.tu taie mal.£t fe tu appzés ozoit c iuil aur ûefpéa ou 
patrimoine Dclegltfe tu tait; to;tauD2oit tanoniq . CDais fe 
tu a u«ëe ozoït pour fouftcnir les poures q nôt q oôner aut ao 
nocat; .tu feras moult agréable a Dieu t au v gens. 

©elafcieneeDepInloroprHe. C limita* 
jRatureeftcôméecmét Daucuncctjofe taerjaifô que la 
crjole naturelle Coit.£t facrjee fil; q les opérât ido Dl, 
ijec Ces ce nature rômêrer et les upljés a enqrir Des oeu 
lires et Des fer ret; De nature.» Des cdmecemës Des erjofes natu- 
relles. Dont îe repourrope Dire moult De efforce. 0)aie pour ce 
q les mot; fôt obfcurs a Dire e" f râeops.pour ce bnefment men 
toeurpaffezé te Dtfclairât en gnal létenrion Des tpbée. ^aerjes 
Donc fil; q au luire ce metftaprnf »q entét le prnlofoprje a mani 
fefter toutes les crjofce cocs aus aulteee uïccee t cacôte r Des p 
imere rljofes De quop te côuiêt eftrc fclô les Cubftanres efptrî 
ruelles * Defclairer leur otoze/leur matière/* leur eftzc.èt ce fait 
H pour ce ql puifte Tocnir a ce ql puiffe tr ouuer tme pmiere fub • 
ftanceefpuuueUcetei tulle îfinie/tcoplcte q cft pmiere eaufe 
et fin De toutes les caufes p la quelle tontcQ crjofes fôt aDzececf 
et gonuernees.la quelle raufe eft Dieu au Hure De plnït q entéo 
lepljilofopbea otmmimi cngrïal les natum * les jpnetes De 
toutes croies naturelles.€t a Ddne côgnoiftare tjniuerfeïle.£t 
pour ce ô ceccr>e\)n$ mouuemèt cinet régulier * £mie: mouua 
ble. * pmiee mouuât * pmiet meu €t monde e eut e t>n s mou 1 
ueur imoumble q meut ce qui cft mouuable et fi ne peult cttrè 
meu. 2lu luire Du ne ( 1 ou môùe on cercle égnal la nafureet la 
p 20 priet c Du ciel « De ces mou ucméa * enquierr on Des elemens 
oont le monce qui eft p dcuus la lune eft compote . <£ t ce enter 
cfye lepInlofopbepourpzouuerquelemonDeeftxmg tantfeu 
Irmrnf. (f 2Tuliure De génération et corruption encercle le 
Pbilofopbecôme il puitte Déterminer et Defclairer la nature et 
la p:opncre Des rbofes qui font engenomblest cozrumpables 
et enquiert corne les ring; elrmcns font engenozes Des aulrres 
£t pour ce entêt il a manifefter fa nature Des elemfs qui coin 
polît les co?ps Des elemés p rôgnoittarc oônee du cozps côpofc 





















MM MM 













7 



6 



9 



10 



I "l 



12 13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 22 



23 










iji&e (a fciniceoe m rDerine 



Jpjiî 



2u hure oee met lje0Do;ee parle le pfulo$opl)e oee plupeeet 
Deetoene oce tourmée i Du momie met De (a ferre * oce c ftoilles 

tDesaulfree (ignée merueiHeur 3u liurecelatîirp!elepliilo= 
tbpbe De la tubttante De lame et De û bigueur eïjpirrr ueile. * De 
ton icoituptiô t- De fee puiflafee t r de elle p:tt les tepfétatione 
Dee rljofee p laer- t r ôe elle ea Difttrére Des am ee Des bettes mu « 
ce,* Dee aulf ree amee irrailônables.eeft aDire o] nérenûét poît 
De rapfê . * re fait il pour fauoir la nature oc lame rapfônable q 
eft lame Dénie t oe téme.2lu UureDe oomwtDe teiilier pie le 
pfnlo$opbe De la nature De la.ip* iete.% De la taule Dont trient le 
foumeil t Delà tooutëfe Do n tbiét Dorniir t beillter. Culture its 
fens t De la cfyofc feïee p le t enquiert p q lie manière \)Ôme Cet p 
leo fin rq fée tozpoîel? * par qile manière for féfibles ire rl^fee 
rozpozdles f eft a Dire c de on leo fêr. 2to lîure Dee beftes pie Des 
jpnefes oc beftee.t Dee gerres. t Dee efpeflfes , « lee oiffrrcrcs q 
leebcfree ont p naturc^tauliureoes planetee on rocljr De la 
jpnete Dee planetee. reftaffauotr Dee arbree et herbes t toutes 
fee ebofee qrét lee philosophes pour auoir f ôgnoiffâf e ce Dieu 

CÎDe la ftienre De meoetine. (] IrrriiiL-t 

£6eane eft Ccienre De f ôgnoittre re 4 ea naturela gât 
Dcr lee toms q rôt en (a te » quât iï$ fôf malaDee a re = 
urner en leur fonte m quop il e ftoiét auâtto mala* 
ic.€f reee fnér e a f roie r ômécemé e. le pmter eft naturel le fe* 
ronDinaturel/*le tiers eft f ôgnoiftre nature. le premier tômê 
remet eft oeptien fept ptiee. CeftaOauoir elemêt/ f ôpleriô nu 
meu r me'bze iUu efpei ■ 1 1 1 oper an ô .Le fer onD rôméremér eft fc 
pti en fir parère ftaffauoir. alUncccïectim boire mégicr/Do; 
inir beif lier e mp/ir * fcuioer.reftaûauoir p moult ou pou mé- 
gie;. € t (a Dca- en t er e p tic.eft Dee atf iDêe De lame q foc tope t f ri 
ftette. Le tiers tômétemet eft oeptien trois ptiee. reftaftauoir 
malaoie/atrioent/etatl)aifon.ettl)aftuneDeree trois parties 
eft ouiucc en maintes partira 10e toutes reliée parttee Dcuuf 
Dire ee éCebl* eft rdpofcc ineDet îc .€ t pour re f il; q no 9 Douions 
brefur met mon ftrer fgenezat refte fnérepour re oùô no^aulcu 
«erftofeDeepmiere rômércméeaupFb.'icf quoiie pourrons 
#afbceoôr fU5qlcwpef?umaîcftrôpofeDee quatre elemee. 













\ 






cm 1 


2 3 4 5 



6 



7 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 



4fk* fa fi* tt oc ititttcfiir. iJnmL. 

qui félon et que leurs guette font arrrépees etipozriônceo iu 
acmft: ftlon ce cftleeojpo fain.ét pour la Defatrepâce Des mii 
et es ocoelemenoieftle rozpo mal Difpofe.£t pouc ce leô pbmcî 
enoaetMcieleméttriuifientetenfozeêtto bng$ elemés tênfic 
blmet t emmomffét leo ault zeo en r ozps rwmaf affî quiU foiêt 
entreeur attrepes par quop Ijdmeait fente, les côpleriôo fôt 
quatte.ceftaûauoircolc/fleume/melécolie/* fang. iarolc eft bu 
feu.» le fangoe latc.le fleume eft De leaue . * melenc olte oc la m 
re.la cole eft cljauDe pat le feu .t fecljep la ter» * le fans eft moi 
te pouc laec.et la mclècolie eft fecfye pout la teece ifcoioe pouc 
leaue .€t quât rco copierions font DefozDÔnees lois met têt pei 
ne les pfuuïiens De les ozoôner .Cac par la Defotoônâce c celles 
eft inalaote en iomme.€t facrjes fil} q en crjafc un rjôme fô"t les 
quatre copierions oeffufÔ.CDaistrjafrû rjdmeeft lugîe Deftce 
plue Dûnecoplerion q Daultrc.Dont lungeft Dit fâguin. lau- 
tre colérique, lautre fleumaricV et lautre melêcoliq\€t ft 00105 
fauoirq en Deut manières eftfaicteconcwDanceberes quatre 
rôplexions.luhe eft q la côplciion De quoplômeapïus q oaul 
te e .celle ait fo:ce et fou cô fecuee affin q p fa ter tu elle tienne p 
Demis elle leeaultres rôpleriôo qui lup aiûét tozbô'nét tecoips 
la feeû De manière eft que (a rôplerion qui a cours t feigneurie 
trop gant (1 qlle Deftruit les aulrr es.celle foit appètîcee * moz- 
tifice p aulrunee cljofcs quHup leront tôt raires.CrHf r fil? les 
mutions font Deur -lune eft De quatre l)umeur s .la qlle eft fai 
cre au co?ps rwm aï et lautre eft Des crjofes qui font méfiées du 
5 txtjow ou toipo les meoecines Dont méfient au ro?ps les l)u • 
meurs pourtmufier lacdpleriô" qeftneceOairealapiep buma 
gcooupciropsoupclcctuaires.oup oingnemés.oup épia* 
j ftres oupaulttesmeDccmes.QJétoesfôtleslicuraucozpsau 

ql$ les rmmeuts fôt mcilcee.t crjafcû métae fclô ce ql eft Diuers 
De lautre a meftier De DiuerCe cure auoir. €t pouc ce cornet il q 
les praticiens apét côgnoiOace De la Différé ce Des qualités afti 
quil5 factjenr ouurer lélô ce quil cornée. îsertu eft p toutesles 
patties du toi ps.et djatcune partie aûemblee a lautre bêrtu 
5 peratiueparmplcsefpccit$etpacnu>lesopecationsfitoe les 

toer t us Des actoes f e mef têt les tmes auecques les aultres. et u 



























un mi mu mu un un 1111 iiii|iin mil 1111 


IIM|IIII|IIII|IIII 










Mil llll 













7 



8 



9 



10 



1 1 



12 13 



14 



13 



16 



17 



18 



19 



20 21 



22 23 



I 









^ 



* 

tienne t Uô fubttàres diftif tes t ai ffer êtes Ire toncs des aultvee 
Opération naturelle eaqrbafcu elemér reeuure p fa nature * 
p la nature de lautre eteinérauee qui il eftrôpott.ér poutre 
les pbiCirics (uiuétartifiriclem et le oeuurr.de nature felô leur 
pouotr.Lefperit nitalett le mopen p lequel la puiOâce liegeta= 
le et ta féfif luett la raptônable feafléblent en borne dont lame 
garde la matière a Cô ppuoir.er la toegetale reropt la bertu des 
ebofee clementees.Cr poum les plnucics ozoôncr le cozpspaz 
les r bofee medt rinaur affi q lefpetit (oit ozdônc p tous les me** 
toes qui for inttr urnes ottônes a IcCpcrit quiett (ôiuntriondt 
lame et ou rozps. &ans aliéner ne fepourrotér attréper ne mef 
1er les copierions ains oeltruiroiér tâtoft lune laurre . CDais 

Etalent qui p& ot lôme fé Ua en napeur debo:s du rozps ce qui 
u> eu trop rr)aur ou trop froie ou trop moite ou fer . €r fi at = 
trait a fop au «upsoè deftow re qui lupelr meftirr pour attir 
per les r ôpleriôs. <£f pour rr ef* necelïaire aliéner a la tonferua 
tion Dénature .€rerrireméteft ai boiCon de fante. car û? tu te 
tr auailto p tapfon modérée la chaleur naturelle te tonf ozt era 
la di^eftiô-er la multipliera aur mt bœs et degaftrra aulruneo 
mauuailes bumeurs engendres p indigrftion. les qiies lérdt 
purgées p lueur oup napeur dans mêgier * las noire ne pour 
roiteareû)ubaenuro?psbumaî.rarptnéfftereaffa«ïriagrof 

fematiereetparboireladeUeeetfoubtille.£rparmengteret 
ooprertofes froides et moueuts la «roue matière enfowe. 
€t P fi)oresr baudes et feiebeseft entoree la matière déliée et 
iouiiriiie.€t pour refil* fe tuesmaladeer rtiairs tôgnoiftaa 
£ i?IÎÎ? ïa ï ,c (e elk ea ïîWw ou de froideur ou de (etheur. 
! S?.22îî^ f a . u en a P criffaf tQn m Wer ou ton boire fcton re A 

SÏÏSS? Ç our Ia matlcrc ***** * w «* tontoai a fante ru peur 
arnoetir la matière pac la qlle tu es malade . Car pet mïZ 

ïl SÏÏL?^ clpaffe 0C •*&*«** ** râleur qui lui> eft rôrrai 
ner er domwea a r)omme ronutnable . £a* pa* omm il crut 



■ 






0ë!afaé(eDe tm&tciitc. Jff ritii^ 



fon repae.et p bcillter il a rrauaif le et laboure. ri q en oomian e 
wopr lefper if oe la chaleur narurele quâr le co:pe repofe £r en 
tjtillât trauaillét les bômee a ouurer ce q le pouoir De (ame rô 
mâDe Dont la chaleur narurele eftêfo2cee*mrcipli ce pie mou 
uemtt Du c otp& efcbau ffe p (on eméoemèt et p (on mouuemét 
£rop Domiir oeftruit le fpecit en tât tôt il ebaffe De lui la cr)a= 
leur naturelle pour ce quil oegaue ImmiDi te. t la r baleur natu 
relie Dont lefper \t a meftier eft côuerri en vapeur par les acet 
Dene De lame eft Uiuifie le cozpe quât lame a tope et plaif ir .€t 
ç r r i fteffe De lame fi côe trop péfer f uf pect ion talouiïe paour * 
les aulttee fcblable© rrift eOfes eft modifie nature en eozpe bu- 
main.d €l)ier fil; le ptnfinen ci attention oeaioec au malaoc 
encercle et enquiert la cr)o ifon De la malaoie p lee acciD eue 4 
UemonftrétetfiffnifiétlamalaDiequKontlepourle urine er 
le oefir oee uiioce er lee aulrree rbofee fêblableeèt qu.mr il a 
rô$noiOanre De la malaoie lo» la çuerift il p côtr aire meDicie 
a fa malaoie. < [©c tous lee eftae.ét premièrement: \ 

1 / <7É>eemefticrematcbâeet bourgope. || Irrrb. 

>JHwTSt mécanique eft fciëce lucratiue pour Dôner fubftâ 
# — 1 ceabiecojpottlleftedcfotfoueleemeftieceDont r)Ô 
P Vjttelabeurcpouracqrir fa bierozpojellc.£eftaft~auoiî 
\^Aabomtuto oe frrrefaturee rbarpenttere mac ôe rozoouâniere 
marche et Ire aulrree meftier e et o ffiree féblablee .€t ft eft ut 
ccttautc\lce\)ng;rneftiereaîoct aue autree.car faneiccurle 

môoe ne feroit mie pfait ne ozoône .ne lee bour gope ne lee cl>e* 

Mliet* ne lee pmteee ne lee plat? ne pourroiêt outre fâe r)om 

mee qui feutrent lee meftiere oeffuf Ô. €t facbee fil? q en qlquc 

terre cl ce Coït peut triure borne qui foit meftier ou marc bâoife 

€t pour ce ont lee fatra^îe bône mamere en ce q tout borne en 

tre eur pour rubéfie o\l ait ia ne leffera ql ne face Cee enf ane ap 

ptiott au f r û me ftir r affî q ce la riebefte leur failloit qU peuttét 
oiureoeleure meftiere.€f pour ceaDtuéttlaulcuneffope que 

plufieure fil; De riebee bornée meurét et fai en eftrâge f re pour 

ce ql; ne (aiuét poît De meftier Dont il? puiffér gaigner leur utc 

£i oouloroit matt fil; oegrât rirbe borne fauoL'auriî méfiiez 

Dont il peuft oture qmtil a gafte * oefpcou fa riebeue * maint 




Mil Mil Mil llll Mil llll M M 1 M M j 1 1 M 1 1 1 1 1 Mil 


IIM|IIII|IIII|MII 























cm 



7 



6 



9 



10 



1 1 



il 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 




1 







^feea meaicro nmrdjâo i labmirniro (^ru 

l)ôme tnuroit oe fon me Oîer AI en feuft aurû .<£ t pour ce toault 
trop mieux <prurcr t appzéo* e a fon enfât tel mettiez qui bo lup 
fait q tierjeûe ne nul aultre c ï)o Ce. Ci neft mie meftier q tous Us 
l)Ômce fotet Dung mettiez .Suis eft neceflaire cjl en foie De pluC 
iewo côbien q cfyafrû ait ele ctiô Dappzen D;e qlquc mcttiet quil 
fcculf .Étquâf ilaapzîo Cilnénfeil poîtfti ne toeult . quant il a 
atfcaoe quop toturcoaultrepart.lDoncie te corneille quetuap 
pzenes tclmeftter qui te foi t rjôncfte t pzouf i table. €t pour ce 
f il$ 4 tous lee bornée 4 tôt oee meftieto Dcttutà Deurêt a eftre 
bourgo 10. % faire leuro enfâo bourgoio.pour ce (e painétttra* 
uaillét p luneut© Daqri r r êtes poffetfioo t r ierjeftee Don t il$ pu 
iflen t toiurc (ans rie faire * fâo nul labeur en leftat De bowgop 
fie.Êar bourgopftctàët Des mcftieco oeffutoirt; fi q aucû Ouït 
gnage De boui gopo aira pmemieremét eue oaulrû meft iet au 
41 il aura tât gaigtie q lô rjoir fera bout$op& t nettoie rjifeta 
en bourgopfie pmreerail a tiroir % a Décliner fd eftat. Car bout 
gopo Deipè o toufiouro t néo ne guatgne ne ta enfant ne fer ut* 
teut mefme quil ait ne lup saignera r iêo. 2Uno fôt touuouw 
opfeur \ fce ult ct)aCcun ce o enfâo eftre bourgopo fi q la r icrjcGt 
ne peut fuffice a touo oonqueo rôuiét il ql Decl)ieuc oe fô eftat. 
Car tout aiurdetone roc qroufiouro tourne aifi fectineuuent 
leo imfticro oelTufÔ * leo rjômes 4 en fôt fi q reur cj fôt au % plu ( 
rie fjeo tnefticro et au plue fyonozableo mar crjâouee défirent a 
mdter ctjatcû iour tâtquil; ioiér au fouuetai eftat Delà toc au 
41 fôt leo boutgope * quât il côuiêr q la roe tourne ce ocftuo oc 
four lo& eonutét il q leftat Du bourgopo ttcbudje ou f?ault en 
bao.i fi neft nulle manière oe #êf q Ci pou biuit rôe bourgops 
pour ce quil? mëguent trop * pzénét pou De paine Dont nature 
ne peut Digérer leo uianoee ql$ tnenguent . pour ce meurent il 
pluo toft.£t fi neft nulle manière De gét q facent tant oênupa 
leuro amie côepourcebourgopo.ne en fyômeneft fi fyonreufe 
pourcte côe en bourgope.£t fi na poir Daumofne (e bourgopo 
pour re quil ne trait poitoe paine pour arc] ru ce quil Donne. 
Car roue borne eft fait pour crauaillieri pour en Durer paine 
enccmonoc.DoiîCfeurquifdtDfftatDebcutgopofôtpluepu. 
gnio De ieuremcffairçqueceujrDaultreeeftae. 










cm 


L 2 






4 






r. 



w 



1 



8 






10 



11 



12 



Tu 



13 



14 



15 



16 



; ;; 

17 



18 



19 



20 



21 



22 



23 






$ îr>c Mât Dee yiincco. j Irjrui . 

pd^\ Bincc eft rjôme qui a Ceigneuriepar Deftus leo aultw 
| I Cornée affm quil les tienne en paix pac crainte oc m 
JK^/ tttec.€t ceux qui fôt obligée a tenu luftir e ont en gar 
fme o Jjômes q fôt Defoub} eur en tât quil} fôt moins nobles q 
' «ir. pac la qlle siaccif? fotobligies pl?q nulj aultres bornes 
ôc top t raop . la menue gét ne fô mes obligies q a on g borne 
ceftaffauoic a noftre p:ice tccriê.tt)aislepnçe eft obligie a mop 
i a topit a roue ceut ce (a feigneurie €t De tât q pzire eft pl 9 obl i 
gic q nul aultte De tât eft (a leigneueie mois eetirable. £t De târ 
q pzîce eft plue (ljarge:oe tât ail plus a faire q nul aultre IjÔme 
fcramficôelômecftplusentérif Degouuernerfoncoms q nul 
aulr re.21infi (e bô prirea tout fô entébemét * fa cure a garDer t 
gouuerner fô peuplent auffi côe quât lame le Départ Du coms 
le cozps meurt 2unfi le mauuais pnee eft oeftructiô * etpremet 
De fô peuple. pjïcc eft bng feul borne côe ong aultre mais Dieu 
la fyônozeen tât quillacfleu t lafair feigneu; De pluficure r)om 
mcs.£t quât tupéfetastit$ ace q pnnceneft q \>n$ feul Ijômc 
autti côe tu es pour ce nele mctpzif e pas ains lapme * bonnoze 
pour ce quil eft (éblable en nature a top .£t pour ce quil eft fet< 
sueur De top * De pluf leurs aultres bornes. £t pour re q Dieu la 
rjôno.'cp DeOïis top t p oeflus grrigneur q fo;> t côe lame tienr 
les mébieo otùôneeeptouten tout le rojps.arTm q les mètoes 
apoétm œipe a ces befomg;. 2finfi côbié q (e p:îrc face plus p 
aultre q p fop.touteffops tiétil fô ropaume ozoône auec laiDe 
oaulf res pieuDes Cornes q lup aiDét a fô ropaume gouuerner 
£t aîfi côeméb/es malaoes fôt ûeftmct iô De c ozps.aiu les mau 
uais côfeilliers tles mauuais officiers (ôtoefttuctiôtx topau 
me t De la feigneurie t oe loueur ou prîcc tpuisapp?es ou peu 
plc.<£t aufti tôt au coms oiét la malaDie De ces mauuais mem 
b:co. auiïï viét il mal t épicemét au pure De fô mauuais cofeil. 
£t aufti côe mauuais peuple fait le mauuais pnec .ainfi le bon 
f rigueur f ait (e bon peuplent fi neft nul home qui tât ait De é* 
nemis De traîtres lariôsDefrobeurs*bareteursrÔetîngp?ire 
a er pour ce q Defice a eftreprire facile q grans péril? lupWnét 
p les bôneurs Deffufoict5.jfil$ fe ruinais ton feigneuc ititn tu 
napmes pas oicu.Car Dieu a mis feigneurie terriéne. affiq tu 












s 







^WlcftafDcdiaMleric 



Iffftoh. 




en aimant r)ôno;ant et tooubt&t De ton fc igneur terrien tu l)ô 
noies coubtes/t atmes ton feigneur ûicu glowux-Pour ce hU 
fe tu aimes ton feigncur.fu feras i>mno:ecr OonbreDe resfub 
get$ tans faulte.ër fe tu apmes Douâtes et rjonno.'ce ton fei > 
gneur terrien en fon ire et en fa Ijapiic.ee tu fais reuerencea fes 
ininiftres baillifyer procureurs* autres tw en feras plus agre 
ableabicuctafaiuftice. 

tJÎDeleftatoecljcualecie. iflnpo - 

f€s barons et les cfycualicrs font ordonnes pour m 

oer iuftire .£ t pour garocr lonneur qui afficrt a pan 

__u--«eaffî que traite tooubte oc mort fou Donnée aeeuljc 

ejuiapmentmauueftieettrie^ene.eontreuentelo^auremife- 
rirozDe paix et patience. €t pour ce fil; en rt>cualier OoibteCre 
mftire/fo:ce Jwmilite tyaroement chante cipcrance et toutes 
femblablcs ut us. €r pour er eft Donnée o:o:e De rfycualrrie aue 
rfyeualiers affin quil; puiffétcftreobeiflâsatouslesfjôncw* 
qui a ozDze De cfyeualeiic appar t iennent . £t)eual eft befte bonne 
et f ozte et legiece et qui eft ooulce et amiable et non pas cugiui 
leufe.oontlenon ou cfyeualicr cftprms.ee pour ce eft Donne a 
rfyeualicr c fteual affin que a laioe ou cljeual il uainque et fur » 
monte les Hommes o?gui lieux faillis t laitues De courage qui 
fon r côtratres aux bonnes ucrtus.ibt rt ett Donne rbeuaf ar/p 
ualier pour tenir leur le commet la cite oont les gens foient 
foub5 lup obeiffans.O)ai8 quant le i rjeualiet eft mauuais * oi 
gmlicux oclouty fon cl)eual p mauuais courage er Ce maintiér 
o/guilleufcmét tclcrjc ualiei : nelr mie Depaixen fou cr)atel m 
fait moult Denfâs oiptfciïset oc ternes De marc fyàs et oc lacou 
reurs oc rrrrrs.ttcufue?.2(ci)cua(icr eft Donne ligne et enfai* 
guement affin quil (oit côgneu et Doubte.fct f i afticrt a rrjeua* 
lier efeu rjaubect eCpce et glaïue er les autres garnemens ocac 
mes affin que par ueulx gaine mcnsil mette a mat les ozguil 
leuxtcaitresrobcursctDignesumort. $§ il; acrjeualiereft 
Donc eauier pourleferuir.£tfiaffiertacl)eualicrbiauxl)eQe 
mesbiau Déport oc nobles bianocs.SUrjeualicr aftiert hon- 
neur et libéra/ ite imcult oauf res puileges pour ce q crjeuali ■- 
ers font tenus a bat aif lier * font euablis a fouteme trauail tt 






^_ ^^^^^^^^^^fc 






■ 


















* 


» 














» 




















































cm 


* 


! 3 i 


1 ! 


i < 


r 


1 \ 


î ! 


) 1 





!!!! 
1 


1 


12 


1 


3 


14 


1 


5 


TÏÏTÏÏTTT 

16 


17 


18 


ïïïïïïïïT 
19 


2 





21 


2 


2 


2 


3 






c leaae De d)ct ta lerte 






f - * 



Irfftm 






peine t coups t plaies affin q le peuple qui eft en ta garde ou pn 
ceaitpairparfoHeoarmeo Srljenalier eftoônc pzmee pour fei 
gneur pour lui aominifter twoônrc les reigneurst les rjômes q 
lui aiDff a garoec t gouuerner fon royaume t fa terre €t ooi t le 
pn'eeetot cljeualier affin q greigneur féblàce * amite foir entre 
lui* Ces cl)eualiers par la boute la Ijaultettet la noblefle quieft 
en (l)tualene. 21 rrjcualier appartiennét grâ© oôs t rjonozablea 
t fémee f^dnombles pour ce q crjeualier© nôr ooubte Oe mozr ne 
ne ooubtét rjôrne ozguilleur ne tourmét ne t rauail ne nulle ci)o 
fe.£t ftcft fi pzeutligtee rljeualerieque rie be li$t\ii$c lui affiert 

OJaisacbeuaknceftfaitrozrquârcUceft multipliée par auari 

ce ou par lu rui e .£ t pourre Doir ct>eualier roufioure pzéoze lan 

rien lignage q lui appartiét. cluer fil? arr)eua(tec e&pl? rouue 

nable fo?ce oe rourage q fo/ee oe rozp3 * ûc mébzeo » a f rjcualier 

neft mie côuenable rit (jauber f gleiue ne efpee rôme eft loyauté 

tjerite.fmflitc.fen0.l)aroemét.\jergoigne t tour toi fie.pourre q 

lee foues oc courage font pluetoertueufee q les forcée ou ro?pe 

ne font c\ tôt tyoza oe ctyualetie * ncfôt mie oe lumanite Oes crje 

uaUeis.€t fi affiert a cbeualiee bonté affin c\l ne Coir melpnfe* 

fce ciclpttc lui affictt affin q par pourete ne face mauuete ne tri 

cl)erie.€t fi lui affierf largeôe affin q il nef oit beceu.& fina We 

me f a (peualict appartint tout ce par quop 1/ (on en t)ônent oe 

(6 peuple, ôo m cfjeua lier font bon pmi rea : « par bote oe p?ï< 

cee * oe cbeualieta eft le peuple bon. 93ais p le retraite fôt guer 

reotrouerteo tmojrileo autres maulx par quop lemooeeft oc 

^ruir.<6rfaril»e0fi/5qaurcfteualier0fauirpanre0aoieuoonne 
rômâoeméf a garoer le môoe affin fa le tienneten paix i en (a 
gc ffe en luftir e t en cr>ar ite:car l'ageffe * tarife eff q oieu foir rd« 
sneuapmet)ônoitk Cerui €tpour ce q oieu cômâoe aur pzirea 
quil^garoér le peuple ainfi ooit le peuple obéit aur pzincea ©z 
regaroe Dont ftf? rôc oieu a Oône bellee ozodnâces t côûoece fe le 
môoe eft en fi graur joueur t en fi grât reuer éce chacun en fô oc 
gre rdme il apparriét pour kQat noble oe f fjeualerie rar fe rlje* 
ualerie q eu par (a fyaulre uertu de oieu ozoônee fuit en lonneur 
qui lui afificrt le mon Oe ne fer oit mie en Xi trouble eftar corne il 
eft * Oieu ne feroit mie rat mefeongneu ne fi pou apme t foônoze 





















cm 



M? 



7 



6 



9 



10 



• 1 



12 13 



14 



15 



16 



17 














^ rM |i 








/ 


» 


Mil NUI MM II M Mil Mil MM MIM Mil Mil Mil 

























18 



19 



20 



21 22 



23 












(p&tleftatDcclergit 



iarWfi. 



de (on peuple rdme il eft le cjl peuple il a racfyete Des peints oen 
fer p angoifteufemozt affin qut amitié * tôgnoiffâte de charité 
f uuent entre Dieu t homme. 

IpDeleftat De décrie. ifijrrjrtnii. 

j9 fiers font tjômte obligée a pner cieu pour le peuple 
Jt a rnonftrer la tope oc la gloire parCurable par triple 
Jee fâmrtetole * rjônefte car ainfi tôt le tcïméctmêt ot it)e 
.lalerie fur pour maintenir iufticetôeoettus auôo oit.ainftau 
rôméremét q les r le rs furet eftablis 1I5 furet etteus bons l)ômes 
lais 1 ceuors affin quil* priaflféf oieu pour le peuple tmôtttaf* 
fent auv gens les bô*s enfeignemés t les bones t ôftumes Donttl 
peulfrnt auoir la grare ce oicuit furet aux elece les ôifmes oon 
nées oont il$tjefquirét afiftn q par les biés fépozcl? ne (u&tmpel 
rfye le Dmi fr hure. <£ t par re furet par les rlers eftablis les Utu* * 

(es parorflespourtfyârer mette t oôner rôfeOïon tp/eft fyiet au 
peuple (jrrauailiét a labourer les blés oonteujci les clersbiuét 

«Et ainfi côe aur rljeualiers font alïignes pnnecs oefloubs eut, 
îlinii aux tiers lot attignes pzetat} .ccftattauoie euefques caroi- 
nau* t le pape q eft par oefus tous, les quel} tomét ces blés 0) de 
meure' t aux f impies tiers t tiénêt en ozoemâce * en rigle lesung} 
* les aultres félon re q il fôt fc faut eftat ou oepl?bas.2lur rlew 
eft rômâoee birginireaffin q*l$ mapit rnfâs au qf$ 1(5 otoér lee 
blés oc farnrre egiife q leur font bailles en garce. <£f pour ce que 
(aicte eglife en (oit plus miCer icozeieuf e au pourts te itf uctpift 
etpourcelesooibt onpluscoubtertarloffitece tkrgte tQtt 
Ijaulretfierrelléteqlfutoeffeou qnulpmire nruft tèigneur/e 
fus lui i pour ce ontlee rlers Ceigneut q eft pzice releftiel:ceftatta 
uoir plat a ej font les pzïres obliges Ce pourfuirtcôqriraioet* 

pugnirreulrcjpfriêfeceplatletôttôcamnes en ugmfiâfeot 
rjônozet cieu q a fait fi grât rjôneut aut clers que eu temonot 
ne font milksgctistant r/ônourcs côelonflcs rlers firôme tu 
peul} apeeuoir au fait farremër ce lautel tamvauttes taîct$ farce 
mes i autres rtjofes. «£ilciur)cfoourrs les lier s* leur obéis tu 
feras fjencure ce bitu.Çt tout am(i commeoffice Ce cierge eft la 
plueljcnnorabfeoumonoe ainfi eft lapluspenKeufe qmfirfr 
Car nulles gens nont r ant a tôt refter rontre lumanitc eu môft 




0beleSat De religion. Jg$fc_ 

fômcclcï3.£tpoiuceauO'ifontilplu3Ï)onno?eomcemonôe. 
Cm- il promettent a faire plus gras cljofes pour lamour.es Dieu 
q nul; autres fjômes. Car a plus jjeant promette t a plus geant 
amour oe Dieu aflfiert plus grant mérite t au cotraire plue geât 
pml t plus grant punicion ■ £t pourre ne font nulles gés tant 
punis côme mauuats tiers . fcyoneques cf)ier f il$ fe tu es r lert il 
te c ouuenora éploier et Ocfpenore le patrimoine q tu ai ras a I70 
norcreteflfaulccr faincte eglife étala fop'eatfjolique a loueur et 
alalouengeoenoftrefeigneur oieu glorieux. 

tfîbc leftat ôe religion. (f Irrrir.u^^fi 

eîigion ett fouueraine toertu oe Ijome oroonnee a tic 

côtêplatiueet renoncement oclauieactiuetf£tfacf)e 

^ Jjftlî q celup eftat fut premièrement en permîtes q par 

la grant amour ql auoient feu allèrent aur 00 rquages et a u r ft 

fers pour aourer noftre feigneur folitait ement * pour uiure en 

ptemplacion .€t au cômencemét eftoit telle tue telle côme ie oi* 

rap.car ceul* ^ermites Cen allèrent au mon taignes et aur criées 

tous Ceul$ et fciuoient au* oefets Des Ijcrbes et Des racines ettoe* 

ftoieut la l>ait e pour plus DeftainDze et mater la cl)ait €t après 

Ce multiplièrent et creurtnten nô"bre : fi q il$ fatTemblerentpluf 

leurs enfemble tant q il$ rômenceren ta tenir rigle et orore et ef= 

leurnif prieurs etabbee: et firent moufliers et oratoires aur oe» 

Cece pour oieu plier et pour foupr lemonoeet faire penitmre* 

et quant au plaifir ce oieu 1(5 furent multiplies et oroo mies en 

cftatûe religion 1I5 allèrent en Diuetfes régions et en oiuerfee 

terres pour prefcljer et enfeigner tfyeologie etlafaincte fopea» 

ttfoUque etpoutcôfonDrepecljfterreurs.efpour pacifier ceuljc 

quieftoient en guerre et Difcozf.éffonfmainrenanteesreligi» 

Ôs étour nous pour garir nos malaotes efpirituelles. Çtpoue 

noua oonner enemple et triute fainctement . €t pour re eft aCTù 

gnec rente aux religions : affin quity ne aient occupation tem* 

porelle oôt leur eQuoe ne le feruice Diuï foit épefct)c . fct fi efleu» 

réf fjumilitcet fttfnefteteetqaerétaumofnesen figne oepitie 

ttt charité. ÛJaigces uiatts/ieunes/affïictids/penitâces pleure 

ptrinôs; oefir /oraifô/obeDièce/pfcïéee /* toutes f es autres telles 

d?o fes font les ridjeffes Du treuw De religid. €t pour a fil* fe tu 



gai 
















(ps>e tôittttir le mcoe. 



Ijffi. 



apmee ccft eftat * tu \kuI$ eftre religieur il re couuiét laiOer ton 
tes rictfeaeé monoaineoetpetfeuerer en bônea oeuuree4f€t fa 
cl)e9 fil* q entre t)ô me et Dieu na ri l?ault Degré q religiô.pouece 
q beneurete oe religion cette [)ow oe rouraige toutes cfjofe0: et 
ne retiét fow q Dieu tant leulemf t. £t pource le plue noble f ou* 
raige q foit reft oe religion . * au coucaige peuron côgnoiftre le 
m auuaie rel i gieur : pour ce qt eft côtr aire a religion plue q nul 

autre home ou monde . €t toutainCi côme la lumière môftre la 
toope/religiô eft crépie oe tout bien .Suffi eft mauuais religieur 
crépie oe to ut mal et De tenebzeo .et eft ooubtàce oe la fop t ?me= 
remet oe erreur et Diffame De faïete eglife.€t pource eft pftnau* 
uaie religieur a mefpnfec q nul autre tjôme oumôoe i Bedgiô 
eftctyofefiamtableq Ijôme laiffetoutfô plaifir môoaïet kepa 
rée/fee enfâe l'es oemere / Ceo poflewone/fa bouléte et fr âct|t U* 
bertepourauoir religiô.Étnôpaoeeo cljofeo oeOufoictesleule 
mer laiffétleo religieur lamoooibuétcftre récluo en tieur foli* 
rairco ten mouftiere oôt U$ nepfféf lamaw.affïqlsaourétet fer 
uéenre feigneur Oieu.<7TDe côuertir lemôoe. Irrrr,— 
" "Énucrtirlemôoeeft aoieffeclce errâe a tope oe falut 
et lee faireeftreptinpâealalop Dcert)nftiéeqcftlop 
^^ .poutable. ëtfacljeoqcncellcoeuureameftiertrow 
ct)o(êe etvoulènte . Defqlleo trois rfjofco nie (èigneur oieu tefu 
rn ft pzomtft lee oeur a (ait pierre, reftaffauoir pouoir et fagefle 
en fignif tâce q fainte eglife ooibt côuertir lee t'oruoiee <1 ÔDaie 
ne ptomift pas la tierce ceftauauoirtooulente: pource que feil 
rontraignoit latooulenre De lôme U Dette uiroit le franctooulo/r 
et te arbitre oe lôme . par la Deflrtirtion ou quel feroit le mente 
éeftruit.fique lôme mitoit point oe mérite pour lebien quilfc 
«•if . et affm que lôme euft mérite en bien f aiCant .po urr e laifla 
Dieu franche tooulente quant ilenct)argaafaincteeglifcafon* 
urr tir le monoe et aoeecer les errane . 0}aint iuift maint farra 
fm font en la feigneurie Des ctyiftiene q nonf poftoc pgnoiffâ, 
ceoelafamctefop catholique :parquopil? fardent que «3 font 
en lerreur ou il font . €t le il en entrent congnoiOance par aOué< 
turc q il? de conuerriOent et feiflent leo autree oeuures q appar 
tiennent a ttyHiïente . €t lee p:clat$ et lee pzlcce qui cette d)oOr 
















Jaïi 



ifhttihmtitltmëitt. 

maintiennent : affin q lee farrafins et les f uift ne fenfupenf en 
autres terres c cuir apment tmeujc lemeur De ce monde q lôneuc 
oe Dieu et faluarion oe leurpzoeljain. €t fi font maint; iuift et 
maït5 farraùns qtjoulozopent bien eûre c baftiens fe il$ auopêt 
Dequopt>iure.03aiep0urceqonleucfoultcequil3ontetonne 
leur Donne cienooonr ilfpuiaent\nuce:pouree nebeulentiis 
eftre ctmftiene. Ceulr q pour cljnftiente font fjdnozcs et pmTes 
du peuple ne cl)aftiét pas ceulr qui font a eulr et font Dr rgôgne 
et Ijontc au baptefmeet ne veulent mieque lee autres ci^iftics 
apent côgnouTance De Dieu et Delà faincte fop catholique 4/115 
ceftcl)ofe mapequelepapeaoettbubs fo;> plufieuce meuniers 
leCquel^ il pourroitenuoier aur terres ou fdt oefteuites leeegli 
fee/etattrrWafineetaceulrqaourcttrlcspDoUeeenpourtoit 
faire toeme De Diuerfee terrea et ce ûiuerCesnatiouepluueure fe 
il toouloit aufql* il fil* môftree et appzenoze nf e language t nf e 
fop fcillruroônaft De quop 1I5 peuÛTcnt toiurc et les maintenir 
.courtoifement/et lee gatDaft De mal et De uillenie . et puis les é» 
uoiaft en leur terre amn ql$ Dônaffent a leurs gée la faincte fop 
catholique/ tlee raiCons par lefquelles elle peut cure fouûriuie/ 
et les autres fops caffees . £t wapemét moult De mefneâs fe cô* 
uctticopent a noftre lop rJpiftiéne fe il? le fauopét / et lefferopéc 
leur lop.tot gens fans lop et q ccopit les pootlea (etopit lestera 
a pmttir et les farrafms auOï. car ia foit ce ql$ apêt log : toutet* 
fois la leffecopét il legieremét pour pzéDze fop catljoliq : poucce 
q lee fagee facrafine entéDe nt bié pat fée naturel q leur lop et* 
f auife * q maJjôinet ne fut mie pzopfpte fi côe n oue auôs c*uuC 
oit oe (a lop rnaïjômet piwueure fais p;cuoee IjSee religieut De» 
firétamoutit pour l?ono;erla faictepalno ûeiefucrift et pour 
fauuer leur^cfiam lefql$ iropèt tooulétîece pfc(?er la parolle De 
Dieu étrelee mefeecâe fe 1I5 lauopét le lâguage / et on lee p boui- 
llir éuoier.OJais il npa q les lâguagee q facét ap:êo:e. fie ceul* 
a q il appactiét tqôt leçli(e en gouucmemét né tyault Dé faire 
appzêûîe lee lâguasee ne De lee enuoier pftljer la fop cbnftienne 
par leure Diuer fee ferrée . aine fôt o«e tenus pour nices ceulr q 
pour multiplier la fop ctjuftiéne metttopét douIï t iets leurs p* 
fdneeetleuregéeenapDe pourfatcteeslitèeHaulcer t pqrir lee 



■ 1 t 



$.111 






r 




















• 




♦ 



I 



tfbe o:ai(bn.tf cômt on Doibf Dteti prier. ilffftL 

terrée que Ice meCrrcarie tiennent . £c touc les feeree qui Cont 
cômune a pzcfebec ettopent otoonnes a allée conuetrir leemef> 
cceaneet ils eurent cueuc oc fouftenitmartire pour lamoutoe 
oieu Ce meftier eftoit/ et il$ Doulopcnt môftrer la berite 1I5 four» 
môteropent la faulfe lop.Car oieu aïoea Derite \ i aine te ?uerta= 
cîô & fangefpâozeen cozpe oôme q meurt pour lamouc oe oieu 
et par peni tancée, et aumofnee / et aff Uctiôe / et per feucrance oc 
fainetecôuer fanon Décroît on lee mefeceane piur Ijozeoeleur 
erreur et eftre cr?riftiêe.€t-pource f il$ eft ce q noue ne faifôe mie 
maîtenâttâtoe,miraclce q autépe oeeapoftree eftopétfaurç. 
£ar la oeuocion eftoit gcctgneurea eduertir lemôoeqellenrft 
aur religieur ou têpe pzefent . <£t les mefeceâe auffiDeulêt auoit 
ratfoe fdoeee oetfue auctoritee:pourre couuiéc môftrer auftwi 
te en liure par raifon fôcee par efrript urepour côucrtir le môa 
et les mefcreâe.leqlliure leur (oit môftreiïqpancelupfoitDai 
eu leur étéoemltin telle manière q oieu foit eôgncu/fci upapme 
cthônoœ. tf ÎDcozaifou/etcômeonooibt oteupziec. tflrjrrri. 
/\ Bail ô eft efleuemét fc couraige oeuot et ptteur en îop 
I feCmouuâtaOKuoupuetOieuoee biéeqfôtcômûea 
\^S cette Die tépozellcff £t fardée fil* q ozaifon eften trow 
maniérée, la pzemiere eft quât la mémoire fereméfce et penfe 
a oieu en lao ura r 4) la ferooe eft quât (a bouche oe lôme loe oieu 
et laoure en (e priât oc parolle/ et en le amât oe cueuc 4/ la tierce 
eft quât lôme tait ozaifon a oieu en faiCât bônee oeuucee en pé= 
fat et apmât oieu et le biê.&i neft mie ctyofe couuenable q rjôme 
oeuure fa bourfye a nômer le nô oe Oieu quât fô cueur pêfe atouti 
te. Car le cueur et (a bouche fe ooibuét wtozôet éféble fe tumt$ 
faire bône ozai(60f€t quât m priée oieu (e tu ee en aucune ptCte 
q te épeierft a faire ta pacte fi faie tô omilô Oe nouuellee péfeee 
* trouue nouuellee raifôe q tu 01 1 al" en ta prière tàt q tu pmflee 
ptt aioze tô couraige a le accozoer aujr parollee q tu oirae. 5F1I5 
au mati quât tu ferae leue/ t tu feraeen le$f ifr pour aourer \ pu 
er oieu fi te a geno ulle oeuât la croijr/ et fap oeuât ta face le ftgne 
oe la faîcte cr oir/t puie regara; la ctoi%: affi q tu apee remëbzâre 
oe la faîcte pa wô ou benotft fil; oe oieu lefucrift : apzee lieue les 
marne Dece le ciel a oieu. étpute par humilité baife la terreen 



1 



M 



<Jbe otfitfon xc cor on ootbt oioi puer kipi. 






tïgnifi ance que De clic ce tienu et a elle ref outneras. £rpuis &* 
lue la rroijc par cette manière. Sloozamuns recette et beneoici 
mue tibiquia pec fane ta crucè" rua ccoeinifti munoa . £t ap«s 
op. parer nofter q es in relisrfanctificetur nomé ruû.2loucniat 
regnû f uû. {Hat uolunt as tua finit in cela et in terra, pane no*. 
ftrû quotiDianû oa nobie Ijooie . €t Dimîrte nobie oebita nraj 
fcicut etnosDimittîmuo oebitonbus noftris. <6t nenos inûu* 
ras in t en ration cm. &cû libéra nos a malo 2lmcn. 21 uc maria 
gratia plena Dominus tecû.beneoiera tu m mulîeribu s et benc 
oictus fructus toent ris tui iefus 2ïmen ; ©aneta maria matrr 
oeiozapzonobis.ëtapîes talue les angel$ cries fains ûe^foire 
€t quant tu airaa ce oit oeuant la croira gtnonv fi te remue en 
autre lieu te il te rft plus rouuenable a faire ta puere .£ac auru* 
ne fois pour la multitude oes gês cft épefthec ozaifb n :t pource 
baten en lieu rouuenaliteet la rap ton oiâUonifpmrxmmmit 
aourc oicu aur oou$e articles oc la fop catfyoliq.apzes aoure ùU 
eu en fes brus ificôme bonté granoeffe/ctermte pouoii fagcûxi 
uerru gloire/ ppIiaemét/iuftice/lac0cCfe/mifeciro?oeil>umilite 
Ccigneuticctpaciccc^t puisfiUOcmâoeaôieufop.amn q tu le 
ccoprs fc tune lentés.Demâoeclperâre :affiu q tu apee fiance en 
luj>/er que il te fecoure en tous fes bcfoing$.£t œmanoc r parité 
affirifu apmes otcu De tout tôrueuc pfaictemét fur toutcseljoi 

(mto pcqata rôc topmefmesen te môoe a fouffric mal tpeinc 
pour lamour De Dieu t oe tes pèches oemâûe a Dieu lumière 02 fa 
grace:afti qlle élumine tô amei * a02eu"e en la toope oc ielucriU et 
q t utoeuilles et facbes éluminer reutr 4 &5t en tenctoes.£>cmaa 
a oieu fozee cotre ^oufônie/lurure/auarire/éuie/ire/parefre/toî 

gueil . îDemâoe actrépâce en tô méger * en tô boiceientô parlée 
en tôbcftic en tô oefptoie en tô amnir t en t ôbeillec<Tfct larnes 
4 trop mieur oault oemâoet a Dieu lest»tus otuuCbictes q teraa 
Dec fate ne Ijôneuc ne aniers ne éfâs ne pouettiôs ne nulles au? 
trescholcs.tarpartellescljofespcutbôeDefcéDzeen efer pou* 

rablemét.OJais par les titus Deûufoictes oa lome en gloire celc 
ftielleq Dure Cas tin. ^ictU^ptiepouctôpttettpowtâmo 
recar De cuir as tu receu rô ettre leql tn ne ooneropes pourtout 
le môoe. pzic pour ta fême t pour tes cfas fe ta les as.fcat grant 



t r f 



g.UU 



















! 



<r 



A 



*&m 



crate fait Oieu a home quàt il lup Dône féme et enfane q fôt fer* 
uiteui* oc Dicu.pne pour td feigneut tctrpcn . car oicu le te cô- 
ne aff in ô il te aïoe ou oeffenoe ou q il te cljaftie amn q tu ne pec 
Des la autre oe oieu . <Et puis fais commune ozaifon.car elle eft 
moult agréable a Dieu £t fi pnele famt efpent pour le fait perc 
cour Ica iwaato et pour les pnneee t pour les religieux et pour 
tout le oeuple ce chnftiente q il leur ooint grâce oe oeffenoie la 
faincte fopeatholiq et q ilslapuiffèt ettaulcet De (a feicte pattiô 
» lefumft laquelle foit »)onno:ee par faincte eglife en eelup mef 
me iicuou il mourut pour tjônozer faincte eglife * le peuple Des 
cbuftieno.Kwte pour les iuifs et forrauns* pour autres meferc* 
ans q Oieu leur ooint lumière oe grâce : fi que il* puitfent eftre 
conuertis ala faincte fop catholique et Oieu leur oomtparfa 
pitiep*ocureursecprefel)eurs dtisjenooctrinéeen uope De fou* 
uement fanopaour oe motf4jfct ne oublie pas enta paece les 
mo*s q font en purgatoire ou 1I3 fouCfréf grieft tourmés pour 
les pèches ql$ ont faut? en cemonoe : affin q les tourmés leurs 
fopent allèges par la grâce Des t>if$ .€t quât les oif 5 Dônét aucu 
tics aumofnes pour lamour De Dieu q pource il leur Demlle aile 
gec leurs peines . €tcn ton ozaifon apts cûpecial faîtou iaicte a 
q tu apte oeuoeion / et prie celup et t)ô note affin q l tapoe enuer s 
Dieu, t ar les tais * (aictes & paraDis tôt apmes et rlner is ce Dieu 
q beult q les r>c5ee œ ce môoe les fyônozét et priét affin q 13 iopit 
oups en leurs prières 41 £il$ aceufe top De tes perlas et Demaoe 
paroon a la mifcr icozoe De Die u.et apzcs rens grâces a Dieu De ce 
que il ta Donne rmxet q il ta Donne tout ce q tu as. et lup rens 
grâces auffi De ce q il ne ra mie fait contrefait t ou meureant/ou 
pierre/ou au cune autre r^ofe moine noble q lettre quil ta Dône. 
€tft tu as rrauaiï et pane pourlèrutr Dieu et pour respectes: 
fi en rens grâces a Dieu.£ar peine et trauail mortifient en lame 
les tnaulr oe ce monoe . £u nés mie fouffifant a retuwe grâces a 
oieu Des biens quil ta Donnes et que il te \xu\t Donner .€ t pour 
ce ooios tu retourner a la ropne ou ciel la gloacufebierge marie 
etaur faine ftparaots m leur priant quil? regracient Dieu De ce 
Dont tu ne le peus re gracirrtfîàtbe t an t que il? font meilleurs 
et plus Dignes q top.oe rit fcïf il$ plus cou uenables a regracier 









</S>êIame et dc fee puflBinm . j Ijcjncpt. 

MeuQuetune0.€tnape3paer)onrefil5oeprieroieu. £arceft 
moult belle choCe bône * tjônozaDle oe pziec oieu.£t quât tu pu 
ras Oieuen leglifc fi ne regacoepae lee Cornes ne lee fémee. fct 
Ci nacouftepae leuee parole : car tu en lecopee empeCclje en t ô* 
omton -€t nt oeinâoe nullee ricbellce.affin q tu ne gettee t)o:s 
oieu oe top . €t appzc ne tât oe latin Ce tu peur que tu entcoee la 
mette Car Ce tu lentée tu en aucae la me déplu© agréable voont 
l u Cerae toudo ur e plue agréable a oieu . fct Ce tu te ennupee oe 
lontfuemeffeiouOelonsCetmô/ouOelonglecuûeoegliCe . Ra- 
diée aueccft pource q tu nae point oe oeuotid.ne ne rdtemplee 
»ae oieu lôsuemét par o:aiCon ou par affliction oe courage, t 
oar eraulcemét oe ton entenoemér a Oieu .et par Couuenâce oeo 
naroUeoOeoieumaint^ommeamemoire tnefcait remêtoer 
et Ci amaint homme uoulenteet ne Ccait apmer. et maint bom 
me a entenoement ef ne Crait en tenoze. JBaio f«3 Ce tu ne Cauop 
ra rememteer entenoze t apmer leo parotlco oe Oieu : tu feropes 
cnnuw et las quant tu ne lee otropee. fil* Ce tu ee trauaille ou 
roucouce ou ttifte en ton courage :Ci te met en ozaiCon. Cac o:ai 
Coiuuoe Cigrant bertu quelle confoztc/côCeillc; tepofe/ euouift 
et nonnoze tout lamine ice.oeCcôfozte.OeCconCeiUctrauaiUe. t 
auile.car ozaiCon cft mopen entre oieu et Ijomme. €t a ozaiCon 
feromoingrienf etacwoent ieuneo.affUctiôe.pleure Coulpire 
cotte nrione humbleeoeftemene/eftroiteoie/et petite maoe me 
«er .pour ce que le contraire oe cee eno Cee empeCcge omiCon. €t 
Ce tu ne peut pleurer ïacl)ee que tu ae oeftaïUement ce aniouc et 
ftcontrition.etCi teamoztift taCenfualite naturelle ceft tafra= 
«riUite como*eHr qui ne te laide pleurer «fpieure f il) et aoure le 
top Ou ciel:car Ce toue lee oannee et lee ùpablee qui fonten efec 
pouopêt pleucec pac bne feule beurc 1I5 feropét t)Oi* oee peinee 
œnrerretairopentgloicepacourable. ^i^^jrz^^ 

(nbeîàmeet oe Cee pmttancee. f / lrrrrur«=p 

We eà fubftance eCpirituelle Oônant f omit acotpe tyi 
main- € t far«K« M* W oieu a ozoonne t crée lame oe 
m m neantauuentreoelafemmeetlacrebleaucomeqeft 

fcigenoa 0>e cozpeoe lômeetoe laféme . 3 la quelle amei tout 
oaneee troie puittacee pncipalee c eftaOauoir meoire/eteoe met 






1 



















e lame et De feo pinflancro. 



imrtt- 



et fcouléte .€* touf ce q lame fait par ces trois puiffanece elle le 
fait par qtre maniérée félon cerjleft contenu en lart ce ttouuer 
tjerite.^t lame oeuure en tme manière quât elle piit cepzefenta 
cionoe aucune cfjofe en la remébzantentenDanteta/>mât:*au 
tremét quât elle la remétoant et no entéoât apmant ou fondât 
£t auf remet quât elle la pwtt en la remédiant en tôpoCant Des 
atre elcrnés DelTufDit} aur remétoemés \ côpofemés De Cesputf 
fancee-ccftauHuotr toegetatiue/fenutiuepmaginat iue/ef raifô 
nable. Car en arbzes tttn rjerbes na poït De ame fêutiue. ta foit 
ee q îU apent ame tocgctatiue.t en bettes mues naçoint De ame 
raifônable ia foit ce q il} apent ame fenfitiue irraifonnable be 
getatiue et motiueû^ais en lame humaine tôt toutes ces puif 
fances oetruCoitcs.£t pource Dit on q lôme participe auec rou- 
tée créatures. £ar il a eftreauecqs les pierres, fciurc auecqs les 
plantes Xe nt it et mouuoir aueeqs les bettes, et entéoze aueeqs 
leo ange ly.'&me Uegetatiue eft le croiCfeméf et (a bit ôôtbiuent 
et croitfent tous arb:es/ et gerbes plantes/ et tous co;ps oebe* 
ttes et De l>ôc s qui ont triepar raifô De nature elemételle. a me 
fenfitiue eft pouoit par le quel les bettes et les opfeaur et les l)Ô 
mes ont cinq fés rojpozel^me çmaginatiue eft le pouoit pa: 
leql tu pmagines toutes rtjofee q tu toculr pmagmer .Sme rai 
fônable eft celle qui a pouoir oe reinébœr/éréDJe/et boutoir rou 
tescljofes.2ïmemotiueeftcelleclalepouoirparleqli)iue"fle0 
bettes et les bornes aD ce quil? Deftrêt t pat quop lôme a ce e\l De 
fire *apme.£t facljes q lame par tpmaginaciô pzét t%ip\t cômû 
De touf ce que les cinq fês coipoiel$ lu/> repzefétét en bopâtioôo 
rât çouftât/et toucl)ât< t le rep/efenre la fârafiea létéDeméc Ut 
lenteDemeïmôtepfus \yau\t aentettD?eDieuet les angel;et 1(9 
rfjofes refeftielles.lafârafteettlacfyamfcequieftaur otteméô 
De la tettepar Deffus le Dettrott du f rôt ou eft Ipmaginafiue allé 
bleequi pzentlevépleDescrjofescozpozellee.Éf ftnoeuure/afâ 
tafie De ce quelle pient et enlumine celle rbambie affin q lenten 
fcetmt puiffe pzenDze ee q Ipmagination !up offre .£t quât ce fe 
i>i feoioe par aucû accicét lozs oeuiét on fâtaftiq * peit on 1er éoe 
me"t et Deuiéf on fol .£ t faciès fil$ q quât lôme meurt: pour tât 
ne meurt pas lame.Éar elleeft imoztelle fi q elle ne peut iamats 






. 






' 






</£>u cojp&tf oe fto D.fêa De nature, j 'ffff&JL 

mourir pour la ï»tu ce Dieu qui la crée nô mortelle .«Et pource q 

la mifer ico*De et la iuftice oiuie felo les oen ureo ce lame la beult 

guecDôner enparaoïsoupuniren éfer . €tpourceen ces trois 

puittances oe&ilbictes.ceitauauoic méoire entéoemét t Doulé 

te /Demeure lotu:par ta quelle on peulr reme'toer er entenoze cl)o 

feocomo:ellesfanepma$mationetfansles feus toipoiei$.£x 

pource fit? ebapent eu erreur \ eu Durte pluueuts Ijdes quât 1I5 

cuiDétpmasineaceclîoledefpiutueUeeleeqUeonepeueteftre 

pmaginees. £ae aîfi coé les peux ontbneoffice t lee ozeillesbne 

autre :amCi Ipmaginatiue office oepmasinet ce qui eft efpiri* 

tuel et comolel .puis Dôr qs q létêoemêt q eft plus tjault en ÏJtu 

que neft Ipmagtnatiô ne peult entéoze ce qui eft De nature îtelle 

cruelle et nôentéûible;trop mains le pourra entéûze limaffina 

tiue tf il* trop foubtilles font pour top les ctjofes Dont le tap 

parle car ta neopao oeaageque tu lespuifles entéoze.a)ais le 

le tebéuil oice ;aft"i n q ta lee cru ces a fauoir l'i que qaât ta fe:as 

De aase tules puittes entéDtt. €t pource fil$ ne cuioe pas quât 

lôme meurt que lame raifonnabie meure auec le cozps . Car elle 

ne meurt pomt:aina fen oaen pataDis ouenenfer. fetô les oeu 

wres q elle aura faictes en te mdDe.CDais la besetatiue féfitiue/ 

et pmaginar iue/meurét auec le cozps: pource q elles fôt Ce la na 

furerortweUeeteo2tûpable.<Ecau iour ou iusemêf quàttoua 

re (Tufcirerôr cljacûe ame recouuroa fd cojps mais loie np aura 
lozoônemét Des trois puiffâcts De lame en telle manière corne 
elles ôt meftiet au téps pzcCtt . Car du iour du iugemét en auat 
hôe ne mêlera ne ne bopta ne set ra auec femme : ne aura coms 
fomipaWe. tf&ucoipe et Des cinq feus De nature. </ Iffffiii. 

Lj^-ii. toms humain t& compote De quatre elemea . ou ql 

1 Hacôpofitiontutfaicteoulunoaoelarerre. «Stpout 

J| a^ rr que les quatre elemcns Dont le cozps roumain eft co 

pofe font co:r ûpables : pour ce eft le coms tnimain «Kcûpable . 

I %i couuiét Dôc q t)ôe mésuue et bopue pour fouftemr le coms. 

et a il beille i oomie pou r attréper la Diuxwoâce t cotranete des 

eternéa4îIecoms a b fés cotpoitl$ q fôt.beo ir/opr/ ooozer i$oa 

fter* toudjer >& par cesb. fés parricipe le coms aur cDofef De ce 
hozs.fâs les qtles il ne fe peut fournir, car la chaleur naturelle 












(j>>u iwpojf De touffe Denatme. 



■ 






fr ffjtffi 



quicftOcDenôlcfC»2p0Oegaftt'toufiour0lumiûiteDuco!p0.<£t 
pour et fe au corps neueno 1 t lm tmoire :Uq cfyofee qui rôt ctt)023 
le corps quât lumiOitefecoif oegaftee le corps feroit mort.gâs 
\jeoir * fâs opr peut rjoebiure €t poutec ftl$ fopes art cèpe en tô 
me get ten tô boice.en ooorec ouoeurs nô corrumpables:car ce 
fontlescliofeeDôtlecozpôpzéttoie.^i^laUeuceftauypeujcpar 
ttiâgle ceftaflauoir ces crjofee oôt Us peujt ceceuét repfentatio' 
pazmpIatrqmeftclec»net.taocefôtceqCe9qtcec(?ofc0:ceftaaa 
uoir leocul /i la crjofetoeue.fi côe lait pu leau.% la clarté ou fouleil 
ou oautte lumière, fâs le© qUee qtte eljofesrjôe ne pwlt ueou . 
€n lair eft fait le iô qui eft en laie fecu Je ql fe forme en tes oitïl 
les par lapoeoe lame q reçoit lépointe ou coup q eft féru en lair 
Car quât lai r eft lene il eft oifeôueniét aujc oreilles et au rerueau 
par fa oiuerfite.ODais par la côuemêceq laïc féru auecqe leaue 
fe fourme le fô oôf leo opes mit en tes oreillee ;t aîfi appréueut 
les enfâs apaclec pour opr t mouuoirla lâgue fe/ô lâvop* qil$ 
opcnt.é t pource lot lee Ijôee fours t muet? pource <jfô ne peuêt 
ouiclauoijcoôtil$ puilfét apprêoze a parler. Oooret fe fourme 
De chaleur 10e moiteur q rôt ou feu t De laictac le feu t lait ont 
nature Je motet laleine en Ijault.la qlle alleine tcaicte/ttee afop 
lair ci pacticipe tétre les cljofee oOoms.£t par telle manie mai 
ne laleine les humeurs a tô nés ce foutes crjolce oôt m fens lee 
ouôeurs . £t felô ce q lair eft plus téblable aux rnimem e. felô cr 
font plue fors les fumeurs • $ar lair pur et net fortifie les im * 
meurs:* lair coirûçu les corcûpt . ôouftec égeore rmioite q eft 
auv noires places q fôt oeffour la lâgucou lesbeines t lee tua 
nés t et lumioite q eft aur ueinesuiét la faueur a tô plaide quât 
elle eft feldla (jlite tes uiâoes.CDais quât lumeur oes toemeeoe 
la(%ueeftoetcôuenât:lo2sles mâoescjfôt ooulceeféblétamc 
res.^toucrjemét met oe nerf q eft en la rfyairtoiue ou eft lôme Ce 
Cible quât il eft toucl)e.ou les nerf? fététpmietemétpar la terre 
en leaue t le feu en laïc fê têt après q quât les féremés (ôt e'féblc 1 1 
maginatiô ne peut eôprcore ne oifeerner qui eft premier ou Def 
nier entre les fentemés oe la terre ou oe leaue et oe lair et Ou feu 
fî)ais pource que (e feu et (aie font oeoens le corps pi us formée 
que la tecre en leaue.pourceeft entenou que par la terre t leaw 







Die wpoKlle ef rfpthïticKe. I]t# j iin 

(en t ptemier em : t le co zpe que il ne fait pat laie et le feu t en rât 
q le cozpe eft De plue $t o Oe matière : Oe rat elti t ptue touchable 
et plue léTitif/maie qutl foit utf. £at amft rôe le feu eftfpece e*e 
eleméo u q tous leeautrraelemée for oeoéeecloe.eteft fclo mô 
apperir naturel par oeffue lair/et lair par oeffue foaue t le eaue 
par oettue la tctce.3mu eft le cozpe côpofe par le cor smL fi* 
la chaleur na tutelle eft plue oeoâe le cçip* q ûu(( ee o*fc 
pzoîmeree oee elemée:«c le tjumioite oetau plue q ii&p 





1 1 







te poùrrope oire oee elemee ;maie bnefog??^ 
poutcequemoulttapaparleroeDieu, u 
E>eoiccoaHweHeefeCpirituelle. [; «ri 
/-- — f3e awpojelle eft actualité parla qlle feï 
^ Icfoieiruellceftapmcroieu ÎSôcqefU 
V itoiecozpozelleiftapmetétceoieu. tatgourapi 
tfttnfcttt oiét lame en oru *px elfe eu^uetoffer to j 
mo:t poucable.fcacr)ee f ils q en cette oie Cot troia— 
fauoir ôopc baOe/ttïope Couuerame* mopene.za 
oie oe perheure.la mopéne eft oie actiuc.la fouueiai 
fépfatiue q eft la plue p:ee oe Dieu* plue louis w pet 
bie ptêplatiue eft plue noble q latte amue. £tt la bai 
lee wcheurô q apmét ceftt vie môoaine pour ql> apetke 6eU 

DuwSaSqua^ 
cbe €r pource fil* sazoe q m neaillee par cefteo ope car elle mat 
ne a oIK £t en la mopéne for ceut; q mamét me actwe.4 en 
KSWlf utwOdl&i* f émee t éfâe labourét * rrauaiUtt 
et tarant lee biée oe ce môoe pat bône * lopalle ortonanee tôt 

Œ lit ■ flSt pccDcoôt il* ont ceftui Cieclc . et lau te.fct «via 

mit qui mainét aCpeeoie par pemtace.»te^teeb«w«mg 
oc pour côtéplec % f et uir Oieu en pleure t ozaifo »ee ^"" [° 
nmon et en poutete en mefpufont ce mono*. €t ceuli auront 













co 

















































— 














1 










— 






















1 








i 










— 












— 








— 














1 






= 




















— 















■ 


~ " 









O 



cn 



co 

CN 



CN 



CN 



CM 



CN 



cn 



cn 

CN 



CN 



O 

CN 



G\ 



[-- 



IP 



- m 



■^T 



m 



— CN 



en 



co 



[^ 



to 



m 



*T 



m 



CN 



U 



cm 



7 



8 



9 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 









WMnm 










tm 



i , a\o ire De iautre (ïede plus et mieulr que ceul r gui bot pat la 
i^^e cw « J ïaitfec les beneuretes ce ce mont pouç auoic 
ÏÏTS tâtDie q tu ce en r e môDe * q tu peur allée pac 
\l S eue S titortM* là baffe te eft plaifâf c i agréable u te 

SSS» tSïSce lo S uemét.€t puis regar oc q quat ftoe *oit 
SSSh^ic quant ileft eoutoucc/ou mfte.ou pa« 
S wquaY il a pafftô ou tcauait ou peine : pat malaûic ou 
SS^7SS.€e fe tu toul* n ce cl)ofee bien cô uoeter tu rcou; 
ESStop mieuli -Do» oe laiope monûaine s que il 

ffiS poutee conc A en f eût baffe We le tépe eft U bacf et la 
fflKe&fàrm fi longue rat elle eft fane fin. en la quelle tome 
ua pat cette baffe pope : pourc e ferae tu fol et mat rjeut eut fe tu 
cflie refte fcopf .<£t fe tu cf(ie la Pope mopenne : û garce e] tu efu 
fee offife on mïftîèc qui foit le plue loing que tu pouttae De la 
' ^vjopr «lai en la baffe\)opeaoffitee ou meftieis plue nobles 

nge q tee aurtee.pource quil5 font plue pzee ce lavoye cô 
riue les pngs q les auttee . et fe tueflie Pie tôtéplatiue fi 
tu» 0:0» q foit plue lomg oe laPic artiue.cac aiu côe en 
riueaofficceftmeftiere qui font plue pis* Delà baffe 
tmge cl tes autres rainfi a la fouucraine po^caautûe 
v rpiuetomgoe la Pïeaftiucqlee auttee. £tfia-cn une 
mef met ctigio aueûs offices c} fôt plue eouucnablee a la Pic cô" 
tfplatitteqlceautfee:*aucûeqfôfpluepcl)aineoela\)ieacti= 
ue . £t fi garce cl tu nelpfire aur iiures tj tout la baffe Pope Défi- 
rable.a>aielenoffrefffâfliuecoemulfipliâfca^eô:patlequel 
U nopecôtêptotiiucttDefivable a tôt emplcr Dieu. 

' r ^elamo?tfo^poîellectDelamo2tefpitituelle. fi IjrrrjEp. 
A 4>tcomo?cllceft0eptcmétcelame+ Dueojpe: tnwteC 
«>^antituclle eft en lame q feDept De Dieu pat pecrje<£tpouc 
te fôt ocur mo:e. £ar en la mott roqwelle fappzocfje lame ptu* 
cùfe Deoicu q femdte en pat aDie quantle tome meut t& en la 
mojrefpirit uelle lame pe cfjet effe fenaefeenc au feu Défec pour 
rftrela tourmêreepCurablcmér.- JDéfefil^ a la moztaffïq tu ne 
fopee o?gueilleujr.€ar la mon mamele coipe a grâtPilefequ& 

■ 



îimifcn 















<ï&e là mort aupozclle * De la mort efpûïf uellt g^ftL 

ellr le fait cftre Dcffoubs (a rrcrcl ait et fjozr ible * puât et l e fait 

mégieraurDcreKftt:epourzeruzemDtize.êiDoieDonrq;fil? 

pcïer * Douter (a mozt t ta fuie affïq tu feruce Dieu plue lôgue* 

met* acquiecee pluegrât mente en temonDe.u (a Dois Doutez 

pour ce q tu ne foie en ql poït elle te pzcoza nequât t côe elle lien 

oza t fi (aie blé cl mourir te côuiét . aie meure cljafcun iour. car 

cljafcû iour f appzoclje De top la mozt. €t lee moze que tu \)op& 

mettre en fre pouz pourrir te Dônéf fignifiâte cj tu rems tel côe 

ii^fôt.aumrôc 1I5 tôt oelaiCfce t oubliée De leure p arée ainfi fe 

râe tu ûelaifle t oublie Des fiée. Çow (ee bîene tcpozch q tu ae 

te toulDza la mozt.* te fera eftremelpzife et oublie oe toutee çîo 

et fera xn\$ tépe q Des biée q tu ae long aultre fera en poUeu'tô 

que te côgnoiftra ne apmera ne plcra pour totale fe tu retour 

nopeeen Die il ne te Doneroir nuep aoucrureûupaia méfier. 

ne De leauea boire et pour ce aimer plufieurela mozt De leure 

parée atTîquil;puiu~ét auoir lapotteûïô De leurebiée tepozel;. 

Dont tu Doie auoir cjcêplc .Car (e tu affébleé DefozOôneméf aftî 

q tô fil? Coittictyappzcetop.tactjes q tuaquicrela mozt De la» 

me.€t fi Defirera ton f 1I3 ta mozt cozpozellc pour auoir tes bief 

tëpozcl;.€t ia (oit q la mozt cozpozelle foit moult toutable tou 

tetïopeeit la mozt De lame trop plue reDoutabte. to la mozt 

rorpotfl/r ne peur ru fwr ne efcfjeuer en ce mon De cp. 03aie la 

moit oe lame peujc tu bien f fcl)euer.£t enlautreciecle nepour- 

rae tu mourir cozpozcllemét et fi ne pourras fouir ne efcqeuee 

la mozt oe lame re tu lae Defecuie. ^____ 

IfTSeppoctitieet De naine gloire. ^fljrjirrbi. 

àinegloircelreleuanon oeeourageen fopattribuanf 

lôneur qui eft Dcu a Dieu tant feulement .£t ppoerifie 

ft faintife * Cemblant De bien faire et apparence De De 

uon on fane oieuapmec et pour aultcp Deceuoic a £t ccur qui 

on f naine gloire fon t aulcunee bo nnee cuuree aff m quit$ f 01c t 

louée et t}onnoteo ou peuple.^n ppoccifie a ûeujr noiee Dont p 

lune on Via en la (ompaiçnie De naine gloize . et par (autre ou 

toa en la rompaigme oe faulcere De tricherie et oe barat. parla 

pzemiere Dope Dont ceur qui ont neûemene b\int$ t leunent et 

meinct afpzc Diecf c-ifane bûbles paroles bôneo * oeuotee t mo 



















ftr c t le plue qu il; peuent quil; fôr bons et tout ce fot il pour ce 
quil; aient boncuc * renômee .€t qui oônen 1 1 oel'pcocn t la?ge 
met et qui font tout ce qurt$ fô"f pour eftre bônozes oe la $ét af 
fin q le monoe pie Oe eut en les louât.£cur ontppomfie entant 
fdeil$ femôtttétbonstfls (ontmauuaie en leurs courage et 
I eues fait* fontplais Oe baine gloire car 1I3 fe oônent gloire oe 
re qui nett mie et font cotre ce pour quop lôme cft crée ceftau> 

uoirpour!ouerOieuetil$beuléfqlalouég:aHfaeujr*nôpas 
a oieu.frafil} tât ôaumofncs et oe Deniers w oe robes et Oc tel 

lesrljofes fôtoôneespour auoir Daine gloire plus q pourla* 
mouroe Dieu et routeffoiselHa louége t la renômee q les ppo 
criées plains De baie gloire ont toft » legieretnét pauce tii ou* 
re moult pou. par la \)ope oe faulcetebonttoufiours ceur qui 
fe môttrét eftre bons affm quil5 puittêt Oeceuoit les ge's. £ac 
fébtëre oe bien lôme lopal et CTpIe eft plus legieremét Oeceu qml 
ne ferotrp fc"blâce oe mal.£t pour ce quen cette bope bout plut* 
ieurs et q a grant peine Ce peut on garoer oe borne fau r ppoert 
te.f>ourtâtnettpascl?ofeleurecroireil)afcûfelô leCcblanf ejl 
môftre-.carapeinefepeuton gaiocroeljomme fault ppocri 
f e.€t fi fôt aulcunes gés qui fôt aulcû bien c ouuertemét * celée 
ment aff m quil$ ne foient moques De ceur qui les oroï .£t ccu* 
pour re quil; ontpaoue oeQte moques Des gés pour oônet etf 
pie De bones euures gatbcs fif$ qml ont aulcunes racines oe p 
poenfie et oe baine gloire pour quop il poêt lemerite c\l$ aïo 
iétCilneuactbainegloireneppoctmc.Carilne fut miecômâ 
Oe a bien faire fecretemêtpouraulf re raufe foze q pour fuir toi 
ne gloire 2ïulrunes gés for q oit et mal oe leur père t oe leur me 
re ou Oaucû aufrreaffrn quôle loue i no mie fon pcre.£t nxont 
pFufieurs bômee plais Oeppocriûe et oc \>aine gloire qui ne le 
cuioétmiecttrepourcequônelesloepoîr etquil Oefùfrfâta 

cftreîoesqiul5necôgnoiCféf leur oeffautes.Étpour ce ftl5 fétu 
Deux eftre çziuc etatoite ooinme plain oe baine gloûe fi lup op 

mal oaulcu bôme.Êarquât tu lup oirao mal Oun aultre il trro 

mêceraaapmer pour cecjlcuioera que tu beuilles bien Oire oe 
lup.ët (e tu beujr eftre \)ap et me(pn Te Odme plain oebainegloi 
re f 1 le repwis oes oeffautes quil fait rôt reoieu mm^-m^« 









\V 


















(fbt tentation arigeliqtie i diabolique 



/-^^réntaeioneftefmouuement par lequel eft certifie Iro 
C tenoeméfëtteraciô^ftarïjaifdnemêtparquoptHent 

V Ala fin * lentécion oonr on Doibt auoir rôgnoitfâce. €t 
facr)es fil* q tentation eft en f rois manieres.ia première tenta 
non angeliqLa feco*De Dpabol Jq La tierce r)umaie ceft aoire Dun 
Itfme.tenfarfdanseliqeft quant langecjDieu fa Ddnete ron« 
faite ^ ru faces bônes oeuuree aff m q tu apes acr?aitd ôe bié f ai 
rc.#i(|quâtrueealatabk*tumésu9oub«0ta0grârappe r 

«flotte rôCeille iten cdfrience q tuapea attrapante* abfti ne ce 
4 font UertusTentacid opaboliq tft q quât le opable q eft matt 
uais angetecôfeillecîfute côïentes * que ru faces peer)e en te 
monftrât acr?aifo De top ereufer p aucune friuole ercufation ou 
aucunef ois te côfeille q tu faces aurnofnes ou auleun aultre bié 
Donrtupzcnnesen foraine gloizeqeft peefabenieUq parce 
Uteputffeamenerapecr)emo*tel.€tccfaitiï quâtiiboit qtu 

es enclin à Daine glotte * ainfp Des aultres perfce €t fe tu fceujç 
fauoir la oiffetéce 4 eft Ctte tentation àgeliq t tenf acion Diabo- 
lique fcacl)es c\ tentation angelique au cômencemêt DÔne tra« 
uail a la nature Du roipe pour ce Aie coms eft plus enclin a mal 
faircq abien*Detà"f lame a plus ce trauail a lui faire faire bô 
«es oeuures.ftfes appœs quâf le rozps eft baincu lois comence 
lame a bien faire pour lacrotOemét oe fa nature car lame oc fa 
nature eft encline Oe bien faire:* pour ce fe refiouift elle ou bien 
qlecozpsfatt. etcelmo^emietemêteftpetetceutlamelc fait 
eftreDiligéttairirin; enicelles trjotesen quoplame trauailter 
le fait pour faire borne oeuuresÉttentacionDpaboliq eft tout 
auconttairercarauctfmeYemét tlkfait (ecoms loieufcmét cô» 
mf cet a bien faire ta la fin fait lame trifte* noléte pourre q elle 
fait cdfrience ou ptctje «m mal fait quât elle fcft côTentue au Dp 
able t} cfr fon ennemi £entaciô fumait eft quât la folle «me eft 
rointe*raroee tfaface aournce*fesbcftemês pares affin qUe 
foit plaifâte t ûrfiree aur bornes * cj on parle oe (a beaute.C t pat 
re8efrntacioneftengeno?ce Daine glolJetaucuncffois bien af= 
fin (Jl pu ilTe faire mal pour ce quil treuueen lui paciccetlopau 
telo?s par fêblablcscliofestenrétles bngs bornes tlcsaultres 
S fclon ce cjl raconte auliureDetentarid. /!!$ Différence eft entre 






















c tonito mamcrco oe mmmOemmt j^rtriu* 

tctarion cotoo?eUeKrpirituelle.rar fcntaciô eftfatcte entame 
% en fce pumâees.celta llauo i r en fd mrmoue * en ion c ntê oemt 

* a fatooulête. €t tentacid eoipotelr ctt faicte aujr b.f ée cozpozcl* 
i£l)ter fïl; grâce ett la gloire q les (jointe gaignet pour reuftet 

* r ôt r citer a maie boulére pc ur ce q t)ô me cft ûc f caille nature. * 
eftpzeftt appareille oe feruuapecbepar fa nature qcCt cozrû* 
pue par pec Ije.Ct par ce ea l)ômc moult fouuêt % legieremét fut 
more» natneu p'tentactd. ^i tecôCeillcfil^ q tâttôe tu pourtae 
tu fupee tes t étaeione opaboliquee * lee temauôe de fémes tfte 
mauuaie l)ôee affin q tu ne rfjapee en lire oe noftreugneur Oteu 

ffcc toutes maniérée oe nourriffemét t eômf ~ — 
V on nourrit* feeenf ans tfl:.. 

CurriflemfteftbicnenfeigniertDOftinerl)ômfenbd 
née meure quât a lame * quât au rome .pournfftmét 
_ Jt trôner tuâoe rôuenable au cozpe p quop il foit plus 
pzeftaloeuuceoc nature:» ainfieôe nature fuit l'on corne qlne 
oefuoie oefon oeuure îlmfi lee enfâeaucomccemét fe panent 
aujtbone ncurriOemcmce ou aux mauuaieou aurbônce tou* 
ftumee ou aujr mauuaifee £t facbeefil} q oeu? manière» fôt oe 
nournlïemét lun au cozpe t lautre a lame Celui q appartint au 
ropzs ea faitaurb.fcne ro?po?eM€ t le nournflement efpiritucl 
cft fait aujr troie puiûlâree oe lame: ccftaHauoir en la mémoire 
lenféoeméf * uouléte £i ooibt toult borne cône tenir fon onfât 
tne le coibr miecrftâger ne le mettre rjozeoéuirôfop luftfc a fit 
41 ïopt a qllee cou ftumee t aqllee meure il facouftume \ en die 
Car par lee cou ftumee r enfeignemée» n our nuance ou co/p* 
fatouùumtt aux uourriflemée oeiame. bicorne par la beue tôt 
poielk entre (eoupe en frntandrbaiufqucealameCtpourct 
ooibt on nourrir fonfil} (agemét * enftignier tuoiri regarfte 
fbofee bôncft eebôt a facouftume a bônee péfece » nom ira mau 

uaifee ne a oeCïrcr beaur beftemée. Car oe re fengeno/e ozgueil t 
enuie tOeff fperâce raultree tel; petbee. Cararouftumer afôen 
fâr uam tee a ouir r lai t ee parollee * tournas cbâfôe t telle» ebo 
(ee ôônet cfmouue met ce luxure t de bénin au remébzi met* a lé 
técemet De (étant par quopil beçaQe (ee biée 4 lui Demeurée oe 
fre parene oont lee amee font empnfô au feu Def pu rgatoireet 







I 






w 




H Côtnc on ootbt nourri 1 fco enfane. 

* 

m enfer parDurablemét €t pour mortifier telDemn font moule 
pzofitableopacollcs oeuotcs.liuree parlas De Dieu* De latnlue 
oecemôce auâtqlcbeninfoitrmiinplteencouftumc .par ooo 
rer fleure KcllctKl)ofc9 eft engéozcc luvurc t cozruptiô-oc lame 
2!iiiiirôccozrupriôoe atrparooozcr Dônerozrupriôau cozpo. 
£t peur f e lenfat ne ootbt mie eCtre nourri en lieu malcttr u * le 
Do i bt on arnuftumer a Dire toente * Ijôncites par o lies * a telles 
rouftumesqnelepuittêteùnouoir a tianitcsne a oerozoônecs 
penfees. 2lu cômécemêt quât on nourri ft lenfât lufq a tât «nul 
a pzinCefozre* chaleur naturelle ne ooibteftre nourri fozstant 
failemc 1 01 lait, car aultrcoiâoe ne luit ftpoir eôuenable pour 
ceqlatljalcuc naturelle ne la poucroit cuire <£t pour ce les en- 
fâs en ftfctpnsneuripUûuDépoftuinea oceeq on leur Ddne 
a mégerp foae car la Diâoc q la chaleur naturelle ne peut cuire 
le rôuer tut et i appoftumes p quopmeurét les enfâs auant qutl 
loi t r empo 4(3 méguflet ne borne r<£ t quât lenf ât eft parereu et 
giât fi q il\>a ioucr ç les tues lozs ne l ui ooibt on pas oôner le 
cbecic au matin f ozs ou pam tât feulemct (U en Demâoe. car p 
attrait ce pattes tames flâs fruit* t autres lecrjeries ne peult te 
taMpzofuetquârilcftféps qlmêgaft£t quât les enfâs mé$uf 
lêtDtâoes Délectables pi 9 que leur nature ne requiert 115 Deuié* 
née friâs lecteur» * gloufds oont ihgaaét appzes la ricrjrlTe ce 
lento parens pour maitenir t fuir leur (erfyerie. ZDins trop f ozs 
oeftruifét la crjaleut naturelle % leiuêoemét * abzegét la \ne De 16 
me *letnn trop agu eft actjoiCô q lômeoublic legieremét quant 
ilooir Dm fott * meneur faulce fozt. Car telles ctjofes bmllenr 
les fumeurs «oettruiierircrrurl *la c/;aleur naturelle.* pour 
re telles cljolcs (ôt nuitiblcs a cnfâa.^e quâr lifât eft tropDc ftu 
lo:o IV gaïte * atteint lacl)aleut uaturelle:carpa2le trauail t les 
mouurt nés q les enfâs fôt en iouâr 1I5 le eCcl)auf et Donc les me 
n 9 m uiscj fôt en la peau paz les quel* la futur pft rjozsDucozps 
pccui petis perf u is par la chaleur Du trauail q les enfâs pzenet 
w oeuvrent lozspft Dote ou cozps la chaleur naturelle qui eft 

rôucrîie en fueur par celui efcrjaufemët ou quel léfâr ne le peult 
refoiDierponreequeiletttropDeftuCarfeilnéfufttropDeftu 

ilpzintaulrun refroiDemét Dont ireur menus pertms fuflenr 



li i 




















4 cômt on ùoibt nourrir ft atfimo. 



-.Iimiini 



reclus €tferoif rôïerueela chaleur naturelle oeufs le «upscôc 
la oerru oigeftiuefeeoitplus ftwtep quoples biâcca q léfât mé 
gueferdrrrop plue Digérées p lerrauuil ql p*ér.£luât on berce 
lêfâr pour ce q plo we *pour lécorniir celui mouucmér itett mie 
naturel nebôains eft cdrraireau ceruet <£r pour ce qonlcincut 
trop pour ce ne peuir tl auoir la t>if poftno q oeuroit auoic ode 
le bercer nuift plus aur enfàs q ïe plou:cr:car ôc ce totem atoeue 
en lareftcnoigne q eftacrjaifô q les rmmeurs moteur en fyault 
Donc le reruclcftplus foibletentoient a lôme mauuaife altinerf 
tnauua i Ces oe'o t mauuais peur. €t lï en eeuiénec les enfâs elgfe 
tculr eferoiles irn plufieursautrrs malades. £t pour ce lésa 
ras q for tôouis t pour mené» for pi 9 Tains q les aulrres. £ac les 
tnauuaifrs Immeure erfeéoérconrreaualaur batfes parriesou 
eo;pe ou elles ne nupfenf pas tant eôme elles feroiétaur l>aul= 
tes <Et facr/esfils q nature eft plus fage a nourrir rnfàsq ncu 
la mere.£f q ce» q nature requiert a nourrir les enfano ou ricl/C 
&ôme t ou poure ljôme.£r pour ce fil? oeuure tes leur * re#s rît 
oes quel* e n fans tu Verras plus faine * plus fozs ou Ces rufjee 
oucee poures€f laeaufecapoureequenarure connecouuuia 

ble neurritureaurenfâeôupourebô'efclôce que mefticc leur 

eft QDes aur enfano oes ru rjes rjômcs elle ne peult côn er a q et 
letoouliftpoiirceqil>fôfrropVefius»ôtiio|3aincgcr*aboirc 

par quopclle ne peut auoie iô operartô. jf tl$ maintes parolles 
apoictes ce r, c un :i flemé t qappairtfnent aiuozpe % moult pi? 
encore en pourrope Dire. ODais oiencioit ic tocuil ùire cl nourrit 
femét ce lame. &acl)esoone fils q quât léfât eft uenu en coiiue* 
nablc aage Io:o lui ooiut on monftrerou uifcigmcr a faire bô ( 
nesoeumest/rs rcmrteercnfr02c*toouloircjé.arainfi ecmele 
co;pe bruit toferoefes mcbzesquât il eft Venu en rttnps et en 
aageamfilamc toeult toftroe fes Vertus quàt lenfât cftuiaagr 
qto&renooibt.£tpoureer>ômeo>cu!tbiê nourrie fonenfât 
ne ooibt tenir en fa inaifon nul borne mal nourri ; eeftaOieeoe 
mauuaife côtenâccttufloluc manière affw q ion cnfâtnepiêne 
mauuais rjrrple en celui bdmemal nourri.pcrjômene ooibt 
point mettre fornfâr en gouuernemétOef)ômemalnourri:car 
il toaulbioit mieur q il le odnaft a Dieu % le meift enacuent ure. 












' 






c à me on ooibt nourrir fro mf mio. 



Hmpt)fà 



aucunes oam te (ont 4 laiffét leurs enfâe a loftel quât dite Dot 
cet)oze : maie ilDaulowit mieur q dits Ice menatttnt aucr elles 
affin qleeenfâenecreuffétnenclarointaurtoe leurs mauuai- 
(ce f tfâbtie res t De leur mauuaie fec uitcur .âppjee f 1I5 tu ooibe 
afoulhunertôenfâtarernéteertentéop Oieutaleren leglife et 
arouttumer fa noulcrea apmer oieu % a>pme r fô père t fa mère 
€t q il ait en me moite q il remette 1 ai t entéoemér cj enrenoe oe 
c taire % \)t rgo igné Ode lafcouléte fyapeoi cet apmclm tu. <£t pour 
ceooibt eftrclenfâtnoucrienccaintetenbôteaenn «jlfoit amp 
ou bieu * ennemp ou mal€t felenfât ne» nout t i en trauail t en 

rtnc tlnapraia paciéce ne noble courage ne foztpquopilpuif 
bain r re fon trauail quât tepe en fetoit.€t Ce lenf ât e& nourri 
a otre mal quâttlorrabié oireilapraenuie t ireq eft perbemoi 
te l.€t Te léfâr cft nourri auerq mauuais tyômee il fuira lee boa 
tfuiura la ropagnieOee mauuaie r)Ôee. €t pour rere tu beuï$ 
bien nourrir tô enfât fi ac ouftume (a mémoire i fô entéoemét a 
nobles cfyofee t Cumit la côpagmt oee borne gés .et fe tu neul} q 
lentéoemét oe ton f 1I3 foit etteue par (ciéce ft lup fap apzébie «ru 
c net De nature €t la (ciéce Diurne ccft pbtfo$opljie t tr>eologie.% 
(etutoculsqtoncnfât ait l)anlt entéoemét * tubtil a entende 
CubtiUemét fi lui mou ûte ffapapzéozc lart oe trouuer Mérite et 
OitfinitiÔ * ot que&iô.&fetutjeultqtôcnfâtapmebitn Diru 
û lui dp apzéoze la tente €f la berite nu mdoe t la gcâoeOê bô* 
te éternité :po uuoit .fageû* amour * lee autree \jettue oe oieu. 

</Dumouuemétoetapfon fflOTiF^ 1 

Cuuemtnt tapfômble eftpenfer meur oe bne ebofea 

autre ,€f ft eùmouuement ra£(bnnaf>le appétit oe (a 
^^.m '-^-fticrmonoe "~ 




15 que tout ainfi côt ton cozpe peulf mouuoir ree maie 
\ ree autres méfceeainft ron ame peult meuuoir tee cogifaci* 
oneounefftofeaautre.ee mouuemétoequopietepleamoult 
Diuccernouuemene.rarlaraemoire parce mouuemétfemeut 
oe rementoer a oublier * oe oublier a remétoer . €t lentenoemét 
fe meut oent étwc %cdgnoift« ta mefedgnoiftre t cdgnoiftré.er 
la uoulente fe meut oarmer t tfait ♦ oe Ijair * apmer<flFïl$ en ce 
mouuement rapfonnable font oeurenrérione. €t (e tu feaie la 










1 


























<jëm ttumiiemcnf oc ration 



1JWW 



nature ce la ptopntte oee Deur enf enftôo tu feairae moût De rljo 

fee.£t fe tu le fi aie bié otoôncr a topmciunee tu en airae moult 

0t toertue. La première eutcrio eftlà rauCefinablt Deroureectjo 

fee.€t la cljofc faùfeeft la i'ecôDecnféf îô.ii q la caulc pour quop 

aucune trjofecftfairte relie raufeelr De la première entcnrion.ee 

la ct)o le q ainft eft faute par aucune caufe relie cl?oVe eft ùc laCccô" 

0eentê"cion.£tfclonceqUefeng30e8cce for plue noblee qit* 

autres re&aflauoir leo rljofee fmablee pour quop lee rl)oCc9 tôt 

fairtee.pource toeult Dieu q la pmiereentéaon (e caioingneaur 

plue noblee oegree.fi roe auv arfwce font lee fruits ce la ptntere 

entenrion:tDe la fecôDe rntenrtô fontlee fcutllee qpfôt pourct 

q Ire fruta ; ce la pmiere ent êcion putlTe n t mieux t plue tournas 

blemft mouric.fctpourre q lee trmrç fôt meilleure par nature 

q ne font les fruilleeipotirrc fontlee fuicrj De la première mi* 

non i lee fe ullee (a ftcô"oe.£r pour rrq Cornera plue noble il>o 

fe que ne font lee atoce ne lee beftee ne lee aultree rljofre q font 

fairreetortôneeepourljôme. pourre qDicuatiouluq J?d~me 

foit De la pacmure rntrncion * lee cljotce 4 ne font mu u noblee 

forêt De la fecôcetntfcion.^tpourceq Dieu eft plue noble ct)ofe 

queneft fyeme ne nulleaultre créature, pourte nrulr Dieu q \Ô* 

me ait la pîrmurcenténôenlmrôgnoifttea^merferuir *r)on« 

«o:er. & la ferôôe rntericfi auji aurrre ttjofce. Cm pimcttnnt 

* auât touitc oruure Dotbe tu apmer Dieu fue toutee rfyofee. €t 
ap pe pour lame ur De lui Doiue tu apmert outre lee autece eno 
feedetuaeDonciapzcmierecntêciôaDieutuleapmeraeplue 
pour ce q! cft bon q pour re q il ta rrre nr poui (cql te cône çloi 
te£t fail;refi!3 cj putyiQafnierparla pmiere entend leecho 
fee cj tu Ccifce aimer. pat la fecôce entrncion. €t apmer par la 
ferôoe r nrrrinon lee ct)ofce qtuuoibe apmer par la pmiere en* 

tenoô.€t pour ce pechét lee gommée cotre Diru quân/?aorenr 
DieuparlafecôDeentéaoncutl^apméteurnirfmeôpar (a pze* 
mitre. le premier m ouurmctcft moquât fawrefi nuue pactes 
puiûareea pcnlrr en aucune lionne iljok ou mauuaife De pmie 
leicufccfouDauumenf auant nulle ronfiDccacicn ce faire ou 
Ccleffer €t le frrona mouuemrntrft quant lame pzent confite 
raciontnfopoe faire ou faiCfirr que elle apra penfee Du pmitc 









d£>e couftume, 



.€. 



■ 

mouuemét€t pour ce eft Différence entre pec f?r mortel * pecfoe 
ïïmiel.ear le pmier mouuemét neft mieen liberté oe rauo mm 
auVffôo mouuemét a Dôme liberté % fracte fcoulete oe côfctmt 
au pimer mouuement Dont le mente ou la eoulpe ett au fecono 
mouuemét.cac en celui mouuemét cft platfante la odioecacio 
oe lafcoulentearonfétu ounô côCentiralapenfce ou premier 
mouuemenf.Û?ai0OumouuementtO2p«eltapapaacclequcl 
rftenquatrcmanieteooontlap^mieceeftentroiemouuemes 

lun cft mouuemét ccee routier 4 cft le mouuemét ou ricUait- 
tte eft le mouuemét q le feu t lair font contre mot et le ticre cft 
â lamre Ueaufont côtreVïal.La fecooe manière oe mouuemét 

eft en rroie manieres.lûne eft mouuemét Duns lieu en aultre . 
U Te"ôoe ft le mouuemét q le» elcmé» fot aur ebofea q croiftr . 
"à le meuuét oe méoie quinte en grigneure ♦ oe nô ctoce a rttte 
Letier» eft le mouuemét q le» elemée font en croup les f ont* 
tne» nar urcllea * en le» t our nanf ordre a no eftte. la tierce ma 
ntereoeomouuemée eft au* cinq Pecupotrl* ootlunmouue* 
métaeft\»eoiclautreaouir/lautreaoo32erilautreasouûer.et 

«oui ce fôt rîqmouue mée oiuc» leeYmg* oe» aume.ÉIner Wj 
tetuawne» feienteefiëclner ecftuict)apitrc être le» -autre» (pa- 
nier* oe ceftui Ittirr car me ut eft enluminée Urne quat elle lait 
«loir rôgnoittaee oe» mouueméô oeftufô t Dceenrenciô» pour 
côsnoiftrc /apmer iftruir >cr IjonnoKr oieu sUmrur. 

i\ ï>c couftume et côe on ooit acouftu* 

at[ m cr enf an» a bonne» oeuure» • 
ouùume eft toielle lop ancienne q eftereance en feblanr 
uircbofeoagreaWc» . €f pour ce q bonne» couitmne& 
able»Kfliiablc».taifi p ce q ftômea liberté oeurebon= 
ne* couftume» ou mauuai(e»pour ce fil? facrje» q fe tu eflia bô 
ne» couftume» tu fera» le gre oe ton amc *ar bône» couftume» 
fôt agréable» a lame pour ce q entre bône» couftume» et côtciê 
ce eft taicte pair et tôrottâce . et mauuaife»rouftumc»fôt con» 
traire» acôfnence . SDai» pour ce q leeozp» naturel cft co*rûpu 
nar pèche pour te (atotoe il mieur et plu» f oft a mauuaile» cou 
mimeeq abonne» .etpource aiôme greigneur mente quar 
il côtratt le ro?p» a bône» t ouftume»£il$ celui eft rage maanat 

I) .un. 


















ôme on Doit acouftumcr mfâe a b onco oemitm 






qui^apar Oturcfc0tfrre0paiïr0 , àignierrîfl)e(re3 . Q)ai9plu3 
fage marchât tetopc* fe par oiuecièo i ces alloues * etipfo m le 
bône© couftume© q tu ttouwope& en chacune De uelle© tews 
£t napme mie couftumes jincié nés pour annénete plu© q nou -- 
uelle© ne led nouuelles pour leur nouueUetc plus q le? ânrne 
93 ai© apme lee coutumes en telle man me q ru punies cfiue (a 
meilleure* efcljeuec lapùepeanciéne© couftuines ne rôt bône* 
pour leur anrtc'ncte, car fe ellce ettoict bônes pour leur ancien* 
neteal (en fuiuroir q les oeuurce ou opable qtôr tât puerfes en 
malfaiCârfuricf bône0.€tCc lesnouuellee couftume© eftoienc 
toutes mauuaife©Je cômécemét en fecottmauuaiô£il$ apesen 
couftume De faire aumofne© aff in q ue p ce tu apeo efperàee a la 
mtferieozoe De Dieu, t tacouftunie De faire ozaifon aftin q p ce tu 
oeurcslaglotreeelleftieUe.ét apesen oefpit ceftui monoc.Çt 
ap*é couftume oauoir ta eôlblatiô en Dieu t De le mercier ttspci 
nés \ t rauaur q l te Dône pou: tes peclps €t ra couftuniea auoie 
rôgnoiffâce en tô courage fi q tu «De© grâce© a Dieu Des biens 
^taDôneôtqtuasenpoffeuïonfâs ttauaiU fans peine . €t a 
côftume tô co2p0 a trauatllier affin q tu apes (ate * q tu ne (oies 
pareueuiuc pefâr.Étacouftume ta mémoire a reméfrer aftin 
q tu noublics oieu.t acouftume tô entéoemét nentéote aftm 4 
home ne te oecopue.£t acouftume ra voulétea apmec oieu afft 
q tu (opes accable a ûteut apes obcbiére en ton courage t jjutli 
te aff i q tu ne (opes ozgu ilteur :t tacouftume a te côf ctter (ouuét 
affm q tu noubfieo tes pulpe . Spes attempanec aftïn q tu ne 
fope© glout/i apes fo*ce aftm.q in ne (opes baieu.ape© abftinêre 
i Demâûe (ouuét tôfcil t tarouftume a auoir rôtciciô aftm q tu 
tacouftumes ixploutet teepectjes. & (e tuoeulj: auoir ijacoief 
fe ou noble courage acouftume top à parler oeuât nobles gens 
et (e tu te beuljc appœclnêt De bô© Cornes fi apme leurs couQu 
mes /Hpes fermeté en tô courage aftin q tu ne te repères . tapes 
menue t atttépâcc aftin q tu ne fopes poure. Befratg ta lâgue 
aftin q tu ne fopes repnns €febute aftin q entéoe0.tene ce q len 
te baille en gai De aff î q (opes loial:» referue taboulcte afti q tu 
ne fopes fouDain * te fomuégne ce ta mozt aftin q tu ne fopes oz 
guilleur.Spe© bectu en ta boucljc aftin qtu napee ijonte £t 
















<fë&o quatre rie mené* »P ô«5 «jci 



apmecrjaftete 



ru 



- r , flH» q to ne fopea o:f.2Tpmf rrafnrc afftnmu _ 

apes pair. 2fpme baroemétaffm qfopea pawjt maillât (fêhm 
f il$ moult Oc bonnea rouftumcî fôt que tu peujr auoir fe tubcur 
Jra quelles te fmurdt fétu lea as en f ee befowg* * ne te pourrdt 
ettrc toulluee neembleea t iufqata mon feront aurrq top t- rep 
tenteront ton aine a Dieu. 

_ (fibesclemes 1 oea quatre copierions. dCU 

£ ^emena font pzopiceo aur compoi itions oea natures 

f Jcomozelles.fctfacbeafil} queelemétcft nature rozpo* 

V^ airelle côuenable a la miftion Des cbofea fcnfiblea t ço:rû 
pables. Cf>icr f 1I3 1I3 fdt quatre elemés .ceftattaiioir le feu.lair. 
leaue t la ferre. £t oe tes quatre clemcs rdpofes enfemble eft le 
rien cozpe itout req tu boi9*mégue9tfoucl>ce*ooo?e9%fèa* 
tout ce q tea peur bopér par oefiuw la lune tout eft eompofe Dca 
quatre tltmcne. le feu eft par oelTua lair. lai t par oetius leaue. 
leaue par oeffua (a terre.» le feu * lair lot le gier9:ct kaue ♦ la ter 

re fôt pefâ9.£t pouree le fcutlair fe mcuuét cotre mont, t leaue 
» la terre Ce meuuét contre t>al.€t front le feu % leaue action De- 
fus lair t la terre. t le feu * lair font cô traire 9 a leaue t a la terre 
Pour ce q le feu eft ctjaut t leaue eft ftoioe t lair eft moifte » la ter 
re eft f eirbe.Ie feu eft fimple en tât que il eft cfyaut t leaue eft fim 
pie en tant que elle eft froioe * lair eft fimple en tât comme il eft 
moiQi t la f ce eftumple en tât côe eft fcicbc.ét facbea f 1I3 Â ûm 
pie toault autât a Dire ede ct>oCe c\ eft en fa p*op:e nature fâs cd * 
poftttô oenulleaultte.€tcôpofttiô\)auitautâta Dire côe au?» 
blee oe plufieura cbofe9 meflee9 enlébie en tone cbofcCôpoficid 
eft faicteen Oeur manirrea.Ia p:emiere eft bngelemét aaulrre 
ficôe le feu eft feic par la terre* lair eft cfjauf par le feu t leaue eft 
moifte par lair £t la terre eft froioe par leaue. La fecôoe manie 
re eft quât tous les quatre eleméa fôr attéblcs en tmg coma e|e* 
métel ft côe en ton coma * en tous les autres.Lapiemierc corné 
re ce genreacion *la feconoe oe «wruptiô pouree qenla pzemie 
re fe côcozoét lea elemés oe oeur enf ier9. €t la (econbe le tôcçzi* 
oe oeurenoeur.lefeuefcbauft lair * lairpaOêvefcbaufc Jeaue 
tufqueaalatcrrc:caclair Donne a leaue burmWteeubaittire ou 

feu oont leaue eft efebaufee. €t leaue refroioe la terre la queue 

h u 









A 




1 
















n> <J£* ô quaftw romplepono* 1> 



et 



tef toioe te feu p la fcrfjercOe 4 eft tef coi Mette leaue. £t la moe* 
fteutqteaue reçoit Oe la terre oônefec greffe alair. £t par cee 
quatre opérations q fe côcozoent % contrarient cômc oetuie eft 
Dit fe Departét taftëblent en tmg corne * leeelemée fe oeparf enc 
Dautre.Car chacun élément oouozoïteftrefimple par topmef* 
mes . €t pource encercle crjafcun élément corne il puiflc auoic 
tafimpluiteenfopmcfmesfaneauou: cotnpofieionoe aultrc. 
îpee quatre elcmene DetccnDent quatre fumeurs, eeGaffauoic 
colle fang.fleume t melécolie.Ia colle eft feicrje teft ou feu îe fâg 
eftmoifteHfyauttcftDelair.lefleumc eft froittmoiftet cftoe 
leaue.£t la melécolie eft fr oi oc t fectje.fct pour ce eft elle oe la na 
rureoela rcrre.€n cee quatre elemene font a(ugms quatre oe= 
grée félon lee ptnlo^opfyee pource que lee compterions Détone 
fozte lot plus fottee que oc tmeauueft q félon lee oegceô font 
faictce leeeoncoîoancee Dee elcmene lun a /autre pourguenr 
Deemalaôiee.t£t facile nl$ que leeelemée ne tant pas biQblee 
ta fotr ce quittant De nature cozponUca pource noue Donnent 
il} fignifiâce que Dieu eft . iafoir ce quilf oit imuûble. car ainfi 
comme noue toopone * rôgnoiuone que aucune crjofe qui eft ce 
nature cotpozelc efttnuiftble ainfi Deuone noue entenozetron 
gnoiftrc que aucune cr?ofc eft inuifible qui neft pae oe nature m 
pozclle. àfëk oeftinee t aoue ntutect cômc on ne feooior. 
^_^ % fier en oeftinee ne aouenture. $ Giât* 

>^\ éftinee eft naturelle ozoônance ûee dpCee ôiuane p la 
1 I plaifâce De Dieu.fct aDuentureeft r r?o le qui eft oeftinee t 
/V_^ aouiéttanequonpaitpointfapéfee.étfieftaouéture 
/ quât aucune cfyofeaDuient qui onqués ne fut penfce.€tfacr)ce 
f 1I5 q Dieu a Donne lee oou?e fignee du ciel t lee frpt planetee t 
leuraoonepouoir* feigneunefueleecozpetetrtcne fi qu?fê* 
Ion (a nature t la pzopaete oce cozpe releftiel; fjôrne eft (ubimo 
*luieftDeftine combien ilDoibt Diurecozpozellementtaquel 
meftter ou a quelleofficeil femetrraen fa oie* ooncluibcorôt 
tnieulxfeebefoignee.énafoitccq lee rome celeftiel* apent Do 
minaciôtfeûjneuriefue(eco?p6 roumain De lôme touteffope 
ne (ont tl point oetfue lame ne ocfliie (a frant l?e touknte De io« 
meDontilaDuientlouuentquecequicft Deftinea tomme felô 



\ 



1 



4f&e ocftinee et aDttctiftirr 



ciu 



la natme Du cozps cetcûiel ne lup aDuiét mieaina aulcuneffopo 
aûuié t a Ijome le rontcaice De ce qui lup eft Deftme (de la Difpofi 
lion oeecomseeleftiels par acciDent. erpailalibecre oe franc 
Vouloir et pac oifcrecion.ët ne cuiDr tnie fiUcj ê Dieu foit nulle 
contrariété pour ce que (il fait a uruneffope a i?ômc le commue 
ôe ce qui lup eft e>e(rine.£ar oicuxhc en t)dmc oe mftite et oe mi 
fer uo;oe.<fcr pour ceainfi comme lame qui eft: créature peut o»C 
uoper le cotpe De ce qui lup eft ôeftine pour ce quelle tofc oe frac 
tooutopr . |] 2lufti peut mieux : Dieu oefuoper la nature que le 
corne oomme reçoit Du cozpe ceteftiel.cac Dieuufe De fee toertus 
en nomme/Lee arb.'ee et (es bernes fument cela que le co;pe ce 
leftiel leur Donne telon ce quil eft o;oone .£t quât lomme coup 
peliearb.'eeleeljcrbee .et leeaultres corne terciene. toze leur 
i oui t il ce qui leur eft oeftme.fct puis Dde que Ijom me a pouoi i 
De tollir aiu ro/po ht riene ce qui leur eft octtme.£u peur fa = 
uoir que oieu a moulrptue De pouoi* fur le cozpermmaîn De lo 
meetfurtoueaulcceeiomequenalommeuir leeco;pe terri * 
ene.BDuenture nient aucuneff ope par aDuentuce aulu côme 
fi? Doie entmc main ou quant aulcun nafquift côttefait ou bof 
fu et telles auieree.aDuenturee.^taucuneff ope ttouuent les 
gens oauenture aucune crwle quil; ne cuioent point trouuer . 
&âucunei(op9 ont lee gène oauenture cequil oefirêt fanep 
mettre peine ne pcnCce et pour ce fil$ ne te fuomet ooncqe mie 
aaûuétureneoettinee .maie entée toufioure lepouoir oe Dieu 
cttofcDeraiConentoutcequetuferae.CarJjommcqmfefiecn 
Deftineemefpiife lepouoir De Dieu, fa iuftite et fa miiencozDe . 

€tceur qui te fient en aouenrure font fane tageffe et fane Dif« 
ireciôcar 1I3 ne trient ne netiennent point oe ration qui eft (a 
lumière pat laquelle lentenoementtoeoitetconimoilr tout ce 

que jjomme Doit faire affin quilfoit aozeee afaire toutee bon 
neeeuuree rtquilneerjapecnliceDeDieu. i^^^^^i^ritii 

Il ibeantecnft et commeii monfteraaujlieu ou J no = 
" ftre feigneur lefucrift receut mozt . 41 Ciîto 

'/Uectift fera rjomme eljarnelenuope mte monoe en 
fêblance De tefutrift p la bouléte t ozoônâce du Dpable 
Éar aifi côe le pece celettiel éuopa fô* 1U3 au môoe pou 




; 









1 E E 1 1 1 1 1 1 

























7 



8 



9 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 













^ g* la ucmie De lanfrcrift 



i (. uî. 



. * , 



rcftawer le peuple qui eaoifperou ainfilcDpable quieft plai 
oc toute malice fera tout ion pouoir et enuoira fon mettagter 
rcftaOauoir lanrecriftpour peruerfir t oeftruire le peuple que 
iefucrifrareftaurr.£r napftra lantecnit De femme en bxbilonz 
fi que quant il fera oe laage que iefueri ft eftoit quant il comme 
ta a p?e(rljcr lo/0 pzeftfyeta il pat autant oe tempo qut utuciift 
pzeft b><£ t fera miraclee autrement et promettra grane Dotw 
et Donnera oeebienetetmKwet} aur genetant comme il$boul< 
Dîont fil le oeulenr Croire et aozeref montera au temple en t>ir 
rufalem rt Dira quil fera biru.et menacera De graut* menacée 
et tourmentera oe granrçtourmene roue reur qui neooulotft 
croirealup neobelr a ree commanDemée £tiera grant* argu? 
mena foncée fur foztee raifone pour quop il fcmblcraaplufb 
euro qui loir a touteoéute €t pour cecouienozail auoir ocuaci 
on tenante affm quon ne ùoubte lantcmO ne fcsmrnacee.fct 
que tjcmme faclp f orteeraifone faire a Démontrer vérité ron< 
teelee raifoneoclanteceift. $il$ tu peur bien peler que plut 
ieure ge ne le Oiiuront et rroiront en lup pour ce quil fera mira 
clee.car Deele tempe peefent font pluueure en grant erreur ia 
foit ce quil} naient pae tant De biene tempo:el$ comme tl$fcou 
ozopent bien auoir et fane cttre amonneftee par miraclee ne p 
menaflee ne par aulcunee Demon&racione ne oemonûratjuee 
raife ne Donc il appert que pludeure feront lo» beceue oe lan? 
tecrift€t lup obéiront quat Uteta et Dira toutes tee cljofee aeî 
fulbictee,Durcmcntetafp:cmentpour leegcttez bo»De lafop 

rpiane loze fe têo:ail é rnrlm t pze&bera cotre Dieu t côf re la fop 

trimane en \ine place oeuant le peuplent la benôrontenocb * 

belle qui lecontreDiront et lup feront rebellée en f ce Dict; et en 

lire faulcee raifone . pour quop il lee f tr atuer et occire en la pla 

re oeuant tout le peuple qui fera laaffemble. €t lo» nomtei- 

gneut u fucr ift qui ne oouloza plue f ouffrir ne enourer là tnau 

uaitie et la malice De lautecrift . aoonc loccira ocuât tout le peu 
ple.fiquenccluplieum^mce^uiefucrilîfouafritmorttpaui* 

on en teluplim mourra lantecnftÉfper o*a tout fon pouoir a 
ftmôQ rer * manifettee tozoonnâce* le pouoir De cieu . v**v^ 
fct* oii.aagee ou môoe t oee jco ugnee oe la fî ou môoe. r .tilt. 



. 






* 









K&eofepeaageotfûœqi 



ê * • / 



C.tttl. 






%e cft temps i cfpaCTf et meftire oetoie aur cho fes mit 
ables par leurs toiee. m fut le premier aage De aoâ iuf 

v. *. ^ UC9ano ^a«q««laagtramofriftabe(fonfrere etfu 
sent les oeuxpjemiers fiï$ aoam.ét en celup tempe furent sis 
qui moult fiiiuopem les oelirt? oe la clyaic et ou monoe *bluop 
enr longuement et mefrongnoiOoicnt Dieu, et pour ce enuopa 
dieu le Déluge aff.n q le môoe futt renouuele en peuple» bdnes 
ges .le feroço *ige fut œ noe iuCCB a abraf>l€ t f utnoe fait hô 
me h q p fa ûunctete le apma Dieu et lup rômanoa qui! feift Une 
graoe arche crft une nef gr✠rtofe oeuus et Deûoub* fo*a Sne 
feneftre €t ql meift en celle arrive fa f i me et fes trois fil? * leurs 
ternes t De i IjaOrune manière oe beftes t oopfeaulr il pitteiftbne 
|tf ire.cetauauoir malle t femelle affî q le monoe en ftift app*s 
peuple quifuf peroup leoeluge,£f quâtnoett foutes ceôgès 
peut DeDes lare l>e lo;s enuopa Dieu tant oe plupe et ocaue que 
lamerfourmontala rerreefiesgrcigneuresmdtaignes Dont 
tout le mçnoefutnope ftws feuletnêt reur qui eftWt en lare ne 
Ctappjs quatnoe W q laplupe cftoît ceffee et q lescaues oeP 
joilWpet lozs enuopa illc corbeau pour fâuoirfil trouuerort 
tcrrcleune .mais ceiup coœeau ne retourna point t pour re en 

ïffiî i« S m - qui retourna t apporta Une rame ooliue en 
fon bec en f ignif lace q leaue cftoît abaiuee * q la terre apparaif 
%L£l°J£ ^wenoitnoeDelarcbeet ceujr qui auerques luptf 
EL JÏJ Ce monoe eft peuple Car touslrsaagee mou« 

^iî« l ^L elusc l0î9f i cuccntet wwtftplwiccnt les gens 
par le mon oe oc reur qui puïrent oe lar c ïfe et puis fe Doubterêt 

que aultre f ops ne retournai* le Déluge, et pour re f iren t il* vue 
tout en babilone.rr la bouflurent fi faut I?au0er quih fepeuf* 
frntfauuer Deoens fe le Déluge tetoumoit eiuox me aultre fo 
ps.CDais auanr que la tour f uft ft faute comme itooutopent la 
Diuinepwuioenfeoonnaa reur qui faifoient la tour Diuecfes 
manières oelenguages. en telle manière que lung nentenooit 

pointlaurreparquopiljnepeurétonrquespuisouuterneriê 
fane en la tour .et loisrommenca la Diuer (ite Des lenguages à 

mamtenantfontpacroutlemonoe.<i letiersaagt furoea* 
toaljam iiifques a mopfe fi euft abmtjam gran t rongnoiOance 







* 
















I 



/ / / r 



0>t$ fept aagee et m* qmme figneo. ) c. wl_ 

oeoteueteut ung ftl$quifutudme|Haaf k quel'l (utoapar ïc 
commandement oe Dieu occirepourfairefaerificeaDieuÉn fi 
gmfiante q noftre feigneur iefucnftfutrn la croie mozt pour 
rachetée lumai lignage oe la mott oenfet auffi comme le mou? 
ton fut Unie a mort pour racheter piaac Delà mort fomozclle. 
«Et en eelup aage furent pluueuce moprjetee vfcorçe Uçnieù ta 
ifrabel .€t plulïeure bôe pttuDcôtjômce furent ermlup aage. 
qui aimoient Dieu vatféoopent lasueneme" t oe noftre le\$\uut 
Dieuiefuaiftle quart aagefutoemopCeiufqueeaoauiDt fut 

mopfe prophète et laint borne ci parlaaDituqui lup Donna la 
Vieille lop au mont oe Cpnap.ct fi fut mopCt eclup q ofta le peut 
Die DïCrabel hoze De la terre ocgipte.et Du poucit Du roppljatt 
on.carquantlaoettnDeDieutîtenlupilfetitlametDuneuez 

geDOntlamerfepartitetfiftfeopeamopfeaucctoutlepeuple 
etpallerent oulteea pie fecq. £t quant mopfcet tout fon peu 
pic fut paifc ta mer fe recloit fi que le top pharaon et routée fee 
geno qui Cuiuopent le peuple Ditraiyi pour (eur fîM^/e .furent 
touo nopee et mort? .<£t le quint aage fut oc DauiD iufquee a là 
tranCmigiaetort ae babilone . €t tut DamD top moult (âge qm 
rrouua moult oe ïftrumenealonet Dieu et agtanDit tonnent 
le feruice De «ottre feigneur .et daftift * oîôonna le temple fi c(k 
Calmon appzee le fift fairela ou Die* fut aort €t fi fift lepfaulti 
er * plufieure aultree b*cne€t appwe oanio fut falomô lo fît* 
oui fut lej)lue fege Ijdmcqm onequee fut iuf quee a relui aagt 
et fiftcDifiecletcmpleDeDieuenrncrufalê^emoutt nobleeoù 

f ice et fonefia et aftïft lawtei De rnetulftkm * fift autti pluueuw 
aultree nobkecbotee €tenceiupaage furent plufieure rope 
iuiftQuifirentplufieurebatatfieetciirenrwctonefurleemei 

creane e'nemie eu peupte oifratyUe frçlcme aage fut oelattaf 
migration oe babilone iufquee aiefactift lefil^oe Dieu .au ql 
aage per Dirent te* iuif$ Kueiegm Ciqut il? ncutet oncô> puis 
top.êtéccmptépôfut nabugoDeno$o:roppapcn moult guif 
fat et mouUoîguilleurleqlentrap fozteoarmeeen tjïerlm et 
aftr uit le téple p fo petite p quop Dieu le pugnit c telle maniue 
quille fift toiute pat Icfpaffe De fepf arre en guife De btftc mue » 
fi quil faifoit toutee cljoCee tomme \>n* beftt mue Dutant le» 






* 












•• tf,) <fë>tomqt*mk\\to office*. 






" ■ ■ ;■ CD. _ 

feptâno.tcfepficfmfaagecaoeicfurdaiufq^alafinoumôa 
auquctaa^enoftrffciçneucoicupzintrljauiyumainc*/l*cïu^ 
fritpaffion* mozt.£t puis refufnta au tiers lounet en cettup 
a âge furent lesapoftccsctlcsaultees qui font et feront iufq? 
a la Un ou môDe (£Le ftuf rief me aage et le oefrcmcr fera app:es 
(a fin DutnonDeïe quel aage Durera fana fin auquel àagetous 
lesbômeserlcsfémeôquion 5 furent et qui font et ferôt ta; 
les bons q les mauuais Cccotrefufrites \ !ugicû.£t lo:s aurot 
les beneures gloire fans fi et lee mauuais aurôt les gnef$ tour 
mens ocnferpatOurablement.£>aisauant tel* aage enuopra 
Dieupat qMn$eioursDeuantlafingtà"t3 uçnee merucilleurt 

efpantableequiftgnifirontetOemôfttecontlafinDumonoe. 
€ar lame? fe leuera quarâte coûtées é baut p ocfTus la fenet rci 
ront moult fo?t les poiOons.et le feu aroza la mec. t les bornes 
plozcrdt moult fo:ttât que futur De fangerjoirca a terre et t ce 
burfteror t es tours * les ebattiauje. t Us gcâtj eoif ices, t Us pier> 
res féozont t fe combatront lune a lautre.mouuement De terre 
fera et tcouUera tout ttq nul borne ne fe pourra fouftenu fut 
les pies £t puis fe ouurera la ferre t fera toute f éoue t les cbâpç 
auront telle paour qml ne pourront plozer les mouuemcns et 
lesfrpulcresDcsmaiirfcouureronf *puTôr lee mozsbozsDes 
rtpulctee f Câffcbferonr. 1 tes elroillcs cbaitont Ou ciel t bolccôc 
par lair .jFih ces fignes feront Ci grant 3 et feront fi grât paour 
aut ces. pour ce que lo:s fera mamf elle et monttee le pouoir De 
«offre feigneur Dieu. 

caansescfôelcura offices. , "...# r.t,. 

ngceft fubCtance non bifiblenon (otpottllt qui touf- 
iouts tjoit Dieu. €t cette ange créa Dieu fans matière 
aurommtaucntauefCBlesDpables oenfer qui (o;e 
>pit angestous rnfemble €tfôtlcs anges Ou ciel empir cal 
oeuant Dte11.fr qlnelcpiceaïe&pateeffuslefirmamét oufont 
les ftoilles q tu vopç qui fe mcuuit t ceUm firmament eft pac 
octfuslesfeptuelsocs lèpf planetiesquetuocops.maisp oef 
fuslerielempitealnanulaultceticlét to ut auffi comme les 
anges font au plus baut et fouuerain ciel ainfi fôt les opables 
au plue bas lieuqui foie au quel e(t en fer ceftaffauoir DcDensle 



■ ^#J 







co 



— r* 



ip 









• 

[ 




1 
1 


1 




1 



o 



CM 



CO 
CM 



CM 



CM 



CM 



CM 



CM 



CM 
CM 



CM 



O 
CM 



Q"\ 



— m 



*T 



m 



— CM 



en 



co 



[^ 



^ 



LO 



-T 



ro 



CM 



U 



cm 



7 



8 



9 



10 



11 



12 13 



14 



15 



16 



17 



18 



19 



20 



21 



22 











C.V. 



<t Sea angeo et De leur o offitro. 

rueuc De la terre qui eft le plus tenetoeux qui (oitxt étout la f ec 
re fane céder fou rue le firmament oeffufô .et le folail cria lune 
t les aultrcs plane f testais pour les perdre î$ô fyommee feuf 
fte Dieu que les Dpables Cbpentenf rc noue pour noue tenter. * 
pour porte? en enfer les âmes o: reujr qui mourrôr en pecbe mo* 
tel.€t par efpecial les lette Dieu entour nous affin que les t)om 
mes conf riftenr et reCiftent aux f aulx aomonneftemens ou opa 
ble par fo*re De courage oontiljapcnt gteigneur mérite . $a« 
i rjcs ooneques f 1I5 que c bafeun bomme a \>nç bon ange qui le 
ronfeille quil face bônes euurcs \ aïoe contre le opablc.ët auffi 
itatong opable qui tamonneftea faire mal.£tpout ce eft tout 
bomme tenu a obéir a (on ange et a lup faire Ijonneuc et teue * 
renre t bafrun iour \ lup Doit faire feftetne fois lan.£t celup m 
gebeotttoutreq bommefait.ranlrfttoufoiursauerq^ bom- 
meet ne Ce Départ oc lup tant (âme lomrnc Mue. m lup tait bô= 
me grant bonté quât il ne lup obeitoetobeittau opable qui lup 
eft fonrraire.ee 11 eft grant Mlanit De faite luture ne (es auh 
très pctr?es Dcuant le bon ange.jFils les anges postent en para 
Dis les âmes Des bons gommes qui meurent (aintement . et (i 

Ïihent et feruent les anges Deuaut Dieu.€t rbafrun ange pour 
omme que Dieu a mis en fa garoe.€r qua'r tu as mégie ou beu 
par mefure fe beur enrozeplus mendier on boire iete ronreille 
que lo» tu taifles a menger et boire affin quetuapea abftinen 
rc efartrépance qui font Vertus \ ne f apte gloutôme qui eft pe 
tty mortel* £t ce mcfme Dois tu Dite quât tu Deux meïoire oau 
eune perfonne. & quant tu te gis en ton lit et tu os les cloebea 
fonner pour aller a leglife ouïr la mtttnpiier Dieu.loœ te ton* 
Cri lie ton bon ange que tu p allée tenôte grâces a Dieu De ce quil 
ta creeet ta Donne le lit ou tu tepofes pat nupt . €t le mauuais 
efpet it te confeille que tu te Dornies la matinée affin que tu per 
Des la mette et que tu ne tenoes grâces a Dieu Des Mens quil ta 
Donnes.ét quant lepoure eft Deuàt top en te oemâoât laumoC 
ne po ut la mour oe Dieu, le mauuais ange te cô teille q tune lup 
Dônes r ie*s affi q p ce tu napes efperârr é f a risette De noftre fef 
gneur oieuf il} il aouiet moult oe fops A les bas anges piinit 
en eux fournie Ddme ou Daultre rfjofe affi ql? puiffét les bornes 












(fbenferiDefeepartieo. 



i&L 



rortucttir pat leure amôneftemene 9 faire la boulé te oe noftt e 
(rigueur c ie u.€t aullï prennent lee bpablee aucunelfope reliée 
foutmee côe lee bôeange$p*emietemeut.ceftalIauoir Deljom 
me ou oaultre rr)ofe.afifitt quil puiOe Deceuoir lee gommée pa* 
leurefauramonneftemé0:a)aieleDpableen quelq fourme q( 
remette Donne gra'r erreur et eCpâte moult tome a qui il û?tnô ; 
ftrect lalffelômemoultefpantequant ilfeûepartûelup. €tle 
bon ange en qlque fourme ql fe monftreu" réconforte lomme a 
qui il (c m ôftre/ct le lette atteure lopeur/et tout reronfozte qnâr 
il fe Départ De lu/>. €t pour ce filj Doie tu apmer t fyonnozer lee 
bone angc$ er leur obéir. Car le ru obeiç au bon ange il te mené 
ra a la f in a la terre oee fafn&en gloire patourable. 

r <[£>enferetDefeeparriee. c,W. 

nf er eft au meillieu De la terre le quel lieu eft obfrur . et 
! tenefcwiencelap a toufionre peine, lé fegono éfer 
_ [eft appelle purgatoire au quel lee ijommee tôt peni- 
ticc quaf fl$ ne lot paeacomplieen remonoe Le tiereemer eft 
le lieuou eftoient lee patnarcr)ee t mljetee auant laouenemét 
fce noftre feignenr lefuc nft ettelup eft appelle libe . et le quart 
enfer eft relup ou toont lee enfane qui meurent fane baptcùne. 
€ Wer fil$ ainfi r ôe eft bonne e r)ofe De penfer a laiope De pamoie 
affin quon apme Dieu. 3u0t eft ce bonne rr)ole De peler aur pei 
née oenfer aftïn quon Doute Dieu. pour ce quil lee peut Donner 
àqmilbeult €tpountDoncque5fil$qtutoubteemieujc Dieu 
pourtant te ucuil ie monftrer côe tu 0019 péfrr aur peinte bea 
ter enOiuerfee maniérée, penfe Donc fil? er pmagine Une gran 
oc mulf ituDe De genr qui fopit en fa riuc.De là mec toute bou| « 
lât * plaine De feu atoât et q De la mer pOent lee poiûoe er (met 
rr)eoer lee bornée en la mer tlce Dcuoiét lee ling} aroœe (eeaul 
frce.^i peur par celle pmagmacion penfer tâmelee etieet lee 
gemtûemene font gran t; que fee bommee mai net qui norpà r 
uoir Dcu? Deffeno/e oecee boinblce poiffonequi amlï lee tout 
mentît . Car ainft feront lee fyomblre Dzagone Denfer aujr ûa * 
née qui ne fe pourront efcl)appcr nebeffenoze oeut. €f quâtru 
fetae oeuant le feu t tu \>ertae boulitr tme potée Defeuee ou De 
poee Donc lee ong3 monteront etleeaulf ree auaUetôt en bae 

* 



\ 












H&enfertf De fto parties 



1C.DL 










loze peur tu péfec tôt foufrêozot grat peine ccuç qui tarot en a 

ttât babûoancc oeaue boullât quil^p oaignerot ec pluigecont 

en motât t oeuallât p fozee oc bouUu aîfi toc fee f euea tics poea 

boullétaupot.fctquâttu toopeleo gca^tifonaen bng geant 

feu cbmfcfl Ice tongs oettu© Ue aultrca. £i pcfc q atu feiot les pe 

tneuro en éfer touuouro lee tm© oeffuo les anucca ctlç voipe 

De ebafeun fera côc tif ô ébzafe oehoza et ocoeo oc feu aroat £t af 

fin â tu apeo paouc ou feu oefer qui e ft poutable. ba au four ou 

len cuit le pain * péfe pour côbié tu p fer opeo p \)ne feulle heure 

cpt il et* chaut * le feu p eft.€t Ce tu np touoroiee mie cftee p M 

Daccoune feulle Deuccquâtileft cftauequiee oonecoit toutle 

S ruooiooôcfeauoir çtât paouc q pour bngpetit oc oe 

Rport 4 P«ir ourc et legier emét eft patte tu fcpe0 parou- 

cabSncnt ocoée le feu oenfer qui eft fana roparai o m ; *■* 

d nilaulf rc feu .t q tuperwo la lope or jMraof 4 ftwnouro ou 

métal i Si netifc Q fil P auoit tmg pmeptatte métal autel tôoui 
mmSS^M^ et lea maina m a tourne même 

Srant naour 0010 auoir ou pui0 oenfer ou il a û géant cbaieuc 

enbnffmcuucment.auquelpui0fcrotini^ 

et largft oc ce môoe aurôt pou la çloire «^ #g™* 
caolaalateouilauraDncpiccrcqparforceoe la 0^ tttawi 

rnSeUslace cnclofe%pCfe?ôeic0peci *»Wj* 

chaleur oc lut urc aurôt pou le ^^^^Zl^M^St 
hpftr « ta ff râ« mdraigneo oe glace er oc neige en enter aui coe 

tu mlîmô ica mura oune trille * tuwwrae lea fM ignea 
m fine montée qui ferôt geteea aut f oftee aur MM» * 
la bille et moult oe etuene et oopfeaua qui leur rongero tea i» 
fteo Ie0tefte0/leaiambc0ilc0 narine»» crlfewcrtttjtpuw «ce 
ronr œoé0 le© toétceapour méger le rueur* teto^rtoutaii 
lee et pour ronger Ice 00.1020 001a ru penCec m : pectaw qui 
tout en enfer aur ql* tonozont Ice opajrtee en guile * # weoc 
ottpe oe 109 et oe ferpen0 tmo&tft leaperfteure e leur face * 





















1 



/ 











^SëiâiofeoeparaDm. 






jjiïtiL 



> 



«t bore rom er en leurs méfoee, £t fine pourront mourir £t 
quat lupraetfaOeret tu benae moult Oerhiêe attembler fus 
tong Heure * le mozotôt * le tirerôt oe f ouree pare ft peYe d ain ft 
leeopableefôt oeeperbeureen leur oônâr peines er rrauauU 
et tourmee u omparabfee fane fin. Sppzee f 1C5 oaa lamcr t ne 

lequateegoufteeOcaueirpaDeoée.tpuieïeuefeewur auriel 
et tôte lee rftoeUeo fe tu peur et puie penfe rôbîf il poutroit De 

^raieoemiller etreCetieletufre.€tquâf tu auraa la fourme 
je tout ee ces efforce farrjee q moult plue fâe rôpamifon oe an t 

^Siïïff $*"? au / ? dt,C9 oeftT <* nc m5 te le nôbte Deetip l 
feeDeafufdjear U^ferotpourablemétfâefîetfane nûb?e Oi 
entée f 1 5 roe lee peinee q tee perfjeure foutienêt en éfer fôt ira 
oee car la memoireaura fouuenâce q toufioure c éfer aura vn 
tte.€t leten&mer etêoja quil aura pou glotte (ae fin €t fourra 
lamemeire qui lup remédiera peine fâe fin et lêtécemét qui en 
tenm la gloire qui l aura pbue.€t pour ce ebafr une oe tee puif 
faree oe ïameaura peine en éfer en foj>mefme.€t pour ce fife oe 
«one noue faire amfi roe lee marinière et lee marebâa quioôc 
oeuue la mer.quat il ôt mauuaie tempe car loze settét Uleure 

roûTeôozetarçentetleuremarcl;anoifeeenlameraefinquil; 

puittet fauuer leur ote.3unfi ûeuôe noue setter oe noe rueuœ 

routée riebeffee f epo/ellee pour noue garoer oe la mott Oenfer 

€t ne oeuone tenir en noe lueure nullee rhofee fo;e noftre fei \ 

gneur Dieu gtojieur i/îreparaoieKô< 

on ooit amonefter fô enfât oepéfrralagloijettparaDie c.tui 

y* Il araoïeeftDcoiroieiHrareaurflupéglouevetaïficde 

I f Jee peur fo/po^nôfpouoirôcocoir toute lamcr ai 

V^-^ fi ne te pourr ou m a lègue dirr toute la gloire oe para 

/ oie ne mee maîe ne la pourrotét efrnre <Car la gïoùe * paraoie 

I eft moult greigneure fâe côpamifon q neft toute la mrr er tout 

le môô6.€t fi ne toeuit ie mie Dire tout ee q te pourrope bien oi* 

re Delà gloire oe paraoie.matepourre que noue auone a pen« 

fer De moult oaultreerbofee pour quopeedup liurete femble» 

rott trop grât maie bnefueméf te Dirai auleunee parollce De la 

gloire i u ciel Js at l)e$ Donc f il$ que" paraoie eft oemôftre noftre 

fetgneur Dieu en unit e * en triniîe t en fô efféce a len téoemêt et 













*f> 



I 









! ! i| 












^ fi>e la tape oe paraoio . 



jctm 



* 

a lamemofceiala lumière Delame.ét en cette Demôftraciô tôt 
ft gcâe la m emoire/lctenDemét * (a boulére qte ont tout leut ca 
plittemét %toutcleurpfection.la qllepfection il$ ne pounoiét 
auoittaeleDem$&reme"tDeu:uiô.£tpourcetïl$ quâttu feras 
i pataDietcepeulrcomotclsorôt le rozpe noftce feigneur iefu 
ctlft.t tee peuljc elpitituelj tnôt Cô ame. €t mouueraton entéoe 
mit nature roumaine Céblable a la titne» la q/fe nature t)uma\t 
eft aflébleet eôiointealaDette.£t Deuâtuottre feigneur ielu» 
ccift fcrae eftre noftrebame laite marie fa mère, £t fcerrae le ie 
«ne *la,pceCfiô De toue lee ange^/anbâges /patciatcf)e9 jprjcw 
aDO&cee^mattireUoueleelaitstfjaîteeOe parafe aozâe no 
frre feigneur tât tôt Dieu liera Oieu€t la ferôt ccui qui ferôt (au 
née appzee la r efurrectiô en leur* coq* glonf lee qui touuc u» 
Miutôt * iamaie ne mourrôt.t la ou il bouotôt eftre il ferôt pP 
refpléoiOae ù le fouletl fâs faîïâofoif/fâof^aut/fâefroititfâa 
iamaie fouffrir Douleur ne malaôie ne pattion ne fouffetf e nul 
le & quât la mtmoitt remébîcta* Wtenoemit entend q relie 
«loue iamai0 ne fine» ej te pourroit Dire ne racôtet la iope q la 
Soulfte aura quâr elle a^aDpoulort tât ce*taî oauoit poutabVt 
met toute la gloire Dcûu&.pcfe ode Couuét a cette gloize amn q 
tupDoifeô.t remébzele biicf terme De ceftebie môbainep quop 
malt b^me pert la gloize celeftielle a la qllegtoùe neft né rôpa 
Ht £ar celle gloire De paraDie eft apmee pbouléte if inie éternel 
totoute puiflace/toutc tageffe, toute iuuitt \ toute pfettiô tu la 
txmlente De Dieu Deglouc. j>il$ tât tôt ie te pie plue De pataoïe 
tltpPtrouucfeen mopDeffautoc leteDirene racôter.étpour. 
celaltterap ie cette matière.» dect'mt fournit pour tepfet 0)aie 
encore ittt beuil Dire à motdtbtîeuiw (erôteeur q enceUe 

goix itvttât.k qui ferot lee mefrreae pair De leur erreur \ ûiir 
Caire fop eatrjof ique.Bmn q p eut Coit côgneu Donbfe aime/ 
ftrui*bdno?cnottrefeigncutDieugloaeur. *tquil puittênt 
auoir la gloire De parabie pDurable.3men. isntm ^n » „^ 

/fep fim'ft le liure intitvk le ttcfoi oeo tynttafe. (mp 
I knc aparie en lan De Ummacton noûreretofiïffîfcil 
\qmttt ceno quatre Dtngfr * Dm;. 











'-• 









- 



cm. 1 



y 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 



22 














cm 1 



6 



i 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 1:' 20 21 22 



cm 



y 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 



22 



I 






cm 1 



6 



8 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 



22 




cm 



y 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 



22 



n 
3 



ts) 



Ui 



OY 



VD 



O 



ro^^ 






co 



ai 



o\ 



*-J — 






' 








w.? 



% - m 



V ^ 




t %• 







- 



< 



•.' 






a 



CD 



\£> 



ro 
o 



Kî 



ro 



<_o 



ro 



ro 
en 




\ 



\ 



« 






' ,•>• ■ 






Y 






ro 






ro 



ro 



<_o 
o 




+ +<* , 



c. • 



I 



cm 


L 2 








1111)1111 MM MM 


MM MM MM MM 


MM MM MM M M I III M 11 MM 1 Mil Mil MM 


Mil Mil Mil MM 


MM MM 










I|IIM|"I" 



6 



8 



10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 



22 



;» :: •; 


















. 9 



b 



■ / 



Ta 



X \ 



« 



/ 



.•-•• 



.-.v 



1 









• • 



«*•.: 



*.<#,. 







<: 









» »* 









"t.. 



. V 



*\*, 



îV 



AS * 









cm 1 



6 



7 



8 



9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 



! 










Il 






cm 





lllllllll 




M II | MM M M llll 




















1 1 1 1 1 f 1 1 1 



8 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 17 



18 



19 



20 



21 



22